Lisez! icon: Search engine
Par 10/18, publié le 10/05/2021

Fête des Mères : 24 idées de cadeaux qui emballeront votre maman !

Enfant, vous brandissiez fièrement votre porte-clé en pâte à sel. Aujourd’hui, vous vous creusez la cervelle pour dénicher le cadeau qui fera mouche à la fête des Mères. Bonne nouvelle : les Éditions 10/18 et Maison Bouture vous soufflent de jolies idées de surprises pour emballer votre maman le jour J !

Cerise sur le cadeau : les deux marques offriront un joli bouquet de fleurs séchées et une pile de livres à une chanceuse maman ! Rendez-vous très vite sur le compte Instagram de 10/18 et Maison Bouture pour participer au jeu-concours !


Le cadeau tendance : des fleurs séchées 

Les fleurs, c’est périssable ? Pas ces jolis bouquet, couronne ou guirlande de fleurs séchées, qui glisseront une touche de délicatesse dans son salon !

  

Le cadeau végétal : une plante verte 

Cactus, lierre ou ficus : offrez-lui une élégante bouffée d’oxygène avec ces jolies plantes vertes !

Le cadeau "main verte" : des indispensables pour jardiner

Jardinière en herbe ou maman les mains vertes : concoctez-lui un joli "trousseau" pour cultiver ses plantations ! Kit jardinage, arrosoir ou graines de basilic à semer... à vous de composer votre paquet !

Le cadeau déco : des jolies idées pour la maison

Panier tressé, bougie parfumée ou suspension en feuille de palmier : jouez la carte (toujours gagnante) de la décoration. 


Et pour tous ceux et celles qui veulent ENCORE PLUS gâter leur maman, voici 12 idées bonus à glisser dans votre paquet cadeau !

Ta mère, c'est tellement une héroïne qu'on devrait lui décerner un trophée chaque matin.

Madame Einstein de Marie Benedict

Madame Einstein
Albert Einstein n'est qu'un étudiant farfelu quand Mileva Marić, brillante Serbe désireuse de vivre de sa passion pour la science, le rencontre sur les bancs de l'université de Zurich, en 1896. Unis par la même ferveur intellectuelle, les deux époux traversent les péripéties de l'amour – grossesse illégitime, mariage en catastrophe, perte d'un enfant – tout en élaborant ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple ? Il faudra attendre 1980 pour que le rôle de Mileva dans l'élaboration de la pensée de la relativité soit exhumé. Lumière sur la première femme, la muse et la victime du grand Albert Einstein.

Journal d’un écrivain de Virginia Woolf

Journal d'un écrivain

Sa vie durant, Virginia Woolf a tenu un journal. Des 26 volumes qui ont fini par le composer, son mari Leonard Woolf a choisi d’extraire certains passages, notamment centrés sur son travail d’écrivain et de critique littéraire, mais pas seulement. En résulte un livre débordant de vie et d’une passion difficile à contenir, et qui mêle anecdotes, réflexions sur l’écriture, confessions intimes, mais aussi considérations amères sur un monde lacéré par la guerre ; le livre d’un écrivain porté par « l’insatiable désir d’écrire quelque chose de valable avant de mourir ; le sentiment dévorant de la brièveté et de la fièvre de la vie. »  A mi-chemin entre la littérature et la vie, ces pages offrent le portrait le plus direct et le plus fascinant d’un immense auteur, et de son époque.

 « Virginia Woolf nous fait entrer dans son laboratoire intime d’écrivain. » France Culture

« L'un des plus beaux journaux intimes de la littérature mondiale. » L’Express

Traduit de l’anglais par Germaine Beaumont
 

La sacrifiée du Vercors de François Médéline

La Sacrifiée du Vercors
Le roman noir sur l’épuration
 
Une robe bleu roi roulée sous des branchages. Plus loin, une jeune femme sauvagement tondue gît sous un arbre.
Dans cette forêt du Vercors, Marie Valette a été violée et assassinée. Elle avait 24 ans.
Ce 10 septembre 1944, Georges Duroy, commissaire de police près le délégué général à l’épuration, et Judith Ashton, jeune photographe de guerre américaine, se trouvent sur la scène de crime.
En cette journée caniculaire, tous deux s’interrogent. Qui a pu s’en prendre si violemment à la fille d’une famille de résistants ?
Jeunes héros sortis de l’ombre, coupable idéal et villageois endeuillés s’affrontent dans les cendres encore fumantes de la Libération. Car au sortir de cinq années de guerre, ce sont les silences et les règlements de comptes qui résonnent sur les flancs arides des montagnes.
 
Avec force et intensité, François Médéline interroge la complexité des hommes et de leurs combats.

La maitresse du peintre de Simone Van der Vlugt

La maîtresse du peintre
L'histoire saisissante et vraie de Geertje Dircx, maîtresse désavouée du peintre Rembrandt, ici réhabilitée. Un jour de juillet 1650, Geertje Dircx est arrêtée par la ville d'Amsterdam, poussée de force dans une voiture et conduite à la Spinhuis de Gouda, maison de correction pour femmes où elle restera enfermée douze ans. A l'origine de cette arrestation aussi brutale qu'inattendue, Rembrandt van Rijn, l'amant de Geertje.
Jugée par contumace, elle revient depuis sa cellule sur les années qui ont précédé son arrestation et sur son idylle avec le célèbre peintre. De milieu modeste, veuve à tout juste trente ans, Geertje entre au service de Rembrandt en tant que nourrice de son fils Titus. La femme du peintre, Saskia van Uylenburgh est alors alitée, souffrant selon toutes les apparences de la tuberculose, maladie dont elle ne se remettra pas.
La mort de cette dernière laisse Geertje maîtresse de maison. La cohabitation laisse très vite place à l'amour, Rembrandt trouvant paix et réconfort dans les bras de la nourrice. Les deux amants vivent ainsi durant plusieurs années une liaison scandaleuse, hors mariage. Mais les belles choses ont une fin, dit-on, et Geertje en fera la douloureuse expérience avec l'arrivée de Hendrickje Stoffels dans la maisonnée, dont le charme éblouit Rembrandt...

S'appuyant sur des documents historiques et des sources sérieuses, La maîtresse du peintre redonne voix à Geertje Dircx, injustement désignée par l'histoire comme une profiteuse et une déséquilibrée. À l'encontre de l'image répandue d'un artiste visionnaire et intouchable, Simone van der Vlugt dresse de Rembrandt le portrait d'un homme sombre et manipulateur. Un roman formidable et puissant qui redonne sa place à une femme réduite au silence car jugée trop gênante.

Ta mère, elle est tellement rock que tu lui as déjà demandé un autographe

Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noire de Cookie Mueller

Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir
Cookie Mueller n’aura eu de cesse de consumer sa vie. Elle était une enfant sauvage, une alchimiste, une bombe à retardement. Cette vie incroyable, les délectables anecdotes qu’elle racontait à ses proches, tous ses amis insistaient pour qu’elle les écrive. C’est ce qu’elle a fait. Son livre est une chronique inoubliable des années 60, 70 et 80, depuis son enfance dans les banlieues de Baltimore jusqu’aux très hypes soirées new-yorkaises, en passant par le quartier de Haight-Ashbury période hippie, le tout assaisonné de pas mal de drogue, de sexe et d’alcool.

« Ces histoires sont à la fois hilarantes, effroyables et, surtout, bien trop barrées pour ne pas être vraies ! »
Héléna Villovitch, ELLE

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Romaric Vinet-Kammerer

Comme une version arty de la réunion de couture de Cookie Mueller

Comme une version arty de la réunion de couture
Cookie, le retour ! Nouvel opus des incroyables récits autobiographiques de Cookie Mueller, après Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir paru il y a deux ans. Touche-à-tout de génie, icône de l’underground new-yorkais des années 70 et 80, elle évoque pêle-mêle souvenirs et amis : petits boulots improbables, voyage épique au fond de la jungle jamaïcaine, séance de tatouage collective sur la plage de Provincetown, portraits intimes de Jean-Michel Basquiat ou de Divine, visite mélancolique d’un musée de cire miteux à Coney Island...
Conteuse géniale, à la fois nature et trash, Cookie écrit comme elle a vécu, avec une liberté et une insouciance qui sont la marque d’une époque révolue, celle de la génération fauchée par le sida.

Daisy Jones & The Six de Taylor Jenkins Reid

Daisy Jones & The Six
Daisy Jones et The Six... le groupe de rock le plus mythique de tous les temps. De leurs débuts dans les bars miteux d'un Sunset Strip écrasé de soleil californien à la gloire, leur histoire est celle d'une ascension fulgurante. C'est aussi celle de Daisy Jones, l'icône ultime. Mais le 12 juillet 1979, après le plus mémorable des concerts, le groupe a éclaté. Personne n'a jamais su pourquoi... Jusqu'à aujourd'hui. Musiciens, fans, managers, amants, gardiens d'immeubles, ils ont tous été les témoins de cette histoire... Mais quarante ans plus tard, chacun a sa propre version de la vérité.

« Un ovni littéraire exaltant. » Télé 7 jours
« Cette chronique d’une époque disparue, libre et sauvage, se dévore comme un feuilleton ! » Maxi
« Le récit d'une rare authenticité, et pourtant entièrement fictif, de tous les excès du rock'n'roll.»
The Times

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Typhaine Ducellier
 

De fringues de musique et de mecs de Viv Albertine

De fringues, de musique et de mecs
Itinéraire d'une véritable enfant du rock, l'autobiographie de Viv Albertine revient sur sa carrière de guitariste dans l'un des tout premiers groupes de punk exclusivement féminin Outre-manche, The Slits. Evocation candide et franche d'un mouvement musical et social qui allait changer l'histoire de la musique, De fringues, de musique et de mecs regorge d'anecdotes sur les Clash, les Sex Pistols, Vivienne Westwood, Johnny Thunders et tant d'autres. En retraçant sans tabou ni biais son parcours de gamine de la classe moyenne anglaise des années 70 fascinée par la scène musicale et bien décidée à y faire entrer les filles, puis de jeune femme embarquée dans un mouvement aux excès et au nihilisme affichés, et enfin de femme confrontée au grand vide post-punk qui tente de survivre aux excès, à la maladie, et à l'ennui d'une vie rangée, Viv Albertine livre un texte brûlant d'honnêteté et d'engagement.

Ta mère, elle est tellement incroyable qu'on devrait l'encadrer

L’envol du moineau d'Amy Belding Brown

L'envol du moineau
Colonie de la baie du Massachusetts, 1672. Mary Rowlandson vit dans une communauté de puritains venus d’Angleterre. Bonne mère, bonne épouse, elle souffre néanmoins de la rigidité morale étouffante qui règne parmi les siens. Si elle essaie d’accomplir tous ses devoirs, elle se sent de plus en plus comme un oiseau en cage. Celle-ci va être ouverte de façon violente lorsque des Indiens attaquent son village et la font prisonnière. Mary doit alors épouser le quotidien souvent terrible de cette tribu en fuite, traquée par l’armée. Contre toute attente, c’est au milieu de ces « sauvages » qu’elle va trouver une liberté qu’elle n’aurait jamais imaginée. Les mœurs qu’elle y découvre, que ce soit le rôle des femmes, l’éducation des enfants, la communion avec la nature, lui font remettre en question tous ses repères. Et, pour la première fois, elle va enfin pouvoir se demander qui elle est et ce qu’elle veut vraiment. Cette renaissance pourra-t-elle s’accoutumer d’un retour « à la normale », dans une société blanche dont l’hypocrisie lui est désormais insupportable ?
 
Cette magnifique épopée romanesque, inspirée de la véritable histoire de Mary Rowlandson, est à la fois un portrait de femme bouleversant et un vibrant hommage à une culture bouillonnante de vie, que la « civilisation » s’est efforcée d’anéantir.

Ville Emeraude de Jennifer Egan

Ville émeraude
La solitude, les regrets mais surtout le désir, sous toutes ses formes – désir de changer, de se racheter, d’échapper à son quotidien –, sont au cœur de ces onze nouvelles magistrales. Depuis des lieux exotiques, comme la Chine ou Bora-Bora, cosmopolites, comme Manhattan, ou plus banals, comme une banlieue de l’Illinois, les personnages de Jennifer Egan – des mannequins, des femmes au foyer, des banquiers, des écolières… – sont en quête d’une nouvelle vie, cherchent à dépasser les frontières.
En 1993, Jennifer Egan, l’une des plus grandes écrivaines américaines, couronnée du prix Pulitzer, faisait une entrée remarquée en littérature avec ce livre. Près de trente ans après leur publication, voici enfin traduites les élégantes et poignantes nouvelles qui composent Ville émeraude.

« On se laisse embarquer avec complaisance et bonheur par ces personnages en quête d’une nouvelle vie, qui cherchent à dépasser les frontières, à se dépasser. » L’Amour des livres
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Aline Weill.
 

Les chroniques de Tahiti de Célestine Hitiura Vaite : tome 1 & tome 2

L'arbre à pain
Chronique d'une famille polynésienne des quartiers populaires de Tahiti, L'Arbre à pain nous plonge dans le quotidien de Materena, mère de trois enfants et femme de ménage professionnelle, au franc-parler « local » et aux rêves simples. Dans ce premier volet de la trilogie, la succession des récits, authentiques et tendrement drôles, est cousue de fil blanc... celui de la robe de mariée de Materena qui rêve d'une bague au doigt et d'un certificat de mariage encadré au mur. Son tane, Pito, en mâle primaire, entre bière et copains, ne veut rien entendre et résiste. Au risque de se voir réclamer à tout moment de rentrer chez sa mère... Un roman truculent, délicieux de vérité et d'émotion, qui décrit l'art de vivre au fenua et l'amour à la tahitienne dans un style vif et plein d'humour.

Frangipanier
Deuxième tome d'une trilogie qui dépeint la vie dans les quartiers populaires à Tahiti, Frangipanier nous fait retrouver son attachante communauté et les liens qui la font vivre : Materena, Pito et leurs enfants qui ont grandi ainsi que tous les membres de leur quartier, cousins, cousines et taties. Toujours dans la fraîcheur et la gaieté qui traversent L'Arbre à pain, Leilani, la fille de Materena, y manifeste ses élans d'émancipation, pour elle comme pour sa mère, face aux pesanteurs de la société tahitienne. Abordée avec la drôlerie, la sensibilité et le style rythmé par les accents d'un parler vrai, cette réalité se laisse déguster dans un cocktail qui a fait le succès du roman précédent et n'a rien perdu de sa saveur.
Notamment édité en Hollande, en Angleterre, aux États-Unis, au Canada, en Italie, en Espagne, en Norvège, en Finlande et au Brésil, Frangipanier a été finaliste au Grand prix littéraire de New South Wales-Australie en 2005 et le Prix Orange en 2006.
 

 



 

10/18
10/18
Lisez inspiré

Lisez maintenant, tout de suite !