Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291552
Code sériel : 17427
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 108 x 177 mm

Si on dansait

Rémi BONNARD (Traducteur)
Date de parution : 02/05/2019
À Londres, au bout d’une impasse délabrée, Frank n’est pas un disquaire comme les autres. Chez ce marchand de vinyles, une belle équipe de joyeux marginaux se serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie.
Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d’un regard pour savoir quelle musique...
À Londres, au bout d’une impasse délabrée, Frank n’est pas un disquaire comme les autres. Chez ce marchand de vinyles, une belle équipe de joyeux marginaux se serre les coudes, tous un peu abîmés par la vie.
Surtout, Frank a un don. Il lui suffit d’un regard pour savoir quelle musique apaisera les tourments de son client. C’est ainsi qu’il fait la rencontre de Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert. Lui qui ne croit plus en l’amour sent son coeur vibrer à nouveau. Jusqu’au jour où il découvre le secret de Lisa…

« Un roman tendre, sensible et plein de vitamines. » Version Femina
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291552
Code sériel : 17427
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman tendre, sensible et plein de vitamines. » Version Femina
« Un plaidoyer pour le vivre ensemble, malgré les galères et les coups du sort. » Cosmopolitan
« Avec une sensibilité magnifique, Rachel Joyce célèbre le courage de gens ordinaires, la force de l'amour, mais aussi la puissance de la musique qui, parfois, peut sauver des vies. » La Presse de la Manche Dimanche
« Un joli roman célébrant le courage, l'amour et la puissance de la musique. » Le Progrès
« Voilà un livre feel good qui ne pourra que vous faire du bien. Pourquoi s’en priver ? » Nice Matin Week-end
« Une incroyable capacité à saisir l’espoir. » The Observer
« Une écriture réconfortante, drôle et délicate. » Daily Telegraph
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Derfuchs Posté le 17 Novembre 2019
    Si on dansait, le titre est tout à fait inapproprié car on ne danse pas dans ce bouquin, rien, jamais, pas un paso, pas un tango, pas de pas de danse, en revanche de la musique il y en a, plein de musique et, alors, on chante! C'est mieux de chanter l'Alleluia du Messie de Haendel plutôt que de le danser, si, quand même! Frank est disquaire dans une petite rue d'une ville, Unity street, la rue de l'unité qui donne dans High street, la grande rue, là où se passe la vie dense et intense. Dans l'unité quelques commerces de gens qui se connaissent bien, qui se soutiennent contre les gros de la grande rue. Il y a aussi une tatoueuse, amoureuse de Frank, une ancien prêtre en retraite vendeur d'objets religieux, un boulanger, des jumeaux croque-morts et un bistrot où chacun échoue seul ou en groupe pour partager sa solitude. Frank vend des vinyles, que des vinyles, pas de CD, c'est pas de la musique les CD's. Il est aidé par un jeunot, Kit qui range les disques que Frank dérange ayant son propre classement. Frank a ouvert sa boutique quand Peg, sa mère est morte. Peg lui a appris... Si on dansait, le titre est tout à fait inapproprié car on ne danse pas dans ce bouquin, rien, jamais, pas un paso, pas un tango, pas de pas de danse, en revanche de la musique il y en a, plein de musique et, alors, on chante! C'est mieux de chanter l'Alleluia du Messie de Haendel plutôt que de le danser, si, quand même! Frank est disquaire dans une petite rue d'une ville, Unity street, la rue de l'unité qui donne dans High street, la grande rue, là où se passe la vie dense et intense. Dans l'unité quelques commerces de gens qui se connaissent bien, qui se soutiennent contre les gros de la grande rue. Il y a aussi une tatoueuse, amoureuse de Frank, une ancien prêtre en retraite vendeur d'objets religieux, un boulanger, des jumeaux croque-morts et un bistrot où chacun échoue seul ou en groupe pour partager sa solitude. Frank vend des vinyles, que des vinyles, pas de CD, c'est pas de la musique les CD's. Il est aidé par un jeunot, Kit qui range les disques que Frank dérange ayant son propre classement. Frank a ouvert sa boutique quand Peg, sa mère est morte. Peg lui a appris tout ce que l'on peut savoir sur la musique, toute la musique tous genres confondus, sacré, baroque, moderne, jazz, rock, etc. Les yeux de Bach, les silences de Beethoven et beaucoup d'autres anecdotes qui s'accompagnent d'un disque écouté sur la "dansette". Franck a un talent, il sait quelle musique va avec qui, ainsi quand tel client vient choisir un disque et qu'il déclare n'aimer que Chopin, Frank le regarde et lui choisit un vinyle d'Aretha Franklin. Ebloui, le client ne jure plus que par Aretha et achète tous ses disques. Lisa est une jolie dame qui vient voir le disquaire. En apercevant Frank elle tombe en pâmoison, coup de foudre, elle s'écroule sur le trottoir. Réveillée elle s'enfuit oubliant son sac. Elle repassera, c'est sûr. A force de non-dits, ces deux là, fait l'un pour l'autre, enfermés dans leurs secrets, vont se défaire avant que de s'être connus. A qui la faute, Lisa qui a trop parlé, Frank pas assez ? Un peu des deux certainement et la route destinée à être parallèle, s'écartera pour les perdre. Définitivement ? Ce livre est extrêmement rafraîchissant, quatre actes, pardon quatre faces A,B,C et D qui se tiennent bien dans ce lieu utopique où rester soudés ne sera pas suffisant pour arrêter le rouleau compresseur des promoteurs. J'ai beaucoup appris sur les compositeurs, les musiciens et les interprètes avec ces chapitres intercalés dans le récit où maman Peg raconte la/sa musique. Il y a une ambiance très sympathique et la prose de Joyce est vraiment chantante, elle est pénétrante, parfois envoutante quand Peg dit le fait du Beata viscera de Pérotin ou le King of blue de Miles Davis. Un voyage en musique et en amitié réjouissant. Le final est un feu d'artifice. La playlist de Peg se trouve à la fin du bouquin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslecturesdetiph Posté le 6 Novembre 2019
    Envie de musique, de passion, de douceur ? Ce roman est fait pour vous. Voici ma dernière lecture. Un roman tout en douceur où l'on suit Frank, un disquaire à la fin des années 80. Passionné de vinyles, il se fait la promesse de ne jamais renoncer à en vendre. Il n'a pas voulu des cassettes alors il ne veut encore moins des CD. Sa vie, ce sont les vinyles. Le seul moyen de ressentir la musique, comme sa mère Peg l'a initié. Il fait parti d'une communauté, celle de Unity Street. Tout le monde se connait. Les voisins, les commerçants, une seconde famille. Frank a la réputation de soigner les maux, il vous écoute et son diagnostic musical sera à coup sûr le bon ! Il est touchant, attachant, le coeur sur la main ! Je pense aussi à son assistant très maladroit, Kit, qui vous fera sourire sans peine. Et puis un jour, une femme s'évanouit devant sa boutique. Lisa Brauchmann. Mystérieuse, un passé qu'elle ne dévoile pas, son manteau vert toujours sur le dos accompagné de ses gants. Lisa est imprévisible, on ne sait jamais quand elle va apparaître, cela la rend à mon avis un peu agaçante. Mais Frank ne serait... Envie de musique, de passion, de douceur ? Ce roman est fait pour vous. Voici ma dernière lecture. Un roman tout en douceur où l'on suit Frank, un disquaire à la fin des années 80. Passionné de vinyles, il se fait la promesse de ne jamais renoncer à en vendre. Il n'a pas voulu des cassettes alors il ne veut encore moins des CD. Sa vie, ce sont les vinyles. Le seul moyen de ressentir la musique, comme sa mère Peg l'a initié. Il fait parti d'une communauté, celle de Unity Street. Tout le monde se connait. Les voisins, les commerçants, une seconde famille. Frank a la réputation de soigner les maux, il vous écoute et son diagnostic musical sera à coup sûr le bon ! Il est touchant, attachant, le coeur sur la main ! Je pense aussi à son assistant très maladroit, Kit, qui vous fera sourire sans peine. Et puis un jour, une femme s'évanouit devant sa boutique. Lisa Brauchmann. Mystérieuse, un passé qu'elle ne dévoile pas, son manteau vert toujours sur le dos accompagné de ses gants. Lisa est imprévisible, on ne sait jamais quand elle va apparaître, cela la rend à mon avis un peu agaçante. Mais Frank ne serait pas d'accord avec moi, son âme a été emportée par les yeux couleur vinyle de la belle. Le livre est divisé en 4 faces, toutes très fluides, je n'ai pas senti de longueurs et j'ai particulièrement apprécié la face finale !
    Lire la suite
    En lire moins
  • FLAUTO Posté le 10 Août 2019
    J'ai adoré
  • Ladoryquilit Posté le 20 Février 2019
    Londres, dans le fond d'une impasse délabrée, c'est entouré de sa bande d'amis que Franck tient sa petite boutique de vinyles. Ce qui fait sa petite renommée dans son quartier, c'est le don qu'il a de conseiller avec un simple regard la musique qui conviendra à son client. Lorsqu'il rencontre Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert, c'est après que celle-ci se soit évanouie devant sa boutique, elle y reviendra pour le remercier, puis pour lui demander des cours pour comprendre la musique. Se sera alors l'occasion pour Franck d'apprendre à la connaître, elle qui lui fait battre son cœur un peu plus vite et de replonger dans son enfance. Mais hélas, tout finit un jour par s'écrouler... Rachel Joyce est une auteure que j'avais découverte il y a maintenant quelques années avec son roman La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi. Sous le charme de son écriture j'avais ainsi pu lire tous ses titres et son petit dernier Si on dansait... me faisait de l'œil depuis un long moment, alors lorsque je l'ai trouvé à la médiathèque je n'ai pas hésité une seule seconde à l'emprunter. Si on dansait... c'est donc l'histoire de Franck. L'histoire d'un... Londres, dans le fond d'une impasse délabrée, c'est entouré de sa bande d'amis que Franck tient sa petite boutique de vinyles. Ce qui fait sa petite renommée dans son quartier, c'est le don qu'il a de conseiller avec un simple regard la musique qui conviendra à son client. Lorsqu'il rencontre Lisa, une mystérieuse femme au manteau vert, c'est après que celle-ci se soit évanouie devant sa boutique, elle y reviendra pour le remercier, puis pour lui demander des cours pour comprendre la musique. Se sera alors l'occasion pour Franck d'apprendre à la connaître, elle qui lui fait battre son cœur un peu plus vite et de replonger dans son enfance. Mais hélas, tout finit un jour par s'écrouler... Rachel Joyce est une auteure que j'avais découverte il y a maintenant quelques années avec son roman La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi. Sous le charme de son écriture j'avais ainsi pu lire tous ses titres et son petit dernier Si on dansait... me faisait de l'œil depuis un long moment, alors lorsque je l'ai trouvé à la médiathèque je n'ai pas hésité une seule seconde à l'emprunter. Si on dansait... c'est donc l'histoire de Franck. L'histoire d'un homme ordinaire qui vit, plus ou moins bien, de sa passion, qui se serre les coudes avec ses voisins et amis et qui se sent tout chamboulé par la rencontre d'une femme, Lisa. Dans les pages de ce roman, on y croise alors de la musique, de la tendresse, mais aussi de l'humour par des personnages hauts en couleur et parfois même un peu loufoques. C'est dans une petite impasse délabrée de Londres que tout se joue, que la vie se déroule devant les yeux du lecteur. Un quotidien qui semble parfois bien banal, mais pourtant qui rayonne, un quotidien bouleversé par plus d'une difficulté, mais qui tient le coup par tout un élan de solidarité. Et puis à l'amitié qui y est représentée, s'y ajoute l'amour... L'amour qui surgit quand on n'y croyait plus, l'amour qui naît à petits pas timides entre Franck et Lisa, l'amour qui fera faire des choix plus ou moins difficiles, et cet amour, en plus de nous émouvoir, nous intriguera jusqu'aux toutes dernières pages. "Être avec elle, c'était comme regarder le soleil fixement. D'abord, il ne voyait absolument rien, mais dès qu'il détournait le regard elle était là, telle une empreinte d'un blanc éclatant qui s'imprimait sur tout ce qui l'entourait." Si on dansait... est un roman dans lequel nous plongeons avec beaucoup de plaisir. On sent que derrière la musique, derrière tous ces titres croisés au fil des chapitres il y a de la recherche, ce qui rend tout cela presque passionnant. Toutes les musiques y sont représentées, tout le pouvoir que celle-ci peut avoir y est exploité aussi. Et Franck... Franck est un personnage plutôt atypique, qui défend coûte que coûte sa passion pour les vinyles, entouré d'une bande d'amis tous aussi atypiques et originaux que lui. Surtout, au fil des pages, on remonte dans l'enfance de Franck, on remonte finalement là où est né sa passion pour la musique et ce petit don qu'il a de trouver pour chacun la musique idéale à l'instant T. Franck est fascinant, fascinant par sa façon de parler musique, sa façon de défendre ses idées et par les mots qu'il emploie pour en parler. J'ai aussi retrouvé avec plaisir l'écriture de Rachel Joyce. Une écriture teintée de douceur, de tendresse, d'une grande sensibilité aussi. On sent que l'auteure a un véritable attachement à ses personnages et à son histoire, on le ressent au fil des pages. L'histoire de Si on dansait... c'est l'histoire d'une passion plus forte que tout, l'histoire d'une rencontre qui nous fait changer d'avis, l'histoire de retrouvailles qu'on n'espérait plus. C'est beau, doux et c'est comme une mélodie qui résonne à notre oreille. J'ai vraiment tout aimé de ce roman ! Les thèmes abordés, les personnages, toutes les références musicales, la passion pour la musique qui déborde de ses pages, l'intrigue qui naît petit à petit. Avec Si on dansait..., Rachel Joyce offre un très bon moment de lecture, et donnera envie plus d'une fois à ses lecteurs de poser le livre le temps d'aller écouter quelques titres dont parle Franck afin d'essayer d'y ressentir autant d'émotions. Si on dansait... de Rachel Joyce est disponible chez XO Éditions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslivresmapassion Posté le 4 Janvier 2019
    Etrange coïncidence au moment d'ouvrir Babélio pour y faire ma critique je lis une citation de Sabine59 "la musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée" PLATON. Je ne pouvais rêver d'une meilleure introduction pour ce magnifique roman de RACHEL JOYCE que je viens de terminer. Merci Sabine. A Londres, au bout d'une petite rue -Unity Street- Franck tient une boutique de disques exclusivement de vinyls mais il n'est pas un disquaire ordinaire. Chez ce marchand , il y a une joyeuse équipe tous un peu cabossés par la vie et Franck a un don celui de savoir quelle musique apaisera les peines de ses clients. Les personnages de ce roman sont empreints de véracité et d'authenticité. Ils sont attendrissants. Franck est un être bienveillant mais également philanthrope. Il ressent un besoin profond d'aider son prochain. Il a "baigné" dans la musique tout petit grâce à sa mère qui était tout aussi passionnée, et qui lui faisait écouter Vivaldi, Chopin…...tout en lui racontant l'histoire de leur vie. C'est un roman tendre, sensible, qui fait du bien. Il est rempli de douceur, et de valeurs. Je vous le recommande..
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.