Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823823585
Code sériel : 4426
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La terre des mensonges

Jean RENAUD (Traducteur)
Date de parution : 11/08/2015
Entre surprises et révélations, trois frères, que tout sépare et qui ont choisi de vivre séparé les uns des autres mais aussi d'eux-mêmes, se retrouvent dans un époustouflant huis-clos psychologique.

Quelques jours avant Noël, en Norvège, dans une ferme délabrée de Trondheim, la tyrannique Anna Neshov se meurt. Ses trois fils, leur père, ombre fantomatique et Torunn, l’unique petite-fille, se retrouvent alors pour la première fois pour une confrontation explosive où éclateront les drames secrets dont sont tissées leurs vies…

«...

Quelques jours avant Noël, en Norvège, dans une ferme délabrée de Trondheim, la tyrannique Anna Neshov se meurt. Ses trois fils, leur père, ombre fantomatique et Torunn, l’unique petite-fille, se retrouvent alors pour la première fois pour une confrontation explosive où éclateront les drames secrets dont sont tissées leurs vies…

« C'est tellement authentique, tellement brûlant de vérité - avec une écriture qui a la puissance d'un brise-glace -, qu'Anne Ragde nous prend aux tripes. »
André Clavel, Lire

Traduit du norvégien
par Jean Renaud

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823823585
Code sériel : 4426
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
12-21

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Yemanya Posté le 7 Mars 2020
    une belle découverte que ce livre. On entre dans l'histoire de cette famille, point par point, individu par individu, et c'est sa force : on a le point de vue de chaque personnage et on le comprend… Sauf un, qui se dévoilera dans le final, et quel final...
  • shirley230173 Posté le 5 Mars 2020
    Voilà 1er tome de cette saga norvégienne terminé. Résultat j'aime beaucoup. Les personnages sont "brut de décoffrage" comme on dit. Ne vous attendez pas à une jolie histoire romantique sous la neige ... L'histoire et les liens entre eux sont difficiles et parfois même choquants. J'ai fait connaissance avec la Norvège et m'en réjouis... La mère avait une emprise folle sur toute la famille qui a littéralement explosé. Rien de commun en effet entre Tor le fermier de Neshov ayant toujours vécu avec papa maman à la dure, Margido qui est parti créer son entreprise de pompes funèbres un peu plus loin, qui a réussi sauf à titre personnel, et bien entendu le 3ème frère Erlend, homosexuel, enjoué, qui profite de la vie avec son compagnon depuis de longues années, Krumme. Il a bien entendu été rejeté par toute la famille, (quelle honte pour la famille dans un petit village comme le leur) et qui s'est expatrié à Copenhague où il est décorateur de vitrines très en vogue ... Leurs destins vont devoir malgré tout se recroiser au décès de leur mère. Un autre personnage attachant que le père ce petit vieux à qui personne ne prête attention, qu'on prend... Voilà 1er tome de cette saga norvégienne terminé. Résultat j'aime beaucoup. Les personnages sont "brut de décoffrage" comme on dit. Ne vous attendez pas à une jolie histoire romantique sous la neige ... L'histoire et les liens entre eux sont difficiles et parfois même choquants. J'ai fait connaissance avec la Norvège et m'en réjouis... La mère avait une emprise folle sur toute la famille qui a littéralement explosé. Rien de commun en effet entre Tor le fermier de Neshov ayant toujours vécu avec papa maman à la dure, Margido qui est parti créer son entreprise de pompes funèbres un peu plus loin, qui a réussi sauf à titre personnel, et bien entendu le 3ème frère Erlend, homosexuel, enjoué, qui profite de la vie avec son compagnon depuis de longues années, Krumme. Il a bien entendu été rejeté par toute la famille, (quelle honte pour la famille dans un petit village comme le leur) et qui s'est expatrié à Copenhague où il est décorateur de vitrines très en vogue ... Leurs destins vont devoir malgré tout se recroiser au décès de leur mère. Un autre personnage attachant que le père ce petit vieux à qui personne ne prête attention, qu'on prend pour un idiot... et aussi Torunn la fille cachée de Tor... A lire absolument ... On s'y croirait, le froid, la crasse de la ferme, j'ai encore l'impression d'être dans la porcherie avec Tor et Torunn
    Lire la suite
    En lire moins
  • antigoneCH Posté le 19 Janvier 2020
    Je découvre à mon tour, et un peu tard, l’univers de la ferme des Neshov. Ce titre est en effet le premier d’une saga qui compte déjà plusieurs volumes… C’est un peu le revers d’avoir créé un club de lecture en 2019, on me prête dorénavant des livres, et ma LAL (Liste à Lire) explose. Mais je ne regrette rien, car je n’aime rien tant que découvrir de nouveaux univers, et tant pis si ma PAL déborde généreusement à présent à terre, n’ayant plus de place nulle part… Ce livre a pour autant été une lecture plutôt difficile pour moi au départ. Je sortais effectivement d’une autre lecture, une déception, un roman dont je vous parlerai plus tard, et que je me suis bêtement forcée à lire. Rien de tel pour attraper une mauvaise panne de lecture… Mais le charme de l’écriture de Anne B. Radge, son univers lent et bourré de détails, a fonctionné. Cette saga a été plébiscitée deux fois lors du dernier rendez-vous du Club des lecteurs yonnais sur le thème de Noël, de l’hiver et des auteurs nordiques. Un très bon choix que ce volume car il regroupe à lui seul les trois thèmes… En effet,... Je découvre à mon tour, et un peu tard, l’univers de la ferme des Neshov. Ce titre est en effet le premier d’une saga qui compte déjà plusieurs volumes… C’est un peu le revers d’avoir créé un club de lecture en 2019, on me prête dorénavant des livres, et ma LAL (Liste à Lire) explose. Mais je ne regrette rien, car je n’aime rien tant que découvrir de nouveaux univers, et tant pis si ma PAL déborde généreusement à présent à terre, n’ayant plus de place nulle part… Ce livre a pour autant été une lecture plutôt difficile pour moi au départ. Je sortais effectivement d’une autre lecture, une déception, un roman dont je vous parlerai plus tard, et que je me suis bêtement forcée à lire. Rien de tel pour attraper une mauvaise panne de lecture… Mais le charme de l’écriture de Anne B. Radge, son univers lent et bourré de détails, a fonctionné. Cette saga a été plébiscitée deux fois lors du dernier rendez-vous du Club des lecteurs yonnais sur le thème de Noël, de l’hiver et des auteurs nordiques. Un très bon choix que ce volume car il regroupe à lui seul les trois thèmes… En effet, quelques jours avant Noël, dans une ferme de Norvège, une vieille femme tombe malade. Tor, son fils, en est déboussolé, mais s’affaire tout de même à prendre soin de leur élevage de porcs, et des nouveaux nés. Son père, qui a toujours été étrange, n’est d’aucune aide et erre dans la maison sans but, et sans se laver. Quand la vieille femme est soudain hospitalisée, suite à une attaque, les frères de Tor et sa fille débarquent… histoire de voir pour une dernière fois celle qui n’a pourtant pas brillé jusque là par sa tendresse et sa bienveillance. Torunn, qui a déjà la trentaine, fait la connaissance alors de ses oncles, de son grand-père et de cette ferme dont elle pourrait plus tard hériter, mais dans un état de délabrement et de saleté indicibles. Et c’est ce qui est intéressant dans ce premier volume (qui nous laisse en fin de tome avec une révélation explosive), c’est que toute l’énergie déployée par chacun pour ne pas rester, ne pas s’impliquer, ne pas s’émouvoir, ne pas créer de liens, est malmenée par la curiosité, l’apitoiement et les liens du sang. Les Neshov n’ont aujourd’hui rien en commun, mais partagent, quoiqu’ils fassent et veuillent, ce lieu et leur passé. Un grand merci donc à mon club pour m’avoir permis de sauter dans cette saga addictive (j’ai envie de lire la suite à présent) !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Foufoubella Posté le 17 Janvier 2020
    La terre des mensonges ou des secrets biens gardés dans le froid norvégien Dans la famille Neshov, je demande la mère ! Anna est ce que nous pourrions communément appelé une maîtresse-femme. Elle règne sur sa ferme et sa tribu de main de maître. Mère de trois fils, elle ne semble pas prête à partager le gâteau. Tor, l'aîné, est resté à la ferme pour l'épauler tandis que Margido et Erlend se sont barrés : très loin et depuis 20 ans sans retour en arrière pour le dernier qui vit désormais à Copenhague avec Krumme, son amoureux, dans une ville où il est plus facile de vivre son homosexualité que dans sa localité d'origine ; à quelques kilomètres mais n'étant pas revenu depuis sept ans à la ferme pour Margido, entrepreneur de pompes funèbres de son état. Et le père ? Ben c'est bien simple, il est totalement transparent, à peine si on ne le prend pas pour un arriéré. Et puis j'oubliais, il y a Torunn aussi, la fille que Tor a eu avec une amourette de jeunesse mais qu'il n'a pas réussi à imposer à sa tigresse de mère qui ne voulait certainement pas s’embarrasser d'une enfant et encore moins d'une belle-fille. A quelques... La terre des mensonges ou des secrets biens gardés dans le froid norvégien Dans la famille Neshov, je demande la mère ! Anna est ce que nous pourrions communément appelé une maîtresse-femme. Elle règne sur sa ferme et sa tribu de main de maître. Mère de trois fils, elle ne semble pas prête à partager le gâteau. Tor, l'aîné, est resté à la ferme pour l'épauler tandis que Margido et Erlend se sont barrés : très loin et depuis 20 ans sans retour en arrière pour le dernier qui vit désormais à Copenhague avec Krumme, son amoureux, dans une ville où il est plus facile de vivre son homosexualité que dans sa localité d'origine ; à quelques kilomètres mais n'étant pas revenu depuis sept ans à la ferme pour Margido, entrepreneur de pompes funèbres de son état. Et le père ? Ben c'est bien simple, il est totalement transparent, à peine si on ne le prend pas pour un arriéré. Et puis j'oubliais, il y a Torunn aussi, la fille que Tor a eu avec une amourette de jeunesse mais qu'il n'a pas réussi à imposer à sa tigresse de mère qui ne voulait certainement pas s’embarrasser d'une enfant et encore moins d'une belle-fille. A quelques jours de Noël, Anna, 80 ans, se meurt. Tor décide alors de prévenir ses frères ainsi que sa fille. Tout ce petit monde se retrouve alors au chevet de la mère, prêts à en découdre... ou pas mais ils finiront pas ne pas avoir le choix. Cette terre des mensonges eut pour moi bien des attraits, ravie de me plonger dans une ambiance que je ne connaissais pas mais que je rêverais de découvrir. Il faut dire aussi que mis à part le biathlon que je suis chaque hiver à la télé, sport dans lequel les norvégiens se débrouillent plus que bien, je ne connais pas grand chose de ce pays nordique, pas même en littérature, contrairement à la Suède, prolifique en terme d'auteurs de polars (notamment). De mémoire, je n'avais lu jusqu'à présent qu'un seul livre d'un auteur norvégien. C'est en parcourant le site babelio et les bibliothèques virtuelles de mes amis que j'ai remarqué ce roman, premier tome d'une trilogie (même si je crois qu'un quatrième existe, mais écrit quelques années après). Aimant bien les sagas sur plusieurs tomes, c'est avec envie que je me suis procuré celui-ci et bien m'en a pris. J'ai a-do-ré ! Ce n'est pas un coup de cœur (je deviens très difficile) mais ce n'est pas passé loin. J'ai aimé me retrouver auprès de chaque personnage, me sentant proche ou loin au fil des chapitres. J'ai aimé la narration (omnisciente) dans laquelle chaque personnage a son moment à lui. J'ai aimé les descriptions des paysages ou des métiers de chacun, que ce soit le thanatopracteur, le décorateur de vitrine ou l'éleveur de cochons. J'ai aimé cette famille qui ne sait tout simplement pas comment s'aimer, ou même peuvent-ils seulement s'aimer ? Bref, je prolongerai avec plaisir ma découverte de cette auteure, à l'écriture ciselée comme un brise-glace comme il est indiqué sur ma quatrième de couverture, et de la famille Neshov. A suivre... Challenge multi-défis 2020 Challenge des sept familles
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aouan Posté le 5 Janvier 2020
    Lu après le tome 4 ce qui fait que le secret n’en était pas un pour moi, mais cela n’a gêné en rien pour moi la qualité de la lecture car le récit plonge au ras de la vie des personnages, s’attache aux infimes détails de leur existence, et c’est cette minutie dans la description qui donne l’âpreté, qui rend l’ambiance et révèle leur psychologie. C’est aussi une découverte de la Norvège et du Danemark, on est vraiment plongé dans le froid du grand nord. Ce roman n’est pas à lire pour se remonter le moral tellement il nous met en face de la face sombre de la condition humaine où le respect des convenances est une prison plus terrible que la loi réelle. Mais trouve le bonheur ceux qui s’échappent pour vivre en accord avec leur vrai nature. C’est donc au final un appel à la tolérance et au respect. Et une leçon d’humanité pour apprendre à apprécier les petits bonheurs du quotidien.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !