Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306881
Code sériel : 17822
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 720
Format : 108 x 177 mm

La Prisonnière du temps

Anne-Sylvie HOMASSEL (Traducteur)
Date de parution : 04/06/2020
EAN : 9782266306881
Code sériel : 17822
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 720
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • fannyloursonne Posté le 13 Octobre 2021
    La prisonnière du temps nous raconte l’histoire de plusieurs familles à différentes époques et toutes ayant vécu à un moment de leur vie dans un magnifique manoir au bordé de la Tamise. 🍁 Nous sommes en 2017 lorsqu’une jeune archiviste découvre une sacoche dans laquelle se trouve deux objets : le portrait d’une femme et un carnet de croquis représentant un manoir : Birchwood Manor pourquoi ce nom et ce manoir lui rappelle quelque chose ? Au fil de ses recherches, elle va découvrir que sa mère, morte lorsqu’elle était enfant, est passée dans ses lieux et que d’autres membres de sa famille également. Mais alors qui est cette femme sur le portrait et quel est ce mystère entourant son identité ? 🍁 J’ai bien aimé cette histoire familiale avec cette double temporalité et ces trois épiques différentes.
  • aureliethuin Posté le 29 Septembre 2021
    Dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge et pour la catégorie "Le destin perdu" du menu "Automne des mystères" (mot clé : temps et horloge), j'ai lu ce roman qui me faisait envie depuis un bon moment. Et sans tergiverser, j'ai vraiment beaucoup aimé. Tout comme dans "L'enfant du lac", j'avais au départ peu d'affection pour le personnage féminin de notre époque. Élodie, trop éloignée de mon caractère par son côté soumis (à son fiancé, à sa belle-mère), m'a agacée. Ensuite, nous commençons le voyage dans le temps et j'ai totalement basculé dans l'histoire. Nous n'avons pas ici affaire à une double temporalité comme les romans de cet autrice peuvent nous y habituer. C'est à 5 périodes différentes que l'on arpente Birchwood Manor et pour moi, c'est ce lieu qui a ravi mon cœur de lectrice. J'y ai renoué des sensations comme avec le Manderley de Daphné DU MAURIER. Est-ce qu'un lieu peut à ce point raisonner en nous pour que l'on se sente immédiatement et définitivement à sa place sur Terre? Evidemment, les personnages sont bien construits et ont une profondeur qui fait écho en moi. La trame de l'intrigue se noue autour de réflexions sur l'art, l'éducation des filles, la nature humaine et... Dans le cadre du #pumpkinautumnchallenge et pour la catégorie "Le destin perdu" du menu "Automne des mystères" (mot clé : temps et horloge), j'ai lu ce roman qui me faisait envie depuis un bon moment. Et sans tergiverser, j'ai vraiment beaucoup aimé. Tout comme dans "L'enfant du lac", j'avais au départ peu d'affection pour le personnage féminin de notre époque. Élodie, trop éloignée de mon caractère par son côté soumis (à son fiancé, à sa belle-mère), m'a agacée. Ensuite, nous commençons le voyage dans le temps et j'ai totalement basculé dans l'histoire. Nous n'avons pas ici affaire à une double temporalité comme les romans de cet autrice peuvent nous y habituer. C'est à 5 périodes différentes que l'on arpente Birchwood Manor et pour moi, c'est ce lieu qui a ravi mon cœur de lectrice. J'y ai renoué des sensations comme avec le Manderley de Daphné DU MAURIER. Est-ce qu'un lieu peut à ce point raisonner en nous pour que l'on se sente immédiatement et définitivement à sa place sur Terre? Evidemment, les personnages sont bien construits et ont une profondeur qui fait écho en moi. La trame de l'intrigue se noue autour de réflexions sur l'art, l'éducation des filles, la nature humaine et ce qu'elle peut exiger de chacun pour survivre. Et l'amour bien sûr! Nous suivons ces aller-retours dans le passé pour comprendre ce qui a pu se passer et ce qui relie les personnages entre eux. Jusqu'au bout, nous suivons des fils que l'autrice délie à bon escient. En fin de roman, des notes de l'autrice nous invitent à visiter des lieux qui peuvent nous rappeler ce qu'elle a décrit de Birchwood Manor. Je vais me garder cette liste pour un jour, je l'espère, parcourir cette campagne anglaise et ces méandres de Tamise, pour sentir cette atmosphère.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Millina Posté le 15 Septembre 2021
    Une excellente lecture ! Cela faisait longtemps que je voulais lire un livre de Kate Morton, en fait, à peu près deux ans ! Et comme vous le voyez, c’est chose faite. J’ai adoré. Elle nous transporte dans son univers avec facilité et rend son livre extrêmement prenant. Cette lecture a trouvé un écho en moi : les réflexions sur le temps qui passe, les apparences, l’amour, les personnages … J’avais besoin d’une lecture comme celle-ci. Elle m’a habitée, hantée… Impossible de ne pas commenter (protester) ma lecture à voix haute quitte à en faire profiter tout le monde autour de moi ! Un écho ! Surtout avec Lucy, elle est intelligente, une soif de savoir dévorante et une envie d’apprendre sans limite… Elle a également des exigences importantes quant à sa vie, peut-être trop ! Je me suis reconnue dans ce personnage et je m’y suis attachée. Ce roman fait intervenir tout un tas de personnages, certains plus marquants que d’autres : Lily Millington, la version féminine de Oliver Twist en un peu moins dramatique, elle est pleine de vie et d’espoir. Un personnage féminin fort est intelligente. Jack, père absent, ex policier à la recherche d’une rédemption à Birchwood Manor. Léonard, étudiant en art (petit... Une excellente lecture ! Cela faisait longtemps que je voulais lire un livre de Kate Morton, en fait, à peu près deux ans ! Et comme vous le voyez, c’est chose faite. J’ai adoré. Elle nous transporte dans son univers avec facilité et rend son livre extrêmement prenant. Cette lecture a trouvé un écho en moi : les réflexions sur le temps qui passe, les apparences, l’amour, les personnages … J’avais besoin d’une lecture comme celle-ci. Elle m’a habitée, hantée… Impossible de ne pas commenter (protester) ma lecture à voix haute quitte à en faire profiter tout le monde autour de moi ! Un écho ! Surtout avec Lucy, elle est intelligente, une soif de savoir dévorante et une envie d’apprendre sans limite… Elle a également des exigences importantes quant à sa vie, peut-être trop ! Je me suis reconnue dans ce personnage et je m’y suis attachée. Ce roman fait intervenir tout un tas de personnages, certains plus marquants que d’autres : Lily Millington, la version féminine de Oliver Twist en un peu moins dramatique, elle est pleine de vie et d’espoir. Un personnage féminin fort est intelligente. Jack, père absent, ex policier à la recherche d’une rédemption à Birchwood Manor. Léonard, étudiant en art (petit doute) qui écrit sa thèse sur Radcliffe. Lucy, sœur de Radcliffe est amoureuse transit de Birchwood Manor. Juliet #9829; et ses enfants qui essayent tant bien que mal de se refaire une vie à Birchwood Manor après avoir vécu les horreurs de la guerre à Londres. Ada, la sauvageonne, amoureuse de contes et histoires racontés au coin du feu. Une superbe histoire ! Elodie Winslow, une jeune archiviste découvre une sacoche ayant vraisemblablement appartenue à James Stratton avec un carnet de dessins de Radcliffe. Seulement à sa connaissance, il n’y a aucun lien entre ces deux éminents personnages. Un des dessins représente une maison. Elodie croit la reconnaître. La curiosité l’emporte et l’aventure commence. Ces dessins font référence à Birdie, mais qui est-elle ? Elodie se lance dans une enquête. Elle se noie dedans en oubliant son mariage arrivant à grand pas. Edward Radcliffe est un artiste peintre, ouvert, légèrement capricieux et homme d’exception, quels événements l’ont conduit au suicide ? Qu’est devenu le Radcliffe Blue, cette superbe pierre inestimable ? Pourquoi Elodie Winslow se sent si concernée par toute cette histoire ? Que de mystère, avec des rebondissements quand il faut! 😉 Personnification du temps et de l’espace ! Ce choix de l’auteure est un coup de maître car elle donne la parole au temps et à l’espace. Le temps se révèle être un élément clé du livre (citation si dessus). Les références s’accumulent et s’enchaînent sans lourdeur. Le titre a une réelle signification (comme vous le savez, je suis très sensible à ce détail)! Birchwood Manor est plus qu’une maison, elle a un vécu, elle a gardé une trace des chaque passages entre ses murs. Si l’auteure l’a fait parlée à travers le personnage de Lily Millington, elle la rend également plus vivante. C’est un procédé original et fantastique. S’il apporte un plus au roman, ce côté fantastique m’a légèrement perturbé au début. En résumé : une excellente lecture ! Elle m’a happée, attirée dans ces filets… J’y suis restée bien volontiers. C’est mon premier Kate Morton, et ce sera pas le dernier.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kepherton Posté le 1 Septembre 2021
    Nous sommes en 2017. Elodie Winslow, archiviste londienne de profession, met la main sur une ancienne sacoche contenant la photo sepia d’une femme superbe ainsi qu’un carnet de croquis. Intriguée, elle décide de se lancer dans des investigations qui la mèneront tout droit vers Edward Radcliffe. Qui était-ce ? Un artiste brillant du XIXè siècle, l’un des fondateurs du courant Magenta. Si sa vie fut brève, il peignit des toiles superbes qui ont eu un grand impact dans l’histoire de l’art. Plus que son œuvre, son existence sera marquée par des évènements dramatiques ! L’assassinat d’une femme dont on dit que le peintre en ressortit brisé. Le vol d’un bijou par Lily Millington, la muse du peintre et le grand amour de sa vie, sa fuite après avoir commis le larcin. La vie de Radcliffe fascina des générations d’individus, au début des années 1900, dans les années 1960, 1970 et même 2000. Qui a assassiné Fanny ? Qui était réellement Lily et pourquoi a-t-elle volé le bijou ? De quoi Edward est-il mort ? Pour dénouer les fils du mystère, Kate Morton s’est lancée un défi audacieux. Voyager dans le temps et faire revivre l’histoire du peintre Radcliffe au travers de la quête de ces générations de protagonistes qui... Nous sommes en 2017. Elodie Winslow, archiviste londienne de profession, met la main sur une ancienne sacoche contenant la photo sepia d’une femme superbe ainsi qu’un carnet de croquis. Intriguée, elle décide de se lancer dans des investigations qui la mèneront tout droit vers Edward Radcliffe. Qui était-ce ? Un artiste brillant du XIXè siècle, l’un des fondateurs du courant Magenta. Si sa vie fut brève, il peignit des toiles superbes qui ont eu un grand impact dans l’histoire de l’art. Plus que son œuvre, son existence sera marquée par des évènements dramatiques ! L’assassinat d’une femme dont on dit que le peintre en ressortit brisé. Le vol d’un bijou par Lily Millington, la muse du peintre et le grand amour de sa vie, sa fuite après avoir commis le larcin. La vie de Radcliffe fascina des générations d’individus, au début des années 1900, dans les années 1960, 1970 et même 2000. Qui a assassiné Fanny ? Qui était réellement Lily et pourquoi a-t-elle volé le bijou ? De quoi Edward est-il mort ? Pour dénouer les fils du mystère, Kate Morton s’est lancée un défi audacieux. Voyager dans le temps et faire revivre l’histoire du peintre Radcliffe au travers de la quête de ces générations de protagonistes qui en profiteront pour raconter la leur. D’un chapitre à l’autre, nous découvrons l’Angleterre au travers de différentes époques. Ce récit entrecroisé, pour ne pas dire perdu, entre les tranches de vie de ces personnages sera à chaque fois l’occasion d’en savoir plus sur les objets, les souvenirs, les lieux qui jalonnent la vie de l’artiste et qui ont traversé les décennies. Le bijou Radcliffe blue, comment il sauva une vie et en perdit une autre. Le Birchwood Manor, une bâtisse qu’Edward acheta au bord de la Tamise pour en faire un atelier. Et qui, sous l’égide de sa sœur, deviendra un foyer pour jeune filles qui connaîtra la tragédie. Un conte fait de souvenirs et que l’on raconte aux enfants. Chaque chapitre en dira un peu plus sur la vie de ce personnage. Mais apportera aussi son lot de mystères qui s’éclairciront au fil d’un récit long de 616 pages. Au final, c’est donc une aventure très dense qui nous est ainsi proposée. L’histoire est absolument captivante et naturellement, la reconstituer et la faire revivre par les bouches d’un si grand nombre de protagonistes la rend encore plus mystérieuse. Quitte parfois à perdre un peu le fil et ne pas toujours savoir qui parle et à quelle époque il vit… Mais si l’on se concentre suffisamment, l’épopée en vaut la peine. Amis qui aimez les histoires, venez vous frotter à celle d’Edward Racliffe.
    Lire la suite
    En lire moins
  • booksfren Posté le 20 Août 2021
    Ce livre correspond à ma définition d’une lecture estivale parfaite : un pavé de 600 pages, une enquête entre deux époques, une archiviste, une plongée dans l’Angleterre victorienne et le monde des pré-raphaélites, de l’art, de l’ésotérisme et une maison mystérieuse, tout y est. J’ai trouvé les personnages d’Edward Radcliffe et de Lily Millington absolument fascinant, et j’ai adoré la manière dont Kate Morton les a progressivement dévoilés en leur laissant toujours une aura et un mystère fou. Cette histoire, c’est comme un grand fil sur lequel on tire et qui se dénoue page après page. Pourtant, malheureusement, ce roman n’est pas un coup de cœur complet. Parce que j’ai trouvé qu’il y avait trop d’intrigues et de personnages secondaires, comme toujours avec Kate Morton, et parfois c’est dommage. On a bien sûr Edward et Lily, et tous les personnages qui leur sont liés. On a aussi l’archiviste, Elodie, qui avec son enquête introduit tous les éléments importants de l’histoire. Mais on a aussi l’intrigue autour de son mariage, sa mère, son grand-oncle, Jack qu’elle rencontre au manoir, à une autre époque Léonard et son enquête initiale. Bien sûr qu’au fond, tout a un lien, plus ou moins direct, avec... Ce livre correspond à ma définition d’une lecture estivale parfaite : un pavé de 600 pages, une enquête entre deux époques, une archiviste, une plongée dans l’Angleterre victorienne et le monde des pré-raphaélites, de l’art, de l’ésotérisme et une maison mystérieuse, tout y est. J’ai trouvé les personnages d’Edward Radcliffe et de Lily Millington absolument fascinant, et j’ai adoré la manière dont Kate Morton les a progressivement dévoilés en leur laissant toujours une aura et un mystère fou. Cette histoire, c’est comme un grand fil sur lequel on tire et qui se dénoue page après page. Pourtant, malheureusement, ce roman n’est pas un coup de cœur complet. Parce que j’ai trouvé qu’il y avait trop d’intrigues et de personnages secondaires, comme toujours avec Kate Morton, et parfois c’est dommage. On a bien sûr Edward et Lily, et tous les personnages qui leur sont liés. On a aussi l’archiviste, Elodie, qui avec son enquête introduit tous les éléments importants de l’histoire. Mais on a aussi l’intrigue autour de son mariage, sa mère, son grand-oncle, Jack qu’elle rencontre au manoir, à une autre époque Léonard et son enquête initiale. Bien sûr qu’au fond, tout a un lien, plus ou moins direct, avec l’histoire principale, mais quand il y a autant d’intrigues parallèles, même si elles se dirigent vers la même finalité, on finit par se lasser. J’ai même parfois sauté quelques pages pour retrouver les personnages que j’aimais tant. Mais je garde de cette expérience de lecture un excellent souvenir.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    L'heure du thé : notre sélection de livres pour les fans de "Downton Abbey"

    Les Crawley et leurs domestiques ont déserté le petit écran depuis 2015 mais pour les inconditionnels, rien depuis n'a réussi à venir combler le manque. On vous emmène en balade littéraire - et gourmande - sur les traces de "Downton Abbey". Au programme : des grandes sagas familiales, une aristocratie parfois dépassée, et partout, l'Angleterre et des litres de thé. 

    Lire l'article