En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Deux garçons bien sous tous rapports

        Robert Laffont
        EAN : 9782221203309
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 496
        Format : 122 x 182 mm
        Deux garçons bien sous tous rapports

        Jean ROSENTHAL (Traducteur)
        Collection : Pavillons Poche
        Date de parution : 09/11/2017

        Le château du village de Bellingford, au coeur de la campagne anglaise, vient d’être vendu. Ses mystérieux acquéreurs sont deux messieurs de la ville, sans lien de parenté… De quoi exciter la curiosité des habitants de cette bourgade sans histoires. Soudain un vent de folie souffle sur le village jusqu’alors...

        Le château du village de Bellingford, au coeur de la campagne anglaise, vient d’être vendu. Ses mystérieux acquéreurs sont deux messieurs de la ville, sans lien de parenté… De quoi exciter la curiosité des habitants de cette bourgade sans histoires. Soudain un vent de folie souffle sur le village jusqu’alors tranquille, et les malentendus, quiproquos et situations absurdes se succèdent à une allure vertigineuse.
        C’est avec un humour joyeux que William Corlett choisit de raconter la confrontation entre deux univers que tout oppose. Mais les différences s’estompent peu à peu et parfois même, les masques tombent…

        « Avec une fausse Doris Day, la rescapée d’une secte, des ruptures en pagaille et des situations divinement absurdes, le Britannique William Corlett réussit un grand vaudeville, mais également un beau roman sur la différence et la tolérance. » Télérama.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221203309
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 496
        Format : 122 x 182 mm
        Robert Laffont
        11.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • AliceFee Posté le 23 Mars 2018
          Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Deux Garçons Bien sous tous Rapports ? "Ce livre était dans ma wishlist depuis tellement longtemps qu'honnêtement je ne saurais plus vous dire ni pourquoi ni comment il avait atterri là. Mais quand j'ai vu que Pavillons Poche le réédité, j'ai sauté sur l'occasion." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Bless et Rich ont décidé de sauter le pas et de s'installer ensemble, choisissant pour cela une belle demeure à la campagne, dans le petit village de Bellingford. Mais Rich doit très vite repartir travailler et Bless se retrouve seul à affronter ses nouveaux voisins, pas tous ravis de leur arrivée..." Mais que s'est-il exactement passé entre vous? "Sa note sur différents sites internet n'est pas forcément très élevée et comme j'ai été plutôt déçue dernièrement par plusieurs lectures anglaises, je dois dire que je m'attendais presque à ce que ce soit de nouveau le cas. En réalité, je me suis régalée. Je me suis beaucoup amusée dans ce petit village anglais, tout chamboulé par l'arrivée de nouveaux venus qui ne sont autres que deux messieurs seuls, une façon polie de dire qu'ils sont en couple.... Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Deux Garçons Bien sous tous Rapports ? "Ce livre était dans ma wishlist depuis tellement longtemps qu'honnêtement je ne saurais plus vous dire ni pourquoi ni comment il avait atterri là. Mais quand j'ai vu que Pavillons Poche le réédité, j'ai sauté sur l'occasion." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Bless et Rich ont décidé de sauter le pas et de s'installer ensemble, choisissant pour cela une belle demeure à la campagne, dans le petit village de Bellingford. Mais Rich doit très vite repartir travailler et Bless se retrouve seul à affronter ses nouveaux voisins, pas tous ravis de leur arrivée..." Mais que s'est-il exactement passé entre vous? "Sa note sur différents sites internet n'est pas forcément très élevée et comme j'ai été plutôt déçue dernièrement par plusieurs lectures anglaises, je dois dire que je m'attendais presque à ce que ce soit de nouveau le cas. En réalité, je me suis régalée. Je me suis beaucoup amusée dans ce petit village anglais, tout chamboulé par l'arrivée de nouveaux venus qui ne sont autres que deux messieurs seuls, une façon polie de dire qu'ils sont en couple. Le personnage de Bless, jeune et un peu perdu, est aussi extrêmement attachant. Malheureusement, vers le milieu de l'histoire, on tombe vraiment dans l'exagération avec des rebondissements ridicules et rocambolesques qui, à mon sens, n'étaient pas du tout utiles. Mais il suffit de faire abstraction de quelques éléments pour passer un bon moments avec tout ce petit monde." Et comment cela s'est-il fini? "J'ai aimé la fin même si là encore ça part un peu dans tous les sens. Si ça n'en est pas moins drôle, ça enlève un peu de force au propos et c'est quand même dommage parce que parler d'homosexualité avec humour reste essentiel aujourd'hui."
          Lire la suite
          En lire moins
        • LePamplemousse Posté le 30 Décembre 2017
          Deux messieurs n'ayant visiblement aucun lien de parenté viennent de s'installer dans le château d'un paisible petit village anglais. Cela va bien entendu bouleverser l'ordre établi, et la morale va être mise à mal car ici, tout le monde est respectable et des gens "comme ça" n'ont rien à faire dans un endroit bien comme il faut. Avec ce véritable vaudeville, l'auteur nous régale de scènes burlesques et incroyables et de réparties aussi drôles qu’irrévérencieuses. Ces deux messieurs vont effectivement mettre un joyeux bazar dans le village mais les habitants ne seront pas en reste, eux aussi vont finalement laisser éclater leur vraie nature ! L'auteur a un humour décapant, très caustique parfois, à la manière anglaise, comme il se doit !
        • Mondaye Posté le 24 Mars 2016
          Un petit roman entamé sans grande conviction et dévoré à la vitesse grand V. L'humour à l'anglaise et l'intrigue un peu tiré par les cheveux mais tellement délicieusement loufoque on rapidement pris racines et les heures de lectures se sont envolée trop rapidement. Certes certains "plot twist" sont un poil prévisible [masquer] comme le fait que le général se travestisse[/masquer] Mais la légèreté du texte nous fait oublier ce détail sans problème. la thématique est aussi sympathique et bien traité. bref une excellente découverte.
        • meslinoulautre Posté le 18 Septembre 2015
          Qui sont ces deux hommes "seuls" venus s'installer ENSEMBLE dans cette grande demeure au fin fond de l'Angleterre ? La question est sur toutes les lèvres des habitants du village si paisible de Bellingford Comment l'installation de ces deux compères va elle à ce point pouvoir en bousculer l'harmonie et la tranquillité ? Comment accueillir et se familiariser avec " ce genre de personnes" vis à vis desquels fleurissent une foule d'a prioris et de superstitions? L'un se prénomme Bless et l'autre Richard, l'un est un riche retraité et l'autre est son jeune amant. Tout deux vont faire la connaissance d'une multitude d'habitants tous plus loufoques les uns que les autres. Un colonel à l'esprit étroit, une epicière pas très commerçante, une femme de ménage plutôt gourmande... C'est avec une bonne dose d'humour décalé et une pointe de cynisme que l'auteur aborde donc ici le thème de l'homosexualité et sa perception dans les campagnes les plus reculées. Derrière une histoire qui peut sembler assez simple et frivole se cache une multitude de sujets modernes qui posent encore question aujourd'hui. J'ai beaucoup apprécié le parti pris de l'auteur qui use du comique pour dénoncer certaines attitudes humaines ainsi que sa fluidité... Qui sont ces deux hommes "seuls" venus s'installer ENSEMBLE dans cette grande demeure au fin fond de l'Angleterre ? La question est sur toutes les lèvres des habitants du village si paisible de Bellingford Comment l'installation de ces deux compères va elle à ce point pouvoir en bousculer l'harmonie et la tranquillité ? Comment accueillir et se familiariser avec " ce genre de personnes" vis à vis desquels fleurissent une foule d'a prioris et de superstitions? L'un se prénomme Bless et l'autre Richard, l'un est un riche retraité et l'autre est son jeune amant. Tout deux vont faire la connaissance d'une multitude d'habitants tous plus loufoques les uns que les autres. Un colonel à l'esprit étroit, une epicière pas très commerçante, une femme de ménage plutôt gourmande... C'est avec une bonne dose d'humour décalé et une pointe de cynisme que l'auteur aborde donc ici le thème de l'homosexualité et sa perception dans les campagnes les plus reculées. Derrière une histoire qui peut sembler assez simple et frivole se cache une multitude de sujets modernes qui posent encore question aujourd'hui. J'ai beaucoup apprécié le parti pris de l'auteur qui use du comique pour dénoncer certaines attitudes humaines ainsi que sa fluidité d'écriture même si on ne peut pas qualifier ça de grande littérature. Alors si vous n'avez aucun problème pour vous souvenir de tous les prénoms des habitants d'un petit village perdu lancez vous !! Un vrai bon petit livre plein de tendresse et de vérité
          Lire la suite
          En lire moins
        • Arakasi Posté le 14 Mai 2014
          La petite ville campagnarde de Bellingford est toute en émoi ! Deux messieurs de la ville viennent d’acheter le château, la plus belle demeure de la bourgade depuis si longtemps inhabitée : deux messieurs bien habillés, bien éduqués, abondamment fortunés et, surtout, deux messieurs seuls. Rapidement, des rumeurs circulent à Bellingford. Ces messieurs, voyez-vous, ne seraient pas aussi respectables qu’ils le paraissent. Il paraitrait même qu’ils feraient partie de… si, si, savez bien… de ces gens-là ! Bien entendu, pareille supposition ne peut que soulever un torrent d’indignation au sein de la petite communauté de la ville, mais aussi énormément de curiosité et d’excitation. Ni une ni deux, tout le voisinage se presse aux portes du château pour regarder sous le nez les nouveaux-venus. Et chacun, de la boulangère du coin au général retraité voisin des malheureux intéressés, de fouiner passionnément à la recherche de la moindre miette de perversion, du moindre soupçon de scandale à se mettre sous la dent. Ces braves gens ne seront pas déçus car la vie de Bellingford ne va pas tarder à devenir beaucoup plus amusante – non pas que les nouveaux châtelains y soient pour quelque chose d’ailleurs, trop occupés qu’ils sont à... La petite ville campagnarde de Bellingford est toute en émoi ! Deux messieurs de la ville viennent d’acheter le château, la plus belle demeure de la bourgade depuis si longtemps inhabitée : deux messieurs bien habillés, bien éduqués, abondamment fortunés et, surtout, deux messieurs seuls. Rapidement, des rumeurs circulent à Bellingford. Ces messieurs, voyez-vous, ne seraient pas aussi respectables qu’ils le paraissent. Il paraitrait même qu’ils feraient partie de… si, si, savez bien… de ces gens-là ! Bien entendu, pareille supposition ne peut que soulever un torrent d’indignation au sein de la petite communauté de la ville, mais aussi énormément de curiosité et d’excitation. Ni une ni deux, tout le voisinage se presse aux portes du château pour regarder sous le nez les nouveaux-venus. Et chacun, de la boulangère du coin au général retraité voisin des malheureux intéressés, de fouiner passionnément à la recherche de la moindre miette de perversion, du moindre soupçon de scandale à se mettre sous la dent. Ces braves gens ne seront pas déçus car la vie de Bellingford ne va pas tarder à devenir beaucoup plus amusante – non pas que les nouveaux châtelains y soient pour quelque chose d’ailleurs, trop occupés qu’ils sont à essayer désespérément de s’intégrer à la société campagnarde – avec, entre autres, l’arrivée de deux italiens extravagants et pas très hétérosexuels, d’une démente persuadée d’avoir été abusée par le démon et d’une actrice de music-hall à la poitrine et au culot débordants. Autant dire que cela va cancaner sévère dans les chaumières… Je viens de lire en parcourant les autres critiques que William Corlett était à l’origine un comédien et cela ne m’étonne guère ! En effet, son roman a tout du vaudeville à la Feydeau (la touche gay en plus) avec ses répliques piquantes, ses retournements de situation incessants, ses innombrables quiproquos et ses personnages excentriques, tous plus ou moins au bord de la crise de nerfs. Avec « Deux garçons bien sous tous rapports », il trousse une comédie enlevée, culotée et, dans l’ensemble, fort amusante quoique pas aussi corrosive que l’on aurait pu l’espérer en lisant le quatrième de couverture : tout le monde s’y avère finalement assez bon enfant et le happy end se voit venir à cent kilomètres à la ronde. Le style, quant à lui, est fluide et dynamique, privilégiant les dialogues énergiques aux descriptions et à l’introspection. Dommage que tout cela reste un brin trop superficiel et léger pour être réellement marquant. En vérité, je pense que j’adhérerais plus facilement à ce type d’intrigue sous forme théâtrale ou cinévisuelle, mais j’ai tendance à chercher un peu plus de profondeur dans mes lectures ou, à défaut d’épaisseur, un humour plus cinglant. Je n’en ai pas moins apprécié ce petit détour dans la campagne anglaise reculée et conseille la balade à tous ceux qui souhaiteraient passer un petit moment de détente rigolo et sans prise de tête.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.