Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365693745
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Le Goût sucré des souvenirs

Rose LABOURIE (Traducteur)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 15/02/2018
Dans la lignée de Un goût de canelle et d’espoir, un premier roman doux-amer qui entremêle les destins d’une vieille dame et d’une jeune fille. Délicieusement subtil et poétique.
Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les... Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d’abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs : les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu’elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l’arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères.
Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. D’autant plus que Pola lutte elle aussi contre ses propres démons.
Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu’elles ne l’auraient imaginé. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365693745
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

« Un livre touchant. »
Berliner Zeitung
« Une histoire douce-amère. »
Nürnberger Zeitung

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • France_Esperluette Posté le 11 Octobre 2020
    Le goût sucré des abricots est pour Elisabetta ce qu'était la madeleine pour Proust. Une réminiscence qui la transporte dans son passé de jeune fille juive dans la Vienne de la Seconde Guerre Mondiale et la replonge dans l'histoire tragique qui a fait d'elle l'unique survivante de la rafle de sa famille. Aujourd'hui, l'octogénaire survit entre la préparation obsessionnelle de sa confiture et les visites régulières des fantômes de ses sœurs défuntes. Dans sa maison familiale, elle accueille aussi depuis peu Pola, jeune ballerine viennoise. Une hôte bien réelle dont l'histoire personnelle rejoint bientôt la sienne : Pola était l'amoureuse de la petite-fille d'Elisabetta. Un deuxième drame se dessine alors au fil des souvenirs entremêlés des deux femmes. Pour continuer, Pola aura besoin du soutien, de la compréhension et du pardon d'Elisabetta. Celle-ci qui a tant souffert sera-t-elle en mesure de les lui accorder ? Une grande leçon d'humanité servie par un style parfois alambiqué, mais finalement percutant.
  • annec44 Posté le 6 Octobre 2020
    Je découvre avec ce roman une auteure qui nous livre sur un plateau une histoire d’une grande sensibilité. Son style d’écriture doux et travaillé m’a fait penser à un ouvrage d’art. Les mots sont choisis avec soin et l’histoire elle-même est d’une grande poésie. Et malgré ces très belles qualités, j’ai la très désagréable impression d’être passée à côté de ce roman. Qui est Pola, qui est Elisabetta, qui sont Rahel et Judith ? À quelle époque sommes-nous ? Ces questions paraissent simples, mais j’aurais bien de la difficulté à y répondre tellement les allers et retours entre le passé et le présent sont très entremêlés. Je ne saurais dire si mon ressenti est dû à un très (trop ?) grand génie de Beate Teresa Hanika ou si, au contraire, elle a écrit son livre sans considérer suffisamment son lecteur. Jusqu’au bout de ma lecture, j’ai espéré un dénouement qui me permettrait de mieux comprendre le lien entre les différents protagonistes et entre les différentes époques. Ce dénouement n’est pas arrivé et me laisse un goût amer, contrairement à ce que laisse supposer le titre du livre.
  • Steffibook Posté le 28 Février 2020
    Un roman sensible et émouvant ! Je n’ai pas été complètement séduite, lenteur dans et les descriptions trop longues. On passe du passé dans les souvenirs d'une jeunesse meurtrie par la guerre et la déportation et le présent dans un même chapitre sans structure, la lecture devient floue, il n’y a pas une chronologie dans l’histoire, les souvenirs s’entremêlent !
  • Cassy Posté le 8 Mai 2019
    Vienne, de nos jours, Elisabetta Shapiro, âgée de 80 ans, vit seule dans sa grande maison. Alors, elle loue une chambre à Pola, une jeune danseuse, dont elle ne sait rien. Elisabetta cohabite avec ses souvenirs, en particulier ceux avec ses grandes sœurs, ainsi que les confitures d’abricot qu’elle confectionnait par centaines dans sa jeunesse. Et puis, la guerre est arrivé et toute sa famille fut déportée… Ce roman mêle le passé, le présent, et la voix d’Elisabetta à celle de Pola. Sans qu’elle le sache, la vie de Pola et la sienne sont liées. Un titre doux-amer sur l’indicible, le pardon, l’acceptation. Il faut souvent lire entre les lignes pour comprendre l’intégralité de l’histoire mais ce texte en vaut la peine, il est puissant et beau. Je salue Beate Teresa Hanika et son écriture si belle, si riche !
  • esblandin Posté le 30 Juillet 2018
    le deuil impossible de toutes une famille perdue, la difficulté de vivre quand il ne reste plus personne, le pardon pour aller en paix. ce livre c'est tout ça.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !