Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714452191
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Les Amants du Spoutnik

Corinne Atlan (traduit par)
Date de parution : 25/08/2011

« Quand on parle d’amour, il n’y a guère de réalité. Comment se manifeste-t-il, sous quelle forme, sous quelle métaphore, voilà le plus important. »
Haruki Murakami

K. est instituteur. Dès leur première rencontre, il va aimer, désirer Sumire. Sans espoir de retour. Pour elle ne compte que la littérature. Mais,...

« Quand on parle d’amour, il n’y a guère de réalité. Comment se manifeste-t-il, sous quelle forme, sous quelle métaphore, voilà le plus important. »
Haruki Murakami

K. est instituteur. Dès leur première rencontre, il va aimer, désirer Sumire. Sans espoir de retour. Pour elle ne compte que la littérature. Mais, un jour, une tornade amoureuse emporte la jeune fille quand son chemin croise celui de Miu. Cette femme plus âgée qu’elle, mariée, d’une beauté sophistiquée, va l’engager comme secrétaire particulière. Séduite jusqu’à l’obsession, Sumire accepte de l’accompagner en Europe. Une lettre parvient à K., l’amoureux solitaire, puis, une nuit, un coup de fil le réveille : c’est Miu qui lui demande de la rejoindre en Grèce le plus vite possible. Sumire a disparu…

Une histoire troublante d’amours blessées où des êtres vulnérables, en quête d’absolu, se croisent, se frôlent, et cherchent en vain à s’atteindre. Un roman sensuel, étrange et obsédant, où se dessinent d’insaisissables vérités au fil d’une écriture limpide.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714452191
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Belfond
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LeslivresdeMiranda Posté le 12 Novembre 2021
    « Quand on parle de l’amour, il n’y a guère de réalité. Comment se manifeste t’il, sous quelle forme, sous quelle métaphore, voilà le plus important. » Haruki Murakami L’histoire d’un triangle amoureux où Sumire vogue émotionnellement entre amourité ( amour amitié ) pour K. le narrateur et fantasme amoureux pour Mui une business woman accomplit. L’univers poétique de Murakami et sa plume onirique m’a une fois de plus mise en avant dans ce roman qui impose l’introspection sur l’évolution personnelle vers l’amour et ses possibilités. Un bel ouvrage pour commencer les œuvres de cet auteur qui se lit vite et tout en douceur.
  • Gruizzli Posté le 14 Octobre 2021
    Le contexte de lecture joue parfois beaucoup plus qu'on ne le pense sur nos lectures, et je pense souvent à certains livres que je relirais un jour, pour leur laisser une deuxième chance, ou pour confirmer un soupçon. Lire le mauvais texte dans la mauvaise période, c'est parfois fatal a un livre qu'on aurait énormément apprécié autrement. Cela dit, parfois, le texte arrive même à nous faire oublier le contexte dans lequel nous le lisons, et ça, c'est puissant. C'est le genre de littérature qui mérite toute notre attention, et tous nos éloges. Ce livre est rangé dans cette catégorie pour moi. Lorsque je l'avais dans les mains, j'étais opprimé par une contrainte de temps et dans une crise qui prenait tout le monde autour de moi. Le moment le moins idéal pour lire, je pense. Et pourtant, j'ai gobé ses 300 petites pages en moins de deux jours, en grappillant du temps à chaque instant disponible. Rien ne m'aurait arrêté, une fois lancé. Ce livre est mon premier contact avec cet auteur tant vanté et qui le mérite d'ailleurs amplement, Haruki Murakami. Et je crois bien que c'est ma première rencontre avec un auteur japonais. Une véritable première en somme. L'histoire... Le contexte de lecture joue parfois beaucoup plus qu'on ne le pense sur nos lectures, et je pense souvent à certains livres que je relirais un jour, pour leur laisser une deuxième chance, ou pour confirmer un soupçon. Lire le mauvais texte dans la mauvaise période, c'est parfois fatal a un livre qu'on aurait énormément apprécié autrement. Cela dit, parfois, le texte arrive même à nous faire oublier le contexte dans lequel nous le lisons, et ça, c'est puissant. C'est le genre de littérature qui mérite toute notre attention, et tous nos éloges. Ce livre est rangé dans cette catégorie pour moi. Lorsque je l'avais dans les mains, j'étais opprimé par une contrainte de temps et dans une crise qui prenait tout le monde autour de moi. Le moment le moins idéal pour lire, je pense. Et pourtant, j'ai gobé ses 300 petites pages en moins de deux jours, en grappillant du temps à chaque instant disponible. Rien ne m'aurait arrêté, une fois lancé. Ce livre est mon premier contact avec cet auteur tant vanté et qui le mérite d'ailleurs amplement, Haruki Murakami. Et je crois bien que c'est ma première rencontre avec un auteur japonais. Une véritable première en somme. L'histoire est celle d'un jeune homme épris d'une jeune femme, elle-même éprise d'une femme un peu plus âgée. Et les changements que chacun fait pour les autres, pour s'intégrer dans la société. Le jeune homme sait son amour impossible, puisqu'elle en aime un autre. La jeune femme sait son amour impossible, puisque l'objet de son amour est mariée et de dix-sept ans plus âgée. Tout le monde, ici, est seul, et triste. Mais une journée, la jeune fille, en voyage en Grèce avec la femme, qui l'a engagée comme secrétaire, disparaît. Et là, commence l'histoire. Ce livre m'a dérouté. Déjà par son narrateur, personnage important mais pas central, et qui cherche ... je ne sais pas quoi exactement, mais entre autres à retrouver son amie. Et qui est très évanescent mais en même temps omniprésent. Le personnage central, c'est cette jeune fille, Sumire, au centre de tout. Et tout gravite autour d'elle et de son amour, comme un satellite tourne autour d'une planète. Le roman bascule même dans le fantastique à un moment sans que cela ne change l'impression générale dégagée par l'auteur. C'est toujours d'un même tenant, d'un bout à l'autre. Ce genre de roman, j'y repense encore après et même maintenant, plus de six mois après la lecture, je me rends compte que beaucoup m'avaient échappé sur le moment et que je comprends des choses à présent. J'aimerai beaucoup le relire, car je sens qu'il y a quelque chose dedans que je devrais pouvoir retrouver. Un très bon roman, comme je les aime. Pour une première impression de l'auteur, c'est parfaitement réussi et ça dépasse même mes attentes. J'ai englouti le pavé a vitesse maximale mais j'en ressors ravi. C'est beau et poétique, beaucoup de choses ne sont pas dites, et je me sens capable de plonger encore une fois dans le genre de l'auteur, qui m'intéresse beaucoup à présent. C'est avec grand plaisir que je lirais d'autres ouvrages de lui. Une réussite indéniable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jerome-langlois Posté le 19 Juin 2021
    K est amoureux de Sumire passionnée de littérature. Sumire éprouve une grande amitié pour K , mais pas plus. Un triangle amoureux se dessine . Miu , femme très riche , mène d'une main de maître l'entreprise d'importation de vins de feu son père. Sumire , sur la demande de Miu deviendra sa secrétaire. Elle l'accompagnera en Italie, en France et débarquera dans une petite île grecque. C'est alors la naissance d'une relation particulière où les sentiments explosifs sont dissimulés et contenus. Chacune se cherche et ne parviendra jamais à s'épanouir dans cette relation. Beaucoup d'attente mêlée d'émotion passant de l'optimisme des élans amoureux à la résignation en se disant que "ça ne marchera jamais" Sumire disparaîtra mystérieusement . À la demande de Miu, K fera tout pour la retrouver. Les références à Pouchkine, au cinéma de Godard ou Luc Besson nous invitent dans ce roman, les personnages sont plus proches, plus vivants. J'aime beaucouo le style particulier de Murakami , son écriture diaphane, ses phrases clés : "..Tu peux être incroyablement gentil par moments. On dirait un mélange de Noël , de grandes vacances et de chiot qui vient de naître " "...Miu mit une olive dans sa bouche, prit le noyau entre... K est amoureux de Sumire passionnée de littérature. Sumire éprouve une grande amitié pour K , mais pas plus. Un triangle amoureux se dessine . Miu , femme très riche , mène d'une main de maître l'entreprise d'importation de vins de feu son père. Sumire , sur la demande de Miu deviendra sa secrétaire. Elle l'accompagnera en Italie, en France et débarquera dans une petite île grecque. C'est alors la naissance d'une relation particulière où les sentiments explosifs sont dissimulés et contenus. Chacune se cherche et ne parviendra jamais à s'épanouir dans cette relation. Beaucoup d'attente mêlée d'émotion passant de l'optimisme des élans amoureux à la résignation en se disant que "ça ne marchera jamais" Sumire disparaîtra mystérieusement . À la demande de Miu, K fera tout pour la retrouver. Les références à Pouchkine, au cinéma de Godard ou Luc Besson nous invitent dans ce roman, les personnages sont plus proches, plus vivants. J'aime beaucouo le style particulier de Murakami , son écriture diaphane, ses phrases clés : "..Tu peux être incroyablement gentil par moments. On dirait un mélange de Noël , de grandes vacances et de chiot qui vient de naître " "...Miu mit une olive dans sa bouche, prit le noyau entre ses doigts et le jeta dans le cendrier d'un geste élégant, tel un poète ajoutant la ponctuation à son dernier vers ."
    Lire la suite
    En lire moins
  • HundredDreams Posté le 13 Mars 2021
    « Elle était tellement amoureuse de moi qu'elle ne voyait plus rien. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle était amoureuse de moi ! » Groucho Marx * Un roman bien étrange, déroutant. L'auteur comme toujours aime à nous balader dans son monde, à la frontière entre le réel et l'imaginaire. Une frontière si souvent ténue que le lecteur ne sait où il se trouve. Avec Haruki Murakami, la réalité se confond avec l'illusion, le rêve et l'étrangeté. Le monde du visible fusionne avec celui de l'invisible, et l'opacité allie la lumière. Pour apprécier Haruki Murakami, il faut accepter de se laisser entraîner dans ce monde, dans ce jeu de miroir, de reflets, de sens et de non-sens, de réel et d'irréalité. * Le titre du roman ne doit rien au hasard. Spoutnik signifie « compagnon de route » en russe. Il est aussi le nom du premier satellite artificiel de la Terre lancé par l'union soviétique en 1957. Ces amants sont comme ses satellites, ils ont des désirs non partagés, des trajectoires individuelles qui les rapprochent, puis les éloignent les uns des autres. Jeux de rencontres, de complicité, de confidence, d'attirance. Instants qui passent et qui les renvoient au loin. « Je fermai les yeux, tendis l'oreille,... « Elle était tellement amoureuse de moi qu'elle ne voyait plus rien. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle était amoureuse de moi ! » Groucho Marx * Un roman bien étrange, déroutant. L'auteur comme toujours aime à nous balader dans son monde, à la frontière entre le réel et l'imaginaire. Une frontière si souvent ténue que le lecteur ne sait où il se trouve. Avec Haruki Murakami, la réalité se confond avec l'illusion, le rêve et l'étrangeté. Le monde du visible fusionne avec celui de l'invisible, et l'opacité allie la lumière. Pour apprécier Haruki Murakami, il faut accepter de se laisser entraîner dans ce monde, dans ce jeu de miroir, de reflets, de sens et de non-sens, de réel et d'irréalité. * Le titre du roman ne doit rien au hasard. Spoutnik signifie « compagnon de route » en russe. Il est aussi le nom du premier satellite artificiel de la Terre lancé par l'union soviétique en 1957. Ces amants sont comme ses satellites, ils ont des désirs non partagés, des trajectoires individuelles qui les rapprochent, puis les éloignent les uns des autres. Jeux de rencontres, de complicité, de confidence, d'attirance. Instants qui passent et qui les renvoient au loin. « Je fermai les yeux, tendis l'oreille, et songeai aux descendants de Spoutnik, qui continuent à tourner dans le ciel, reliés à la Terre par la seule force de la gravité. Blocs de métal solitaires, ils se croisent, dans les ténèbres sidérales ou rien n'arrête leur course, puis s'éloignent pour toujours les uns des autres. Sans mots à échanger. Sans promesses à tenir. » * K., le narrateur raconte un événement lorsqu'il était jeune instituteur. Amoureux fou de sa meilleure et unique amie Sumire, il n'est pas aimé en retour. Cette amitié si délicate ne mène qu'à une impasse, il en est bien conscient, car celle-ci est amoureuse d'une femme mariée plus âgée, l'énigmatique Miu, pour qui elle travaille en tant que secrétaire et assistante. Quant à Miu, elle n'est pas attirée par la jeune femme. « C'est ainsi que nous poursuivons nos existences, chacun de notre côté. Si profondément fatale que soit la perte, si essentiel que soit ce que la vie nous arrache des mains, nous sommes capables de continuer à vivre, en silence – même lorsqu'il ne reste plus de notre être qu'une enveloppe de peau, tant nous avons changé intérieurement. » Triangle amoureux, jusqu'au jour où tout bascule. Lors d'un voyage d'affaire avec Miu, Sumire disparaît. Comme si elle s'était évaporée. Cet évènement nous plonge alors dans un univers d'étrangeté et de mystère. * « Les amants du Spoutnik » pourrait être une version différente de « La confusion des sentiments » de Stefan Zweig. Ce roman met en scène un triangle amoureux. Intensité des sentiments autour de ses trois personnages, où la sensualité, le désir, et le fantasme s'enroulent autour d'eux. Mais avec Haruki Murakami, une autre dimension apparaît, celle du fantastique. Avec aisance et légèreté, car tout ce que raconte l'auteur est plausible et peut avoir une explication logique. Cet équilibre, cette justesse des mots est ce qui me plaît chez cet auteur. * Les trois personnages sont bien travaillés, même si l'approche en est très différente. Le narrateur déroule son histoire et exprime sa passion, son désir violent d'être aimé, tout en se maîtrisant et faisant preuve de retenue, de respect. Il nous apparaît sympathique, tolérant, calme, posé. Au contraire, Sumire explore des sentiments tout neufs, et fait preuve d'égoïsme, d'immaturité, de naïveté, de manque de savoir vivre. Quant à Miu, on en a une image assez floue jusqu'au dernier tiers du roman, car le narrateur ne la connaît que par les propos de Sumire. Elle se dévoile différemment, plus mûre, plus généreuse, plus fragile lorsque le narrateur fait sa connaissance. * L'intrigue est assez longue à se mettre en place. Mais très étrangement, j'ai eu a du mal à lâcher le roman, la lecture me suivait une fois le livre refermé et je n'avais qu'une envie, le rouvrir et lire la suite. La fin ouverte, laisse le temps au lecteur de continuer à rêver. Je n'aime pas les fins ouvertes, mais avec Haruki Murakami, ce n'est pas pareil… * Tout l'art de l'auteur s'exprime dans un style qui lui est propre, délicat, lumineux et poétique. Et comme toujours chez lui, on trouve de belles réflexions. J'ai noté en particulier celle sur l'acte d'écrire. Pour écrire, il faut avoir une certaine maturité, avoir vécu pour avoir quelque chose à raconter. * Pour moi, « Les amants du Spoutnik » est un très bon roman, plus personnel peut-être, mais pas le meilleur roman d'Haruki Murakami. Il nous habitue tellement à de magnifiques romans, que je place sûrement la barre très haute. Mais je pense qu'il peut être un roman permettant de découvrir l'univers de l'auteur, son style inimitable, et son écriture sensuelle. Un voyage onirique, une atmosphère étrange, épurée, cotonneuse, comme si on était à la lisière entre le rêve et la certitude, une confusion entre le probable et l'improbable, le perceptible et l'imperceptible. « Derrière les choses ou les personnes que nous croyons connaître se cache toujours une proportion identique d'inconnu. » *
    Lire la suite
    En lire moins
  • fabricelecoqfoto Posté le 14 Janvier 2021
    Roman d'un peu plus de 250 pages qui se lit plutôt bien et ce malgré quelques passages un peu longuet. C'est l'histoire d'un amour impossible, entre trois protagonistes, Sumire aimant Miu, K. aimant Sumire, Miu n'aimant personne. Lors d'un voyage en Grèce Sumire finit par disparaître et l'on se pose question un moment. Le contenu reste sympathique, j'y ai passé un bon moment, la fin surprenante rajoute du sel pour finir cette lecture.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.