Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266270472
Code sériel : 16800
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm

Le Train des orphelins

Carla Lavaste (traduit par)
Date de parution : 22/11/2018
Entre 1854 et 1929, des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d'orphelins. Au bout du voyage, la chance pour certains d'être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d'autres une vie de labeur ou de servitude.
Vivian Daly n'avait que 9 ans lorsqu'elle a...
Entre 1854 et 1929, des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d'orphelins. Au bout du voyage, la chance pour certains d'être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d'autres une vie de labeur ou de servitude.
Vivian Daly n'avait que 9 ans lorsqu'elle a dû prendre un de ces trains. Aujourd'hui, elle coule ses vieux jours dans une bourgade tranquille du Maine, son lourd passé relégué dans de grandes malles au grenier. Jusqu'à l'arrivée de Mollie, 17 ans, sommée par le juge de nettoyer le grenier de Mme Daly, en guise de travaux d'intérêt général. Et contre toute attente, entre l'adolescente rebelle et la vieille dame se noue une amitié improbable. Parce qu'au fond ces femmes ont beaucoup plus en commun qu'il n'y paraît...

« Un roman foisonnant, une belle leçon d'optimisme et de résistance. » L'Alsace
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266270472
Code sériel : 16800
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman foisonnant, une belle leçon d'optimisme et de résistance.» L'Alsace
« Christina Baker Kline suit ses personnages à chaque étape de leur évolution avec un souci profond de réalisme : les révélations de Vivian sont aussi poignantes que crédibles, tout comme la réaction de Molly face aux douloureux secrets de la vieille dame. Une histoire terriblement émouvante, qui puise dans l’ombre pour extraire la lumière. » Kirkus Reviews   
« Christina Baker Kline livre un roman captivant, un page turner qui résonne comme un cri du cœur pour évoquer l’histoire de deux femmes en quête d’un lieu auquel s’attacher, d’un sentiment d’appartenance. Un conte plein d’émotions. » Publishers Weekly


 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • philippedester Posté le 28 Octobre 2021
    J'ai beaucoup aimé ce livre basé sur des faits historiques. L'histoire se passe aux Etats-Unis en 1929. "La Société d'aide aux enfants" est un mouvement qui a conduit quelque deux cent mille enfants depuis la côte Est jusqu'au Midwest entre 1854 et 1929. L'histoire racontée ici par Christina Baker Kline se déroule sur deux périodes : de 1929 à 1943 et 2011. 2011 : Mollie, jeune fille de 17 ans, vivant en foyer, doit faire des travaux d'intérêt général afin d'éviter la maison de correction. Elle a été prise à voler un livre dans une bibliothèque : Jane Eyre. Ses 50 heures de travaux d'intérêt général, elle va les passer à ranger le grenier d'une dame de 91 ans, Vivian. Contre toute attente, elles vont devenir amies, alors que 74 années les séparent ! Dans le grenier, les deux femmes vident des caisses et découvrent des souvenirs enfouis : toute l'histoire de Vivian depuis 1929. Vivian, d'origine irlandaise, se retrouve seule sur la côte Est des USA. Elle n'a que 9 ans et est prise en charge par la "société d'aide aux enfants". Elle va alors passer de foyer en foyer jusqu'au moment où elle sera adoptée par un couple ayant perdu leur... J'ai beaucoup aimé ce livre basé sur des faits historiques. L'histoire se passe aux Etats-Unis en 1929. "La Société d'aide aux enfants" est un mouvement qui a conduit quelque deux cent mille enfants depuis la côte Est jusqu'au Midwest entre 1854 et 1929. L'histoire racontée ici par Christina Baker Kline se déroule sur deux périodes : de 1929 à 1943 et 2011. 2011 : Mollie, jeune fille de 17 ans, vivant en foyer, doit faire des travaux d'intérêt général afin d'éviter la maison de correction. Elle a été prise à voler un livre dans une bibliothèque : Jane Eyre. Ses 50 heures de travaux d'intérêt général, elle va les passer à ranger le grenier d'une dame de 91 ans, Vivian. Contre toute attente, elles vont devenir amies, alors que 74 années les séparent ! Dans le grenier, les deux femmes vident des caisses et découvrent des souvenirs enfouis : toute l'histoire de Vivian depuis 1929. Vivian, d'origine irlandaise, se retrouve seule sur la côte Est des USA. Elle n'a que 9 ans et est prise en charge par la "société d'aide aux enfants". Elle va alors passer de foyer en foyer jusqu'au moment où elle sera adoptée par un couple ayant perdu leur fille unique. Avant de rencontrer ces gens, Vivian n'a pas eu une vie bien rose et c'est cette vie qu'elle raconte à Mollie qui, petit à petit, se prend d'amitié pour celle qui pourrait être sa grand-mère... Une page des Etats-Unis dévoilée ici. Une grande histoire d'amitié. Une histoire qui montre que tout n'est jamais perdu et que tout peut changer d'un jour à l'autre. Il suffit d'une rencontre... Un roman que j'ai beaucoup aimé, intéressant, émouvant par moments, jamais ennuyant... Je vous le recommande.
    Lire la suite
    En lire moins
  • luocine Posté le 3 Juillet 2021
    Roman reçu en cadeau, et que j’ai lu d’une traite car l’histoire est saisissante et bien racontée. J’aime bien découvrir à travers un roman un fait historique dont je n’avais jamais entendu parler. Aux USA « Terre d’accueil et de liberté » pour des populations européennes chassées par la misère de leur pays, une pratique peu reluisante a vu le jour entre les deux guerres. Une oeuvre chrétienne chargeait à New-York un train avec des orphelins pour leur éviter l’orphelinat. Il arrivaient dans le Midwest et dans les gares les attendaient des couples en mal d’enfants. Une affiche avec cette annonce était collée sur les murs On recherche FAMILLES D’ACCUEIL POUR ORPHELINS Une société de Bienfaisance de la côte Est Pour enfants sans foyer Arrivera à la gare de Milwaukee Riad. Le vendredi 18 octobre LA DISTRIBUTION AURA LIEU À 10H ces enfants de tous âges et des deux sexes sont seuls au monde Les familles d’accueil faisaient leur choix et signaient une convention : ils devaient les nourrir et les loger contre de menus services et les envoyer à l’école. Les bébés étaient le plus souvent adoptés et les plus grands, surtout les garçons étaient choisis par des fermiers pour l’appoint qu’ils pouvaient apporter au travail de la ferme.... Roman reçu en cadeau, et que j’ai lu d’une traite car l’histoire est saisissante et bien racontée. J’aime bien découvrir à travers un roman un fait historique dont je n’avais jamais entendu parler. Aux USA « Terre d’accueil et de liberté » pour des populations européennes chassées par la misère de leur pays, une pratique peu reluisante a vu le jour entre les deux guerres. Une oeuvre chrétienne chargeait à New-York un train avec des orphelins pour leur éviter l’orphelinat. Il arrivaient dans le Midwest et dans les gares les attendaient des couples en mal d’enfants. Une affiche avec cette annonce était collée sur les murs On recherche FAMILLES D’ACCUEIL POUR ORPHELINS Une société de Bienfaisance de la côte Est Pour enfants sans foyer Arrivera à la gare de Milwaukee Riad. Le vendredi 18 octobre LA DISTRIBUTION AURA LIEU À 10H ces enfants de tous âges et des deux sexes sont seuls au monde Les familles d’accueil faisaient leur choix et signaient une convention : ils devaient les nourrir et les loger contre de menus services et les envoyer à l’école. Les bébés étaient le plus souvent adoptés et les plus grands, surtout les garçons étaient choisis par des fermiers pour l’appoint qu’ils pouvaient apporter au travail de la ferme. Aucun contrôle n’était exercé et donc l’école était une option au bon vouloir des gens qui accueillaient ces enfants. Le roman a choisi pour raconter cette histoire une petite fille irlandaise qui changera plusieurs fois de prénom, Niamh son prénom irlandais, Dorothy dans l’horrible première famille et Viviane chez les gens qui l’ont aimée et qui ont voulu lui donner le prénom de leur fille morte de la diphtérie . Le seul objet qui la relie à son origine est un médaillon en étain avec le symbole irlandais de l’amour ; » le cladagh »Il lui avait été offert par une grand-mère dont elle se souvient avec tendresse. Mais quand elle sera orpheline personne ne cherchera à la récupérer ni sa famille irlandais avec qui elle n’a plus aucun contact ni sa famille(éloignée) américaine qui devait sans doute se battre avec sa propre misère. Elle partira donc dans un de ces trains et connaîtra deux horribles familles avant de rencontrer ceux qui deviendront ses parents adoptifs . Cette histoire nous est racontée au gré des rangements dans un grenier par une autre enfant placée en famille d’accueil, Molly qui a écopé de cinquante heures de travaux d’intérêt général. Ces deux femmes l’une dans l’année de ses 18 ans l’autre dans ses 93 ans finiront par s’entendre. Elles ont en commun de savoir ce que c’est que de vivre dans une famille d’accueil. J’ai quelques réserves sur la fin trop en happy-end à mon goût , en particulier pour la jeune Molly mais cela n’enlève rien à l’intérêt du roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • misscrepuscule Posté le 28 Juin 2021
    Chronique littéraire #x2712; Avez vous déjà entendu de "L'Orphan Train Movement" du train des orphelins pendant l'époque industrielle à New York, l'histoire de milliers d'enfants sans parents (ou presque...) « déplacés » vers l'Ouest américain. À chaque étape du train, des familles souhaitant adopter un enfant, le plus souvent malheureusement pour obtenir un supplément de main d'œuvre jeune et gratuit. Néanmoins, certains enfants ont été considérés comme des « serviteurs sous contrat », et d'autres sont tombés entre les mains de proxénètes ou de réseaux (prostitution...), la Children's Aid Society n'ayant pas mis en place à l'origine des moyens de vérification du bien-être des enfants. Le Train des orphelins nous raconte l'histoire de Vivian, jeune irlandaise tout juste 9 ans quand elle monte à bord de l'un de ces trains, mais aussi l'histoire à notre époque de Mollie 17 ans ado rebelle placé en famille d'accueil qui doit faire des travaux d'intérêts généraux. Elle va croiser le chemin de Vivian, toutes deux vont lier une improbable amitié, parcours si différents, mais remplie de similitudes. Je dois dire que j'ai préféré les chapitres sur l'enfance de Vivian, captivant, c'est émouvant, on ressent son malheur, la pauvreté qu'elle a du affronter, mais aussi l'espoir,... Chronique littéraire #x2712; Avez vous déjà entendu de "L'Orphan Train Movement" du train des orphelins pendant l'époque industrielle à New York, l'histoire de milliers d'enfants sans parents (ou presque...) « déplacés » vers l'Ouest américain. À chaque étape du train, des familles souhaitant adopter un enfant, le plus souvent malheureusement pour obtenir un supplément de main d'œuvre jeune et gratuit. Néanmoins, certains enfants ont été considérés comme des « serviteurs sous contrat », et d'autres sont tombés entre les mains de proxénètes ou de réseaux (prostitution...), la Children's Aid Society n'ayant pas mis en place à l'origine des moyens de vérification du bien-être des enfants. Le Train des orphelins nous raconte l'histoire de Vivian, jeune irlandaise tout juste 9 ans quand elle monte à bord de l'un de ces trains, mais aussi l'histoire à notre époque de Mollie 17 ans ado rebelle placé en famille d'accueil qui doit faire des travaux d'intérêts généraux. Elle va croiser le chemin de Vivian, toutes deux vont lier une improbable amitié, parcours si différents, mais remplie de similitudes. Je dois dire que j'ai préféré les chapitres sur l'enfance de Vivian, captivant, c'est émouvant, on ressent son malheur, la pauvreté qu'elle a du affronter, mais aussi l'espoir, l'optimisme, le courage dont elle a dû faire pour résister à tant de cruauté envers ses familles adoptives. Mollie quant à elle, est plus dans la confrontation pour trouver sa place (la quête de soi) dans cette société et dans une famille qui n'est pas la sienne, on la sent fragile, ce sentiment d'injustice, paumé pour les autres, alors qu'elle a de magnifiques valeurs, jusqu'au jour où Vivian lui ouvre les yeux sur l'amitié, la solidarité et à être fière de ses racines. Un roman dans les chapitres est vraiment touchant, des phrases que j'ai trouvé rempli de vérité de justesse. "Les gens qui comptent le plus pour nous nous accompagnent et hantent chaque moment de notre vie, y compris les plus ordinaires. Ils sont avec nous quand nous faisons nos courses, que nous tournons le coin de la rue, que nous discutons avec un ami. Ils émanent du sol et viennent nous habiter en s'immisçant à travers la semelle de nos chaussures." Cette part de l'histoire si peu connue est à la fois poignant mais si prenante, tous ces enfants expédiés dans le Midwest après avoir été ramassés dans les rues de New York tels des déchets, envoyés aussi loin que possible, hors de vue, comme des ordures flottant sur une barge, qu'elles vont être leurs avenirs ! (j'en ai entendu ou lu rarement, ce qui pousse à aller sur le net faire des recherches.) Des passages dont la vie peut être totalement injuste. Une écriture fluide et captivante qui m'on donnée envie de découvrir l'histoire De Vivian et Mollie leurs destins croisés jusqu'à la dernière page. Même s'il est question de séparation, il y a une jolie note d'espoir qui ressort, le courage de ne jamais baisser les bras #x2764; L'avez-vous lu ? Connaissiez-vous cette part de l'histoire de ces trains qui sillonnaient les plaines de l'ouest de l'Amérique chargé d'enfants orphelins ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sara2007 Posté le 28 Juin 2021
    Dans se roman on parle de deux histoires. Celle de Molly et celle de Vivian toutes deux orpheline. L'histoire de Vivian raconte l'incompréhension de perdre sa famille à l'âge de 9 ans, de ne pas avoir d'enfance et d'être maltraité. Tandis que Molly, elle, ne se soumet pas et se rebelle envers ses différentes familles d'accueilles.
  • adrianalitdeslivres Posté le 4 Janvier 2021
    Entre 1854 et 1929, des trains des "orphelins" circulaient régulièrement, transportant des milliers d'enfants abandonnés et sans-abri des villes surpeuplées de l'Est des États-Unis vers des foyers d'accueil dans les zones rurales du Midwest et dont le sort serait déterminé par pure chance. Seraient-ils adoptés par une famille gentille et aimante, ou feraient-ils face à une enfance et une adolescence de travaux forcés et de servitude? Le livre est raconté du point de vue de deux jeunes filles, chacune à sa manière orpheline, l'une vivant à l'époque contemporaine et l'autre à l'époque de la Dépression. On suit Vivian, une immigrante irlandaise des années '20 qui voyage de l'Irlande à New York en passant par le Midwest et Molly, une adolescente au style gothique qui lutte pour survivre au système de placement familial. L'histoire fascinante de Vivian commence avec son voyage dans le train des orphelins. Les enfants montaient à bord d'un train et celui-ci s'arrêtait de ville en ville pour leur trouver une nouvelle maison. Bien que cette approche puisse sembler très louable, la plupart des enfants ont simplement été placés dans... Entre 1854 et 1929, des trains des "orphelins" circulaient régulièrement, transportant des milliers d'enfants abandonnés et sans-abri des villes surpeuplées de l'Est des États-Unis vers des foyers d'accueil dans les zones rurales du Midwest et dont le sort serait déterminé par pure chance. Seraient-ils adoptés par une famille gentille et aimante, ou feraient-ils face à une enfance et une adolescence de travaux forcés et de servitude? Le livre est raconté du point de vue de deux jeunes filles, chacune à sa manière orpheline, l'une vivant à l'époque contemporaine et l'autre à l'époque de la Dépression. On suit Vivian, une immigrante irlandaise des années '20 qui voyage de l'Irlande à New York en passant par le Midwest et Molly, une adolescente au style gothique qui lutte pour survivre au système de placement familial. L'histoire fascinante de Vivian commence avec son voyage dans le train des orphelins. Les enfants montaient à bord d'un train et celui-ci s'arrêtait de ville en ville pour leur trouver une nouvelle maison. Bien que cette approche puisse sembler très louable, la plupart des enfants ont simplement été placés dans une famille d'accueil sans vérifier auparavant le foyer ou l'enfant allait atterrir. Certains ont donc dû vivre parfois des expériences traumatisantes comme Vivian a dû le faire malheureusement. D'un autre côté, l'expérience de Molly pour vivre avec des parents d'accueil n'a jamais été très agréable. Elle ne se sent pas à sa place, elle n'a aucune idée de comment elle va s'en sortir, ce qu'elle va faire dans sa vie. Dernièrement, la jeune fille a été surprise en train de voler et finit par devoir aider un voisin âgé pour le service communautaire. Comme vous vous en doutez, cette voisine n'est autre que Vivivan, qui est une dame âgée maintenant et qui habite seule dans une grande maison remplie des souvenirs. Une histoire émouvante sur une amitié improbable entre deux personnes qui ont plus en commun que vous ne le pensez à première vue. C'est incroyable de voir comment deux personnalités complètement différentes peuvent avoir autant de similitudes. Et malgré les écarts d'âge et de génération, ils trouvent du réconfort l'une dans l'autre. Elles s'entraident et changent leurs vies pour toujours. Malgré une histoire qui me captivait, j'ai eu du mal avec certaines choses qui étaient trop prévisibles à mon gout. J'aurais aimé savoir un peu plus sur Molly aussi, j'avais parfois l'impression qu'elle était la seulement en tant que fil conducteur pour l'histoire de Vivian. Dans l'ensemble, c'est une lecture agréable mais sans plus. J'étais contente de l'avoir lue et je passerais volontiers encore quelques heures en compagnie de cet auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.