Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 14/09/2021

Rentrée littéraire 2021 : 10 petits formats à savourer

Les petits formats aussi font leur rentrée ! De deux pères en deuil qui se battent pour la paix, à une ancienne prostituée argentine qui rêve de transformer un bidonville en communauté autonome, découvrez les histoires extraordinaires de cette rentrée en format poche.

 

 

Apeirogon, Colum McCann

Apeirogon
Apeirogon, n.m. :
figure géométrique au nombre infini de côtés.
 
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille dans le conflit. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, ce conflit infini, et de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite.

« C'est si beau qu'on en sort transformé. » Elle
« Monumental. McCann réussit encore à nous éblouir. » Le Monde des Livres 
« Ce roman vous fait beaucoup de bien et vous ébranle complètement. Ce paradoxe est le signe des grands livres. » Le Soir
« Nous voici ébahis devant ce livre tourbillonnant, ce roman où la forme et la fonds s’unissent de manière exceptionnelle. »  Télérama


Traduit de l’anglais (Irlande) par Clément Baude

Fille, femme, autre, Bernadine Evaristo

Fille, femme, autre
Amma, Dominique, Yazz, Shirley, Carole, Bummi, LaTisha, Morgan, Hattie, Penelope, Winsome, Grace.
La plus jeune a dix-neuf ans, la plus âgée, quatre-vingt-treize. Elles sont douze femmes puissantes, apôtres du féminisme et de la liberté, chacune à sa manière, d'un bout de siècle à l'autre. Leurs vies s'épaulent, s'opposent et font la ronde. Chacune est en quête, de place, de classe, d’un avenir, d’une identité, du bonheur. Elles sont un chœur, un tableau vibrant et foisonnant, une ode à la différence et à la soif « d’être ensemble ».
 

Marilou est partout, Sarah Elaine Smith

Marilou est partout
Élevée au cœur de la Pennsylvanie rurale, coincée avec ses deux frères, ses gros chiens, et une mère qui disparaît des mois durant, Cindy ne sait rien du rêve américain. Jusqu’à cet été où Jude Vanderjohn, surnommée Marilou, une belle et riche adolescente qui l’a toujours fascinée, est portée disparue. Peu à peu, Cindy se rapproche de la mère de la jeune fille, Bernadette, que la douleur a rendue folle. Et l’impensable se produise : un soir, Bernadette prend Cindy pour sa fille.  N’est-ce pas l’occasion rêvée pour la jeune fille d’échapper à une vie médiocre ? Mais alors que l’enquête sur la disparition de Jude progresse, combien de temps le fragile édifice de l’illusion peut-il tenir ?

« Une écriture magistrale, envoûtante et poétique. » Sud Ouest
 « Il y a chez Sarah Elaine Smith une puissance imaginaire étourdissante qui donne au roman un ton original et lui offre d'explorer magistralement la complexité des sentiments humains. » La Voix du Nord
« Une histoire fascinante. » Le Point
« Marilou est partout surprend et émerveille presque à chaque page. » Lire
 «Un nom à retenir. » Rolling Stone

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié

Glory, Elizabeth Wetmore

Glory
Quelques instants avant l’aube, le dimanche matin s’ébroue sur les champs pétrolifères… Lendemain de Saint-Valentin, 1976. Pieds nus dans le désert, elle marche pour sa vie. Une route, puis cette ferme, isolée… La voilà saine et sauve.
Mais y a-t-il une justice, à Odessa, Texas, quand on s’appelle Gloria Ramirez ? Peu importent ses quatorze ans, son bourreau est blanc, bien intégré : Glory a la communauté contre elle, l’époque contre elle. Bigoterie, racisme, patriarcat… L’Amérique, comme un vaste horizon de poussière. Une femme, seule, va s’y dresser.
 

Paria, Richard Krawiec

Paria
Maire d'une petite ville éclaboussé par un scandale, Stewart Rome se rappelle le sordide fait divers qui a bouleversé sa vie alors qu'il n'était encore que le jeune Stewie, timide et empoté. En 1967, on retrouvait Masha, la fille dont il était fou amoureux, sauvagement agressée dans le sous-sol de son lycée. Un adolescent noir était rapidement arrêté. Était-il coupable ? De quoi se souvient réellement Stewart, narrateur trouble et manipulateur ?

Paria parle de l'adolescence, de ses émotions incandescentes et des choix draconiens qu'elle
implique. Loin du flower power et des luttes sociales que l'on associe ordinairement aux années
1960, c'est une autre Amérique qui se dévoile : celle de la famille ouvrière, du racisme, de
l'addiction, qui punit les femmes tentées de s'émanciper. Une société minée par la peur, qui se
nourrit de ses parias pour tâcher de survivre.

PRESSE : 
« Richard Krawiec écrit avec une énergie qui embrase la page, et qui semble pourtant couler de source. » (Elmore Leonard)

À PROPOS DE SON PRÉCÉDENT ROMAN :
« L’essence du roman noir, le vrai, celui qui, loin des profilers géniaux et des pervers machiavéliques, fidèle à la leçon des Hammett, Mc Coy, Collins et Burke, empoigne la vie, la vraie, à-bras-le-corps et nous raconte le monde tel qu’il ne va pas. » (L'Humanité)

« Un très grand roman noir. » (Rolling Stone)

« Le désarroi des oubliés du rêve américain, brisés par la récession, explose dans ce roman furieux, implacable et touchant. » (L'Obs)

« L’art magistral de Krawiec, son souffle, son urgence, emportent le lecteur tout au long des quelque deux cents pages du roman. » (Le Matricule des anges)

« Richard Krawiec, c’est une plongée désespérante et vertigineuse dans une Amérique peuplée de gens qui ont cessé de s’appartenir. Désespérante, car elle est dénuée de tout pathos, vertigineuse, car on doute même qu’elle ait un fond. Indispensable. » (Siné Mensuel)

« Tusitala poursuit sa mission en nous mettant entre les mains le meilleur de la littérature américaine. (…) Un livre qui égratigne le coeur du lecteur. » (Librairie Livre aux trésors, Liège)

« Vulnérables, c’est la fragilité et la violence, l’amour et la haine, c’est un livre poignant qui interroge et interpelle sur la part d’humanité qu’il reste à l’Homme. Un grand livre. » (Librairie Page et Plume, Limoges)

« Vous sortirez vidé de cette lecture, mais plus riche encore. » (Librairie Gibert Barbès, Paris)

« Vulnérables est taillé dans cet humour féroce, cette intimité douloureuse et sans concession
caractéristique de la grande littérature américaine. Une tragédie sous haute tension, noire et
terriblement humaine. » (Librairie L'Atelier 9, Paris)

« D’une subtilité incroyable, Vulnérables est bien plus qu’une satire sociale. Si Krawiec y dépeint avec beaucoup d’intelligence la volonté d’une classe de s’accrocher à ses acquis et ses possessions matérielles ou d’apparence, c’est aussi le portrait tragique des générations post sixties qui ‘vieillissent sans grandir’. » (Librairie Mollat, Bordeaux.)

La Discrétion, Faïza Guene

La Discrétion
Yamina est née dans un cri. À Msirda, en Algérie colonisée.
À peine adolescente, elle a brandi le drapeau de la Liberté.
Quarante ans plus tard, à Aubervilliers, elle vit dans la discrétion.
Pour cette mère, n’est-ce pas une autre façon de résister ?
Mais la colère, même réprimée, se transmet, l’air de rien...

Faiseurs d'histoires, Dina Nayeri

Faiseurs d'histoires
À l’âge de huit ans, Dina Nayeri doit fuir l’Iran avec sa mère et son frère. Après un passage par Dubaï, puis par un hôtel italien en ruine transformé en camp de réfugiés, ils finissent par obtenir l’asile aux Etats-Unis. Et Dina, petite fille qui dut s’arracher à une enfance de conte de fées pour atterrir dans une ville grise qui la rejette, décide alors de tout faire pour s’intégrer. Ce livre raconte son histoire, mais aussi celles d’autres déracinés dont elle a plus tard croisé la route. Il y a Valid et Taraa, partis d’Afghanistan pour échapper aux Talibans, Kaweh, un jeune militant kurde devenu avocat ou encore Kambiz, qui s’immolera par le feu...
Comment un individu traumatisé doit-il mettre son histoire en scène pour qu'on le juge crédible ? Qui "mérite" d'être sauvé ? Dans ce livre qui est à la fois une lettre d'amour à la culture iranienne et un plaidoyer pour l'entraide, Dina Nayeri aborde des thèmes essentiels à la compréhension des réfugiés.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Claire-Marie Clévy

PRESSE : 
«  À l'intersection de la littérature et de la vie, Faiseurs d'histoires est une pure réussite. » Elle
« Dans ce beau récit qu'est Faiseurs d'histoires, elle mêle son histoire et celles d'autres pour établir un portrait du réfugié éloigné de l'imagerie commune. » Le Soir

La Soustraction des possibles, Joseph Incardona

La Soustraction des possibles
La fin des années 1980 est la période bénie des winners. Le capitalisme et ses champions, les golden boys de la finance, ont gagné : le bloc de l’Est explose, les flux d’argent sont mondialisés. Tout devient marchandise : les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente.
À Genève, Svetlana, jeune financière prometteuse, rencontre Aldo, prof de tennis vaguement gigolo. Ils s’aiment mais veulent plus. Plus d’argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Leur chance, ce pourrait être ces fortunes en transit. Il suffit d’être assez malin pour se servir. Mais en amour comme en matière d’argent, il y a toujours plus avide et plus féroce que soi...

Pleines de grâce, Gabriela Cabezon Camara

Pleines de grâce
Le jour où Qüity, ambitieuse journaliste de Buenos Aires, entend parler de Cleopatra, une travestie qui a renoncé à la prostitution à la suite de l'apparition de la Vierge Marie, elle se dit qu’elle tient le sujet de l’année. Mais sa vie va radicalement changer quand elle va se trouver irrésistiblement attirée par l’objet de son article, la captivante Cleo, et se faire embarquer dans le projet fou de cette dernière : transformer son bidonville d'El Poso en une communauté autonome, avec l’aide d’une armée de putes, de trafiquants et de voleurs…
Dans ce roman intense, Gabriela Cabezon Càmara réussit à exprimer l'épopée cachée de tant de vies anonymes qui, défiant la logique imposée par l'ordre établi, inventent de nouvelles façons de vivre, en couple, en famille et en communauté.

 « Ce sont des vies de misère emplies de richesses racontées avec une fantaisie entraînante qui explique ce titre, Pleines de grâce. » Mathieu Lindon, Libération

« Ce que réalise finalement Pleines de grâce, c’est l’irruption dans le monde du point de vue de ceux et celles qui ne devraient pas y exister, qui n’y ont pas leur place, qui y sont impensables. » Jean-Philippe Cazier, Diacritik

Traduit de l'espagnol (Argentine) par Guillaume Contré.

Retour à Martha's Vineyard, Richard Russo

Retour à Martha's Vineyard
Septembre 2015. Lincoln s'apprête à vendre sa maison de Martha’s Vineyard, et invite sur l’île, pour un dernier week-end, ses amis de fac, Teddy et Mickey. Ces trois hommes ne pourraient être plus différents, entre Lincoln, le « beau gosse » devenu agent immobilier et père de famille, Teddy, l’éditeur universitaire célibataire et angoissé, et Mickey, forte tête et rockeur invétéré, et pourtant, ils partagent une vie de souvenirs.
Parmi ces souvenirs, celui de Jacy, mystérieusement disparue il y a plus de trente ans, et dont ils étaient tous amoureux. Qu'est-il advenu d'elle ? Lequel avait sa préférence ? Les trois hommes vont rouvrir ensemble ce dossier « classé », et alors que par bribes la vérité émerge, ils vont devoir reconsidérer tout ce qu’ils croyaient savoir les uns des autres…

« Nostalgique et profond. Quel splendide, inoubliable personnage que Teddy ! » Télérama
« D'une plume magnifique, Richard Russo s'interroge sur les souvenirs, les amours de jeunesse, la famille, les différentes classes sociales, et s'attarde sur ses personnages si attachants. » Version femina
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch

Lisez
Lisez