Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266278584
Code sériel : 17051
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

La Prunelle de ses yeux

Date de parution : 12/10/2017
Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l'entraîner dans ses ténèbres.
Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et il n'a pas renoncé à faire la lumière...
Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l'entraîner dans ses ténèbres.
Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et il n'a pas renoncé à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266278584
Code sériel : 17051
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Une belle intrigue, assise sur une solide documentation scientifique et psychologique. » Martine Freneuil,  Le Quotidien du médecin

 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ericdesh Posté le 3 Août 2020
    Un roman agréable à lire et au suspense bien entretenu. Certes, il ne révolutionne par le genre et n'est pas exempt de certaines caricatures (certaines, malheureusement, un peu grossières) mais il est rondement mené. Les réguliers allers-retours passé-présent sont opportuns et permettent de bien expliquer et mettre en valeur l'intrigue. De plus, à l'aide de certaines explications scientifiques, le roman met en avant une cécité très particulière (dont je n'avais jamais entendu parler) qui est plutôt troublante. Au final, un bon roman, agréable à lire. (7,5 plus que 7, pour moi).
  • quoilire Posté le 22 Mai 2020
    Ce roman policier comporte tous les éléments d'un bon page-turn : une écriture efficace, une entrée en matière vite et captivante, avec une narration en parallèle pour maintenir en haleine le lecteur. Les personnes sont forts, aux personnalités propres, rapidement identifiables, que l'on va aimer ou bien haïr, mais avec lesquels on se projette totalement dans l'histoire. La grande force de La prunelle de ses yeux est de capter complètement son lecteur au point que celui-ci, absorbé par l'histoire, ne cherche plus à faire sa propre enquête. Charmé par le récit d'Ingrid Desjours, le lecteur risque de passer à côté de petits indices qui lui auraient permis d'anticiper les rebondissements de la fin du roman. Mais un peu comme un magicien qui vous fait oublier de chercher le truc du tour de magie, c'est avec d'autant plus de plaisir que vous vous laissez surprendre par l'écrivain. La seule recommandation que je vous ferai serait dès l'ouverture du livre de vous assurer de disposer de temps, car une fois débuté il vous sera difficile de le lâcher. Un roman qui saura séduire les amateurs de roman policier comme les occasionnels du genre.
  • artemisia02 Posté le 17 Avril 2020
    Un bon thriller qui fait le job, il ne révolutionne pas le genre mais il m'a permis de passer un bon moment durant une journée de confinement. Une histoire qui tient la route, des personnages principaux attachants et torturés, une enquête sur deux époques et quelques rebondissements qui relancent le suspense au bon moment. A voir avec un deuxième roman de cette auteure que je découvre.
  • Nanako-Mai Posté le 23 Mars 2020
    Je n’ai pas réussi à lâcher ce roman une fois ma lecture commencée. Résultat : je l’ai dévoré en 2 jours. Depuis que je suis maman, les histoires ayant comme trame la perte d’un enfant, quelque soit son âge et quel qu’en soit les circonstances me touchent particulièrement… Il y a treize ans, Victor, un jeune adolescent de 17 ans meurt tragiquement à la suite d’un violent et indicible lynchage. Maya Tores en serait la responsable, c’est ce qu’attestent ces trois camarades : Tancrède, Gaël et Florian, présents ce soir là et dont la parole ne peut être remise en cause. Cette même nuit, le père de Victor, Gabriel perd la vue dans un accident de voiture. Malgré son handicap et depuis ce funeste jour, il n’a de cesse de rechercher activement l’assassin de son fils, afin qu’enfin, justice soit faite. Le récit alterne surtout entre trois points de vue : celui de Victor, personnage très touchant et véritablement attachant ; Gabriel, un père maladroit et machiste qui n’a pas su être à l’écoute de son fils, mais dont la sensibilité a été exacerbée à la suite de ces drames et Maya, une jeune femme mélancolique, rongée par les remords, les... Je n’ai pas réussi à lâcher ce roman une fois ma lecture commencée. Résultat : je l’ai dévoré en 2 jours. Depuis que je suis maman, les histoires ayant comme trame la perte d’un enfant, quelque soit son âge et quel qu’en soit les circonstances me touchent particulièrement… Il y a treize ans, Victor, un jeune adolescent de 17 ans meurt tragiquement à la suite d’un violent et indicible lynchage. Maya Tores en serait la responsable, c’est ce qu’attestent ces trois camarades : Tancrède, Gaël et Florian, présents ce soir là et dont la parole ne peut être remise en cause. Cette même nuit, le père de Victor, Gabriel perd la vue dans un accident de voiture. Malgré son handicap et depuis ce funeste jour, il n’a de cesse de rechercher activement l’assassin de son fils, afin qu’enfin, justice soit faite. Le récit alterne surtout entre trois points de vue : celui de Victor, personnage très touchant et véritablement attachant ; Gabriel, un père maladroit et machiste qui n’a pas su être à l’écoute de son fils, mais dont la sensibilité a été exacerbée à la suite de ces drames et Maya, une jeune femme mélancolique, rongée par les remords, les regrets et qui passe totalement à côté de sa vie… Il y a ces écoles prestigieuses et ces bizutages que tout le monde tait, ces victimes qui ne se remettent pas des sévices subis, ces cruels rites de passages commis par des élèves tout puissants et qui se croient au-dessus des lois et le demeurent… Il y a Victor, qui sous couvert de suivre les traces de son cher papa, se voue à dénoncer ces abus et à rendre justice. Puis il y a sa mort, injuste, cruelle. Et je n’ai eu qu’une envie, que son père Gabriel retrouve son assassin et le fasse payer ! Oui, oui. On plonge avec lui dans la « démence », dans cette soif de vengeance qui, on l’espère sera salvatrice. Il y a du suspense, des révélations, des abominations, de la crainte, de la honte, des regrets et des remords, de l’amour aussi, sous toutes ses formes. Malgré cela, ce n’est pas un coup de cœur. J’ai trouvé que l’histoire d’amour était trop surfaite, trop évidente et la fin, un peu décevante. Ca n’en reste pas moins une bonne lecture, un excellent thriller que je garderai en mémoire. Challenge ABC 2019/2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • Veromy Posté le 21 Mars 2020
    Deuxième livre que je lis d'Ingrid Desjours, j'étais déjà convaincue et là c'est décidé, elle fait partie intégrante de mes auteurs préférés. Une lecture difficile à lâcher tant on prit dans l'histoire, l'alternance entre le passé et le présent nous dévoile peu à peu ce qui s'est passé. J'ai adoré !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Pocket

    Ingrid Desjours, entre livres et écrans

    Psychocriminologue rompue aux méandres cérébraux des psychopathes, la romancière à succès Ingrid Desjours, forte des 100 000 exemplaires de ses thrillers vendus chez Pocket, cosigne le scénario d'une série en trois épisodes. Diffusée le 20 février sur Arte, cette mini-série, Amour fou, a fait l'objet d'une novélisation intitulée Tout pour plaire, elle aussi publiée chez Pocket.

    Lire l'article