Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782714478610
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 1
Format : 140 x 225 mm
De la musique
Conversations
Renaud Temperini (traduit par)
Date de parution : 18/10/2018
Éditeurs :
Belfond

De la musique

Conversations

,

Renaud Temperini (traduit par)
Date de parution : 18/10/2018
Réflexion passionnante sur la force de la création, la générosité du musicien et la puissance de l’imagination, De la musique est une œuvre lumineuse qui nous dévoile deux artistes hors du commun et nous offre au passage un nouvel éclairage sur l’œuvre murakamienne.
Haruki Murakami n’est pas seulement l’auteur internationalement reconnu plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature, c’est aussi un fou de musique.
Ancien chef d’orchestre du Boston Symphony Orchestra, Seiji...
Haruki Murakami n’est pas seulement l’auteur internationalement reconnu plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature, c’est aussi un fou de musique.
Ancien chef d’orchestre du Boston Symphony Orchestra, Seiji Ozawa est une sommité de la musique classique.

Pendant deux ans, les deux amis ont échangé sur leur passion commune pour...
Haruki Murakami n’est pas seulement l’auteur internationalement reconnu plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature, c’est aussi un fou de musique.
Ancien chef d’orchestre du Boston Symphony Orchestra, Seiji Ozawa est une sommité de la musique classique.

Pendant deux ans, les deux amis ont échangé sur leur passion commune pour nous livrer six entretiens captivants.

De Brahms à Beethoven, de Leonard Bernstein à Glenn Gould, de Bartók à Mahler, Murakami et Ozawa dialoguent tour à tour sur les plus grands compositeurs et les plus brillants interprètes, écoutent des enregistrements, les comparent, les dissèquent, s’interrogent sur les musiques de film ou encore les salles de concerts… et nous émerveillent.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714478610
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 1
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« C’est un livre qui met en lumière une nouvelle facette de l’auteur Haruki Murakami et qui ouvrira de nouveaux horizons à tous ceux qui désirent aimer la musique classique… Très agréable à lire, accessible, divertissant, enrichissant. »
San Francisco Chronicle

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Shostadine 01/06/2022
    Passionné et grand connaisseur de jazz (il existe d'ailleurs des playlists basées sur les références jazz qui parsèment toute son oeuvre romanesque, m'a-t-on dit), Haruki Murakami est aussi grand amateur de musique classique. Suite à différents hasards (et on connaît l'importance que le "hasard" signifie dans ses romans), l'écrivain s'est retrouvé en contact avec le chef d'orchestre japonais Seiji Ozawa, un maestro incontournable dans l'univers de la musique classique depuis les années 1960. Cette rencontre, puis les liens d'admiration entre ces deux hommes autour de leur passion commune, sont à l'origine de ces conversations. Ceux qui veulent en apprendre sur Murakami seront sans doute un peu déçus : Murakami et Ozawa parlent avant tout de leur passion commune, la musique classique et son interprétation, et dans ce cadre c'est Ozawa qui fait figure d'interviewé, et Murakami, d'interviewer. Il est intéressant de noter à quel point ces éminentes personnalités japonaises sont passionnées de musique classique européenne, allemande en particulier. Ces conversations toucheront avant tout les férus de musique classique - des chapitres entiers sont consacrés à l'écoute et à la comparaison des interprétations de quelques oeuvres emblématiques (Troisième concerto pour piano de Beethoven, Première symphonie de Mahler, ...). Bref, pour les passionnés,... Passionné et grand connaisseur de jazz (il existe d'ailleurs des playlists basées sur les références jazz qui parsèment toute son oeuvre romanesque, m'a-t-on dit), Haruki Murakami est aussi grand amateur de musique classique. Suite à différents hasards (et on connaît l'importance que le "hasard" signifie dans ses romans), l'écrivain s'est retrouvé en contact avec le chef d'orchestre japonais Seiji Ozawa, un maestro incontournable dans l'univers de la musique classique depuis les années 1960. Cette rencontre, puis les liens d'admiration entre ces deux hommes autour de leur passion commune, sont à l'origine de ces conversations. Ceux qui veulent en apprendre sur Murakami seront sans doute un peu déçus : Murakami et Ozawa parlent avant tout de leur passion commune, la musique classique et son interprétation, et dans ce cadre c'est Ozawa qui fait figure d'interviewé, et Murakami, d'interviewer. Il est intéressant de noter à quel point ces éminentes personnalités japonaises sont passionnées de musique classique européenne, allemande en particulier. Ces conversations toucheront avant tout les férus de musique classique - des chapitres entiers sont consacrés à l'écoute et à la comparaison des interprétations de quelques oeuvres emblématiques (Troisième concerto pour piano de Beethoven, Première symphonie de Mahler, ...). Bref, pour les passionnés, c'est passionnant ; pour les autres, je conseillerais les courts interludes séparant les chapitres, relayant des anecdotes ou des thèmes connexes. L'interlude sur le rapport entre littérature et musique, où Murakami s'exprime sur l'importance du rythme en littérature, constitue sans doute l'apport le plus riche du livre, côté littérature s'entend. Le style est très libre, car il s'agit de la retranscription à peine retravaillée des enregistrements de ces conversations.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AkaruNensho 22/07/2021
    Acheté il y a un plus d'un an juste avant mon départ en Slovaquie à la fin du Printemps 2020, c'était l'un des rares Murakami que je n'avais pas lu. Je repoussai sa lecture n'étant pas adepte de non fiction. Ce ne fut pas une lecture facile, néanmoins, si enrichissante que cela reste une expérience positive. Aimant écouté du classique durant mes séances d'écritures et de haute concentration, cet ouvrage m'a été bénéfique sur plus d'un point: Premièrement, toutes ces conversations regorgent de références incontournables du classique et d'autres moins connues. Cela a grandement élargit le panel de ce que je voulais découvrir. Deuxièmement, l'exploration de la musique classique, ici proposée par Murakami, amateur de classique, et Seiji Ozawa, grande figure parmi les maestros de par le monde, est à la fois riche et complexe tout en restant abordable par le novice. On y apprend comment percevoir la musique autrement, par la rythmique, les souffles, les partitions, l'opéra et la direction en passant par tant d'autres angles d'approche. On y découvre également la complexité et les difficultés auxquelles peuvent être confronté les chefs d'orchestre et qui m'était jusque là, pour la plupart inconnues. Tout cela expliqué le plus simplement possible par... Acheté il y a un plus d'un an juste avant mon départ en Slovaquie à la fin du Printemps 2020, c'était l'un des rares Murakami que je n'avais pas lu. Je repoussai sa lecture n'étant pas adepte de non fiction. Ce ne fut pas une lecture facile, néanmoins, si enrichissante que cela reste une expérience positive. Aimant écouté du classique durant mes séances d'écritures et de haute concentration, cet ouvrage m'a été bénéfique sur plus d'un point: Premièrement, toutes ces conversations regorgent de références incontournables du classique et d'autres moins connues. Cela a grandement élargit le panel de ce que je voulais découvrir. Deuxièmement, l'exploration de la musique classique, ici proposée par Murakami, amateur de classique, et Seiji Ozawa, grande figure parmi les maestros de par le monde, est à la fois riche et complexe tout en restant abordable par le novice. On y apprend comment percevoir la musique autrement, par la rythmique, les souffles, les partitions, l'opéra et la direction en passant par tant d'autres angles d'approche. On y découvre également la complexité et les difficultés auxquelles peuvent être confronté les chefs d'orchestre et qui m'était jusque là, pour la plupart inconnues. Tout cela expliqué le plus simplement possible par Seiji Ozawa à un amateur tel que Murakami. Les points de comparaison entre l'écriture et la direction d'un orchestre proposé par Murakami sont très clairs et enrichissants, ils nous donnent, entre autres, une vision très japonaise du travail et de l'investissement artistique. Les conversations sont entrecoupées d'interludes diverses et variées, pleines d'anecdotes et d'humour. Le seul point négatif qui pourrait en rebuter plus d'un et qui m'a mise en difficulté lors de ma lecture est que les chapitres divisés en conversations sont très long et denses, ce qui rend la lecture difficile à assimiler et demande une totale concentration et un total investissement. Etant amoureuse de l'écriture de Murakami dans la majorité de ses œuvres, je ne pouvais passer à côté de cette expérience dans laquelle je me suis lancée corps et âme malgré les difficultés imposées par le genre et la complexité du propos. Cela été comme un apprentissage du classique que je croyais connaître mais redécouvrais sous les yeux d'un professionnel, le grand Ozawa, parsemé d'anecdotes de vie de musicien aux côtés des grandes figures du classique telles que Karajan, Bernstein, Gould et tant d'autres. Je recommande aux amateurs de classique ou aux inconditionnels de Murakami qui ont le coeur de s'accrocher à la complexité du sujet.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Arthur409 02/10/2020
    Ce livre est un recueil de conversations entre l’écrivain Haruki Murakami et le chef d’orchestre Seiji Ozawa. J’avoue avoir été un peu déçu au départ : j’attendais de ces deux grands esprits qu’ils m’éclairent sur le pouvoir qu’a la musique sur notre corps et notre esprit, pourquoi elle peut nous galvaniser ou nous émouvoir aux larmes … Au lieu de cela, le livre commence un peu comme la tribune des critiques de disques sur France Musique : Murakami et Ozawa échangent en écoutant différentes versions d’une même œuvre, en l’occurrence le concerto pour piano n°3 de Beethoven. Et c’est particulièrement frustrant, quand on n’a pas sous la main les enregistrements cités en référence !! Peut-être les éditions Belfond auraient-elles été bien inspirées d’inclure dans ce livre un CD avec les passages analysés par nos deux compères… On ne peut qu’admirer cependant la connaissance que manifeste Murakami sur la musique classique occidentale. Non seulement les oeuvres, mais les différentes interprétations font l’objet d’une analyse extrêmement détaillée, surprenante pour un « non-professionnel » de la musique. Par ailleurs, grâce à Seiji Ozawa, j’ai appris qu’il existe une véritable école japonaise pour la musique classique, que ce soit en musique de chambre ou en... Ce livre est un recueil de conversations entre l’écrivain Haruki Murakami et le chef d’orchestre Seiji Ozawa. J’avoue avoir été un peu déçu au départ : j’attendais de ces deux grands esprits qu’ils m’éclairent sur le pouvoir qu’a la musique sur notre corps et notre esprit, pourquoi elle peut nous galvaniser ou nous émouvoir aux larmes … Au lieu de cela, le livre commence un peu comme la tribune des critiques de disques sur France Musique : Murakami et Ozawa échangent en écoutant différentes versions d’une même œuvre, en l’occurrence le concerto pour piano n°3 de Beethoven. Et c’est particulièrement frustrant, quand on n’a pas sous la main les enregistrements cités en référence !! Peut-être les éditions Belfond auraient-elles été bien inspirées d’inclure dans ce livre un CD avec les passages analysés par nos deux compères… On ne peut qu’admirer cependant la connaissance que manifeste Murakami sur la musique classique occidentale. Non seulement les oeuvres, mais les différentes interprétations font l’objet d’une analyse extrêmement détaillée, surprenante pour un « non-professionnel » de la musique. Par ailleurs, grâce à Seiji Ozawa, j’ai appris qu’il existe une véritable école japonaise pour la musique classique, que ce soit en musique de chambre ou en symphonique. Et le maestro nous apporte aussi son point de vue sur la musique de Mahler, qui a été pour lui une découverte essentielle ; en l’abordant de manière complètement différente de tout ce qui a pu la précéder, il en a découvert toute la richesse. Ce point de vue va peut-être m’aider à mieux apprécier, à mon tour, les symphonies de Mahler, pour lesquelles j’avoue avoir pas mal de difficultés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lehibook 02/07/2020
    Je savais Murakami amateur de Jazz mais sa connaissance en musique classique ,révélée dans ce livre, lui permet de converser d’égal à égal avec le maestro Seiji Ozawa . Au fil de six entretiens , les deux célèbres japonais passent au crible la carrière du chef d’orchestre , son répertoire et son évolution. Au-delà de passages dont la technicité dépasse largement mes capacités de compréhension , il est passionnant de découvrir « de l’intérieur » cet étrange fonction de la direction d’orchestre et le travail démentiel qu’elle nécessite ainsi que des considérations sur la musique et l’art en général entre deux créateurs de haute volée
  • Lune 22/01/2020
    Entre novembre 2010 et juillet 2011, Haruki Murakami réalisa six interviews du chef d'orchestre Seiji Ozawa. Ce livre en est la compilation, presque le verbatim.#8232;Il ne s'agit pas d'interview classique qui viserait à donner une esquisse de la biographie d'Ozawa, mais de conversations dont le sujet central est la musique. Le contenu est pointu; ce qui pourrait décourager les non musiciens mais il est très riche. La richesse vient non seulement des thèmes abordés, mais également de la confrontation fructueuse de deux univers artistiques : celui du romancier et celui du musicien. Bien que s'étant trouvé des similitudes dans leur manière de travailler (le plaisir que leur procure leur travail, la « flamme » qui les habite depuis leur plus jeune âge, la persévérance, la rigueur et l'obstination à obtenir ce qu'ils ont décidé), deux visions de la perception de la musique apparaissent clairement. Murakami n'est pas musicien. Il confesse d'ailleurs humblement un manque sur le plan technique et regrette de ne pas toujours posséder le vocabulaire adéquat,mais il est un passionné de musique qu'il écoute quotidiennement, classique comme jazz. Insatiable donc, il est intarisable pour faire comprendre ce qu'il a perçu des différentes versions enregistrées de mêmes oeuvres. Il possède « le verbe ». Ozawa n'est pas romancier et se heurte... Entre novembre 2010 et juillet 2011, Haruki Murakami réalisa six interviews du chef d'orchestre Seiji Ozawa. Ce livre en est la compilation, presque le verbatim.#8232;Il ne s'agit pas d'interview classique qui viserait à donner une esquisse de la biographie d'Ozawa, mais de conversations dont le sujet central est la musique. Le contenu est pointu; ce qui pourrait décourager les non musiciens mais il est très riche. La richesse vient non seulement des thèmes abordés, mais également de la confrontation fructueuse de deux univers artistiques : celui du romancier et celui du musicien. Bien que s'étant trouvé des similitudes dans leur manière de travailler (le plaisir que leur procure leur travail, la « flamme » qui les habite depuis leur plus jeune âge, la persévérance, la rigueur et l'obstination à obtenir ce qu'ils ont décidé), deux visions de la perception de la musique apparaissent clairement. Murakami n'est pas musicien. Il confesse d'ailleurs humblement un manque sur le plan technique et regrette de ne pas toujours posséder le vocabulaire adéquat,mais il est un passionné de musique qu'il écoute quotidiennement, classique comme jazz. Insatiable donc, il est intarisable pour faire comprendre ce qu'il a perçu des différentes versions enregistrées de mêmes oeuvres. Il possède « le verbe ». Ozawa n'est pas romancier et se heurte parfois au « mur des mots » selon la jolie expression de Murakami. Il s'exprime donc - on le voit, on l'entend presque - par gestes, ou onomatopées tantôt pour faire comprendre une phrase musicale, tantôt un rythme… En bref, Murakami parle DE musique et Ozawa parle LA musique. Au fil des conversations apparaissent certains sujets récurrents. Tout d'abord, se dégagent des précisions sur le travail du chef d'orchestre. Ozawa ne fait pas de véritable discours sur le sujet, mais, à travers les réponses qu'il apporte aux questions de Murakami, il fait percevoir la différence de travail entre celui du chef permanent, directeur musical de son orchestre dont il est chargé de construire la programmation, et celui du chef invité, du chef à l'opéra ou du chef qui dirige un orchestre saisonnier réunissant des musiciens parmi les meilleurs du monde pendant leur temps libre, en été, et qui viennent justement pour le chef. C'est le cas d'Ozawa avec le Saito Kinen Orchestra qu'il dirige chaque année à Matsumoto au Japon, à l'instar du Malher Chamber Orchestra fondé par Claudio Abbado à Lucerne. Apparaissent aussi les amitiés professionnelles qui se nouent entre Ozawa et certains musiciens des orchestres qu'il a dirigés. On sent de sa part une certaine admiration et un profond respect pour leur talent. Ensuite, deuxième sujet récurrent, celui de la transmission. C'est une tradition dans le monde musical professionnel de haut niveau et que l'on retrouve avec Ozawa. L'élite se construit par transmission du savoir de maître à élève doué, admis ensuite parmi ses pairs dans le cercle des « grands », par une sorte de cooptation. L'élève devenu maître à son tour est amené lui aussi à transmettre. Ainsi, Seiji Ozawa cite et se réfère sans cesse à son professeur au Japon : Hideo Saito. D'où le nom que porte l'orchestre saisonnier qu'il dirige : le Saito Kinen Orchestra, Kinen voulant dire commémoration en japonais. Ainsi explique-t-il ce qu'il doit à Herbert von Karajan et à Léonard Bernstein. Il fut leur assistant à ses débuts. Très différents dans leur conception de la musique et du rôle du chef, ils lui ont tous deux fait confiance et contribué à ses premières réussites. Ainsi, aujourd'hui, Ozawa organise, chaque année, deux sessions consacrées spécialement au quatuor à cordes : l'une au Japon à Okushiga, l'autre à Rolle près de Montreux, sur les bords du lac Léman. S'entourant des meilleurs spécialistes de la discipline, il apporte toute son attention et son immense expérience à de jeunes prodiges promis à un bel avenir. En fait, et pour conclure les impressions sur ce livre magnifique par sa sincérité et son humilité, les leçons à tirer de ces conversations admirablement menées par Murakami pourraient être celles-ci : passion, transmission, écoute, qualités que possède Seigi Ozawa pour nourrir son travail inlassable et tenter de parvenir à la perfection, toujours inatteignable, particulièrement au niveau du son auquel il accorde la plus extrême importance. Un livre pointu certes, mais capital pour comprendre l'univers musical du grand chef d'orchestre qu'est Seiji Ozawa. Cantus
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Belfond

    25 livres à offrir pour Noël

    Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

    Lire l'article