En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La femme manquée

            Robert Laffont
            EAN : 9782221119983
            Façonnage normé : EPUB2
            Format : 135 x 215 mm
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La femme manquée

            Collection : Romans Français Laffont
            Date de parution : 01/06/2011

            La révélation d'un nouvel écrivain, au ton singulier. C'est en Belgique, dans l'Ardenne, au village de Sarteau.

            Deux personnages principaux : Évariste Lejeune et Charles Lambert. Le premier est clerc de notaire, et c'est à lui qu'on s'adresse lorsqu'on a besoin d'une plume avisée. Charles Lambert, trente-cinq ans, vit sur la plus belle ferme de Sarteau, en compagnie de ses tantes Philomène et de Camille. Quand les...

            Deux personnages principaux : Évariste Lejeune et Charles Lambert. Le premier est clerc de notaire, et c'est à lui qu'on s'adresse lorsqu'on a besoin d'une plume avisée. Charles Lambert, trente-cinq ans, vit sur la plus belle ferme de Sarteau, en compagnie de ses tantes Philomène et de Camille. Quand les deux vieilles demoiselles meurent, Charles se retrouve seul et songe à se marier : il demande à Évariste de rédiger pour lui des annonces matrimoniales qui paraîtront dans le journal local. Elles demeurent sans écho, jusqu'au jour où, dans un catalogue intitulé Le Bonheur des îles, qui présente de " jolies indigènes cherchant mariage ", Charles découvre la femme de sa vie. Hélas, c'est une jeune femme toute proche de la mort qui apparaît : Opportune est atteinte d'une leucémie et c'est pour se faire soigner en Europe qu'elle a choisi le stratagème de l'annonce. Le mariage est néanmoins célébré dans la chambre de l'hôpital où s'éteint Opportune, et c'est là que la vérité sur l'origine de Charles éclate, lorsqu'on entend le maire lire l'acte de mariage : " … Lambert Charles, né Lévi Saül, fils de Lévi Abraham et de son épouse Cohen Rachel, à Anvers, le 4 mai 1940, reçu en adoption par Lambert Philomène… " Stupéfaction, émoi dans le village. Peu après, un certain nombre de calamités (récolte pourrie, fièvre aphteuse) s'abattent sur le village. La faute à Charles, ce juif ? À Opportune, cette étrangère ? Et même, un soir de tempête, le feu prend à la ferme de Charles, qui y périt… Évariste part alors à la recherche d'éventuels héritiers de Charles. A Anvers, il apprend que Rachel Lévi avait confié son fils Saül en 1942 à Philomène, juste avant d'être déportée, et que c'est ainsi que le bébé était devenu Charles Lambert… Allant plus loin, Évariste découvre que la vérité vraie est différente : la mère de Saül, c'était Philomène qui, pour éviter le scandale au village, a accouché chez Rachel, qui a élevé le gamin jusqu'en 1942 où, devant le péril, elle l'a remis à sa véritable mère, Philomène. Et le père qui était-ce ? Eh bien, c'est Évariste lui-même qui, un jour d'été, alors qu'il s'était lancé avec Philomène à la recherche d'un taureau échappé, fut littéralement possédé par celle-ci… Étrange histoire, pleine de surprises étonnantes, que la subtilité du récit rend fort crédibles. Mais au-delà de l'histoire, c'est l'écriture qui fait tout le prix de ce roman, avec son accent singulier et un humour très personnel : une langue qui se savoure avec bonheur, la peinture d'une petite société, ses personnages pittoresques et ses mœurs souvent réjouissantes… On sourit souvent, et on est ému.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221119983
            Façonnage normé : EPUB2
            Format : 135 x 215 mm
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Juin Posté le 3 Août 2018
              Il y a des auteurs que l'on découvre pas hasard et qui nous séduisent. Armel Job fait partie de ceux-là. Alors lorsque je trouve un de ses livres en bibliothèque je n'hésite pas et jusque là je n'ai pas été déçu. La femme manquée c'est celle que veut absolument rencontrer Charles, agriculteur aisé perdu dans un village de l'Ardenne ( belge). Chronique douce-amère d'une vie manquée...Charles le pas très beau, le pas très à l'aise est un homme attachant et généreux qui rêve d'installer une femme dans sa vie... et sa ferme. Ce qui ne plaira pas aux habitants du village, confits dans leurs habitudes.... Raconté par le clerc de notaire, cette histoire frôle avec un humour désabusé. Une bande de copains, des rencontres autour d'un jeu de cartes, une femme venue de très loin .... et des secrets qui se dévoilent. La vie est un jeu de massacre quelquefois. Un roman intéressant, aux dialogues savoureux qui nous entraîne dans une histoire assez désespérée. ( Prix Emmanuel-Roblès 2000)
            • luis1952 Posté le 18 Mai 2016
              Un roman qui se passe dans nos Ardennes belges. Tous les villageois se connaissent, ont leurs habitudes et leurs coutumes. Charles a trente-cinq ans, il a tout sauf une femme. Commence alors une quête éperdue qui finira mal...
            • Tuclasakoi Posté le 22 Janvier 2014
              Récit drôle, triste, émouvant et tragique, surprenant et singulier. C’est amusant à lire; l’histoire est un peu triste et drôle à la fois. Il y a des expressions et des descriptions savoureuses. C’est très bien écrit. Annie
            • latina Posté le 13 Juin 2012
              « Drôle et triste, émouvant et tragique, surprenant et singulier »…Cette critique présente sur la 4e de couverture est tout à fait de mise. • Drôle ? Oui ! Par la manière imagée de trousser des portraits, des ambiances. En voici un avant-goût : « Il était doté de belles arcades sourcilières, dans le style roman, harmonieusement cintrées, manifestement édifiées pour soutenir un front monumental qui, hélas ! faisait défaut. », « Un menton si saillant, si robuste que c’était plutôt la mentonnière d’une armure médiévale », « Le colonel évoque les ogives d’obus qui servent de tétons aux négresses. D’après lui, rien à voir avec les chapeaux melons des Blanches. », « Il se contentait de sourire en plissant les joues au point qu’elles avaient l’air de fausser compagnie à son menton ». • Triste ? Oui ! Car l’histoire d’amour malheureuse de Charles Lambert est touchante. A la recherche de la Femme, il ne peut qu’être toujours déçu. Et quand arrive Celle qu’il croit être l’incarnation de l’idéal féminin, elle meurt…Emouvant et tragique, donc. • Et surtout, surprenant et singulier. En effet, Armel Job n’a pas son pareil pour entrer dans le cœur des gens mais de manière très pudique. Les déballages... « Drôle et triste, émouvant et tragique, surprenant et singulier »…Cette critique présente sur la 4e de couverture est tout à fait de mise. • Drôle ? Oui ! Par la manière imagée de trousser des portraits, des ambiances. En voici un avant-goût : « Il était doté de belles arcades sourcilières, dans le style roman, harmonieusement cintrées, manifestement édifiées pour soutenir un front monumental qui, hélas ! faisait défaut. », « Un menton si saillant, si robuste que c’était plutôt la mentonnière d’une armure médiévale », « Le colonel évoque les ogives d’obus qui servent de tétons aux négresses. D’après lui, rien à voir avec les chapeaux melons des Blanches. », « Il se contentait de sourire en plissant les joues au point qu’elles avaient l’air de fausser compagnie à son menton ». • Triste ? Oui ! Car l’histoire d’amour malheureuse de Charles Lambert est touchante. A la recherche de la Femme, il ne peut qu’être toujours déçu. Et quand arrive Celle qu’il croit être l’incarnation de l’idéal féminin, elle meurt…Emouvant et tragique, donc. • Et surtout, surprenant et singulier. En effet, Armel Job n’a pas son pareil pour entrer dans le cœur des gens mais de manière très pudique. Les déballages sirupeux, très peu pour lui ! Malgré cette économie de moyens, nous connaissons l’essentiel de la vie des personnages, nous entrons dans leur intimité, nous sommes complices du narrateur (qui écrit, fait assez déconcertant au début, tantôt à la 1e personne, tantôt à la 3e personne) et témoins de sa tragédie. Précisons que le narrateur n’est pas Charles Lambert, mais le clerc de notaire, l’intellectuel du village, auquel Charles se confie afin qu’il écrive des lettres à sa place. Cette espèce de connivence, d’ailleurs, va les mener plus loin qu’ils ne le pensent… Bref, ce petit village des Fagnes, au fin fond de la Belgique profonde, avec ses tracteurs et sa boucherie, son maire et ses vieilles filles, bénéficiant 300 jours par an d’une pluie pénétrante, est le théâtre d’une véritable tragédie à la grecque…Je n’en dis pas plus. Lisez, et vous verrez ! Lisez, et vous toucherez du doigt les secrets de certains couples… C’est agréable d’être voyeur quand Armel Job nous le propose !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nahe Posté le 15 Juin 2011
              « La femme manquée » est un roman du terroir signé Armel Job dont j’avais lu avec grand plaisir « baigneuse nue sur un rocher ». Le récit se passe en Ardenne, à Sarteau et met en scène Charles, un jeune fermier à la recherche d’une épouse : il se fait aider dans sa recherche par Evariste, le clerc de notaire qui rédige pour lui des annonces matrimoniales. Ces recherches resteront vaines et c’est dans un catalogue de beautés exotiques que Charles trouvera finalement l’âme sœur en la personne d’Opportune. Lors de la célébration du mariage, le village découvre, stupéfait, l’identité de Charles. Malheureusement la jeune épouse est bien malade et meurt rapidement, laissant un Charles désemparé et déboussolé par cette nouvelle identité… tout comme les habitants de Sarteau ! La suite sur mon blog...
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com