En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Royaume du crépuscule

        Presses de la cité
        EAN : 9782258133723
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 225 mm
        Le Royaume du crépuscule

        Corinna GEPNER (Traducteur)
        Date de parution : 14/09/2017
        De l’hiver 1944 au printemps 1987, entre l’Allemagne déchirée et Israël naissante, la saga des victimes, des bourreaux, et de leurs héritages.
        Il y a Margarita, une Juive polonaise enceinte qui tue un lieutenant nazi, les époux Kramer, le couple qui la cache. Il y a Anna, une Allemande sauvée d’Auschwitz par sa beauté, Shimon, son fils, Sarah, Ruth et tous ceux qui tentent de reprendre pied après les camps, et Peretz... Il y a Margarita, une Juive polonaise enceinte qui tue un lieutenant nazi, les époux Kramer, le couple qui la cache. Il y a Anna, une Allemande sauvée d’Auschwitz par sa beauté, Shimon, son fils, Sarah, Ruth et tous ceux qui tentent de reprendre pied après les camps, et Peretz Sarfati, ce sioniste de la première heure, décidé à ramener en Terre promise ses coreligionnaires. Enfin, il y a le temps. Et des enfants de la guerre devenus grands qui tentent de recomposer le puzzle.

        Des secrets, des sentiments inavouables, des merveilles du hasard et des atrocités de l’Histoire : ainsi se compose cette oeuvre polyphonique qui éclaire la fresque du XXe siècle d’une lumière inédite. Car ce sont les zones d’ombre, les terres en mutation et les êtres en exil qui intéressent Steven Uhly dans ce roman acclamé en Allemagne. Cet auteur aux cultures multiples sait bien que l’identité n’est qu’affaire de mélange, et que c’est a posteriori que l’Histoire s’écrit. Avant vivent les hommes, héroïques et faillibles. Le Royaume du crépuscule retrace leur odyssée.

        « Hors norme et puissant. » The Times
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258133723
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 624
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        23.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • bebi Posté le 7 Mars 2018
          Pendant la Seconde Guerre Mondiale, certains montent au pouvoir pendant que d’autres descendent plus bas que terre. Dans cet échange de place, beaucoup y perdent, et peu en sortent sans cicatrices. C’est d’ailleurs après la guerre qu’elles commencent à apparaître. Pour Lisa, qui a hérité d’une grand-mère mais qui n’a pas connu sa mère; Pour Anna, qui aime son enfant, mais qui ne sait pas qui son père; Pour Peretz Sarfati, qui a voulu aimer, mais qui n’a pu établir de véritable relation solide; Pour Mme Kramer, qui a perdu son maison et tous ses biens, mais qui survit malgré tout;… Dans ce roman, les destins se croisent et s’éloignent, avant de parfois se rapprocher. Entre rescapés de camps de concentration, nouveau-né jeté sur les routes en pleine débâcle, soldat SS se cachant sous une fausse identité et tout ce besoin de réconfort et de reconnaissance qui accompagnent chacun des pas de tous ces personnages. Je dois dire que l’histoire est complexe, lourde parfois, voyageant, faisant de larges détours avant d’arriver à une explication. J’ai tenu là, durant quelques jours, ce qu’on peut appeler un joli pavé. Le style d’écriture est très particulier. Mêlant poésie à des scènes de cruauté sans nom, et... Pendant la Seconde Guerre Mondiale, certains montent au pouvoir pendant que d’autres descendent plus bas que terre. Dans cet échange de place, beaucoup y perdent, et peu en sortent sans cicatrices. C’est d’ailleurs après la guerre qu’elles commencent à apparaître. Pour Lisa, qui a hérité d’une grand-mère mais qui n’a pas connu sa mère; Pour Anna, qui aime son enfant, mais qui ne sait pas qui son père; Pour Peretz Sarfati, qui a voulu aimer, mais qui n’a pu établir de véritable relation solide; Pour Mme Kramer, qui a perdu son maison et tous ses biens, mais qui survit malgré tout;… Dans ce roman, les destins se croisent et s’éloignent, avant de parfois se rapprocher. Entre rescapés de camps de concentration, nouveau-né jeté sur les routes en pleine débâcle, soldat SS se cachant sous une fausse identité et tout ce besoin de réconfort et de reconnaissance qui accompagnent chacun des pas de tous ces personnages. Je dois dire que l’histoire est complexe, lourde parfois, voyageant, faisant de larges détours avant d’arriver à une explication. J’ai tenu là, durant quelques jours, ce qu’on peut appeler un joli pavé. Le style d’écriture est très particulier. Mêlant poésie à des scènes de cruauté sans nom, et joignant des moments d’émotion à des périodes de tempérament froid, l’auteur chamboule, bouscule. Il émeut, parce qu’il creuse pour montrer les pensées les plus profondes, mêmes celles qu’en temps normal, on n’aborderait pas. Malgré ce ton lent circonvolutif, je n’ai pu faire autrement que de m’attacher à tous ces personnages. Les uns après les autres, présentés au moment le plus critique de leur existence, ils démarrent le voyage que leur fait faire l’auteur avec très peu d’armes dans les mains. Un autre aspect, rarement évoqué dans les romans, ou du moins ceux que j’ai lu jusqu’ici, est la reconstruction de l’Allemage, après la guerre. Comment tous ces rescapés de camps de la mort se sont retrouvés en camp temporaire, le temps de leur trouver un logement et des solutions. Comment tous ces soldats qui avaient imposés une loi de peur ont pu changer de nom, disparaître dans la nature. Comment certains ont cherché pendant des années des membres de leur famille, en vain. En écrivant cet avis, je réalise que bien qu’il soit complexe, le livre est magnifique de réalisme. L’auteur a su s’inspirer des faits pour broder autour une histoire qui tienne la route, et qui aurait pu, elle aussi, être bien réelle. Encore un aspect qui me plaît, bien sûr, cette recherche de faits véridiques. En tout cas, bien qu’il y ait déjà quelques jours que j’en ai terminé la lecture, ce livre continue de me suivre. Comme quoi, il vaut vraiment la peine d’être découvert.
          Lire la suite
          En lire moins
        • CROCBOOKS Posté le 28 Novembre 2017
          J’ai voulu lire "Le royaume du crépuscule" pour compléter mes connaissances sur les années qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale. Malgré tous mes efforts, je manque encore d’informations sur cette période de l’Histoire. Sachez le, ce récit va beaucoup plus loin dans le temps puisqu’il commence en 1944 et trouve sa conclusion en 1987. J’ai constaté que les personnages principaux et les protagonistes secondaires étaient placés au même niveau dans l’intrigue. Je trouve que c’est une très bonne initiative parce qu’elle stimule l’intérêt du lecteur. Heureusement que mon carnet de notes n’est jamais loin de moi car le style d’écriture est dense, voir même exigeant. J’ai eu besoin de faire une sorte de schéma simplifié pour m’aider à mémoriser les changements d’identités des personnes juifs et allemandes. Sous les traits de la bienveillante madame KRAMER qui cache chez elle, une jeune femme de confession juive et d’ANNA qui sert d’esclave à un soldat SS et d'autres individus, le lectorat intègre simultanément les deux "clans". On peut ne pas être d’accord avec cette affirmation mais je pense que Steven UHLY, souhaite avant tout nous faire comprendre que ces gens ont tous en commun, l’envie féroce de prendre un nouveau départ. Pour... J’ai voulu lire "Le royaume du crépuscule" pour compléter mes connaissances sur les années qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale. Malgré tous mes efforts, je manque encore d’informations sur cette période de l’Histoire. Sachez le, ce récit va beaucoup plus loin dans le temps puisqu’il commence en 1944 et trouve sa conclusion en 1987. J’ai constaté que les personnages principaux et les protagonistes secondaires étaient placés au même niveau dans l’intrigue. Je trouve que c’est une très bonne initiative parce qu’elle stimule l’intérêt du lecteur. Heureusement que mon carnet de notes n’est jamais loin de moi car le style d’écriture est dense, voir même exigeant. J’ai eu besoin de faire une sorte de schéma simplifié pour m’aider à mémoriser les changements d’identités des personnes juifs et allemandes. Sous les traits de la bienveillante madame KRAMER qui cache chez elle, une jeune femme de confession juive et d’ANNA qui sert d’esclave à un soldat SS et d'autres individus, le lectorat intègre simultanément les deux "clans". On peut ne pas être d’accord avec cette affirmation mais je pense que Steven UHLY, souhaite avant tout nous faire comprendre que ces gens ont tous en commun, l’envie féroce de prendre un nouveau départ. Pour le peuple juif, l'état d'Israël incarne cet espoir depuis le 14 mai 1948. Au final, je pense qu’en mêlant fiction et faits réels, cette fresque détaillée s’approche au plus prés de la réalité historique. Elle nous fait aussi prendre conscience du poids de cet héritage culturel sur les générations suivantes. Je vous recommande sérieusement cet ouvrage.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Aujardinsuspendu Posté le 2 Novembre 2017
          C'est un roman d'une grande complexité dans lequel on suit deux femmes. Mme Kramer et son époux qui cachent une jeune femme juive enceinte de son premier enfant. Et Anna, une juive allemande qui travaille pour un SS comme femme de ménage. En réalité elle est son esclave et cette relation va la hanter jusqu'à la fin de ses jours. J'ai bien failli abandonner cette lecture plusieurs fois pendant la première moitié du livre. Le style d'écriture est complexe et exigeant. J'ai tout de même persisté sans regret au final. Au niveau des personnages principaux j'ai eu une préférence pour Mme Kramer. Elle va tout perdre, connaitre des heures très sombres mais elle va continuer de porter haut ses croyances et aider celles qui en ont le plus besoin avec bienveillance et bon coeur. Une femme très courageuse. Anna est plus difficile à cerner. On la sent complètement perdue par rapport à ses origines. Elle qui se pensait allemande avant tout doit laisser place à ses origines. Ses pensées changeantes, la personne qu'elle pense être mais qu'elle n'est plus... Il faut du temps pour la comprendre et l'apprécier. Et puis arrivée à la page 370 le lien se fait. Je... C'est un roman d'une grande complexité dans lequel on suit deux femmes. Mme Kramer et son époux qui cachent une jeune femme juive enceinte de son premier enfant. Et Anna, une juive allemande qui travaille pour un SS comme femme de ménage. En réalité elle est son esclave et cette relation va la hanter jusqu'à la fin de ses jours. J'ai bien failli abandonner cette lecture plusieurs fois pendant la première moitié du livre. Le style d'écriture est complexe et exigeant. J'ai tout de même persisté sans regret au final. Au niveau des personnages principaux j'ai eu une préférence pour Mme Kramer. Elle va tout perdre, connaitre des heures très sombres mais elle va continuer de porter haut ses croyances et aider celles qui en ont le plus besoin avec bienveillance et bon coeur. Une femme très courageuse. Anna est plus difficile à cerner. On la sent complètement perdue par rapport à ses origines. Elle qui se pensait allemande avant tout doit laisser place à ses origines. Ses pensées changeantes, la personne qu'elle pense être mais qu'elle n'est plus... Il faut du temps pour la comprendre et l'apprécier. Et puis arrivée à la page 370 le lien se fait. Je comprends en quoi sont liés tous ces personnages et l'ampleur de ce roman. Une deuxième partie beaucoup plus prenante et agréable pour moi. C'est donc une saga qui me laisse avec une impression difficile à saisir mais qui met très bien en avant la survie, la difficile voire l'impossible reconstruction, l'espoir avec Israël et la quête des origines pour les générations futures. En bref, un roman d'une grande richesse que j'ai eu du mal à suivre par moments manquant de repères historiques précis. Je tiens à remercier Babelio et les Presses de la Cité pour cette lecture et ce partenariat.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LourseLit Posté le 22 Octobre 2017
          Lorsque j’ai reçu ce roman (merci à la Masse Critique de Babélio), je ne m’attendais pas à un tel pavé (plus de 600 pages) et j’en ai un peu redouté la lecture. Il m’a fallu 2 semaines pour en venir à bout et j’ai trouvé que c’était une lecture difficile. Il y a plusieurs choses qui rendent la lecture un peu lente. Le style d’abord, l’auteur écrit en très longues phrases avec beaucoup de détails. Le côté historique ensuite. Moi qui apprécie beaucoup le thème de la seconde guerre mondiale, là on est dans l’après, c’est un thème que je n’avais jamais lu. Le récit aborde donc les côtés politiques de la gestion de l’après guerre, le déplacement des peuples créé par la guerre qui doit être « corrigé » (les soldats prisonniers doivent rentrer chez eux et les juifs pour beaucoup se cherchent un nouveau chez eux). J’ai eu un peu de mal avec ces passages plus précis, un peu compliqué pour moi. Et enfin, on suit ici de nombreux personnages, il faut vraiment s’attacher à bien mémoriser les liens entre chacun. Il faut donc le savoir, ce livre n’est pas facile à lire. Mais il est riche et il nous... Lorsque j’ai reçu ce roman (merci à la Masse Critique de Babélio), je ne m’attendais pas à un tel pavé (plus de 600 pages) et j’en ai un peu redouté la lecture. Il m’a fallu 2 semaines pour en venir à bout et j’ai trouvé que c’était une lecture difficile. Il y a plusieurs choses qui rendent la lecture un peu lente. Le style d’abord, l’auteur écrit en très longues phrases avec beaucoup de détails. Le côté historique ensuite. Moi qui apprécie beaucoup le thème de la seconde guerre mondiale, là on est dans l’après, c’est un thème que je n’avais jamais lu. Le récit aborde donc les côtés politiques de la gestion de l’après guerre, le déplacement des peuples créé par la guerre qui doit être « corrigé » (les soldats prisonniers doivent rentrer chez eux et les juifs pour beaucoup se cherchent un nouveau chez eux). J’ai eu un peu de mal avec ces passages plus précis, un peu compliqué pour moi. Et enfin, on suit ici de nombreux personnages, il faut vraiment s’attacher à bien mémoriser les liens entre chacun. Il faut donc le savoir, ce livre n’est pas facile à lire. Mais il est riche et il nous questionne. La guerre a créé beaucoup de problématiques et ce n’est pas parce qu’elle finit que tout va rentrer dans l’ordre dans le meilleur des mondes. Le roman aborde notamment très bien un point dans l’évocation de l’après : la classification en gentils ou méchants. Car parfois, c’est ni noir ni blanc mais un peu gris. Parce que chacun doit bien continuer sa vie même les méchants. Et l’auteur nous amène aussi à visualiser comment les jeunes générations nées de suite après la guerre peuvent porter les choses. C’est extrêmement lourd pour eux, ils subissent les contrecoups et pour autant, ils n’étaient pas là et ne savent donc pas vraiment ce qui a eu lieu. Alors il y a Lisa qui va faire son enquête, il y a Shimon qui va grandir « de travers » (drogue, alcool, etc) à cause de ce qui lui est tu. Ce roman aborde plein de thèmes, il est dense mais je pense qu’il est un bon aperçu de ce qu’ont été les dizaines d’après guerre. Et d’ailleurs, aujourd’hui en 2017 on voit bien encore ce qu’il en est pour le pays d’Israël… C’est aussi un point qui a été compliqué dans ma lecture car je ne suis pas assez cultivée sur ce sujet pour bien tout en comprendre. Mais c’est vraiment intéressant. Une lecture forte, riche, dense. Elle n’est pas destinée à tous les lecteurs mais elle aura des choses à vous apprendre si les thèmes traités vous intéressent. L’auteur a bien réussi à romancer l’histoire avec de vrais personnages fictifs parfaitement intégrés dans la vraie Histoire vécue par les juifs, les allemands et tous les autres peuples concernés par la guerre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • nena Posté le 15 Octobre 2017
          Un livre émouvant sur l'après guerre sur la reconstruction ou la survie, sur la découverte d'une terre d'asile : Israël. Plusieurs personnages victimes ou bourreaux, il y a Anna, Margarita, Ranzner....Des vies à se réinventer, loin des douleurs, des pertes, possible ou pas??

        Ils en parlent

        " Un roman passionnant, courant de l'hiver de 1944 au printemps de 1987, avec les meilleurs ingrédients du genre."
        La Manche Libre
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.