RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Lumières de l'île

            Pocket
            EAN : 9782266286374
            Code sériel : 17268
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            Les Lumières de l'île

            Alice DELARBRE (Traducteur)
            Date de parution : 15/11/2018
            Désireuse d'échapper à l'emprise de son beau-père, Becca s'enfuit sur l'île de Whidbey afin de s'y cacher. Recherchant désespérément sa mère, elle doit redoubler d'efforts pour ne pas être démasquée. Becca pourra-t-elle se cacher encore longtemps ? Il est peut-être temps de réapparaître et de retrouver ses amis. D'autant que... Désireuse d'échapper à l'emprise de son beau-père, Becca s'enfuit sur l'île de Whidbey afin de s'y cacher. Recherchant désespérément sa mère, elle doit redoubler d'efforts pour ne pas être démasquée. Becca pourra-t-elle se cacher encore longtemps ? Il est peut-être temps de réapparaître et de retrouver ses amis. D'autant que ces derniers ont plus que jamais besoin d'elle…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266286374
            Code sériel : 17268
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Pat0212 Posté le 7 Mai 2019
              Au départ, cette série devait être une trilogie, j’ai d’ailleurs lu les trois premiers tomes à la suite l’été dernier, je m’attendais donc à ce que l’histoire se finisse avec ce quatrième opus, mais ce n’est pas le cas, il y en aura visiblement un cinquième, à moins que l’auteur laisse sa saga inachevée. Le meilleur de la série est le deuxième, L’île de Nera. Avec ce volume, j’ai eu l’impression qu‘Elizabeth George voulait rallonger la sauce au maximum pour faire durer cette histoire, toutefois à force de tirer sur la corde, elle risque de se casser. On retrouve Becca et ses amis pour la suite de leur année scolaire. Il ne se passe pas grand chose et surtout aucun mystère à résoudre. Becca vit toujours chez le grand-père de Seth qui a eu une attaque. Seth et ses parents font tout pour qu’il puisse rentrer chez lui, tandis que Brenda, la tante de Seth voudrait vendre la propriété et placer le vieil homme dans une résidence médicalisée. Une grande partie du livre raconte cette lutte. Becca progresse aussi dans la maîtrise de son don de lire dans les pensées d’autrui avec l’aide de Diana. Derric retrouve sa soeur, mais il... Au départ, cette série devait être une trilogie, j’ai d’ailleurs lu les trois premiers tomes à la suite l’été dernier, je m’attendais donc à ce que l’histoire se finisse avec ce quatrième opus, mais ce n’est pas le cas, il y en aura visiblement un cinquième, à moins que l’auteur laisse sa saga inachevée. Le meilleur de la série est le deuxième, L’île de Nera. Avec ce volume, j’ai eu l’impression qu‘Elizabeth George voulait rallonger la sauce au maximum pour faire durer cette histoire, toutefois à force de tirer sur la corde, elle risque de se casser. On retrouve Becca et ses amis pour la suite de leur année scolaire. Il ne se passe pas grand chose et surtout aucun mystère à résoudre. Becca vit toujours chez le grand-père de Seth qui a eu une attaque. Seth et ses parents font tout pour qu’il puisse rentrer chez lui, tandis que Brenda, la tante de Seth voudrait vendre la propriété et placer le vieil homme dans une résidence médicalisée. Une grande partie du livre raconte cette lutte. Becca progresse aussi dans la maîtrise de son don de lire dans les pensées d’autrui avec l’aide de Diana. Derric retrouve sa soeur, mais il ne veut pas lui dire qui il est et Réjouissance ne tarde pas à tomber amoureuse de lui, Becca a bien de la peine à le convaincre de lui dire la vérité. Un sujet qui la met toujours aussi mal à l’aise, elle craint d’être retrouvée et découverte, car une journaliste têtue est sur sa piste. Prynne, l’amie de Seth se drogue, mais il préfère longtemps se voiler la face avant d’empoigner le taureau par les cornes. Quant à Jenn, elle désire avant tout entrer dans l’équipe de foot de l’île dans l’espoir de décrocher une bourse universitaire pour quitter l’île et sa famille. Elle s’entraîne avec deux autres filles et découvre (enfin) son homosexualité, ce qui rend sa mère, une pentecôtiste fervente, très furieuse. Le livre, tout au long de ses quatre cents et quelques pages, tisse ces fils. Les personnages sont tous sympathiques et attachants, mais il ne se passe rien d’important, si ce n’est que la journaliste retrouve Becca à la fin. La mère reste introuvable et la journaliste lui promet qu’elle arrivera à découvrir sa cachette contre l’exclusivité de leur histoire. L’écriture est fluide et le roman très agréable à lire, même s’il reste très superficiel et banal. Il faudrait que la saga se termine rapidement sous peine de lasser les lecteurs. Un roman agréable, mais sans accroche et qui sera vite oublié.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Pat0212 Posté le 7 Mai 2019
              Au départ, cette série devait être une trilogie, j’ai d’ailleurs lu les trois premiers tomes à la suite l’été dernier, je m’attendais donc à ce que l’histoire se finisse avec ce quatrième opus, mais ce n’est pas le cas, il y en aura visiblement un cinquième, à moins que l’auteur laisse sa saga inachevée. Le meilleur de la série est le deuxième, L’île de Nera. Avec ce volume, j’ai eu l’impression qu‘Elizabeth George voulait rallonger la sauce au maximum pour faire durer cette histoire, toutefois à force de tirer sur la corde, elle risque de se casser. On retrouve Becca et ses amis pour la suite de leur année scolaire. Il ne se passe pas grand chose et surtout aucun mystère à résoudre. Becca vit toujours chez le grand-père de Seth qui a eu une attaque. Seth et ses parents font tout pour qu’il puisse rentrer chez lui, tandis que Brenda, la tante de Seth voudrait vendre la propriété et placer le vieil homme dans une résidence médicalisée. Une grande partie du livre raconte cette lutte. Becca progresse aussi dans la maîtrise de son don de lire dans les pensées d’autrui avec l’aide de Diana. Derric retrouve sa soeur, mais il... Au départ, cette série devait être une trilogie, j’ai d’ailleurs lu les trois premiers tomes à la suite l’été dernier, je m’attendais donc à ce que l’histoire se finisse avec ce quatrième opus, mais ce n’est pas le cas, il y en aura visiblement un cinquième, à moins que l’auteur laisse sa saga inachevée. Le meilleur de la série est le deuxième, L’île de Nera. Avec ce volume, j’ai eu l’impression qu‘Elizabeth George voulait rallonger la sauce au maximum pour faire durer cette histoire, toutefois à force de tirer sur la corde, elle risque de se casser. On retrouve Becca et ses amis pour la suite de leur année scolaire. Il ne se passe pas grand chose et surtout aucun mystère à résoudre. Becca vit toujours chez le grand-père de Seth qui a eu une attaque. Seth et ses parents font tout pour qu’il puisse rentrer chez lui, tandis que Brenda, la tante de Seth voudrait vendre la propriété et placer le vieil homme dans une résidence médicalisée. Une grande partie du livre raconte cette lutte. Becca progresse aussi dans la maîtrise de son don de lire dans les pensées d’autrui avec l’aide de Diana. Derric retrouve sa soeur, mais il ne veut pas lui dire qui il est et Réjouissance ne tarde pas à tomber amoureuse de lui, Becca a bien de la peine à le convaincre de lui dire la vérité. Un sujet qui la met toujours aussi mal à l’aise, elle craint d’être retrouvée et découverte, car une journaliste têtue est sur sa piste. Prynne, l’amie de Seth se drogue, mais il préfère longtemps se voiler la face avant d’empoigner le taureau par les cornes. Quant à Jenn, elle désire avant tout entrer dans l’équipe de foot de l’île dans l’espoir de décrocher une bourse universitaire pour quitter l’île et sa famille. Elle s’entraîne avec deux autres filles et découvre (enfin) son homosexualité, ce qui rend sa mère, une pentecôtiste fervente, très furieuse. Le livre, tout au long de ses quatre cents et quelques pages, tisse ces fils. Les personnages sont tous sympathiques et attachants, mais il ne se passe rien d’important, si ce n’est que la journaliste retrouve Becca à la fin. La mère reste introuvable et la journaliste lui promet qu’elle arrivera à découvrir sa cachette contre l’exclusivité de leur histoire. L’écriture est fluide et le roman très agréable à lire, même s’il reste très superficiel et banal. Il faudrait que la saga se termine rapidement sous peine de lasser les lecteurs. Un roman agréable, mais sans accroche et qui sera vite oublié.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Marylva Posté le 15 Mars 2019
              Becca a un pouvoir : elle entend la pensée des autres. A cause de ce pouvoir, elle a dû se réfugier sur l'île de Whidbey sous une fausse identité pour échapper à son beau-père. Au bout d'un an, elle est toujours sans nouvelles de sa mère qui devait la rejoindre. Grâce à ce pouvoir, qu'elle a appris à dissimuler à tous, elle se débrouille pour survivre tout en aidant ses amis qui, un jour, lui ont tendu la main : Seth et son grand-père qui l'ont hébergée, Derric, son amoureux, et Jenn. Lorsqu'une journaliste qui s'intéresse à la disparition de la mère et de la fille débarque sur l'île, Becca a peur. Pourra-t-elle se cacher encore longtemps ?
            • Marylva Posté le 15 Mars 2019
              Becca a un pouvoir : elle entend la pensée des autres. A cause de ce pouvoir, elle a dû se réfugier sur l'île de Whidbey sous une fausse identité pour échapper à son beau-père. Au bout d'un an, elle est toujours sans nouvelles de sa mère qui devait la rejoindre. Grâce à ce pouvoir, qu'elle a appris à dissimuler à tous, elle se débrouille pour survivre tout en aidant ses amis qui, un jour, lui ont tendu la main : Seth et son grand-père qui l'ont hébergée, Derric, son amoureux, et Jenn. Lorsqu'une journaliste qui s'intéresse à la disparition de la mère et de la fille débarque sur l'île, Becca a peur. Pourra-t-elle se cacher encore longtemps ?
            • bebi Posté le 7 Mars 2018
              Becca a réussi à trouver un équilibre dans sa nouvelle. Hébergée par son vieil ami, elle prend soin de lui lorsqu’il fait un infarctus. Aidée de ses amis et de son amoureux, elle fait en sorte que le vieil homme puisse rentrer chez lui dans les meilleures conditions. Mais à côté de cet événement, c’est la longue descente aux enfers pour Prynne, une jeune fille de leur groupe. En effet, dépendante de la drogue et de stupéfiants en tout genres, elle n’a plus aucune prise sur sa propre vie. Becca doit également gérer un nouvel événement: une journaliste plus maligne que les autres est sur sa trace. Et si elle, elle peut la retrouver, alors son beau-père aussi… J’avais lu les trois tomes précédents. Certains m’avaient beaucoup plus intrigué que d’autres. Ce tome-ci est plus équilibré, plus stable, comme Becca. Elle a murît depuis le début de l’histoire. Elle est devenue plus calme, plus réfléchie, moins apeurée aussi. Dans ce nouvel opus, c’est justement cette fameuse installation dans sa nouvelle vie que l’on explore, ainsi que son apprentissage pour dominer son don si particulier. Evidemment, sa situation peut toujours potentiellement être dangereuse, puisque son beau-père la recherche toujours, et qu’elle n’a eu... Becca a réussi à trouver un équilibre dans sa nouvelle. Hébergée par son vieil ami, elle prend soin de lui lorsqu’il fait un infarctus. Aidée de ses amis et de son amoureux, elle fait en sorte que le vieil homme puisse rentrer chez lui dans les meilleures conditions. Mais à côté de cet événement, c’est la longue descente aux enfers pour Prynne, une jeune fille de leur groupe. En effet, dépendante de la drogue et de stupéfiants en tout genres, elle n’a plus aucune prise sur sa propre vie. Becca doit également gérer un nouvel événement: une journaliste plus maligne que les autres est sur sa trace. Et si elle, elle peut la retrouver, alors son beau-père aussi… J’avais lu les trois tomes précédents. Certains m’avaient beaucoup plus intrigué que d’autres. Ce tome-ci est plus équilibré, plus stable, comme Becca. Elle a murît depuis le début de l’histoire. Elle est devenue plus calme, plus réfléchie, moins apeurée aussi. Dans ce nouvel opus, c’est justement cette fameuse installation dans sa nouvelle vie que l’on explore, ainsi que son apprentissage pour dominer son don si particulier. Evidemment, sa situation peut toujours potentiellement être dangereuse, puisque son beau-père la recherche toujours, et qu’elle n’a eu aucune nouvelle de sa mère depuis qu’elles se sont séparées. Ces faits remis en lumière, il est d’autant plus agréable de voir cette jeune fille que l’on avait rencontrée complètement perdue s’est trouvé une famille de remplacement, et qu’elle a établi autour d’elle un réseau d’amitié. Je pense que des quatre tomes, c’est celui-ci mon préféré. Il est plus juste, plus mûr, plus abouti. Par contre, je m’interroge: il est annoncé comme étant le dernière tome de la série. Pourtant, la série reste sur une fin ouverte, qui me laisse d’ailleurs un peu sur ma fin. J’espère que l’auteur changera d’avis et poursuivra encore un peu les rebondissements dans la vie de Becca! Toujours est-il que c’est une histoire que j’avais découvert un peu par hasard, grâce à un service presse qui m’avait fait parvenir le tome 3. J’avais donc d’abord acheté les deux premiers tomes pour me faire une idée complète.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.