RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Saison des feux

            Pocket
            EAN : 9782266288415
            Code sériel : 17363
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            La Saison des feux

            Fabrice POINTEAU (Traducteur)
            Date de parution : 18/04/2019
            Rues bien droites, pelouses au cordeau : rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat. Quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia... Rues bien droites, pelouses au cordeau : rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat. Quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia Warren, artiste photographe, anticonformiste et bohême à souhait, et sa fille Pearl. Elles sont aussi nomades que les Richardson sont sédentaires, aussi libres qu’ils sont prisonniers des apparences… Alors qu’au début la cohabitation semble plutôt chaleureuse, insensiblement, les rapports vont se crisper. La tension montera dangereusement… jusqu’à l’embrasement ?

            « Céleste Ng a encore une fois dégainé son arme secrète : installer dès les premières pages un climat inquiétant, et réussir à le maintenir jusqu’à la dernière ligne. » Laurence Caracalla – Le Figaro littéraire

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266288415
            Code sériel : 17363
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket

            Ils en parlent

             
            « Un excellent roman qui déborde largement des frontières du polar et confirme le goût de cette Américaine pour les intrigues plutôt grinçantes. » Pascale Frey, ELLE
             
            « Le choc des cultures est au centre de ce roman noir teinté d’ironie où défile une galerie de femmes déboussolées. Un excellent roman sociétal dont le climat évoque parfois Desperate Housewives. » Claire Julliard, L’Obs
             
            « Elena incarne l’ordre, la règle, la norme, Mia le désordre, l’instinct et l’art. C’est Apollon versus Dyonisos, Ingres contre Delacroix, la raison face à l’imagination. Ng aborde des questions de femmes, mêle à cela la couleur de la peau dans l’Amérique WASP. » Julie Malaure, Le Point
             
            « Celeste Ng n’a pas son pareil pour, d’une petite phrase assassine ou même d’une formule anodine, faire planer une menace qui ne dit pas son nom. Avec une grande maîtrise, Celeste Ng raconte les frustrations des unes, la vulnérabilité des autres, relate sans effet de manches les remises en question qui font grandir, la précarité qui fait plonger. Des pages aussi foisonnâtes qu’envoûtantes. » Laurence Caracalla, Le Figaro littéraire
             
            « Avec cette comédie de mœurs acide, Celeste Ng met le feu aux poudres du conformisme en battant en brèche la bien-pensance feutrée de la banlieue cossue où elle-même a grandi. À travers la lutte féroce entre Elena et Mia, elle aborde avec intelligence une question essentielle : quel prix est-on prêt à payer pour sa liberté ? » François Lestavel, Paris Match
             
            « Celeste Ng entrelace les histoires, multiplie les portraits de femmes – les mères, les filles, les riches et les modestes -, s’attarde auprès de personnages secondaires qui apportent de la nuance et des doutes aux certitudes si ancrées. Par le jeu d’un récit extrêmement maîtrisé, sans jouer les donneuses de leçon, elle pose les questions fondamentales : qu’est-ce qu’être une femme ? une mère ? Le lecteur observe l’éclosion de ces petits incendies partout et se demande ce qui restera une fois cette « saison des feux » achevée : une terre fertile ou un terrain dévasté ? » L’Express
             
            « Captivant, La Saison des feux éveille le Peeping Tom qui sommeille en chacun de nous et nous rend si curieux de connaître ce que les autres prennent tant de soin à cacher. » Le Journal du dimanche
             
            « Un roman troublant où s’emboîtent telles des poupées russes les trajectoires de mères et de leurs filles, dont le bonheur dépendra de la capacité à assumer leurs choix. » Pascaline Potdevin, Grazia

            « La banlieue huppée brûle aussi. Les lecteurs adorent ce roman où le rêve américain vire au cauchemar. Pareil roman apporte au public la même satisfaction trouble que la lecture d’un conte : le récit dévoile au grand jour une violence latente qu’il conjure du même coup par la grâce de la fiction. » Books

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Deltak Posté le 3 Septembre 2019
              A Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire. Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d'abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence met en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights. Une étude de mœurs américaine toute en finesse d'une banlieue chic et de ses habitants. Une esquisse brillante de portraits féminins qui n'est pas sans rappeler Laura Kasischke. Une intrigue à la fois simple et complexe. Tels sont les ingrédients de ce roman très réussi qui se dévore comme un thriller. Un coup de cœur pour moi !
            • Deltak Posté le 3 Septembre 2019
              A Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire. Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d'abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence met en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights. Une étude de mœurs américaine toute en finesse d'une banlieue chic et de ses habitants. Une esquisse brillante de portraits féminins qui n'est pas sans rappeler Laura Kasischke. Une intrigue à la fois simple et complexe. Tels sont les ingrédients de ce roman très réussi qui se dévore comme un thriller. Un coup de cœur pour moi !
            • MilleetunepagesLM Posté le 1 Septembre 2019
              Le commentaire de Lynda : Ce roman nous fait passer par toutes sortes d'émotions. Le tout commence par un incendie, l'incendie de la maison des Richardson, la famille modèle, typique, ordinaire comme la plupart des familles qui habitent à Shaker Heights. Image parfaite d'une famille parfait, dans un village parfait, direz-vous ! Et bien pas tout à fait, il y a cette mère monoparentale Mia, et sa fille Pearl, anticonformiste, bohème qui détonne un peu dans ce décor. Et bien sûr, en grattant un peu ce vernis, on découvre d'autres choses, qui sont cachés par ces gens huppés, entre autres Izzy, une des filles Richardson, un peu le mouton noir de la famille, selon les critères des gens ''bien'' et qui n'entre pas dans le moule. Et en continuant de retirer ce beau vernis, on découvre les gens pas si parfaits, sauf derrière ces apparences trompeuses... L'auteure survole plusieurs sujets, aussi intéressants les uns que les autres, tels que : l'adolescence, la maternité, l'adoption, les secrets de famille, et surtout les sacro-saintes apparences, qu'il est important de montrer pour ''le bien'' de tous. Quand les tensions montent, quand les secrets se révèlent, c'est un monde complet qui s'écroule, c'est la réaction de ces personnes ''parfaites''... Le commentaire de Lynda : Ce roman nous fait passer par toutes sortes d'émotions. Le tout commence par un incendie, l'incendie de la maison des Richardson, la famille modèle, typique, ordinaire comme la plupart des familles qui habitent à Shaker Heights. Image parfaite d'une famille parfait, dans un village parfait, direz-vous ! Et bien pas tout à fait, il y a cette mère monoparentale Mia, et sa fille Pearl, anticonformiste, bohème qui détonne un peu dans ce décor. Et bien sûr, en grattant un peu ce vernis, on découvre d'autres choses, qui sont cachés par ces gens huppés, entre autres Izzy, une des filles Richardson, un peu le mouton noir de la famille, selon les critères des gens ''bien'' et qui n'entre pas dans le moule. Et en continuant de retirer ce beau vernis, on découvre les gens pas si parfaits, sauf derrière ces apparences trompeuses... L'auteure survole plusieurs sujets, aussi intéressants les uns que les autres, tels que : l'adolescence, la maternité, l'adoption, les secrets de famille, et surtout les sacro-saintes apparences, qu'il est important de montrer pour ''le bien'' de tous. Quand les tensions montent, quand les secrets se révèlent, c'est un monde complet qui s'écroule, c'est la réaction de ces personnes ''parfaites'' qui subit, mais c'est aussi la vérité qui éclate et qui amène tout ce beau monde vers un bouleversement total et ses conséquences assez dramatiques. L'auteure, avec l'incendie, nous embarque rapidement dans l'histoire, le tout démarre sans délai, et à partir de ce moment, nous nous retrouvons avec le seul but, d'arriver à la fin et de découvrir, ce monde parfait, auquel bien sûr je ne voudrais pas faire partie. L'incendie du début, est aussi le début de l'anéantissement des mythes et des apparences pour ces gens, et c'est ce que j'ai beaucoup aimé. L'auteure nous garde en alerte, puisque nous découvrons les choses un peu à la fois, autant du côté des secrets que des situations. Elle nous montre l'image sans vernis avec Mia, Pearl et Izzy, et tranquillement le vernis qui se dissout chez les autres, et qui montre une image pas tout à fait jolie, croyez-moi. Est-ce que j'ai aimé, oui sans hésitation. J'ai aimé la plume de cette auteure, qui a su m'accrocher du tout début et jusqu'à la dernière page. J'ai aussi aimé ces 2 mondes si différents en apparence, mais également tellement semblable dans le fond. Une plume riche, descriptive, franche et parfois même émouvante à un certain point.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MilleetunepagesLM Posté le 1 Septembre 2019
              Le commentaire de Lynda : Ce roman nous fait passer par toutes sortes d'émotions. Le tout commence par un incendie, l'incendie de la maison des Richardson, la famille modèle, typique, ordinaire comme la plupart des familles qui habitent à Shaker Heights. Image parfaite d'une famille parfait, dans un village parfait, direz-vous ! Et bien pas tout à fait, il y a cette mère monoparentale Mia, et sa fille Pearl, anticonformiste, bohème qui détonne un peu dans ce décor. Et bien sûr, en grattant un peu ce vernis, on découvre d'autres choses, qui sont cachés par ces gens huppés, entre autres Izzy, une des filles Richardson, un peu le mouton noir de la famille, selon les critères des gens ''bien'' et qui n'entre pas dans le moule. Et en continuant de retirer ce beau vernis, on découvre les gens pas si parfaits, sauf derrière ces apparences trompeuses... L'auteure survole plusieurs sujets, aussi intéressants les uns que les autres, tels que : l'adolescence, la maternité, l'adoption, les secrets de famille, et surtout les sacro-saintes apparences, qu'il est important de montrer pour ''le bien'' de tous. Quand les tensions montent, quand les secrets se révèlent, c'est un monde complet qui s'écroule, c'est la réaction de ces personnes ''parfaites''... Le commentaire de Lynda : Ce roman nous fait passer par toutes sortes d'émotions. Le tout commence par un incendie, l'incendie de la maison des Richardson, la famille modèle, typique, ordinaire comme la plupart des familles qui habitent à Shaker Heights. Image parfaite d'une famille parfait, dans un village parfait, direz-vous ! Et bien pas tout à fait, il y a cette mère monoparentale Mia, et sa fille Pearl, anticonformiste, bohème qui détonne un peu dans ce décor. Et bien sûr, en grattant un peu ce vernis, on découvre d'autres choses, qui sont cachés par ces gens huppés, entre autres Izzy, une des filles Richardson, un peu le mouton noir de la famille, selon les critères des gens ''bien'' et qui n'entre pas dans le moule. Et en continuant de retirer ce beau vernis, on découvre les gens pas si parfaits, sauf derrière ces apparences trompeuses... L'auteure survole plusieurs sujets, aussi intéressants les uns que les autres, tels que : l'adolescence, la maternité, l'adoption, les secrets de famille, et surtout les sacro-saintes apparences, qu'il est important de montrer pour ''le bien'' de tous. Quand les tensions montent, quand les secrets se révèlent, c'est un monde complet qui s'écroule, c'est la réaction de ces personnes ''parfaites'' qui subit, mais c'est aussi la vérité qui éclate et qui amène tout ce beau monde vers un bouleversement total et ses conséquences assez dramatiques. L'auteure, avec l'incendie, nous embarque rapidement dans l'histoire, le tout démarre sans délai, et à partir de ce moment, nous nous retrouvons avec le seul but, d'arriver à la fin et de découvrir, ce monde parfait, auquel bien sûr je ne voudrais pas faire partie. L'incendie du début, est aussi le début de l'anéantissement des mythes et des apparences pour ces gens, et c'est ce que j'ai beaucoup aimé. L'auteure nous garde en alerte, puisque nous découvrons les choses un peu à la fois, autant du côté des secrets que des situations. Elle nous montre l'image sans vernis avec Mia, Pearl et Izzy, et tranquillement le vernis qui se dissout chez les autres, et qui montre une image pas tout à fait jolie, croyez-moi. Est-ce que j'ai aimé, oui sans hésitation. J'ai aimé la plume de cette auteure, qui a su m'accrocher du tout début et jusqu'à la dernière page. J'ai aussi aimé ces 2 mondes si différents en apparence, mais également tellement semblable dans le fond. Une plume riche, descriptive, franche et parfois même émouvante à un certain point.
              Lire la suite
              En lire moins
            • IsabelleFleury Posté le 23 Août 2019
              La quatrième de couverture mentionnait qu'on sentait la tension dès les premières pages… Je n'ai pas senti ça! Mais plus ma lecture avançait et plus je la sentais cette fameuse tension. Oh oui, elle est là! Deux familles aux antipodes : une mère monoparentale artiste et bohème, et une famille nucléaire conservatrice. Plusieurs ados… avec leur caractère d'ados, leurs hormones d'ados. Et pourtant ces familles se rejoindront par leurs enfants qui trouveront dans l'autre famille ce qui leur manque dans la leur. Ça semble enchanteur non? Mais non… un secret bien gardé viendra tout bousculer. Quelquefois, il faut tout brûler pour repartir à neuf... J'ai beaucoup apprécié ce roman qui parle d'incompréhension, d'amour d'adolescent, d'amitié, mais surtout d'amour maternel.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.