Lisez! icon: Search engine
L'Archipel
EAN : 9782809826821
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 186
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La boulangère du diable

Date de parution : 12/06/2019
Plus de cent ans après la loi sur la laïcité (1905), une jeune femme reconstitue l'histoire de son aïeul, chassé de son village vendéen pour avoir hébergé des soldats venus inventorier les biens de l'Église...
L'exil et la quête  1906. Quelques semaines après le vote de la loi sur la laïcité, dans le haut bocage vendéen, un boulanger républicain est maudit par le cure de son village. Son crime ? Avoir hébergé dans sa grange, par un froid polaire, des soldats venus faire l’inventaire des... L'exil et la quête  1906. Quelques semaines après le vote de la loi sur la laïcité, dans le haut bocage vendéen, un boulanger républicain est maudit par le cure de son village. Son crime ? Avoir hébergé dans sa grange, par un froid polaire, des soldats venus faire l’inventaire des biens de l’Église. Plus personne n’achètera son pain. Il en mourra et sa compagne s’enfuira en Algérie.  Cent ans plus tard, son arrière-petite-fille, elle-même victime de la fureur islamiste en Algérie, se re fugie dans le me me village dont elle devient la boulange re. Des rumeurs l’accompagnent aussito t, parce qu’elle est alge rienne et que le village, derrie re son maire, est tre s a cheval sur la lai cite . Mais elle n’est pas venue la par hasard. Depuis son enfance, sa grand-me re, qu’elle adorait, lui a parle d’une histoire qui a marque sa famille. Une famille vende enne chasse e de sa re gion natale au de but du sie cle, et dont l’arrière-grand-mère s’est refugiée « aux colonies ».  Jour apre s jour, avec l’aide d’un jeune clerc de notaire, la jeune femme replonge dans l’histoire tragique de son ai eul, que l’extre misme catholique a conduit au suicide. Son objectif : lui rendre justice...  A partir d’une histoire vraie, Hubert Huertas offre, avec ce suspense ancre dans nos terroirs, tout a la fois un hymne a la vie et un réquisitoire contre les fanatismes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809826821
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 186
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Moccha Posté le 30 Mars 2020
    La première phrase du livre : "L'histoire dure depuis plus longtemps que les hommes". Tout est résumé. La narratrice, raconte son histoire, l'histoire d'une famille durement éprouvée par des persécutions, des assassinats, et du fanatisme religieux. Sa mère assassinée dans sa boulangerie, en Algérie, pourquoi ? elle refusait de renoncer à sa liberté, elle refusait de plier l'échine devant des "barbus". Son aïeul vendéen s'était pendu, accablé par la vengeance du prêtre et l'inertie des villageois, et de leur lâcheté. Identité, secrets, intolérance religieuse.... Un roman passionnant.
  • LesReveriesdIsis Posté le 15 Novembre 2019
    La Boulangère du Diable est un récit qui me tentait depuis de longs mois. Entre le titre qui attise la curiosité et cette couverture aux accents glaçants, il n’en fallait pas plus pour me convaincre. Le roman s’appuie sur deux axes : en 1906, un boulanger républicain est maudit par le curé du village pour avoir osé venir en aide aux soldats faisant l’inventaire des biens de l’Eglise. Abandonné de tous, il mourra des suites de cette invective. Un siècle plus tard, son arrière-petite fille trouve refuge dans ce petit village et peu à peu, elle se replongera dans l’histoire de cet aïeul dont le destin est intimement lié au sien. Ce qui frappe à la découverte de ce roman, c’est la liberté de ton de l’auteur. Dès la première page, un langage fleuri éclot pour parler des fanatismes religieux dont Nadia est victime. La parole est vive, indignée et vous saisit à l’instant même où vous commencez à lire. Le ton est donné. La narratrice, qui raconte son histoire à la première personne, n’excusera rien : ni les persécutions, ni les morts, les assassinats... La Boulangère du Diable est un récit qui me tentait depuis de longs mois. Entre le titre qui attise la curiosité et cette couverture aux accents glaçants, il n’en fallait pas plus pour me convaincre. Le roman s’appuie sur deux axes : en 1906, un boulanger républicain est maudit par le curé du village pour avoir osé venir en aide aux soldats faisant l’inventaire des biens de l’Eglise. Abandonné de tous, il mourra des suites de cette invective. Un siècle plus tard, son arrière-petite fille trouve refuge dans ce petit village et peu à peu, elle se replongera dans l’histoire de cet aïeul dont le destin est intimement lié au sien. Ce qui frappe à la découverte de ce roman, c’est la liberté de ton de l’auteur. Dès la première page, un langage fleuri éclot pour parler des fanatismes religieux dont Nadia est victime. La parole est vive, indignée et vous saisit à l’instant même où vous commencez à lire. Le ton est donné. La narratrice, qui raconte son histoire à la première personne, n’excusera rien : ni les persécutions, ni les morts, les assassinats encore moins. Car c’est bien de cela qu’il est question : l’assassinat de sa mère, dans sa boulangerie, en Algérie, tuée pour sa liberté de mœurs, pour son refus de plier devant les hommes, comme son aïeul vendéen avait été tué, accablé sous le poids de la vindicte d’un prêtre et de l’immobilisme d’un village. Nous avons donc une saga familiale d’une certaine façon, mais une famille durement éprouvée par les fanatismes religieux de tous bords, par les dérives et les excès. Le roman se charge donc d’une grande part historique. L’histoire de la Vendée est largement évoquée pour re-contextualiser l’histoire du boulanger, de ce « Grand-frère » qu’on a laissé mourir et de sa compagne qu’on a laissée partir, comme une pestiférée, enceinte et misérable. Pour autant, le roman n’est pas un plaidoyer contre la catholicisme ou l’islam. Nadia aime profondément l’Algérie, son pays, ses racines, la lumière des lieux, les gens, et la vie là-bas. Les habitants du village eux aussi ne sont pas caricaturaux, mais plus souvent qu’à leur tour, ils sont la marionnette des puissants qui usent de tous les stratagèmes pour assurer leur domination. A côté de cela, des touches d’humour parsèment le texte, comme des fleurs sauvages semées pour égayer une lecture au thème grave… Un humour grinçant parfois, à l’image de ce village vendéen profondément arc-bouté sur des principes et des dynasties d’un autre temps. Le nom du village par exemple sonne avec une ironie mordante « Fleurdécieux », le bien nommé village où l’intolérance des uns n’a d’égale que les magouilles des autres. Certains personnages permettent également de nourrir cet humour : Emile Jaber, en premier lieu, un vieil homme au langage suranné, et aux paroles délicieusement inconvenantes dans certaines occasions ; Nadia aussi est amusante parfois, Edmond, « Deux en un », fait sourire par ses attitudes gauches. Autant d’éléments qui touchent le lecteur, l’attendrissent, le font franchement sourire et applaudir au pied de nez fait par les opprimés aux puissants. Un des points forts de ce roman est d’arriver à faire cristalliser l’atmosphère si particulière d’un petit village, un endroit où tout le monde se connaît, s’épie, où les générations passent sans que les luttes de pouvoir ne cessent, un village où la mémoire ne faiblit pas comme un fantôme prisonnier des pierres. Les rôles se sont pérennisés, comme figés. Le maire est l’homme de paille du notable le plus aisé, notable qui de père et fils conserve la main mise sur le territoire et ne recule devant rien pour affermir son pouvoir. J’ai adoré détester la famille Mesnard de Curzon, j’ai aimé ce cousin Jacques, fier de son histoire, fier de ses convictions et hanté par le souvenir brumeux d’un héritage aux accents discutables. Entre les ruelles de Fleurdécieux, Nadia rouvre la boîte de Pandore et redonne vie au boulanger du Diable, à l’homme honni mais admiré et elle déclenche un véritable ouragan. Peu à peu, elle reconstitue le passé de cet homme, hautement émouvant, son incapacité à plier, ses espoirs, ses drames. Elle renoue avec un homme qu’elle croyait connaître grâce aux récits de sa propre famille, mais dont elle ignorait beaucoup. Une fois son enquête finie, par delà les siècles et les kilomètres, elle peut renouer les liens familiaux, réconcilier l’irréconciliable. Enfin, un petit détail m’a beaucoup plu : le livre est truffé de références littéraires. Je dois reconnaître que cela m’a réjouie. Bien entendu, cela ne plaira pas à tout le monde, mais j’ai vraiment apprécié. De même, comme le fil conducteur de l’oeuvre reste des fanatismes, nous trouvons des allusions à des événements récents, comme Charlie Hebdo et les attentats. Cela permet de rassembler tous les fanatismes, et de donner une accent très universel à l’oeuvre, sous l’histoire individuelle de Nadia et de sa famille. Ainsi, j’ai adoré ma lecture. Le ton est vif, sans compromis, et, à la manière d’une cold case, La Boulangère du Diable offre une enquête pimentée. Si le fond est grave, la plume ménage le lecteur par l’humour. De page en page, Nadia revisite le passé tout en éclairant le présent, elle renoue ainsi les fils du temps et répare les accrocs tout en libérant les cœurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fortuna Posté le 9 Novembre 2019
    D’une folie religieuse à l’autre… le Diable a bon dos. En 1906 Henri Brissaud, boulanger vendéen et républicain se donne la mort après avoir été mis au ban de son village par le curé peu après le vote de la loi sur la laïcité. Déshéritée sa compagne Joséphine part s’installer en Algérie où grandira leur enfant née en mer, Henriette. Presque cent ans plus tard, sa petite-fille Nadia, elle-même boulangère avec sa mère à Alger, retrouve cette dernière la gorge tranchée par les islamistes, et épouvantée décide de se réfugier en France chez son lointain cousin Jacques Brissaud. D’une génération à l’autre, d’un pays à l’autre, se sont transmis la passion du métier de boulanger et le refus du diktat religieux. Nadia sera plutôt bien accueillie au début dans ce village vendéen, Fleurdécieux, mais au bout de quelques mois elle apprend qu’elle va devoir repartir… Ses liens familiaux avec Henri Brissaud ont été découverts et elle ne tarde pas à découvrir que certains craignent voir resurgir des secrets du passé…et quelques crimes oubliés. Avec l’aide de son cousin et d’un jeune clerc de notaire surnommé deux-en-un, ils vont remonter le temps pour retrouver le fil de leur histoire personnelle... D’une folie religieuse à l’autre… le Diable a bon dos. En 1906 Henri Brissaud, boulanger vendéen et républicain se donne la mort après avoir été mis au ban de son village par le curé peu après le vote de la loi sur la laïcité. Déshéritée sa compagne Joséphine part s’installer en Algérie où grandira leur enfant née en mer, Henriette. Presque cent ans plus tard, sa petite-fille Nadia, elle-même boulangère avec sa mère à Alger, retrouve cette dernière la gorge tranchée par les islamistes, et épouvantée décide de se réfugier en France chez son lointain cousin Jacques Brissaud. D’une génération à l’autre, d’un pays à l’autre, se sont transmis la passion du métier de boulanger et le refus du diktat religieux. Nadia sera plutôt bien accueillie au début dans ce village vendéen, Fleurdécieux, mais au bout de quelques mois elle apprend qu’elle va devoir repartir… Ses liens familiaux avec Henri Brissaud ont été découverts et elle ne tarde pas à découvrir que certains craignent voir resurgir des secrets du passé…et quelques crimes oubliés. Avec l’aide de son cousin et d’un jeune clerc de notaire surnommé deux-en-un, ils vont remonter le temps pour retrouver le fil de leur histoire personnelle étroitement mêlée à celle d’une région, la Vendée, marquée par les guerres contre-révolutionnaires et le poids du catholicisme. Et découvrir que derrière le masque de la respectabilité, de la religion ou de l’hospitalité peuvent se dissimuler de bien sombres manigances. Un roman captivant qui relie l’histoire de l’Algérie à celle de la France, pose le problème de la laïcité à un moment où elle est plus que jamais d’actualité, montre que la logique du fanatisme n’est pas l’apanage d’une communauté mais qu’elle se renouvelle sous des visages différents quand le religieux devient intégrisme ou idéologie politique. Et qu’à l’image du combat des femmes, celui de la laïcité n’est jamais totalement acquis. Le récit est envoutant et se laisse dévorer, l’auteur dénonce des doctrines meurtrières d’autant plus dangereuses qu’elles agissent au nom de la religion, et que certains les défendent au nom de la liberté… Merci aux éditions de l’Archipel et à Babelio pour cette découverte originale.
    Lire la suite
    En lire moins
  • paleoliticgirl Posté le 31 Octobre 2019
    Incroyable mais c’est un nouveau coup de cœur et à nouveau pour un roman noir! Il est très court mais il est loin de m’avoir laissée indifférente. Il m’a fait passer par un panel d’émotions allant de la colère à la tristesse et aux larmes. Parce que ce livre, c’est ça: ce sont des émotions transcendées par l’écriture. Je ne suis pas une adepte du « je » dans un livre, la plupart du temps c’est mal utilisé et je me lasse vite et je n’apprécie pas mais ici, rien à dire, utilisation parfaite. Je vais me répéter souvent mais ce n’est pas que Nadia qui parle à travers ce « je », ce sont les émotions qu’elles portent. La prouesse de l’auteur, c’est de nous les faire vivre. La colère est celle qui prédomine que ce soit dans les événements de 1905/1906 en Vendée ou dans ceux de 1998/1999 en Algérie et en Vendée. Pour ceux qui n’aiment pas les virgules, laissez vous tout de même tenter car ce sont dans ces virgules et ces phrases longues qu’on ressent cette colère et l’urgence de la caractériser. C’est comme quelqu’un qui s’enflamme, qui fait de grands gestes et qui s’énerve. C’est... Incroyable mais c’est un nouveau coup de cœur et à nouveau pour un roman noir! Il est très court mais il est loin de m’avoir laissée indifférente. Il m’a fait passer par un panel d’émotions allant de la colère à la tristesse et aux larmes. Parce que ce livre, c’est ça: ce sont des émotions transcendées par l’écriture. Je ne suis pas une adepte du « je » dans un livre, la plupart du temps c’est mal utilisé et je me lasse vite et je n’apprécie pas mais ici, rien à dire, utilisation parfaite. Je vais me répéter souvent mais ce n’est pas que Nadia qui parle à travers ce « je », ce sont les émotions qu’elles portent. La prouesse de l’auteur, c’est de nous les faire vivre. La colère est celle qui prédomine que ce soit dans les événements de 1905/1906 en Vendée ou dans ceux de 1998/1999 en Algérie et en Vendée. Pour ceux qui n’aiment pas les virgules, laissez vous tout de même tenter car ce sont dans ces virgules et ces phrases longues qu’on ressent cette colère et l’urgence de la caractériser. C’est comme quelqu’un qui s’enflamme, qui fait de grands gestes et qui s’énerve. C’est ça ce roman. C’est de la colère face à l’injustice. C’est la dénonciation d’une réalité face aux religions. Attention, l’auteur n’y va pas par quatre chemins et les mots utilisés sont violent, témoins toujours de cette colère. J’ai adoré ce roman d’Alger à Fleurdécieux. J’y ai retrouvé la Vendée et son bocage, sa fierté. Je regrette qu’on soit encore obligé de dénoncer tant de choses: la peur de l’étranger, du changement, le pouvoir des fanatismes religieux quel qu’ils soient, l’obscurantisme, les moutons, les escroqueries des riches au pouvoir… Tant de choses passés et toujours d’actualité. C’est vraiment un roman très fort que j’ai eu du mal à lâcher, qui m’a fait une très forte impression de par sa teneur et son écriture, une écriture forte, imagée et vivante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Juin Posté le 28 Octobre 2019
    Lorsque Nadia fuit l'Algérie où sa mère vient d'être assassinée dans sa boulangerie par des extrémistes elle ne sait pas qu'en arrivant dans ce petit village de Vendée elle va aussi retrouver une histoire bien lourde, celle de son arrière-grand-père qui s'est suicidée, car " L'Histoire dure plus longtemps que les hommes". Avec des allers-retours l'auteur nous dévoile peu à peu les secrets de ce pays catholique, qui sut se déchirer au nom d'un Dieu qui n'en demandait surement pas tant au moment de la loi sur la laïcité. Roman à suspense mais aussi politique et historique ce roman avance ses pions avec habilité. Nadia, déchirée entre 2 cultures est un personnage attachant qui va soulever pas mal de secrets et remuer involontairement la boue. On trucide ou condamne au nom de la religion. Que ce soit en 1906 ou en 2000. Pas les mêmes, pas au même endroit mais toujours pour la bonne cause aux yeux de ces forcenés. Roman âpre qui explore la noirceur de certains, je l'ai trouvé intéressant et instructif, même si la fin est... Lorsque Nadia fuit l'Algérie où sa mère vient d'être assassinée dans sa boulangerie par des extrémistes elle ne sait pas qu'en arrivant dans ce petit village de Vendée elle va aussi retrouver une histoire bien lourde, celle de son arrière-grand-père qui s'est suicidée, car " L'Histoire dure plus longtemps que les hommes". Avec des allers-retours l'auteur nous dévoile peu à peu les secrets de ce pays catholique, qui sut se déchirer au nom d'un Dieu qui n'en demandait surement pas tant au moment de la loi sur la laïcité. Roman à suspense mais aussi politique et historique ce roman avance ses pions avec habilité. Nadia, déchirée entre 2 cultures est un personnage attachant qui va soulever pas mal de secrets et remuer involontairement la boue. On trucide ou condamne au nom de la religion. Que ce soit en 1906 ou en 2000. Pas les mêmes, pas au même endroit mais toujours pour la bonne cause aux yeux de ces forcenés. Roman âpre qui explore la noirceur de certains, je l'ai trouvé intéressant et instructif, même si la fin est un peu rapide. Croisement entre la Vendée de 1905 et la loi du " petit père Combes " et le fanatisme islamiste qui tue on ne sait au nom de quoi pour un roman qui s'appuie sur l'histoire pour nous raconter une saga familiale douloureuse. Merci à Babelio ( masse critique) et à l'Archipel pour cet envoi, accompagné d'un petit carnet. Sympa.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.