Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266288415
Code sériel : 17363
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

La Saison des feux

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 18/04/2019
Rues bien droites, pelouses au cordeau : rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat. Quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia... Rues bien droites, pelouses au cordeau : rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat. Quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia Warren, artiste photographe, anticonformiste et bohême à souhait, et sa fille Pearl. Elles sont aussi nomades que les Richardson sont sédentaires, aussi libres qu’ils sont prisonniers des apparences… Alors qu’au début la cohabitation semble plutôt chaleureuse, insensiblement, les rapports vont se crisper. La tension montera dangereusement… jusqu’à l’embrasement ?

« Céleste Ng a encore une fois dégainé son arme secrète : installer dès les premières pages un climat inquiétant, et réussir à le maintenir jusqu’à la dernière ligne. » Laurence Caracalla – Le Figaro littéraire

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266288415
Code sériel : 17363
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

 
« Un excellent roman qui déborde largement des frontières du polar et confirme le goût de cette Américaine pour les intrigues plutôt grinçantes. » Pascale Frey, ELLE
 
« Le choc des cultures est au centre de ce roman noir teinté d’ironie où défile une galerie de femmes déboussolées. Un excellent roman sociétal dont le climat évoque parfois Desperate Housewives. » Claire Julliard, L’Obs
 
« Elena incarne l’ordre, la règle, la norme, Mia le désordre, l’instinct et l’art. C’est Apollon versus Dyonisos, Ingres contre Delacroix, la raison face à l’imagination. Ng aborde des questions de femmes, mêle à cela la couleur de la peau dans l’Amérique WASP. » Julie Malaure, Le Point
 
« Celeste Ng n’a pas son pareil pour, d’une petite phrase assassine ou même d’une formule anodine, faire planer une menace qui ne dit pas son nom. Avec une grande maîtrise, Celeste Ng raconte les frustrations des unes, la vulnérabilité des autres, relate sans effet de manches les remises en question qui font grandir, la précarité qui fait plonger. Des pages aussi foisonnâtes qu’envoûtantes. » Laurence Caracalla, Le Figaro littéraire
 
« Avec cette comédie de mœurs acide, Celeste Ng met le feu aux poudres du conformisme en battant en brèche la bien-pensance feutrée de la banlieue cossue où elle-même a grandi. À travers la lutte féroce entre Elena et Mia, elle aborde avec intelligence une question essentielle : quel prix est-on prêt à payer pour sa liberté ? » François Lestavel, Paris Match
 
« Celeste Ng entrelace les histoires, multiplie les portraits de femmes – les mères, les filles, les riches et les modestes -, s’attarde auprès de personnages secondaires qui apportent de la nuance et des doutes aux certitudes si ancrées. Par le jeu d’un récit extrêmement maîtrisé, sans jouer les donneuses de leçon, elle pose les questions fondamentales : qu’est-ce qu’être une femme ? une mère ? Le lecteur observe l’éclosion de ces petits incendies partout et se demande ce qui restera une fois cette « saison des feux » achevée : une terre fertile ou un terrain dévasté ? » L’Express
 
« Captivant, La Saison des feux éveille le Peeping Tom qui sommeille en chacun de nous et nous rend si curieux de connaître ce que les autres prennent tant de soin à cacher. » Le Journal du dimanche
 
« Un roman troublant où s’emboîtent telles des poupées russes les trajectoires de mères et de leurs filles, dont le bonheur dépendra de la capacité à assumer leurs choix. » Pascaline Potdevin, Grazia

« La banlieue huppée brûle aussi. Les lecteurs adorent ce roman où le rêve américain vire au cauchemar. Pareil roman apporte au public la même satisfaction trouble que la lecture d’un conte : le récit dévoile au grand jour une violence latente qu’il conjure du même coup par la grâce de la fiction. » Books

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Maxime4369 Posté le 8 Avril 2020
    Une exploration de l'hypocrisie qui régit la loi des apparences, ciment de la société décrite dans ce roman. Le récit permet d'aborder des sujets variés : la maternité, le respect des normes, les choix individuels... De plus, l'histoire est racontée du point de vue de plusieurs personnages, ce qui la rend encore plus profonde.
  • einoha Posté le 14 Mars 2020
    Lecture très intéressante sur tous les petits secrets que peut cacher une banlieue américaine qui semble à priori parfaite : les non-dits, les douleurs, les travers... Tout est examiné à la loupe pour ensuite être exposé aux yeux de tous. Une réflexion également sur la maternité et sur les différentes façons de le devenir, un peu à la manière de la phrase de Simone de Beauvoir « On ne naît pas femme, on le devient ». La maternité n’est pas quelque chose d’inné chez toutes les femmes et celle-ci se traduit de manières différentes à chaque fois. Certains vous diront qu’il s’agit d’un thriller, ce qui à mon sens n’est pas le cas, il s’agit plutôt d’un drame contemporain, voire même d’un roman de moeurs.
  • Gwenifaere Posté le 6 Mars 2020
    Une histoire fascinante et magnifiquement bien écrite, qui ondoie entre commentaire social, individualisme et surréalisme. On a parfois un peu trop l’impression que les personnages représentent davantage des pans de la société que des individus... ce qui ne les en rend pas moins intéressants à décortiquer. [masquer] J’ai en revanche été très surprise par la façon dont, après un début terrible et un crescendo incessant de tensions, la fin désarmoce le tout avec une douceur dont je ne sais toujours pas quoi penser ! [/masquer]
  • Nienna25 Posté le 28 Février 2020
    Premier roman de Celeste NG pour moi et une belle découverte. J'ai aimé les portraits de ces femmes, leurs combats, leurs secrets, leurs blessures. Bientôt adapté en série avec notamment @reesewitherspoon j'ai été accompagnée par son visage et le bruit de ses talons tout au long du livre! Je vous conseille cette lecture.
  • UntitledMag Posté le 28 Février 2020
    Dans la petite ville tranquille et bien rangée de Shaker Heights, près de Cleveland, la famille Richardson est tout ce qu’il y a de plus normal : un père avocat, une mère journaliste pour le journal local, et quatre beaux enfants parfaits. Enfin… Plutôt trois enfants parfaits, et Izzy, la dernière, le vilain petit canard de la famille. Et le jour où Mia et sa fille Pearl emménagent dans une maison que louent les Richardson, le quotidien de cette famille vacille. La saison des feux est un roman très réussi qui raconte à merveille cette Amérique aux normes si établies, aux règles si rassurantes qu’elle se voit ébranlée dès qu’un autre style de vie entre dans le décor. Moody, le plus jeune des fils Richardson, est fasciné par Pearl, et devient rapidement son ami fidèle. Cette jeune lycéenne n’a connu que les déménagements, avec pour seule point de repère sa mère, artiste, et leur Golf qu’elles remplissent pour changer de ville tous les six mois. Et très vite, les deux familles et leur vision du monde entrent en collision… Un rapport de fascination réciproque semble les animer, et on sent dès le début du livre que tout ça ne peut que... Dans la petite ville tranquille et bien rangée de Shaker Heights, près de Cleveland, la famille Richardson est tout ce qu’il y a de plus normal : un père avocat, une mère journaliste pour le journal local, et quatre beaux enfants parfaits. Enfin… Plutôt trois enfants parfaits, et Izzy, la dernière, le vilain petit canard de la famille. Et le jour où Mia et sa fille Pearl emménagent dans une maison que louent les Richardson, le quotidien de cette famille vacille. La saison des feux est un roman très réussi qui raconte à merveille cette Amérique aux normes si établies, aux règles si rassurantes qu’elle se voit ébranlée dès qu’un autre style de vie entre dans le décor. Moody, le plus jeune des fils Richardson, est fasciné par Pearl, et devient rapidement son ami fidèle. Cette jeune lycéenne n’a connu que les déménagements, avec pour seule point de repère sa mère, artiste, et leur Golf qu’elles remplissent pour changer de ville tous les six mois. Et très vite, les deux familles et leur vision du monde entrent en collision… Un rapport de fascination réciproque semble les animer, et on sent dès le début du livre que tout ça ne peut que mal finir. A travers la vie de ces familles, Celeste Ng peint des problématiques sociétales emplies de modernité, dans une Amérique conservatrice qui a parfois du mal à s’adapter.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !