Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221125670
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Les Ronces de fer
Collection : L'École de Brive
Date de parution : 03/07/2014
Éditeurs :
Robert Laffont

Les Ronces de fer

Collection : L'École de Brive
Date de parution : 03/07/2014

« Je t’aime, Emma, pour toujours, mais j’aime aussi cette guerre folle et perdue d’avance »
Raphaël, entre deux combats désespérés sur le front de Madrid, de Teruel ou de Saragosse,...

« Je t’aime, Emma, pour toujours, mais j’aime aussi cette guerre folle et perdue d’avance »
Raphaël, entre deux combats désespérés sur le front de Madrid, de Teruel ou de Saragosse, écrit à Emma, la jeune fille rencontrée par hasard qu’il a laissée au village de Gurs, en Béarn. En Espagne,...

« Je t’aime, Emma, pour toujours, mais j’aime aussi cette guerre folle et perdue d’avance »
Raphaël, entre deux combats désespérés sur le front de Madrid, de Teruel ou de Saragosse, écrit à Emma, la jeune fille rencontrée par hasard qu’il a laissée au village de Gurs, en Béarn. En Espagne, la guerre civile va avoir un an. Dans les Brigades internationales, Raphaël se bat pour l’honneur et pour cette liberté et cette fraternité qui ont emporté les jeunes hommes de l’époque au-delà d’eux-mêmes. Avec tous les siens, il sera vaincu. Il retrouve Gurs.
C’est alors que commence la guerre d’Emma : en marge du village, dans la grande plaine désolée, s’est ouvert un vaste camp d’internement qui, derrière ses barbelés – Les ronces de fer – va accueillir, de 1939 à 1942, tous les « indésirables » de l’époque : soldats vaincus, réfugiés antinazis d’Europe, Juifs. Pour accompagner Raphaël dans le combat qu’il poursuit, Emma se jette dans cet enfer.
Au feu d’un temps atroce, leur amour se brûlera…
Une jeune femme, un jeune homme au cœur fier. Un grand amour passionné, dévoré par des exigences plus hautes encore. Et ce temps – la guerre d’Espagne – magnifique et terrible, qui est entré dans la légende de l’Histoire.
Tout cela sous la plume ardente, rude et sensible de Martine Marie Muller, l’auteur de Terre-Mégère et de La Porte.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221125670
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rulhe Posté le 1 Septembre 2021
    Emma et Raphaël ont vingt ans en 1936.c, est le coup de foudre.puis Raphaël s,engagé dans les brigades internationales, contre le fascisme. Emma se consacre à la défense des internés du Camp de gurs.arrive l, occupation.les ronces de fer, sont les barbelés qui entourent le camp d, internement de gurs ,au pied des Pyrénées orientales.ou depuis 1938, croupissent dans des conditions effroyable, les restes de l, armée républicaine espagnole.que vichy remplace bientôt par les juifs et autres indésirables. tandis que Raphaël se bat contre le franquiste, Emma même une guerre pacifique dans le but d, améliorer le sort des internés du camp. les destinées de ces deux jeunes gens qui s, aiment passionnant, malgré la barbarie ambiante.mais que tant d, obstacles séparent, s, inscrit dans une page cruelle et peut connue de l, histoire de France. une belle et émouvante histoire d, amour.👍. pour toute la famille.
  • Azallee92 Posté le 19 Juin 2020
    Martine Marie Muller a choisi le point de départ de son roman en s'inspirant de l'ouvrage de l'historien Claude Laharie « le camps de Gurs 1939-1945 » Claude Laharie a écrit : « L'historien doit réaliser un travail d'humaniste et de défense des droits de l'Homme. La forme que prend ce travail pour un historien dans les années 1980, au moment où émergent les thèses négationnistes, est liée à une sorte d'engagement. C'est pourquoi le travail de mémoire me semble la conséquence naturelle d'un travail d'historien sur un sujet comme celui-là… » http://www.campgurs.com/lamicale/lhistoire-de-lamicale/un-historien-pour-le-camp-claude-laharie/ « Tous les noms des combattants de la guerre d'Espagne sont véridiques, ainsi que tous les noms des internés du camp, les noms des pasteurs sont également exacts ainsi que celui de Jeanne Merle d'Aubigné, une des fondatrices du Cimade (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués), et des dessinateurs témoins des monstruosités du camp. Les passeurs à travers la frontière pyrénéenne sont, à notre connaissance, toujours vivants (en 2000) » écrit en fin d'ouvrage Marie Martine Muller. Trois personnages principaux (de fiction) vont se rencontrer pour suivre le fil conducteur d'un destin douloureux, un morceau de vie qui les marquera à jamais. Raphaël : futur avocat, issu d'une famille riche, et d'un couple... Martine Marie Muller a choisi le point de départ de son roman en s'inspirant de l'ouvrage de l'historien Claude Laharie « le camps de Gurs 1939-1945 » Claude Laharie a écrit : « L'historien doit réaliser un travail d'humaniste et de défense des droits de l'Homme. La forme que prend ce travail pour un historien dans les années 1980, au moment où émergent les thèses négationnistes, est liée à une sorte d'engagement. C'est pourquoi le travail de mémoire me semble la conséquence naturelle d'un travail d'historien sur un sujet comme celui-là… » http://www.campgurs.com/lamicale/lhistoire-de-lamicale/un-historien-pour-le-camp-claude-laharie/ « Tous les noms des combattants de la guerre d'Espagne sont véridiques, ainsi que tous les noms des internés du camp, les noms des pasteurs sont également exacts ainsi que celui de Jeanne Merle d'Aubigné, une des fondatrices du Cimade (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués), et des dessinateurs témoins des monstruosités du camp. Les passeurs à travers la frontière pyrénéenne sont, à notre connaissance, toujours vivants (en 2000) » écrit en fin d'ouvrage Marie Martine Muller. Trois personnages principaux (de fiction) vont se rencontrer pour suivre le fil conducteur d'un destin douloureux, un morceau de vie qui les marquera à jamais. Raphaël : futur avocat, issu d'une famille riche, et d'un couple franco-espagnol habitant Bordeaux, et dont le père tire fortune du commerce du vin est séparé très tôt de sa mère qui a décidé de fuir son couple, où elle se sent niée et de retourner vivre en Espagne. Emma : issue d'un milieu pauvre de Bordeaux, elle a perdu sa mère en 1925, dix ans auparavant . Emma a le don de visionnaire, qui sait, avant l'heure, qu'une mort est annoncée, et qu'elle ressent comme une flèche dans son propre corps. Elle part à Pau chercher du travail. Ils se rencontrent sur le quai de la gare de Bordeaux, et quand un voyageur se jette du train, Emma par un pressentiment appuie sur le signal d'alarme. de là va suivre une vie pleine de douleur pour ces deux enfants marqués par « la douleur des Noëls vides, la douleur des salons vides, douleur pour ceux qui ne demandaient qu'à aimer ». Subjugué par la jeune fille du train, Raphaël l'a suivra « sans rien savoir d'autre, sans rien demander », alors qu'il a prévu de rencontrer sa mère, qu'il n'a pas vu depuis douze ans, mais dont il a pris le nom de Soto, dans sa maison à Irùn. Il s'engage dans les brigades internationales. Jeanne : Elle accueille auprès d'elle des enfants de l'assistance publique, « des chats écorchés », « des chiens perdus et affamés ». Cette maîtresse femme a repris la boulangerie à la mort de son mari et tient l'épicerie-buvette à Gurs, village des pyrénnées basques. Raphaël sera pris malgré lui dans la guerre qui fait rage en Espagne, à l'heure du « Frente Popular », pour libérer le pays de sa mère mourante. Il manque d'y laissé sa vie mais Emma qui a pressentit sa mort, va en demandant l'aide au père de Raphaël, veiller sur son rétablissement et le ramener à Gurs. Elle pense qu'à ce moment là elle pourra mener une vie ordinaire heureuse auprès de Raphaël, en vivant pour eux, rien que pour eux. Mais elle va se rendre compte que celui-ci aime trop la guerre pour arrêter son destin pour Emma, qui a compris aussi qu'elle ne sera jamais mère. Emma, en compagnie de Jeanne, va entrer dans le camp de Gurs, qui de camp pour internés combattants et civils espagnols, surtout communistes et pacifistes "les indésirables", va dévier après 1940 en un camp de concentration pour Juifs de tous pays. Elle en sortira chassée par les concentrationnaires allemands qui sont chargés d'évacuer le camp pour une déportation en Allemagne. « Réfléchir à ce que nous sommes, à cette partie sombre en nous, ne pas oublier les fondements de la dignité humaine, on ne construit rien sur l'oubli, le non-dit, sur l'indifférence, on risque de glisser progressivement vers l'absence de démocratie, de liberté, des droits de l'homme. » dira Claude Laharie
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.