Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266306973
Code sériel : 17833
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Au péril de la mer
Date de parution : 10/06/2021
Éditeurs :
Pocket

Au péril de la mer

Date de parution : 10/06/2021
Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C’est là, entre les murs gris de l’abbaye,au xve siècle, qu’un peintre pleura un amour... Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C’est là, entre les murs gris de l’abbaye,au xve siècle, qu’un peintre pleura un amour incandescent qui le hanta à jamais et qu’il découvrit, envoûté par les enluminures, la beauté du métier de copiste. C’est... Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C’est là, entre les murs gris de l’abbaye,au xve siècle, qu’un peintre pleura un amour incandescent qui le hanta à jamais et qu’il découvrit, envoûté par les enluminures, la beauté du métier de copiste. C’est également là, entre ciel et mer, que cinq cents ans plus tard une romancière viendra chercher l’inspi-ration. Est-il encore possible d’écrire quand on vient de donner la vie? Dans ce lieu si emblé-matique, leurs destins se croisent malgré les siècles qui les séparent. Tour à tour portés par la force et la beauté du lieu, ils en arpenteront tous les recoins et y trouveront ce qu’ils sont venus chercher...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306973
Code sériel : 17833
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une dentelle d'eau, d'encre et de pierre dont on ne veut perdre aucun fil. » (Québec)
L'Actualité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • NancyJuneau Posté le 9 Avril 2022
    Quel livre extraordinaire, véritable ode aux livres, j’en ressors bouleversée, émue, avec l’impression d’avoir vécu au sein de l’Abbaye du Mont Saint-Michel. Dominique Fortier est une grande écrivaine et celle qui m’aura touchée le plus ces dernières années avec Les villes de papier, Les ombres blanches et Au péril de la mer. Son écriture fine, élégante, est si précise que j’ai la tête remplie d’images quand je la lis. Je le relirai assurément avec grand bonheur.
  • GentlemanW Posté le 27 Janvier 2022
    Pendant la première partie de ce livre, j'ai aimé lire, entrer dans le Mont, vivre l'humidité du lieu et sa solitude volontaire avec les moines. Puis soudain, plus rien, un vide, un tourbillon même pas hallucinatoire mais plutôt un imbroglio de notes de l'auteure tombées au sol et remises dans le mauvais ordre. une prétention poético-morbide du parallèle totalement improbable d'une maternité en cours, d'un bébé à venir, bref je n'ai même pas décroché, j'ai été jusqu'au bout pour comprendre si il y avait du sens. AUCUN. très décevant !
  • SeriallectriceSV Posté le 24 Mai 2021
    Dominique Fortier m'a enchantée par son écriture poétique. Elle a su me captiver avec ce roman à la construction originale : le Mont-Saint-Michel y apparaît comme un trait d'union entre deux histoires séparées de plus de cinq siècles. Au XVème siècle, Eloi, un portraitiste, rejoint le Mont-Saint -Michel pour apaiser sa peine suite au décès soudain de son amante. Cinq cents ans plus tard, une jeune maman, écrivain, tente de trouver l'inspiration dans l'enceinte du Mont. D'une époque à l'autre, ce sont deux récits de vies plus ou moins écorchées qui prennent forme, dans lesquels s'invitent un soupçon de fantastique et, surtout, le pouvoir des mots et de la littérature. Ces pages abritent aussi l'Histoire du Mont-Saint-Michel. On sent le travail de recherche et la passion de l'auteure pour ce Mont. Elle est passionnante. S'il a su me captiver, ce roman à deux voies, a su aussi me perdre à l'instar du pèlerin qui se perd dans le dédale des impasses et ruelles du Mont. Il m'a parfois manqué de liant entre les chapitres et pourtant, au gré des pages et des marées, et malgré les incursions dans le domaine de la religion que je n'affectionne pas particulièrement, ce texte... Dominique Fortier m'a enchantée par son écriture poétique. Elle a su me captiver avec ce roman à la construction originale : le Mont-Saint-Michel y apparaît comme un trait d'union entre deux histoires séparées de plus de cinq siècles. Au XVème siècle, Eloi, un portraitiste, rejoint le Mont-Saint -Michel pour apaiser sa peine suite au décès soudain de son amante. Cinq cents ans plus tard, une jeune maman, écrivain, tente de trouver l'inspiration dans l'enceinte du Mont. D'une époque à l'autre, ce sont deux récits de vies plus ou moins écorchées qui prennent forme, dans lesquels s'invitent un soupçon de fantastique et, surtout, le pouvoir des mots et de la littérature. Ces pages abritent aussi l'Histoire du Mont-Saint-Michel. On sent le travail de recherche et la passion de l'auteure pour ce Mont. Elle est passionnante. S'il a su me captiver, ce roman à deux voies, a su aussi me perdre à l'instar du pèlerin qui se perd dans le dédale des impasses et ruelles du Mont. Il m'a parfois manqué de liant entre les chapitres et pourtant, au gré des pages et des marées, et malgré les incursions dans le domaine de la religion que je n'affectionne pas particulièrement, ce texte m'a happée. Un livre très érudit ; j'ai ressenti beaucoup d'admiration pour l'auteure en refermant ce livre. Un opus qui s'apparente davantage à un essai par moment ; il vaut mieux le savoir si vous décidez d'ouvrir ce livre. On apprend beaucoup, il est très fouillé, mais si vous cherchez une intrigue palpitante alors il vaut mieux, à mon avis, remettre cette lecture à plus tard, ou passer votre chemin. J'ai découvert l'auteure avec "La porte du ciel", un superbe conte sur les inégalités raciales aux Etats-Unis. J'ai maintenant hâte d'ouvrir "Les villes de papier".
    Lire la suite
    En lire moins
  • jyducap Posté le 20 Décembre 2020
    J'adore l’écriture libre de Dominique Fortier (Renaudot 2020) dans ce livre, à la fois récit historique d’un amour de l’art et des livres et carnet de voyage au Mont-Saint-Michel d’une jeune femme sensible qui devient mère. On se laisse séduire par la clarté du texte, la beauté des impressions et la profondeur des réflexions sur les livres et l'écriture.
  • frconstant Posté le 30 Novembre 2020
    Pour ce livre, Dominique Fortier, autrice québécoise, a remporté le prix littéraire du Gouverneur général. De quoi s’agit-il ? Fiction, récit de vie ou de voyage, carnet d’écriture ? La classification a finalement peu d’importance. La vraie question est : « Ce livre me parle-t-il ? Me disant quelque chose de nouveau du monde ou révélant quelque chose de mon être profond ? » Et ma réponse est doublement oui. Trois personnages, loin de se disputer la vedette mais se passant plutôt la parole, m’ont appris des facettes de l’Histoire que je connaissais peu ou mal. Les interactions entre ces personnages ont confirmé des questions que je me suis souvent posées sans pour autant avoir des certitudes sur les réponses, ni les miennes, ni celle du livre. L’intérêt premier étant, pour moi, de m’interroger. Il y a d’abord Eloi, jeune portraitiste qui, par dépit amoureux, a suivi son ami Frère Robert au Mont St Michel. Sa dextérité, même conjuguée à son illettrisme, le désignait pour entrer au monastère et devenir copiste, même sans y prononcer de vœux religieux. Personnage attachant, il suscite de l’intérêt ou de la répulsion parmi la communauté. Peut-on être copiste sans être moine ? Peut-on recopier des... Pour ce livre, Dominique Fortier, autrice québécoise, a remporté le prix littéraire du Gouverneur général. De quoi s’agit-il ? Fiction, récit de vie ou de voyage, carnet d’écriture ? La classification a finalement peu d’importance. La vraie question est : « Ce livre me parle-t-il ? Me disant quelque chose de nouveau du monde ou révélant quelque chose de mon être profond ? » Et ma réponse est doublement oui. Trois personnages, loin de se disputer la vedette mais se passant plutôt la parole, m’ont appris des facettes de l’Histoire que je connaissais peu ou mal. Les interactions entre ces personnages ont confirmé des questions que je me suis souvent posées sans pour autant avoir des certitudes sur les réponses, ni les miennes, ni celle du livre. L’intérêt premier étant, pour moi, de m’interroger. Il y a d’abord Eloi, jeune portraitiste qui, par dépit amoureux, a suivi son ami Frère Robert au Mont St Michel. Sa dextérité, même conjuguée à son illettrisme, le désignait pour entrer au monastère et devenir copiste, même sans y prononcer de vœux religieux. Personnage attachant, il suscite de l’intérêt ou de la répulsion parmi la communauté. Peut-on être copiste sans être moine ? Peut-on recopier des livres d’un tel intérêt, voire d’un tel pouvoir et ne rien comprendre à ce qu’on écrit ? Celui qui comprend ferait-il automatiquement un meilleur copiste ou, parce qu’il en sait déjà sur le sujet, y ajoutera-t-il sa propre interprétation, ses nuances personnelles au risque de trahir la chaîne de transmission ? Question intéressante pour l’ancien enseignant que je fus et l’analyse que j’essaye d’être de tous les populismes qui misent sur l’ignorance… Le deuxième personnage, bien de nos jours celle-là, est l’autrice elle-même, écrivaine et jeune maman. Aimant et fière des deux rôles mais se posant des tas de questions sur les priorités à placer dans sa vie. Les besoins de son enfant, buveur d biberons et grand mangeur de temps ou son écriture, elle aussi chronophage mais tellement utile à son équilibre ? Question triviale mais dont la réponse n’est jamais simple à poser. Enfin, le troisième personnage est le Mont St Michel. Celui surtout du temps de sa splendeur en tant que cité des livres. Au péril de la mer est une citation qui était inscrite sur tous les manuscrits produits par les copistes du Mont. Là où la mer, à la fois garante de pérennité, source de vie et de tourments avait beau, avec force, assiéger St Michel à coups de marée, et pourtant n’arrivait pas à le déstabiliser et lui faire perdre son âme. Le récit est très, documenté. On en sort enrichi d’Histoire, d’humanité et d’importance à garder aux livres et à leurs diffusions. Que ce soit à propos de l’un ou l’autre des personnages de ce roman, toujours les questions soulevées ouvrent à la réflexion et, ce qui ne gâche rien, les mots pour le dire semblent couler d’une source poétique vitale, chère à l’autrice. Une bien belle découverte que je dois au défi littéraire de Madame lit. Merci !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.