Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Les Lionnes de Chauvet
Date de parution : 02/05/2024
Éditeurs :
10/18
Nouveauté

Les Lionnes de Chauvet

Date de parution : 02/05/2024
La naissance d’un clan de femmes, le premier double meurtre de l’humanité
- 35 000 ans, Ardèche. Les derniers Néandertal côtoient les homos sapiens installés dans la région. Et pour la première fois, des humains peignent sur les parois des grottes. C’est à... - 35 000 ans, Ardèche. Les derniers Néandertal côtoient les homos sapiens installés dans la région. Et pour la première fois, des humains peignent sur les parois des grottes. C’est à l’entrée de l’une d’entre elles, face à un exceptionnel pont rocheux entre les falaises, que les peintres Tizia et Naëlisse... - 35 000 ans, Ardèche. Les derniers Néandertal côtoient les homos sapiens installés dans la région. Et pour la première fois, des humains peignent sur les parois des grottes. C’est à l’entrée de l’une d’entre elles, face à un exceptionnel pont rocheux entre les falaises, que les peintres Tizia et Naëlisse fondent le clan des Lionnes : une communauté de femmes et d’enfants qui vivent en harmonie. Un soir de tempête de neige, les deux femmes disparaissent. Yoalna, la fille qu’elles ont élevée, découvre leurs corps dans un ravin, le couteau de l’une planté dans la gorge de l’autre. Bien que tout semble indiquer qu'elles se sont entretuées, Yoalna refuse d’y croire. Son enquête dévoilera les secrets de leur incroyable destin.

PRESSE
« De la préhistoire, la perspective sur notre histoire, mais avant tout : du suspense, des destins, même de l’amour, il y a tout dans Le Choc de Carnac ! » France Bleu (Le Choc de Carnac)

« Avec son littoral rongé par la mer, ses équilibres précaires entre les hommes de différents peuples, mais également, déjà, entre les humains et la nature, cette Bretagne de l’époque néolithique ressuscitée avec talent et verve par Sophie Marvaud prouve que le polar préhistorique a de la ressource. » Isabelle Mity, Historia
« On suit avec beaucoup d’intérêt […] ce bon roman policier » Archéologia (La Chamane de Lascaux)
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264083487
Code sériel : 05956
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782264083487
Code sériel : 05956
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • melusine1701 03/01/2024
    Remontons plus de 35 000 ans en arrière. Une communauté de femmes et d'enfants vivent paisiblement sur les bords de la rivière, près du Pont-de-Roche. Mais lorsque deux d'entre elles sont assassinées, Yoalna, la fille qu'elles ont élevée, part sur les traces de leur passé. Quand Tizia et Naëlisse ont quitté leur clan pour intégrer une famille de Neandertalien, cette étrange espèce proche de la nôtre et déjà en train de disparaître. J'ai une petite habitude. Je rapporte souvent des romans en guise de souvenir de mes vacances. J'ai été drôlement bien inspirée de rapporter celui-ci de la grotte Chauvet: c'est une pépite. J'ai lu peu de choses qui traitaient de la préhistoire, et surtout qui la rendaient romanesque et qui parvenaient à m'embarquer. C'est le cas ici: on plonge dans une culture, dans une croyance, dans un langage aussi. Romance, intrigues familiales, dangers, exploration, et même suspens, tout y est. La description des hommes et femmes préhistoriques est glorieuse, inquiétante, valorisante, humaine. L'ancrage historique est remarquable: on voit avec compassion ces Neandertaliens qui voient avec angoisse leur race qui s'éteint, qui ignorent d'où viennent les bébés et pourquoi les leurs ne survivent pas. On trouve des échos troublants avec le féminisme moderne chez ces femmes qui ne veulent plus être utilisées pour faire des enfants, et surtout, on trouve tout un contexte à ces artistes méconnus qui ont rempli des grottes de peintures si fines et si troublantes. Une initiation historique réussie, une immersion garantie et un roman que je recommande chaudement!Remontons plus de 35 000 ans en arrière. Une communauté de femmes et d'enfants vivent paisiblement sur les bords de la rivière, près du Pont-de-Roche. Mais lorsque deux d'entre elles sont assassinées, Yoalna, la fille qu'elles ont élevée, part sur les traces de leur passé. Quand Tizia et Naëlisse ont quitté leur clan pour intégrer une famille de Neandertalien, cette étrange espèce proche de la nôtre et déjà en train de disparaître. J'ai une petite habitude. Je rapporte souvent des romans en guise de souvenir de mes vacances. J'ai été drôlement bien inspirée de rapporter celui-ci de la grotte Chauvet: c'est une pépite. J'ai lu peu de choses qui traitaient de la préhistoire, et surtout qui la rendaient romanesque et qui parvenaient à m'embarquer. C'est le cas ici: on plonge dans une culture, dans une croyance, dans un langage aussi. Romance, intrigues familiales, dangers, exploration, et même suspens, tout y est. La description des hommes et femmes préhistoriques est glorieuse, inquiétante, valorisante, humaine. L'ancrage historique est remarquable: on voit avec compassion ces Neandertaliens qui voient avec angoisse leur race qui s'éteint, qui ignorent d'où viennent les bébés et pourquoi les leurs ne survivent pas. On trouve des échos troublants avec le...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Enidan4 29/12/2023
    10. Les lionnes de Chauvet - Sophie marvaud - Tizia et Naelise sont des presque sœurs qui s’entendent à merveille. Elle fondent le clan des lionnes. Une communauté de femmes et d’enfants qui vivent en harmonie dans une grottes aux parois ornées, aux abords du pont de roche. Un soir de tempête, les deux sœurs disparaissent et c’est la fille de Tizia qui fera la macabre découverte. Elles semblent s’être entretuées, mais c’est difficile d’y croire. Quelques années plus tard elle retourne sur les lieux du drame et tente de comprendre ce qui s’est réellement passé. - je pensais retrouver l’ambiance des enfants de la terre, mais pas vraiment. L’histoire et plus courte et plus concise. Les descriptions et les décors sont moins détaillés. On retrouve tout de même deux espèces préhistoriques qui se côtoient et l’auteure représente de façon crédible les coutumes et les façons de vivre de l’époque. - j’ai quand même bien aimé. Et j’ai ensuite écouté un documentaire sur les grottes de Chauvet par la suite. C’est impressionnant tout ça. Je vais ajouter l’ardèche aux destinations que je veux visiter un jour... même si j’ignore totalement c’est où !!!
  • soniaboulimiquedeslivres 01/11/2023
    Vous recherchez une lecture atypique ? Nul doute que vous allez vous régaler avec « Les lionnes de Chauvet ». Sophie Marvaud sera présente lors du prochain salon des Gueules Noires du Polar. Lors du petit déjeuner de présentation dudit salon (lien pour en savoir plus), je suis repartie avec « Les lionnes de Chauvet », un polar préhistorique, en étant bien intriguée par cette future lecture. L’occasion de faire une lecture commune avec @melle_cup_of_tea. Retrouvez sa chronique ici. Le livre débute avec une liste des personnages, ce qui n’est pas pour me déplaire. Cette liste en poche, je file en pleine période Paléolithique ! Yoalna, 9 ans, est notre narratrice. Elle fait partie du Clan des Lionnes. L’hiver est là, une tempête de neige fait rage. Sa mère, Tizia, est peintre. Elle a un talent fou pour décorer les parois de la grotte. Elle est aidée de Naëlisse, la « presque mère » de Yoalna. Le roman débute fort, avec la disparition de Tizia et Naëlisse. Retour dans le passé, la construction alterne en effet les chapitres au présent, où Yoalna part sur les traces de sa mère et sa presque mère, et le passé, où l’on découvre le quotidien de Tizia et Naëlisse. L’immersion est totale. Tizia et Naëlisse sont comme deux sœurs, et elles auront la chance de vivre côte à côte durant toute leur vie. Elles quitteront toutes les deux leur clan, les Bouquetins, pour suivre des Surprenants. Alors, que je vous explique : Tizia et Naëlisse sont des Homo-Sapiens, et « Les Surprenants », sont des hommes de Néandertal. Le lecteur est totalement plongé dans le quotidien de l’époque. On découvre le mode de vie de ce peuple nomade, la structuration sociale des groupes, l’organisation de l’habitat, de la chasse. J’ai trouvé cela passionnant et instructif. Tizia et Naëlisse ont des problèmes bien féminins finalement. Elles sont en couple, avec leurs concessions et leurs questionnements. On retrouve des sujets tels que la violence conjugale, l’avortement, la maternité, la fidélité, ou encore l’échangisme (oui, oui, on se rend vite compte que ces femmes préhistoriques rencontrent les mêmes problèmes que les femmes d’aujourd’hui !). L’amitié tient une place essentielle, puisqu’elle est le cœur de la relation entre Tizia et Naëlisse. Elles sont toutes les deux complémentaires. Tizia est plus forte que Naëlisse, plus vive. Même dans l’exercice de leur art, c’est Tizia qui maîtrise la peinture, et Naëlisse qui la seconde. « Tizia ne pouvait s’empêcher d’utiliser un talent qui lui donner autant de plaisir. Mais elle restait aussi discrète que possible. Ce pouvoir de créer des images semblait défier les Esprits.Tout le groupe la considérait avec circonspection. » J’ai apprécié l’accent fait sur la différence, sur la peur de l’autre. En effet, lorsque le clan des Bouquetins rencontre les Surprenants, beaucoup de questions se posent sur ces hommes et femmes différents à la fois physiquement, parlant une langue différente, ayant un mode de vie éloigné du leur. La plume de Sophie est maîtrisée, fluide, poétique. Très agréable à lire. A la fin de l’ouvrage, elle nous propose un ultime chapitre, « les faits et l’imaginaire ». Cela nous permet de faire le point entre la réalité historique et la fiction, et d’éclairer quelques passages du roman, ou sur l’utilisation de certains mots. Je dois avouer que j’ai eu du mal à entrer dans le récit, je me suis un peu perdue entre le passé et le présent. Il m’a fallu quelques chapitres pour arriver à me retrouver, d’autant que les Homo Sapiens et les Néandertaliens ne sont pas clairement nommés. Clairement, avec « Les lionnes de Chauvet », je suis sortie de ma zone de confort ! Et cela fait du bien ! Même si j’ai trouvé que l’aspect polar n’était pas été suffisamment mis en avant selon moi, à la fin, on découvre ce qui est arrivé à Tizia et Naëlisse, qui est l’assassin et quelles ont été ses motivations. C’est le plus important, non ? La majorité des chapitres déroulent la vie du clan, de manière assez tranquille, qui plus est. Il en résulte une lecture où on se laisse porter, on n’est pas dans l’objectif de recueillir des indices et tenter de découvrir le meurtrier avant tout le monde ! Un roman intéressant du point de vue historique, bien plus passionnant qu’un cours d’histoire. « Les lionnes de Chauvet » est à découvrir pour l’originalité de la période où il se déroule, la richesse de la documentation et les détails captivants dont il regorge. Je remercie les Éditions 10-18 et les Gueules Noires du Polar pour cette lecture. « Lorsqu’ils quittèrent la montagne, la neige commençait à fondre. Des sources jaillissaient un peu partout. La rivière, beaucoup plus large qu’auparavant, s’était remise en mouvement et charriait de fines plaques de glace. Ils n’eurent qu’une hâte : trouver un lieu sans danger où installer le campement. » #LeslionnesdeChauvet #SophieMarvaudVous recherchez une lecture atypique ? Nul doute que vous allez vous régaler avec « Les lionnes de Chauvet ». Sophie Marvaud sera présente lors du prochain salon des Gueules Noires du Polar. Lors du petit déjeuner de présentation dudit salon (lien pour en savoir plus), je suis repartie avec « Les lionnes de Chauvet », un polar préhistorique, en étant bien intriguée par cette future lecture. L’occasion de faire une lecture commune avec @melle_cup_of_tea. Retrouvez sa chronique ici. Le livre débute avec une liste des personnages, ce qui n’est pas pour me déplaire. Cette liste en poche, je file en pleine période Paléolithique ! Yoalna, 9 ans, est notre narratrice. Elle fait partie du Clan des Lionnes. L’hiver est là, une tempête de neige fait rage. Sa mère, Tizia, est peintre. Elle a un talent fou pour décorer les parois de la grotte. Elle est aidée de Naëlisse, la « presque mère » de Yoalna. Le roman débute fort, avec la disparition de Tizia et Naëlisse. Retour dans le passé, la construction alterne en effet les chapitres au présent, où Yoalna part sur les traces de sa mère et sa presque mère, et le passé, où l’on découvre le quotidien de Tizia et Naëlisse....
    Lire la suite
    En lire moins
  • asciena 01/11/2023
    Un récit original sur la vie pré-historique avec une enquête pour résoudre un meurtre. L’histoire est très intéressante, et j’ai eu l’impression d’assister à un cours d’histoire captivant sur les deux communautés, les Néandertaliens et les Homo sapiens.
  • Judith22 28/08/2023
    Sophie Marvaud, je l'ai découverte à travers son livre "Le choc de Carnac" que j'avais apprécié. Les "Lionnes de Chauvet" est classé dans les "policiers historiques" car l'action démarre avec le soi-disant double meurtre perpétré par Tizia et Naelisse, deux amies inséparables et complémentaires que l'on découvre enlacées dans une grotte, chacune tenant un poignard enfoncé dans la gorge de l'autre. Leur fille et "presque fille" Yoalna ne croit pas en cette version et suit sa propre enquête. Ce livre permet une découverte de la préhistoire. L'action se déroule 35 000 ans avec JC. C'est assez fascinant et j'ai eu envie de me pencher sur ce pan d'histoire. La grotte de Chauvet existe bien et les savants se penchent sur le mystère de ces dessins fabuleux, préservés. J'ai adoré croiser les derniers Néandertals et les premiers Homo sapiens. La nature est omniprésente, pleine de mystères, de sensualité et de spiritualité. Le temps de la lecture, on se plonge dans une période méconnue et l'autrice a choisi de faire vivre un tout premier clan de femmes qui se mobilisent et se soutiennent pour leur indépendance, voire leur survie. Je recommande, sans hésitation
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…