Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714448422
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 216
Format : 140 x 225 mm

La Fête de l'ours

Jean-Marie Saint-Lu (traduit par)
Date de parution : 27/01/2011

Après Les Exilés de la mémoire et La Dernière heure du dernier jour, le nouveau roman de Jordi Soler, où il évoque la figure disparue de son oncle Oriol. Une superbe réflexion sur la mémoire, un jeu de piste virtuose entre réalité et fiction pour une enquête familiale échevelée et un conte magnifique de noirceur et de fantaisie.

Par l'un des plus grands auteurs espagnols actuels, un jeu de piste virtuose entre réalité et fiction pour une enquête familiale échevelée. Peuplé de personnages extraordinaires, tour à tour héroïques ou effrayants de sauvagerie, un conte magnifique de noirceur autour des thèmes récurrents de Soler : l'exil, la mémoire, la...

Par l'un des plus grands auteurs espagnols actuels, un jeu de piste virtuose entre réalité et fiction pour une enquête familiale échevelée. Peuplé de personnages extraordinaires, tour à tour héroïques ou effrayants de sauvagerie, un conte magnifique de noirceur autour des thèmes récurrents de Soler : l'exil, la mémoire, la culpabilité, le poids de l'histoire familiale.

Lors d'une conférence, Jordi Soler rencontre une femme étrange qui lui remet une photo et une lettre.
Sur la photo, trois soldats républicains parmi lesquels Arcadi, le grand-père du narrateur, et Oriol, son frère.
Dans la lettre, une incroyable révélation. Oriol, qu'Arcadi avait dû abandonner blessé en 1939, et que tout le monde croyait mort ou reconverti en pianiste quelque part en Amérique latine, Oriol aurait vécu le reste de sa vie, là, près d'Argelès-sur Mer.

Bouleversé, Jordi Soler va découvrir la face cachée de celui que la légende familiale avait érigé en héros…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714448422
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 216
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Mêlant fiction et réalité, Jordi Soler retrace avec virtuosité l'épopée familiale entre ombre et lumière. »
Delphine Peras, Lire

« Un livre magnifiquement écrit. Des personnages profonds et énigmatiques... A lire. »
Evelyne Letribot, Ouest France

« Une oeuvre sauvage, un sombre conte de fées. Virtuose et bouleversant, Soler entremêle les genres littéraires, glissant de l'épopée au thriller, de l'aventure intime à la magie. »
Christine Ferniot, Télérama

« Jordi Soler est un narrateur habile, un admirateur de Joyce, une identité plurielle, entre le Mexique et la Catalogne. Ce qu'il fait du roman familial est passionnant et troublant. »
Isabelle Rüf, Le Temps

« Une fable exaltante, charnue, au style fambloyant, débordante de cris et de fureur, sur le mensonge, la culpabilité, les châtiments et, au bout du bout, peut-être, la compassion. »
Yves Viollier, La Vie

« Un conte documentaire sauvage et noir, impossible à lâcher. »
Marguerite Baux, Grazia

« Jordi Soler déroule la violence et l'absurdité de la guerre par une écriture quasi poétique, très peu ponctuée, qui fait penser à une sonate de Bach. [...] Comme une lente incantation, le roman est une descente en apnée dans l'enfer de la mémoire espagnole. »
Serge Raffy, Le Nouvel Observateur


À propos des Exilés de la mémoire :
« Jordi Soler relate avec subtilité et humour le destin de son grand-père espagnol, antifranquiste parti se perdre dans la jungle mexicaine après la défaite républicaine de 1939. Un récit subtil, attentif, dramatique et drôle de la trajectoire de son aïeul. Judicieusement, Jordi Soler rebat les cartes de cet exil, fait des sauts de puce et des entrechats de géant entre les lieux, les époques, les destins. Les souvenirs de guerre d'Arcadi, le vétéran, dialoguent avec ceux de l'enfant mexicain que Jordi Soler lui-même fut à ses côtés, immergé jusqu'à ses 12 ans dans cette bizarroïde colonie catalane fondée par son aïeul au Mexique. »
Fabienne Dumontet, Le Monde des Livres

À propos de La Dernière Heure du dernier jour :
« Jordi Soler a une manière bien à lui d'enchanter la réalité et sa mémoire familiale, qui relève du sortilège, du magique et du saugrenu. On pense à Garcia Marquez et à ses Cent Ans de solitude, comme si l'exubérance des forêts sud-américaines devait inspirer un style foisonnant, une narration tourbillonnante. Reste que ce que Jordi Soler nous raconte lui appartient en propre. Et, en nous le confiant, il nous étourdit et, mieux encore, il nous séduit. »
Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur

« Jordi Soler s'avère encore une fois un conteur hors pair, puisant dans un matériau autobiographique la plus éblouissante inspiration romanesque. »
Delphine Peras, Lire

« Puissant et lancinant, le roman de Jordi Soler donne envie de se perdre à son tour dans la jungle mexicaine. »
Alexandre Fillon, Livres Hebdo

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LuparJu Posté le 6 Octobre 2021
    L'auteur, élevé dans le souvenir héroïque de son grand-oncle disparu lors de la guerre d'Espagne, découvre de façon soudaine que celui-ci n'est pas mort et n'est pas non plus devenu un musicien renommé en Amérique Latine. Cette figure tutélaire et mystérieuse tombe alors de son piédestal imaginaire et conduit l'auteur à creuser dans les histoires familiales et les figures obligées du récit espagnol pour se confronter au passé. Une lecture mitigée tant il y avait de potentiel dans ce texte et tant l'écriture m'a semblée plate et convenue. J'ai beaucoup apprécié l'interrogation de la filiation, la figure de conte aussi séduisante qu'inquiétante du géant des bois et l'importance du point de vue dans les histoires qu'on transmet. L'écriture m'a par contre très vite lassée voire agacée, elle m'a empêchée de me laisser réellement emporter par ce roman.
  • palamede Posté le 7 Août 2021
    Journaliste et écrivain mexicain, Jordi Soler est né près de Veracruz en 1963. C'est là qu'il a vécu dans une communauté d'exilés catalans fondée par son grand-père à la fin de la guerre civile espagnole. A Argelès-sur-mer, ancien lieu de détention des républicains espagnols, une femme remet à Soler (ou son double littéraire) une lettre révélant que son légendaire grand oncle Oriol, que tout le monde croyait mort en 1939 ou exilé, a vécu toute sa vie, là, près de ce village. A la recherche de la vérité, l'auteur part sur les traces de son ancêtre et aboutit dans un petit village des Pyrénées, à Prats-de-Mollo, le jour de la fête de l'ours. C'est pendant cette fête qu'un point final est mis à une légende familiale, car Soler y découvre que, ni un héros ni vraiment un salaud, son oncle est un homme ordinaire qui a tué parce que son manque volonté l'a rendu au monde sauvage. Découverte qui fait naître chez lui le sentiment de culpabilité de celui qui n'est plus le descendant d'un résistant au franquisme mais celui d'un meurtrier. Entre fiction et réalité, Jordi Soler revient avec poésie sur ses thèmes de prédilection que sont l'exil, la culpabilité et la... Journaliste et écrivain mexicain, Jordi Soler est né près de Veracruz en 1963. C'est là qu'il a vécu dans une communauté d'exilés catalans fondée par son grand-père à la fin de la guerre civile espagnole. A Argelès-sur-mer, ancien lieu de détention des républicains espagnols, une femme remet à Soler (ou son double littéraire) une lettre révélant que son légendaire grand oncle Oriol, que tout le monde croyait mort en 1939 ou exilé, a vécu toute sa vie, là, près de ce village. A la recherche de la vérité, l'auteur part sur les traces de son ancêtre et aboutit dans un petit village des Pyrénées, à Prats-de-Mollo, le jour de la fête de l'ours. C'est pendant cette fête qu'un point final est mis à une légende familiale, car Soler y découvre que, ni un héros ni vraiment un salaud, son oncle est un homme ordinaire qui a tué parce que son manque volonté l'a rendu au monde sauvage. Découverte qui fait naître chez lui le sentiment de culpabilité de celui qui n'est plus le descendant d'un résistant au franquisme mais celui d'un meurtrier. Entre fiction et réalité, Jordi Soler revient avec poésie sur ses thèmes de prédilection que sont l'exil, la culpabilité et la mystification familiale, pour mieux nous embarquer dans un monde envoûtant teinté de cruauté et de violence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CSBlitaussi Posté le 25 Décembre 2020
    Avec La fête de l'ours je découvre la plume de Jordi Soler et j'ai appris un peu sur la guerre civile espagnole, la légende de l'ours dans ce petit village, Prat de Mollo dans les Pyrénées. C'est l'histoire d'un écrivain mexicain qui part à la recherche de ses racines espagnoles. Il a écrit une histoire sur le frère de son grand-père qui serait mort vers la fin de la guerre civile en Espagne. Lorsqu'une vieille vagabonde lui remet une vielle lettre et une photo, Jordi Soler découvre que son grand-oncle aurait survécu à ses blessures. Commence alors une enquête qui va chambouler sa vie et voir ce grand-oncle sous un autre angle... Je ne sais pas si cette histoire est vraie ou si c'est une fiction ou si c'est peut-être un mélange des deux. Je suis passée par plusieurs sentiments : de vouloir savoir que s'est il passé vraiment, de la lassitude et aussi la découverte une partie de l'histoire : la guerre civile espagnole dont j'ignore quasiment tout. La lassitude est lié au fait que j'ai trouvé certains passages trop longues, trop détaillés. Cela me freinait dans ma lecture. Je suis contente de ma découverte et malgré quelques longueurs j'ai passé un... Avec La fête de l'ours je découvre la plume de Jordi Soler et j'ai appris un peu sur la guerre civile espagnole, la légende de l'ours dans ce petit village, Prat de Mollo dans les Pyrénées. C'est l'histoire d'un écrivain mexicain qui part à la recherche de ses racines espagnoles. Il a écrit une histoire sur le frère de son grand-père qui serait mort vers la fin de la guerre civile en Espagne. Lorsqu'une vieille vagabonde lui remet une vielle lettre et une photo, Jordi Soler découvre que son grand-oncle aurait survécu à ses blessures. Commence alors une enquête qui va chambouler sa vie et voir ce grand-oncle sous un autre angle... Je ne sais pas si cette histoire est vraie ou si c'est une fiction ou si c'est peut-être un mélange des deux. Je suis passée par plusieurs sentiments : de vouloir savoir que s'est il passé vraiment, de la lassitude et aussi la découverte une partie de l'histoire : la guerre civile espagnole dont j'ignore quasiment tout. La lassitude est lié au fait que j'ai trouvé certains passages trop longues, trop détaillés. Cela me freinait dans ma lecture. Je suis contente de ma découverte et malgré quelques longueurs j'ai passé un bon moment de lecture. Challenge Multi-défis Challenge Riquiqui
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gens Posté le 6 Janvier 2019
    C'est le premier livre que je lis de cet auteur et j'ai trouvé cette histoire qui se rapproche progressivement de la légende, de l'épopée, magnifiquement servie par le style où virgules et points-virgules se succèdent sur un rythme déchaîné, laissant émerger des poins isolés ;)
  • probus Posté le 3 Juin 2017
    Déroutant conte de fée dans lequel l'innocence est impitoyablement mise à mort. La vérité se révèle au fil d'une histoire écrite d'un souffle, de peur de perdre le fil cette terrible exhumation d'un mort que l'on croyait mort, d'une vie que l'on pensait exemplaire. Jordi Soler nous entraîne dans le courant tumultueux d'un torrent de montagne, inexorable descente vers l'enfer des ses illusions perdues. Une enquête familiale qui commence par une belle croisière sur une mer de certitudes et se termine dans la fange et la douleur.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.