En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le pouvoir du chien

        Belfond
        EAN : 9782714457806
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 205 mm
        Le pouvoir du chien

        Pierre FURLAN (Traducteur)
        Collection : Belfond Vintage
        Date de parution : 06/11/2014
        Publié aux États-Unis en 1967, et resté étrangement méconnu pendant des décennies, la redécouverte d’un chef-d’œuvre de la littérature américaine contemporaine et d’un roman emblématique du catalogue Belfond. Grand sondeur des méandres tortueux de l’âme humaine, Thomas Savage retrace la lente dégradation des relations entre deux frères issus d’une riche famille d’éleveurs du Montana, dont le quotidien rude et laborieux est soudain bouleversé par l’arrivée d’une femme.

         
        « Les ombres de Steinbeck et de Tennessee Williams planent dans le ciel de Thomas Savage et l’Ouest, le vrai, est une nouvelle fois terre de littérature. »
        Pierre Sorgue, Télérama
        En évoquant la lente dégradation des relations entre deux frères, que vient troubler l’arrivée d’une femme, Thomas Savage signe un huis clos d’une...
        « Les ombres de Steinbeck et de Tennessee Williams planent dans le ciel de Thomas Savage et l’Ouest, le vrai, est une nouvelle fois terre de littérature. »
        Pierre Sorgue, Télérama
        En évoquant la lente dégradation des relations entre deux frères, que vient troubler l’arrivée d’une femme, Thomas Savage signe un huis clos d’une rare intensité psychologique, un western littéraire d’avant-garde qui scandalisa la critique lors de sa sortie en 1967 pour avoir porté atteinte au mythe du rude et viril cow-boy de l’Ouest.
        Inexplicablement resté dans les limbes de l’édition pendant de longues décennies, redécouvert à la fin des années 1990, Le Pouvoir du chien est aujourd’hui reconnu comme un chef-d’œuvre de la littérature américaine du xxe siècle.
        À lire ou à relire d’urgence.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714457806
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 205 mm
        Belfond
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Idftrotter Posté le 24 Août 2017
          Choisi sur la promesse d'un titre et d'une couverture (la jaune Belfond), je n'en savais rien, et n'en attendais pas plus. Accroché, captivé et finalement conquis de la plus belle manière, sans préjugé, par un style vivant, des descriptions justes, une tension savamment entretenue. Une belle découverte.
        • Moulinaie Posté le 23 Juin 2017
          L'endroit où on ne voudrait pas être: cette Amérique profonde faite d'hommes rudes aux gestes immuables et à la parole rare. Phil et Georges sont deux frères gérant un immense domaine. Le premier est intelligent mais animé de mauvais sentiments, manipulateur, jaloux, un véritable prédateur opportuniste. Le second est un "taiseux", un homme simple à la vie laborieuse. Pourtant Georges épouse Rose, une veuve, et amène également au domaine son fils Peter, une "chochotte". Ces deux nouveaux venus, dont l'amour semble épanouir Georges, deviennent les cibles de Phil. Des cibles faciles..? Peut être pas... L'histoire même du roman est, à mon sens, occultée par la richesse de la galerie de portraits dépeints au fil des pages. Les personnages annexes donnent lieu à des chapitres aussi bien écrits qu'une nouvelle. Des vies dures, cruelles, mais sans plainte, comme si chacun acceptait ce sort qui broie les espoirs et assèche les cœurs. L'isolement de ces gens leur enlève tout repère de ce que pourrait être une autre vie, une vie heureuse. Ainsi ils cheminent dans une misère sociale et affective. Une magnifique étude de l'humain dans ces contrées, une belle histoire également dont la fin, un peu précipitée à mon sens, amène un peu de lumière.
        • blandine5674 Posté le 12 Janvier 2017
          Roman obsédant qui restera gravé dans ma mémoire. Le cheminement se fait peu à peu, la pression monte. Montana, deux frères cow-boys de 38 et 40 ans. Phil, l'aîné affiche un caractère d'ours mal léché, misogyne, à la propreté douteuse, dont le comportement a fait se suicider un médecin et en plus sa veuve épouse son frère ! Quant son fils ado, d'allure efféminée et passionné par les plantes, viendra au ranch, les moqueries fuseront de sa part et des employés qui donnent des scènes fortes. Jusqu'au jour où il décide de s'en faire un ami pour mieux détruire sa mère, cette femme qu’il ne supporte pas d’avoir dans les pattes. Le gagnant de ce combat ne sera pas celui qu’on pense. Le postface d'Annie Proulx est intéressant puisqu'il permet d’éclaircir nos doutes. Une belle analyse noire de l'être humain sur fond de paysages beaux et purs du Wyoming ! Magnifique ! Lu grâce à la critique de le_Bison
        • lcath Posté le 11 Septembre 2016
          Les deux frères Burbank sont les maîtres d'un grand ranch et parmi les personnes les plus riches du Montana. Phil est le meneur, intelligent, rapide, efficace, il a une morale très personnelle qui ne supporte aucun changement, tout progrès est décrié et sa référence est toujours le passé, l'époque où les cow-boys étaient de "vrais" cow-boys. George est lent, malhabile et trop gros, ce qui lui vaut le délicieux surnom choisi par son frère : gras double. Au cours des déplacements du bétail , George a fait connaissance d'une jeune veuve, Rose , mère d'un fils Peter. Rose tient une auberge où les hommes des Burbank et eux mêmes prennent leur repas. George épouse Rose ce qui rend Phil terriblement haineux. Il est persuadé que Rose a manigancé pour lui voler son frère. Il développe envers elle , une guerre d'usure qu'il est sur le point de gagner quand Rose se met à boire... D'un côté, une ambiance très western, des cow-boys perdus dans de grands espaces, de l'alcool, des filles à cow-boy, des hommes forts...Toute l'imagerie est présente avec en plus les détails moins "glamour" la castration des veaux par exemple... De l'autre, un huis clos, où se joue un drame familial à... Les deux frères Burbank sont les maîtres d'un grand ranch et parmi les personnes les plus riches du Montana. Phil est le meneur, intelligent, rapide, efficace, il a une morale très personnelle qui ne supporte aucun changement, tout progrès est décrié et sa référence est toujours le passé, l'époque où les cow-boys étaient de "vrais" cow-boys. George est lent, malhabile et trop gros, ce qui lui vaut le délicieux surnom choisi par son frère : gras double. Au cours des déplacements du bétail , George a fait connaissance d'une jeune veuve, Rose , mère d'un fils Peter. Rose tient une auberge où les hommes des Burbank et eux mêmes prennent leur repas. George épouse Rose ce qui rend Phil terriblement haineux. Il est persuadé que Rose a manigancé pour lui voler son frère. Il développe envers elle , une guerre d'usure qu'il est sur le point de gagner quand Rose se met à boire... D'un côté, une ambiance très western, des cow-boys perdus dans de grands espaces, de l'alcool, des filles à cow-boy, des hommes forts...Toute l'imagerie est présente avec en plus les détails moins "glamour" la castration des veaux par exemple... De l'autre, un huis clos, où se joue un drame familial à l'ambiance lourde, épaisse, noire et où le secret de Phil sera révélé.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Bazart Posté le 15 Août 2016
          Deux frères, la quarantaine célibataire, sont propriétaire d’une des plus grosses exploitations agricoles du Montana. Leurs parents richissimes descendant de Bostonien leur ont laissé les rênes et coulent des jours paisibles à Salt Lake City. Phil, l’ainé est beau, brillant et intelligent il est la suffisance et la méchanceté personnifié, George de deux ans son cadet est lourd, timide et emprunté mais il est la bonté même. Le bon et le méchant patron c’est idéal pour faire tourner une ferme et la ferme des Burbank est respectée dans toute la région. Alors lorsque ce lourdaud de George se marie avec une veuve flanquée d’un ado efféminé, Phil en est sûr c’est à leur argent que ces deux-là en veulent. Il va tout mettre en œuvre pour les faire déguerpir et ouvrir les yeux à ce « gras double » de George. Des plaines, des montagnes, une nature qui donne et qui prend, une ferme, des centaines de têtes de bétail, des cow-boys, des hommes rudes et taiseux, nous sommes dans l’Ouest, le vrai. Un huis-clos à ciel ouvert où le Chinook fait onduler l’herbe grasse du Montana, le décor est installé la tragédie peut commencer. Deux frères, une femme, le bien, le... Deux frères, la quarantaine célibataire, sont propriétaire d’une des plus grosses exploitations agricoles du Montana. Leurs parents richissimes descendant de Bostonien leur ont laissé les rênes et coulent des jours paisibles à Salt Lake City. Phil, l’ainé est beau, brillant et intelligent il est la suffisance et la méchanceté personnifié, George de deux ans son cadet est lourd, timide et emprunté mais il est la bonté même. Le bon et le méchant patron c’est idéal pour faire tourner une ferme et la ferme des Burbank est respectée dans toute la région. Alors lorsque ce lourdaud de George se marie avec une veuve flanquée d’un ado efféminé, Phil en est sûr c’est à leur argent que ces deux-là en veulent. Il va tout mettre en œuvre pour les faire déguerpir et ouvrir les yeux à ce « gras double » de George. Des plaines, des montagnes, une nature qui donne et qui prend, une ferme, des centaines de têtes de bétail, des cow-boys, des hommes rudes et taiseux, nous sommes dans l’Ouest, le vrai. Un huis-clos à ciel ouvert où le Chinook fait onduler l’herbe grasse du Montana, le décor est installé la tragédie peut commencer. Deux frères, une femme, le bien, le mal, la peur de l’autre, et la sexualité refoulée, disons-le tout net « le pouvoir du chien » est un roman parfait. Aucune longueur, chaque description, chaque évènement font évoluer le récit, c’est net précis est formidablement agréable à lire. Bien sûr John Steinbeck et Tennessee Williams sont tout près, mais Thomas Savage a une écriture qui lui est propre, pas de gras, pas de fioriture, des personnages bien construits et une intrigue concise, impossible d’en dire plus de peur de gâcher le plaisir du futur lecteur. Encore une belle découverte que nous devons à la collection « Vintage » de chez Belfond. « Le pouvoir du chien » est paru aussi chez 10-18, donc à offrir à tous les apprentis romancier.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        «  La finesse de l’étude psychologique, l’art du suspense et la tension poussée jusqu’au malaise font du Pouvoir du chien un livre remarquable. »
        Florence Noiville, Le Monde des livres
         
        «  Thomas Savage, le Giono du Far West, est un enchanteur dont la plume ressuscite les décors magique de l’Amérique des pionniers. »
        André Clavel, L’Express
         
        « Un chef-d’œuvre d’une force, d’une puissance et d’une complexité rares. »
        Stéphane Hoffmann, Le Figaro Magazine
         
         « Les ombres de Steinbeck et de Tennessee Williams planent dans le ciel de Thomas Savage et l’Ouest, le vrai, est une nouvelle fois terre de littérature. » 
        Pierre Sorgue, Télérama
         
        « Savage écrit comme éclate l’orage, dans le tonnerre et les éclairs. Un détail frappant s’éclaire d’une fulgurance, un grondement révèle avec force une philosophie, une vision globale du monde. [...] On s’est longtemps demandé pourquoi Le Pouvoir du chien n’avait pas été un best-seller, pourquoi il n’avait jamais reçu l’accueil qu’il méritait. Certains livres sont comme des nappes souterraines dans le désert : elles restent en sommeil pendant de longues années et rejaillissent à la surface quand on en a vraiment besoin. »
        Los Angeles Times
         
        « Dans cette histoire de tensions domestiques, un archétype est subverti : l’image d’une vérité rude et pionnière, à la John Wayne, mythe sexuel politisé que le public n’était pas prêt à mettre en cause. Des vérités choquantes un temps, mais aujourd’hui convaincantes : mieux vaut tard que jamais. »
        Boston Sunday Globe
         
         « Un écrivain injustement méconnu, qui a longtemps été privé de l’attention qu’il méritait. »
        Kirkus Review
         
        « Un roman fascinant et cruel, d'une remarquable finesse, comme une tragédie antique dans un décor de western. »
        Christine Gomariz, Paris Match
         
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.