En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Mauvaise Base

            12-21
            EAN : 9782823808063
            Code sériel : VIRT
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Mauvaise Base

            PAUL BENITA (Traducteur)
            Date de parution : 28/03/2013

            La nouvelle heurte Myron comme une batte de baseball : Clu Haid, joueur de baseball, client de MB Sports, l'agence de Myron, est mort. Avec trois balles dans le corps, le suicide est peu probable... Et c'est Esperanza, l'associée de Myron, qui est accusée du meurtre. Preuves à l'appui.

            EAN : 9782823808063
            Code sériel : VIRT
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            12-21
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • khanel3 Posté le 20 Février 2018
              je retrouve avec plaisir le personnage phare d'Harlan Coben, Myron Bolitar ! Le voilà dans une enquête étonnante qui le touche personnellement. Jusqu'au bout, on ne comprends pas à quel point Myron est impliqué. J'ai adoré les dialogues avec son ami Win, toujours autant d'humour, de sarcasme ! Je râle car il ne reste plus que 3 livres avec Myron que je n'ai pas lu !!! Je fais durer le plaisir !
            • lau2810 Posté le 16 Septembre 2017
              On suit toujours Myron Bolitar avec plaisir, où qu'il aille. Un peu de la vie de celui-ci et on se sent plus proche. Alors on adhère toujours un peu plus.
            • Naissou46_books Posté le 13 Mai 2017
              J'apprécie cet auteur et j'ai retrouvé Myron Bolitar. Ce livre n'est pas mon préféré d'Harlan Coben car j'ai trouvé quelques passages un peu long, néanmoins le denouement m'a bien plu. Avant que Myron nous dise le fin mot de l'histoire, je n'avais rien deviné.
            • Stewartjef Posté le 7 Avril 2017
              Mais qui est Brenda ? Dans la série avec Bolitar (son personnage d'agent de sportifs professionnels, j'avais déjà critiqué Coben dans ses éternels rappels des personnages, des lieux, des situations, ... Mais là, à plusieurs reprises, il mentionne l'énigmatique Brenda, sans aucune référence. Bon il faut dire que j'ai sauté 2 livres, mais quand même. Donc, appel à tous, qui est Brenda ?
            • Hugo Posté le 30 Août 2016
              Et voilà que les vacances c'est déjà fini, la chaleur de la Toscane me manque, le parfum des oliviers, les routes enlacées, la bouffe, la piscine en pleine air, Florence, Sienne, Pise, 4300 bornes cumulées… Et mon pote le frelon qui le deuxième jour, dans un excès de « z'ailes » est venu me planter un baisé derrière l'oreille, rapide le petit enculé, je l'ai juste vu péter un boulon au dessus de ma tête me piquer droit dessus, le temps de réagir face à ce danger mortel, la douleur était faite : « AIEUHHHHH, putain de putain casse-toi enculé, casse toiiiiiiiiiiiii… » Mes cris d'homme virileuhhhh résonne encore dans le plaines de toscane, du coup je l'ai semé, ou il a du comprendre au vu de mon agitation que je n'étais pas un rigolo… A part lui et les moustiques qui ont trouvé sur mes pieds de quoi alimenter un régiment de potes, familles, connaissances et j'en passe, c'était du pur plaisir, avec deux paons qui squattaient l'arbre à côté de mon appartement le soir venu… monsieur et madame perchés en haut de l'arbre devaient se donner du bon temps, un hérisson aussi, et autres bestioles qui me faisaient bander mou... Et voilà que les vacances c'est déjà fini, la chaleur de la Toscane me manque, le parfum des oliviers, les routes enlacées, la bouffe, la piscine en pleine air, Florence, Sienne, Pise, 4300 bornes cumulées… Et mon pote le frelon qui le deuxième jour, dans un excès de « z'ailes » est venu me planter un baisé derrière l'oreille, rapide le petit enculé, je l'ai juste vu péter un boulon au dessus de ma tête me piquer droit dessus, le temps de réagir face à ce danger mortel, la douleur était faite : « AIEUHHHHH, putain de putain casse-toi enculé, casse toiiiiiiiiiiiii… » Mes cris d'homme virileuhhhh résonne encore dans le plaines de toscane, du coup je l'ai semé, ou il a du comprendre au vu de mon agitation que je n'étais pas un rigolo… A part lui et les moustiques qui ont trouvé sur mes pieds de quoi alimenter un régiment de potes, familles, connaissances et j'en passe, c'était du pur plaisir, avec deux paons qui squattaient l'arbre à côté de mon appartement le soir venu… monsieur et madame perchés en haut de l'arbre devaient se donner du bon temps, un hérisson aussi, et autres bestioles qui me faisaient bander mou la nuit tombée, il faut bien le reconnaitre… moi attablé à la terrasse à l'affût d'une autre attaque d'un frelon capricieux… ça vous nique l'ambiance d'une branlette en pleine nature ces conneries… Ahhh c'est cool les vacances, mais avec un gosse de deux ans et demi, j'ai revu mes exigences de ne rien branler à la baisse, elle n'arrête jamais de parler, de chouiner, du matin au soir à te coller au cul pour commenter la vie, le vent, l'herbe, et tout ce qu'elle fait, le boulet… - « La bête elle pique au mur papa ? » - ??? Et puis direction le Lubéron, un peu déçus, nous étions moins perdus dans la pampa, et puis ya trop de français dans ce pays, ça m'a filé les jetons, un peur surfait les plages du Sud, faut s'enfoncer dans les terres pour découvrir la richesse de cette région, de jolis villages, paysages et vignobles… Du coup je me suis acheté un putain de tir bouchon de professionnel, comme dans les restos, à 5 balles, je rentre dans la cour des grands déboucheurs de bouteilles, j'ai le coup de main assuré, du coup je bois plus pour en déboucher plus, cercle infernal d'un entrainement de grand sportif, je titube, ça me fait bien marrer d'ailleurs mais avec modération… L'eau de la piscine est froide, faut se concentrer sur la pointe des pieds et prendre son temps, la mer c'est pire, elle te saisie, tu gigotes les pieds cinq minutes et tu sors te réchauffer sous le parasol, parce que le soleil il est aussi con que la mer, il ne se modère pas tu vois, lui comme il est là pour te chauffer alors y te chauffe t'inquiète, allez hop prends ça sur ta peau toute mignonnette et innocente, du coup dès qu'il pointe un rayon elle rougie… Après ya le sable, là mon pote c'est le pompon de la grosse merdasse, il s'infiltre partout, il se colle partout, je me suis faite cette réflexion : à savoir pourquoi on n'avait pas inventé plutôt les plages de gazon ? C'est doux l'herbe, ça chatouille, c'est confortable, ça fait ne pas chier le touriste et encore moins le baigneur, faudrait comme y penser à retirer les galets et le sable pour y planter de la douceur dans ce monde de vacance hein… Enfin voilà après un feu d'artifice de fou furieux dans un des plus beaux villages de France, d'après l'affiche à l'entrée, nous voilà sur le départ droit vers la canicule de la capitale, ventilo branché sur puissance max, les poils de mes chats qui volent au vent, ma fille qui chouine un caprice ou deux, et moi je suis rincé de mes vacances, les bagages sont montés, et les lessives sont lancées… Bonne rentrée à toutes et à tous Bon sinon le bouquin c'est du "Harlan Coben", pas de grosse surprise...C'est comme le coca : ça a toujours le même gout... Et quand il y a Myron, moi j'adore... A plus les copains
              Lire la suite
              En lire moins
            Vos nuits sont hantées par les romans d'Harlan Coben ?
            Vos mains tremblent à chacune de leurs pages et vous trépignez d'impatience à chaque nouvelle parution ?
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com