Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
AMERICAN MOTHER - VERSION FRANÇAISE - MCCANN COLUM & FOLEY DIANE - Prix Transfuge du Meilleur Livre étranger
Clément Baude (traduit par)
Date de parution : 04/01/2024
Éditeurs :
Belfond
Nouveauté

AMERICAN MOTHER - VERSION FRANÇAISE - MCCANN COLUM & FOLEY DIANE - Prix Transfuge du Meilleur Livre étranger

,

Clément Baude (traduit par)
Date de parution : 04/01/2024
AMERICAN MOTHER, UNE ENQUÊTE AU COEUR DE L'HORREUR:

Comment rester debout face à la violence, à l'horreur ? Comment regarder dans les yeux celui qui vous a enlevé ce que vous...
AMERICAN MOTHER, UNE ENQUÊTE AU COEUR DE L'HORREUR:

Comment rester debout face à la violence, à l'horreur ? Comment regarder dans les yeux celui qui vous a enlevé ce que vous aviez de plus précieux ? Comment pardonner à l'assassin d'un des siens ? Comment garder espoir quand tant d'atrocités sont...
AMERICAN MOTHER, UNE ENQUÊTE AU COEUR DE L'HORREUR:

Comment rester debout face à la violence, à l'horreur ? Comment regarder dans les yeux celui qui vous a enlevé ce que vous aviez de plus précieux ? Comment pardonner à l'assassin d'un des siens ? Comment garder espoir quand tant d'atrocités sont commises au nom de la religion ?

Toutes ces questions qui nous assaillent dans une actualité toujours plus tragique, Colum McCann y a été confronté lors de sa rencontre avec Diane Foley. Jour après jour, il l'a accompagnée au procès des bourreaux de Daech et a vu une mère au courage exceptionnel puiser dans sa foi et son humanisme la force d'affronter un de ceux qui ont torturé et décapité son fils, le journaliste américain James Foley.

Plongez dans une enquête vibrante sur les intégrismes religieux à travers l'histoire vraie de cette mère de famille face à l'horreur.

APRÈS APEIROGON, LE NOUVEAU LIVRE CHOC DE COLUM MCCANN:

Né en 1965 à Dublin, Colum McCann est l’auteur de trois recueils de nouvelles et de sept romans, dont "Et que le vaste monde poursuive sa course folle" (prix littéraire du Festival de cinéma américain de Deauville et lauréat du National Book Award), et "Apeirogon" (Grand Prix des lectrices de Elle et prix du Meilleur Livre étranger).

Plongez sans retenue dans cette enquête choc écrite avec Diane Foley, mère d'une victime de Daech et présidente de la fondation James W. Foley Legacy, qui se mobilise pour attirer l’attention sur la condition des otages dans le monde.


UN TÉMOIGNAGE POIGNANT:

Ce roman nouveauté 2023 vous plonge au coeur du sujet difficile de l'intégrisme religieux et du fondamentaliste islamique, à travers l'histoire vraie de l'assassinat de James Foley par Daech en 2014.
Vous ne sortirez pas indemne de ce livre choc, qui vous permettra de comprendre ce que peuvent ressentir les victimes de la barbarie.

American Mother, roman nouveauté 2023 de McCann Colum et Diane Foley, nouveau livre choc de l'auteur du livre à succès "Apeirogon".
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714499684
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 225 mm
EAN : 9782714499684
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Sous la plume de Colum McCann, lyrique, remarquable, cette mère incroyable nous empoigne, nous chavire. Un choc !"
 
Librairie Port Maria

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bege2002 12/02/2024
    Un duo de rencontre et d'écriture. Colum McCann, irlandais, écrivain enquêteur engagé, je ne prend qu'un seul exemple : "Apeirogon", un mot qui signifie une forme qui possède un nombre infini de côtés. Lecture essentielle. Diane Foley, mère américaine qui par tous ses moyens veut témoigner et préserver la mémoire d'un de ses fils, Jim. Ensemble, ils vont écrire l'histoire. Voici les faits : Jim Foley, journaliste free lance d'abord en Afghanistan puis en Lybie est enlevé en Syrie en novembre 2012 et exécuté, décapité le 18 août 2014 par Daech. Premier otage américain tué par l'Etat islamique en représailles à l'intervention militaire de la coalition internationale en Irak et en Syrie. Ce récit est avant tout la voix d'une mère qui veut comprendre et qui s'interroge du pourquoi, du comment de cette tragédie humanitaire. Lutter contre la banalité des images qui défilent sur le net, on montre puis on oublie, même le pire. Jim depuis son plus jeune âge est grand lecteur et est fasciné par la vie des petites gens, ceux qui sombrent dans l'oubli d'une société américaine qui exclut les anonymes. Profondément pacifiste et contrairement à l'engagement militaire de ses frères, sa sensibilité le porte vers les civils, les victimes collatérales oubliées dans tous les conflits des guerres, les femmes, les enfants. Dans son enfance et dans son éducation, Jim a été baigné par la foi en Dieu qui dit que l'on doit pardonner son prochain, j'espère sincèrement que cette croyance l'a soutenu dans toutes ses épreuves, jusqu'à la dernière. Après l'annonce de cette mort atroce, D.Foley remue ciel et terre pour découvrir la vérité et briser le silence parce que les autorités (FBI, gouvernement) exige l'omerta, secret défense. Sur le territoire américain, tout est fait pour résoudre les prises d'otages, même schéma pour les militaires qui morts ou blessés seront rapatrié dans leur patrie. Jim est abandonné comme toute sa famille mais aussi comme tous les journalistes des USA partis sur les fronts pour collecter une vérité, un kaléidoscope de vérités engendré par une géopolitique pas souvent belle à voir et trop souvent magouillée. Colum McCann et Diane Foley, en duo, ont un désir commun, mettre en lumière le rôle de ces journalistes de tout terrain, ces sentinelles de tous les dangers et le non respect de leur intégrité. Je ne peux conclure que de cette façon : C.McCann et D.Foley ont visité et conversé en prison avec un des assassins de Jim, un britannique rallié à la cause islamique radicale. Il est enfermé à vie, il est père de trois petites filles qu'il ne reverra jamais. Humanité et pardon. Faire quelque chose de son deuil, c'est un choix. Diane Foley a crée une fondation pour garder en vie son fils et tous les otages encore aujourd'hui emprisonnés et torturés. Grâce à son courage, plus ou moins 100 américains ont été sauvés et rapatriés. Un duo de rencontre et d'écriture. Colum McCann, irlandais, écrivain enquêteur engagé, je ne prend qu'un seul exemple : "Apeirogon", un mot qui signifie une forme qui possède un nombre infini de côtés. Lecture essentielle. Diane Foley, mère américaine qui par tous ses moyens veut témoigner et préserver la mémoire d'un de ses fils, Jim. Ensemble, ils vont écrire l'histoire. Voici les faits : Jim Foley, journaliste free lance d'abord en Afghanistan puis en Lybie est enlevé en Syrie en novembre 2012 et exécuté, décapité le 18 août 2014 par Daech. Premier otage américain tué par l'Etat islamique en représailles à l'intervention militaire de la coalition internationale en Irak et en Syrie. Ce récit est avant tout la voix d'une mère qui veut comprendre et qui s'interroge du pourquoi, du comment de cette tragédie humanitaire. Lutter contre la banalité des images qui défilent sur le net, on montre puis on oublie, même le pire. Jim depuis son plus jeune âge est grand lecteur et est fasciné par la vie des petites gens, ceux qui sombrent dans l'oubli d'une société américaine qui exclut les anonymes. Profondément pacifiste et contrairement à l'engagement militaire de ses frères, sa sensibilité le porte vers les civils, les victimes collatérales oubliées dans tous les...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Emilie77400 11/02/2024
    A l'idée de lire ce livre je dois bien avouer que j'avais peur. Peur d'être submergée par les émotions car ce récit est celui d'une atrocité. Diane Foley est en effet la mère de James Foley, un journaliste américain qui fut torturé pendant 2 ans avant d'être décapité devant les caméras. Colum McCann nous raconte cette femme, cette mère qui quelques années plus tard, lors du procès de l'assassin de son fils a décidé de lui faire face. Ce récit débute sur ce moment, très éprouvant, puis revient sur l'histoire de ce fils, des moments d'angoisse après son enlèvement mais aussi et surtout sur la gestion (déplorable) du gouvernement américain de ses otages à travers le monde... C'est un récit qui m'a émue comme je m'y attendais mais qui m'a également mise en colère. Ce qu'a vécu cette famille, comme tant d'autres n'est pas acceptable. On pourra penser que cette femme a fait preuve d'une grande force, mais peut-on vraiment l'être quand on a perdu un enfant? Je l'ai pour ma part trouvée digne et extrêmement courageuse. La plume de Colum McCAnn nous transmet merveilleusement bien les émotions de Diane et il est très difficile d'y rester indifférent.
  • pascalenaulin 07/02/2024
    Dans ce livre, Colum McCann a recueilli le témoignage de Diane Foley, mère du journaliste américain, James Foley, enlevé en Syrie en 2012 et assassiné par 3 membres de Daech en août 2014. La vidéo de la décapitation du prisonnier a fait le tour du monde sur les réseaux sociaux choquant et mobilisant l’opinion publique internationale. Colum McCann met en écriture le parcours de cette mère courage qui a consacré 8 ans de sa vie à tenter de faire libérer son fils et les autres otages qui partageaient avec lui les tortures les plus atroces, les humiliations et privations, les simulations d’exécution. Le récit retrace également le combat de Diane pour que la mémoire de son fils ne soit pas reléguée dans l’oubli, que ses assassins soient jugés et condamnés pour leurs crimes et surtout que les occidentaux (journalistes, humanitaires…) partis pour témoigner de la guerre et de la vie des populations civiles soient protégés et soutenus par leurs pays. Le livre débute par les rencontres entre Diane Foley avec l’un des assassins ; il se conclura de la même façon, 8 ans plus tard, le face à face entre eux ayant évolué du questionnement vers le pardon de cette femme soutenue par une foi profonde et les actions qu’elle a réussi à mettre en place On y découvre bien évidemment les conditions de détention et les traitements atroces auxquels sont soumis les otages pendant leur captivité à travers les témoignages des survivants rencontrés par Diane tout au long de sa lutte et ses actions. Mais, l’écriture sobre de l’auteur, au service d’un récit factuel et précis, ne verse jamais dans le PATHOS ni le sordide gratuits. Le lecteur prend conscience du manque de soutien scandaleux des organes gouvernementaux américains dans la libération des otages ; Les autorités se retranchent derrière une politique drastique, prônant l’absence de toute négociation ou transaction financière avec les terroristes, contrairement à certains gouvernements européens, dont la France. Il est ainsi révoltant d’apprendre que les familles n’ont pas le droit de négocier en direct sous peine d’être elles-mêmes poursuivies, et l’on imagine aisément ce que peut constituer cette interdiction absolue qui les contraint à une passivité synonyme d’abandon de leurs proches voués inexorablement à une mort certaine. L’investissement de Diane et de sa famille, le sacrifice d’années de vie pour cette femme en faveur de la mémoire de son fils, son combat au profit des otages encore détenus ou à venir, y sont décrits avec une précision mêlée d’émotion : création d’une fondation internationale de soutien, présence et implication lors des procès, manifestations et communication publiques, interventions dans les médias et pressions auprès du gouvernement jusqu’au plus hautes sphères afin d’influer sur la politique américaine et de la faire évoluer, un travail quotidien de longue haleine au détriment de sa vie familiale et de sa santé. A travers la vie de James et le combat de sa mère, c’est un livre de témoignage poignant sur le rôle des journalistes témoins, sur le destin des otages, sur les politiques des gouvernements occidentaux ; Mais, c’est surtout un livre fort, sur l’engagement, le travail de mémoire et de pardon d’une mère, qui prend le lecteur aux tripes du début à la fin du récit. Enfin, l’auteur signe là un formidable témoignage d’amour où la haine n’a pas sa place dans un monde pourtant empreint de violence. Une lecture indispensable dans notre époque de tourmente, dont personne ne peut ressortir sans être irrémédiablement marqué. Dans ce livre, Colum McCann a recueilli le témoignage de Diane Foley, mère du journaliste américain, James Foley, enlevé en Syrie en 2012 et assassiné par 3 membres de Daech en août 2014. La vidéo de la décapitation du prisonnier a fait le tour du monde sur les réseaux sociaux choquant et mobilisant l’opinion publique internationale. Colum McCann met en écriture le parcours de cette mère courage qui a consacré 8 ans de sa vie à tenter de faire libérer son fils et les autres otages qui partageaient avec lui les tortures les plus atroces, les humiliations et privations, les simulations d’exécution. Le récit retrace également le combat de Diane pour que la mémoire de son fils ne soit pas reléguée dans l’oubli, que ses assassins soient jugés et condamnés pour leurs crimes et surtout que les occidentaux (journalistes, humanitaires…) partis pour témoigner de la guerre et de la vie des populations civiles soient protégés et soutenus par leurs pays. Le livre débute par les rencontres entre Diane Foley avec l’un des assassins ; il se conclura de la même façon, 8 ans plus tard, le face à face entre eux ayant évolué du questionnement vers le pardon de cette femme soutenue...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart 03/02/2024
    "Le monde est souvent emprisonné par l'étroitesse d'esprit surtout en situation de guerre. Mais ces quatre Américains-là agissaient sur l'autre versant de la guerre. On oublie souvent que les anonymes sont ceux qui constituent le vrai ciment du monde." J’avais trouvé virtuose Apeirogon et je pense avoir lu quasiment tous les romans de cet écrivain irlandais qu'est Colum McCannalors il était logique que j’ouvre son dernier livre. American Mother est un texte puissant dans lequel il donne la parole à la mère de James Foley, un journaliste américain fait prisonnier par Daesh et décapité. Le point commun avec son précédent livre est l’humanisme face à l’horreur et au fanatisme. Colum McCann a accompagné Diane Foley au procès des bourreaux de Daesh, il l’a vu essayer de comprendre ceux qui avaient assassiné son fils. Un point commun avec un roman de 2024 récemment chroniqué : Camera Obscura, car lui aussi tente de réponse à cette épineuse et troublante question : comment continuer de vivre face à l’horreur. Il est aussi question dans ces deux livres, de terrorisme mais avec des réalités bien différentes. Avec l’auteur, et à travers cette femme qui puisse sa force dans sa foi, on se demande comment survivre face à l’inconcevable et à l’horreur ? peut-on pardonner à celui qui a assassiné l’un des siens ? comment ne pas tomber à son tour dans la violence ? J’avoue avoir préféré Apeirogon parce que sa construction m’avait totalement abasourdie et parce que ses deux pères, palestinien et juif, n’évoquaient pas leur religion sans cesse, ce qui m’a plus semblé être le cas ici. Néanmoins je suis admirative du courage de cette mère et de la pugnacité de Colum McCann a témoigné, à travers ses textes, pour la paix. "Le monde est souvent emprisonné par l'étroitesse d'esprit surtout en situation de guerre. Mais ces quatre Américains-là agissaient sur l'autre versant de la guerre. On oublie souvent que les anonymes sont ceux qui constituent le vrai ciment du monde." J’avais trouvé virtuose Apeirogon et je pense avoir lu quasiment tous les romans de cet écrivain irlandais qu'est Colum McCannalors il était logique que j’ouvre son dernier livre. American Mother est un texte puissant dans lequel il donne la parole à la mère de James Foley, un journaliste américain fait prisonnier par Daesh et décapité. Le point commun avec son précédent livre est l’humanisme face à l’horreur et au fanatisme. Colum McCann a accompagné Diane Foley au procès des bourreaux de Daesh, il l’a vu essayer de comprendre ceux qui avaient assassiné son fils. Un point commun avec un roman de 2024 récemment chroniqué : Camera Obscura, car lui aussi tente de réponse à cette épineuse et troublante question : comment continuer de vivre face à l’horreur. Il est aussi question dans ces deux livres, de terrorisme mais avec des réalités bien différentes. Avec l’auteur, et à travers cette femme qui puisse sa force dans sa foi, on...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Chestakova 01/02/2024
    Je garde encore la trace vive des mots d’ « Apeirogon ». L’auteur y brosse les contours diffus d’un kaléidoscope figurant le monde. Il fait écho aux vies brisées de Rami et Bassam au coeur du conflit israélo-palestinien. Deux hommes qui ont réussi à parler et construire ensemble après la mort de leurs filles respectives. Dans American mother, Colum Mac Cann nous invite à partager la douleur d’une mère . Il s’agit ici aussi d’un itinéraire qui tente de comprendre l’autre dans sa différence, jusqu’à son crime. Le récit s’ouvre et se termine à la troisième personne, lorsque Diane rencontre le meurtrier de son fils, la distance s’impose à l’auteur. Le « Je » l’emporte pour le coeur de la narration, c’est désormais Diane Foley qui parle sous la plume de l’auteur , il le fait au delà des larmes en soulignant la posture de dignité de cette American mother. Le lecteur est ainsi invité d’emblée à s’interroger au fil de ce récit- portrait. Diane Foley est en effet toute entière dans l’écriture de l’auteur. Dès son entrevue avec Alexanda Kotey, elle campe une humanité déchirée, le récit de Colum Mac Cann met en scène la lente reconstruction qu’elle opère, en s’appuyant sur la mémoire de son fils assassiné. Le livre retrace pas à pas cet itinéraire. La mise à distance intelligente du récit, par sa langue et sa construction permettent au lecteur de poser la question de la responsabilité, qu’elle soit individuelle ou collective, devant les atteintes au droit de chaque personne humaine d’être respectée dans son essence. Un livre fort.Je garde encore la trace vive des mots d’ « Apeirogon ». L’auteur y brosse les contours diffus d’un kaléidoscope figurant le monde. Il fait écho aux vies brisées de Rami et Bassam au coeur du conflit israélo-palestinien. Deux hommes qui ont réussi à parler et construire ensemble après la mort de leurs filles respectives. Dans American mother, Colum Mac Cann nous invite à partager la douleur d’une mère . Il s’agit ici aussi d’un itinéraire qui tente de comprendre l’autre dans sa différence, jusqu’à son crime. Le récit s’ouvre et se termine à la troisième personne, lorsque Diane rencontre le meurtrier de son fils, la distance s’impose à l’auteur. Le « Je » l’emporte pour le coeur de la narration, c’est désormais Diane Foley qui parle sous la plume de l’auteur , il le fait au delà des larmes en soulignant la posture de dignité de cette American mother. Le lecteur est ainsi invité d’emblée à s’interroger au fil de ce récit- portrait. Diane Foley est en effet toute entière dans l’écriture de l’auteur. Dès son entrevue avec Alexanda Kotey, elle campe une humanité déchirée, le récit de Colum Mac Cann met en scène la lente reconstruction qu’elle...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !