Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
La Villa Aux Etoffes - Tome 6 : Les adieux à la villa aux étoffes
Corinna Gepner (traduit par)
Date de parution : 02/05/2024
Éditeurs :
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
29.99 €
Nouveauté

La Villa Aux Etoffes - Tome 6 : Les adieux à la villa aux étoffes

Corinna Gepner (traduit par)
Date de parution : 02/05/2024
Augsbourg, 1939.

Dans une Europe menacée par la guerre, la famille Melzer traverse une sombre période. Depuis l’arrivée de Hitler au pouvoir, Marie s’est exilée avec son fils à New York,...
Augsbourg, 1939.

Dans une Europe menacée par la guerre, la famille Melzer traverse une sombre période. Depuis l’arrivée de Hitler au pouvoir, Marie s’est exilée avec son fils à New York, et l’usine textile de Paul fait l’objet de convoitises nazies. Sans sa femme, qu’il soupçonne d’avoir refait sa vie aux...
Augsbourg, 1939.

Dans une Europe menacée par la guerre, la famille Melzer traverse une sombre période. Depuis l’arrivée de Hitler au pouvoir, Marie s’est exilée avec son fils à New York, et l’usine textile de Paul fait l’objet de convoitises nazies. Sans sa femme, qu’il soupçonne d’avoir refait sa vie aux États- Unis, Paul doit affronter seul ses inquiétudes et ses doutes, et prendre des décisions qui mettent en péril tout ce qu’ils ont bâti ensemble.

De l’autre côté de l’Atlantique, Marie est effrayée par les récits d’horreur qu’elle découvre chaque jour dans les journaux. Quand elle rentre à Augsbourg en 1945, après avoir perdu contact avec ses proches pendant la guerre, elle ignore tout de ce qui l’attend.

À l’image du conflit qui a dévasté son pays, les neuf années de séparation avec Paul ont laissé bien des traces. Alors que tout est à reconstruire dans une ville en ruines, parviendrontils à se retrouver ?

Entre espoirs brisés et rêves de lendemains, le dénouement saisissant de destins emportés par le tourbillon de l’histoire, digne de Downton Abbey.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036630736
Façonnage normé : MP3
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
29.99 €
EAN : 9791036630736
Façonnage normé : MP3

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AnitaMillot 17/05/2024
    Avril 1939. L’industriel allemand, Paul Melzer, rentre de voyage : il est allé à New-York avec son plus jeune fils (Kurt) âgé de treize ans et sa fille Doroty (« Dodo ») dans le but de visiter son épouse (Marie) et leur fils ainé (Leo) jumeau de Dodo. Le garçon de vingt-trois ans (pianiste) est parti s’installer en Amérique juste avant la guerre, avec sa mère dont l’aïeule était juive … Paul Melzer, de son côté, continue à vivre à Augsbourg pour y diriger son usine de textile. La montée du nazisme puis la déclaration d’un conflit mondial va rapidement diviser les membres de la famille. Alors que Sebastian (le mari d’Elisabeth, la soeur de Paul) a été déporté à Dachau pour crime politique (il est communiste) leur fils ainé (Johan) est fier de porter son uniforme de la jeunesse hitlérienne … Alors que Doroty imaginait poursuivre des études aéronautiques en toute tranquillité à Munich, son statut de « métisse juive » risque de bouleverser quelque peu ses plans … Chacun devra survivre à cette nouvelle épreuve. Marie à New-York devra prouver qu’elle n’est pas une espionne allemande. Leo s’engagera dans l’armée américaine et se retrouvera face à des soldats de son pays d’origine … À la villa aux Étoffes, on ne peut pas occulter la présence des domestiques, qui partagent fidèlement les privations de leurs patrons. Il sont tous solidaires et forment une grande « famille » (Hanna, Augusta, Else, Liesel, Christian, Humbert ou encore Mme Brunnenmayer, sans oublier la petite Anne-Marie) Sixième – et dernier – opus de cette fort passionnante (et touchante) saga allemande, aux multiples personnages aussi attachants les uns que les autres. Rien n’est tout noir ou tout blanc dans cette intrigue. Ils vont me manquer, je crois ! Avril 1939. L’industriel allemand, Paul Melzer, rentre de voyage : il est allé à New-York avec son plus jeune fils (Kurt) âgé de treize ans et sa fille Doroty (« Dodo ») dans le but de visiter son épouse (Marie) et leur fils ainé (Leo) jumeau de Dodo. Le garçon de vingt-trois ans (pianiste) est parti s’installer en Amérique juste avant la guerre, avec sa mère dont l’aïeule était juive … Paul Melzer, de son côté, continue à vivre à Augsbourg pour y diriger son usine de textile. La montée du nazisme puis la déclaration d’un conflit mondial va rapidement diviser les membres de la famille. Alors que Sebastian (le mari d’Elisabeth, la soeur de Paul) a été déporté à Dachau pour crime politique (il est communiste) leur fils ainé (Johan) est fier de porter son uniforme de la jeunesse hitlérienne … Alors que Doroty imaginait poursuivre des études aéronautiques en toute tranquillité à Munich, son statut de « métisse juive » risque de bouleverser quelque peu ses plans … Chacun devra survivre à cette nouvelle épreuve. Marie à New-York devra prouver qu’elle n’est pas une espionne allemande. Leo s’engagera dans l’armée américaine et se retrouvera face à des soldats de son...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Clzp95 16/05/2024
    Et voilà, la fin de cette superbe saga en 6 volumes n'a pas démérité. On retrouve avec plaisir les différents protagonistes à l'époque de la 2nd guerre mondiale. Les éléments décrivant cette période avec le positionnement parfois impossible qu'avaient à trouver les "civils" face à cette dictature bestiale et nauséabonde qu'est le nazisme sont très bien décrits. le style est toujours aussi fluide et l'histoire de cette famille toujours aussi prenante. le final est peut-être un peu trop "rapide" et donc un peu décevant, mais, d'un autre côté, il était difficile d'envisager une autre fin et on s'en contente quand même parfaitement. Vraiment un grand plaisir que la lecture de ces 6 tomes, même si le 4ème est un peu moins bon que les autres.
  • Joannie57 01/05/2024
    1939, la guerre est déclarée. Et si Marie et Léo, exilés en Amérique, semblent à l'abri, ce n'est pas le cas de la famille Melzer à la villa. Paul va devoir céder les rênes de son usine aux nazis, les bombes éclatent à Augsbourg et les fils d'Élizabeth et Paul se voient enrôler à leur tour. Les lettres envoyées au début de la guerre s'espacent jusqu'à être interdites. Paul, sans nouvelles de Marie, doute de son couple, Elizabeth espère retrouver Sébastien et on prie pour Dodo et les autres membres de la famille engagés dans cette guerre. Une famille qui une fois encore s'étend aux domestiques. Christian ainsi que deux des fils d'Augusta sont également enrôlés. Alors dans ces conditions, on se soutient, maîtres et domestiques, on fait front ensemble, on réunit les tickets de rationnement, on cache un juif. Comme le dit si bien Humbert, dans cette maison on partage avec les maîtres les bons moments comme les mauvais. J'ai apprécié découvrir la guerre sur le territoire allemand, fait assez rare pour moi. Et même si on se doute que tous n'étaient pas nazis, savaient-ils réellement jusqu'où allaient les horreurs mises en place par Hitler ? Encore un énorme coup de coeur pour moi, les personnages sont tellement touchants. J'ai été émue par la fin. Et maintenant, que deviennent-ils une fois le livre refermé ? Une chose est sûre, ils vont réellement me manquer. Note : 20/20 https://labibliojoe.blogspot.com/2024/04/la-villa-aux-etoffes-tome-6-les-adieux.html1939, la guerre est déclarée. Et si Marie et Léo, exilés en Amérique, semblent à l'abri, ce n'est pas le cas de la famille Melzer à la villa. Paul va devoir céder les rênes de son usine aux nazis, les bombes éclatent à Augsbourg et les fils d'Élizabeth et Paul se voient enrôler à leur tour. Les lettres envoyées au début de la guerre s'espacent jusqu'à être interdites. Paul, sans nouvelles de Marie, doute de son couple, Elizabeth espère retrouver Sébastien et on prie pour Dodo et les autres membres de la famille engagés dans cette guerre. Une famille qui une fois encore s'étend aux domestiques. Christian ainsi que deux des fils d'Augusta sont également enrôlés. Alors dans ces conditions, on se soutient, maîtres et domestiques, on fait front ensemble, on réunit les tickets de rationnement, on cache un juif. Comme le dit si bien Humbert, dans cette maison on partage avec les maîtres les bons moments comme les mauvais. J'ai apprécié découvrir la guerre sur le territoire allemand, fait assez rare pour moi. Et même si on se doute que tous n'étaient pas nazis, savaient-ils réellement jusqu'où allaient les horreurs mises en place par Hitler ? Encore un énorme coup de coeur pour...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Melmam 20/04/2024
    1939, début de la deuxième guerre mondiale, nous retrouvons Marie et Leo à New-York, qui se sont bien adaptés à leur nouvelle vie. A la villa aux étoffes, la vie devient compliquée, Paul ne peut plus diriger son entreprise comme il le souhaite, Ernst Von Klippstein est toujours dans les parages pour s'assurer que tout est fait au nom du furrer. Les employés de la Villa doivent faire avec le rationnement et le souvenir encore douloureux de la dernière guerre. Puis pour tous les enfants du domaine, c'est le début du cauchemar, ils sont tous appelés sous les drapeaux. Personne n'en ressortira indemne. Pour Paul et Marie, l'heure du bilan a sonné, Durant ces 9 ans de séparation, sauront-ils s'attendre et se retrouver ?? J'ai adoré retrouver la Villa aux Étoffes ainsi que tous ces habitants. J'ai un peu l'impression de retrouver de vieux amis. J'ai dévoré ce livre en quelques jours avec beaucoup de plaisir. Même si je dois avouer que la fin m'a un peu déçue. Je suis déçue de Paul, un peu comme dans tous les livres précédents et je trouve la fin pas très crédible et un peu agaçante. Je m'attendais à plus, à mieux, pour la conclusion. J'ai beaucoup aimé cette saga, découvrir les personnages sur plus de 30 ans, je me suis beaucoup attaché à eux. J'ai aimé lire une saga qui parle des deux guerres, mais qui se passe pour une fois, en Allemagne. Je trouve tout de même que le rôle de l'allemagne dans ces conflits n'est pas à la juste mesure de ce qu'il c'est réellement passé, c'est un peu superficiel. J'ai tout de même apprécié le fait que l'auteur attache plus d'importance aux relations et à l'évolution des personnages qu'aux horreurs de la guerre. C'est différent des livres du même genre. Une saga sympathique que je recommande. 1939, début de la deuxième guerre mondiale, nous retrouvons Marie et Leo à New-York, qui se sont bien adaptés à leur nouvelle vie. A la villa aux étoffes, la vie devient compliquée, Paul ne peut plus diriger son entreprise comme il le souhaite, Ernst Von Klippstein est toujours dans les parages pour s'assurer que tout est fait au nom du furrer. Les employés de la Villa doivent faire avec le rationnement et le souvenir encore douloureux de la dernière guerre. Puis pour tous les enfants du domaine, c'est le début du cauchemar, ils sont tous appelés sous les drapeaux. Personne n'en ressortira indemne. Pour Paul et Marie, l'heure du bilan a sonné, Durant ces 9 ans de séparation, sauront-ils s'attendre et se retrouver ?? J'ai adoré retrouver la Villa aux Étoffes ainsi que tous ces habitants. J'ai un peu l'impression de retrouver de vieux amis. J'ai dévoré ce livre en quelques jours avec beaucoup de plaisir. Même si je dois avouer que la fin m'a un peu déçue. Je suis déçue de Paul, un peu comme dans tous les livres précédents et je trouve la fin pas très crédible et un peu agaçante. Je m'attendais à plus, à mieux,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • viedelivres 19/03/2024
    Puisqu’il s’agit du sixième et dernier tome de la saga, mon avis ne sera pas détaillé et portera sur l’ensemble de l’histoire afin d’éviter tout spoil. J’ai eu un énorme coup de cœur pour cette fresque familiale passionnante et exceptionnelle. La plume d’Anne Jacobs est immersive et extrêmement qualitative. Elle maitrise l’art d’embarquer son lecteur au cœur de son récit. Chaque tome apporte surprises, rebondissements et faits historiques. Ce dernier volet, se déroulant en grande partie durant la seconde guerre mondiale, apporte son lot de pertes et de turbulences. Les personnages sont très bien travaillés, tant du côté des domestiques que de la famille Melzer. Mon coup de cœur revient à Marie, cette femme courageuse et loyale dont l’évolution m’a énormément touchée. Une saga à l’image de la série « Downton Abbey » à savourer au coin du feu, une tasse de thé fumant à la main. C’est le cœur serré que je quitte la famille Melzer, d’autant plus qu’ils m’ont accompagné durant plusieurs années mais nullement déçue par cette saga que j’ai savourée jusqu’au dernier chapitre.
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.