Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258195790
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm

Le Regard de Jeanne

Collection : Terres de France
Date de parution : 02/09/2021
Le Regard de Jeanne, ou l’union de deux solitudes et la traversée d’un monde disparu, celui des foires et des artistes itinérants, au XIXe siècle. Un magnifique roman d’initiation, de transmission, sur la vie, ses secrets, et un art naissant, la photographie.
 
Rien ne prédestinait Jeanne à cette vie-là.
Orpheline de seize ans, placée dans une ferme en Corrèze, elle a un jour le courage de fuir le destin tracé pour elle, entre servitude, ignorance et violence.
Le hasard lui fait croiser le chemin de Florimont, qui la prend sous son aile dans sa...
Rien ne prédestinait Jeanne à cette vie-là.
Orpheline de seize ans, placée dans une ferme en Corrèze, elle a un jour le courage de fuir le destin tracé pour elle, entre servitude, ignorance et violence.
Le hasard lui fait croiser le chemin de Florimont, qui la prend sous son aile dans sa roulotte. Il lui enseigne son art, celui, magique et naissant, de la photographie en ces années 1860. De foires en villages, l’homme immortalise familles, demeures et paysages, et tient boutique l’hiver à Clermont-Ferrand. Jeanne tisse avec son mentor un lien quasi filial qui révélera leurs parts secrètes.
Et d’apprentissages en rencontres, Jeanne grandit, son regard s’affine…

Le Regard de Jeanne, traversée du monde disparu des foires et des artistes itinérants au xixe siècle, est aussi le beau roman d’une émancipation.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258195790
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • babel95 Posté le 2 Décembre 2021
    La belle-mère de Jeanne, qui a presque dix-sept ans, vient de la louer comme fille de ferme. En ce milieu de dix-neuvième siècle, c'est courant, dans le Limousin. Jeanne est orpheline. La ferme, c'est la Margeride, elle a mauvaise réputation, le maître abuse des jeunes filles qui sont sont chassées lorsqu'elles se retrouvent enceintes. Ce soir-là, dans la bergerie, Jeanne a un mauvais pressentiment - les brebis se cachent à l'approche du maître. En un instant, Jeanne comprend que c'est sa vie qui se joue - et elle se saisit d'une fourche pour repousser le fermier. Elle prend la fuite en pleine nuit. Le destin peut prendre la forme d'une roulotte, tirée par une jument blanche. Sur sa route d'errance, Jeanne rencontre Florimont, photographe ambulant qui parcourt Limousin et Auvergne au gré des villages et des foires. Florimont, plus qu'un métier, a un savoir, presque un pouvoir : il immortalise le regard de ces femmes, de ces hommes qui se font photographier. Il prend Jeanne sous sa protection, lui offre de devenir son commis : elle commence par lui apporter un peu d'aide, et, au fil des jours apprend toutes les bases du métier avec Florimont. Tout se passe comme si chacun... La belle-mère de Jeanne, qui a presque dix-sept ans, vient de la louer comme fille de ferme. En ce milieu de dix-neuvième siècle, c'est courant, dans le Limousin. Jeanne est orpheline. La ferme, c'est la Margeride, elle a mauvaise réputation, le maître abuse des jeunes filles qui sont sont chassées lorsqu'elles se retrouvent enceintes. Ce soir-là, dans la bergerie, Jeanne a un mauvais pressentiment - les brebis se cachent à l'approche du maître. En un instant, Jeanne comprend que c'est sa vie qui se joue - et elle se saisit d'une fourche pour repousser le fermier. Elle prend la fuite en pleine nuit. Le destin peut prendre la forme d'une roulotte, tirée par une jument blanche. Sur sa route d'errance, Jeanne rencontre Florimont, photographe ambulant qui parcourt Limousin et Auvergne au gré des villages et des foires. Florimont, plus qu'un métier, a un savoir, presque un pouvoir : il immortalise le regard de ces femmes, de ces hommes qui se font photographier. Il prend Jeanne sous sa protection, lui offre de devenir son commis : elle commence par lui apporter un peu d'aide, et, au fil des jours apprend toutes les bases du métier avec Florimont. Tout se passe comme si chacun apportait à l'autre une complémentarité, un « regard « neuf, et l'aidait à se sentir un mieux à sa place, elle, la femme, lui l'homme qui aime les hommes et doit s'en cacher. Jean-Guy Soumy parvient à redonner vie, le temps du récit, un monde aujourd'hui disparu, celui des foires, des artistes itinérants. Il nous montre dans quelles conditions étaient réalisées ces photographies, les techniques, les produits, l'art magique d'apprivoiser la lumière… mais aussi tout ce que les photographies en noir et blanc pouvaient déjà représenter à cette époque. Jean-Guy Soumy, nous offre un parcours initiatique d'une grande délicatesse. Le-regard-de-Jeanne me hante encore, une fois le livre refermé. Jeanne, la fille de ferme qui va oser – oser changer le regard qu'on pose sur elle tout en changeant son regard sur la vie, tourner le dos à un destin que l'ignorance, la violence, le fait d'être une femme avaient déjà presque scellé. Un roman simple, sensible, une histoire qui nous parle.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bebi Posté le 9 Novembre 2021
    Jeanne est dans une situation précaire. Employée dans une ferme dont le propriétaire n’a clairement pas d’intentions louables, elle décide de s’enfuir, et se retrouve, à 16 ans, à errer sur les chemins. Jusqu’à ce qu’elle croise la route d’un photographe itinérant. Une rencontre qui va décider de son avenir… C’est au départ un roman de terroir. On démarre notre voyage dans une ferme corrézienne comme il en existe tant dans ce type d’histoire. Mais la jeune Jeanne n’est pas comme les autres. Elle ne se laisse pas glisser dans la passivité. Ce personnage principal m’a beaucoup plu. Elle est intelligente, même si elle s’en défend, et fait preuve de beaucoup de courage et de ténacité. Une figure féminine comme je les aime, loin d’être timorée. Florimont, le second personnage principal, apporte quant à lui un univers différent de celui auquel on aurait pu s’attendre dans un roman de terroir. Grâce à lui, nous entrons dans l’univers des débuts de la photographie. L’auteur prend le temps de nous expliquer chaque étape de la réalisation d’une photo, et le talent que cela demandait en 1860. Il fallait être d’une patience à toute épreuve, méticuleux et précis dans ses gestes.... Jeanne est dans une situation précaire. Employée dans une ferme dont le propriétaire n’a clairement pas d’intentions louables, elle décide de s’enfuir, et se retrouve, à 16 ans, à errer sur les chemins. Jusqu’à ce qu’elle croise la route d’un photographe itinérant. Une rencontre qui va décider de son avenir… C’est au départ un roman de terroir. On démarre notre voyage dans une ferme corrézienne comme il en existe tant dans ce type d’histoire. Mais la jeune Jeanne n’est pas comme les autres. Elle ne se laisse pas glisser dans la passivité. Ce personnage principal m’a beaucoup plu. Elle est intelligente, même si elle s’en défend, et fait preuve de beaucoup de courage et de ténacité. Une figure féminine comme je les aime, loin d’être timorée. Florimont, le second personnage principal, apporte quant à lui un univers différent de celui auquel on aurait pu s’attendre dans un roman de terroir. Grâce à lui, nous entrons dans l’univers des débuts de la photographie. L’auteur prend le temps de nous expliquer chaque étape de la réalisation d’une photo, et le talent que cela demandait en 1860. Il fallait être d’une patience à toute épreuve, méticuleux et précis dans ses gestes. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect de l’histoire que j’ai lu. Le récit coule tout seul. C’est à la fois simple et intéressant. Je me suis attachée aux personnages, à leurs histoires personnelles, et à leurs destins. Ce n’est bien sûr pas le premier roman que je lis de Jean-Guy Soumy. Mais c’est le premier dans lequel il aborde le monde de la photographie. Une innovation que j’apprécie vraiment!
    Lire la suite
    En lire moins
  • MAMIEJAUNE Posté le 22 Septembre 2021
    Mon avis Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Le Regard de Jeanne », roman de Jean-Guy SOUMY. J'ai ainsi retrouvé la très belle plume de cet auteur dont j'ai lu un grand nombre d'ouvrages. Jean-Guy SOUMY nous emmène en 1860 en Corrèze où Jeanne, orpheline âgée de 16 ans, vient d'être placée dans une ferme par sa marâtre. Le maître étant violent, la jeune fille terrorisée prend la fuite avant que celui-ci ne la viole. Nous assistons à sa rencontre avec Florimont, un homme d'un certain âge, qui exerce le métier de photographe ambulant, allant de ferme en ferme, de foire en foire, de village en village dans sa roulotte tirée par une jument. Jeanne découvre alors ce métier auquel Florimont va l'initier. L'auteur décrit à merveille les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son roman, leurs émotions et leurs sentiments, les rendant ainsi authentiques et attachants. Au fil des mots de Jean-Guy SOUMY, des souvenirs nous reviennent en mémoire du temps où nos ancêtres nous parlaient de ces photographes qui se cachaient derrière un voile noir pour capturer les scènes de la vie quotidienne et les immortaliser.... J'ai bien... Mon avis Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Le Regard de Jeanne », roman de Jean-Guy SOUMY. J'ai ainsi retrouvé la très belle plume de cet auteur dont j'ai lu un grand nombre d'ouvrages. Jean-Guy SOUMY nous emmène en 1860 en Corrèze où Jeanne, orpheline âgée de 16 ans, vient d'être placée dans une ferme par sa marâtre. Le maître étant violent, la jeune fille terrorisée prend la fuite avant que celui-ci ne la viole. Nous assistons à sa rencontre avec Florimont, un homme d'un certain âge, qui exerce le métier de photographe ambulant, allant de ferme en ferme, de foire en foire, de village en village dans sa roulotte tirée par une jument. Jeanne découvre alors ce métier auquel Florimont va l'initier. L'auteur décrit à merveille les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son roman, leurs émotions et leurs sentiments, les rendant ainsi authentiques et attachants. Au fil des mots de Jean-Guy SOUMY, des souvenirs nous reviennent en mémoire du temps où nos ancêtres nous parlaient de ces photographes qui se cachaient derrière un voile noir pour capturer les scènes de la vie quotidienne et les immortaliser.... J'ai bien aimé cet ouvrage touchant et nostalgique qui aborde divers thèmes tels que l'amitié, les débuts de la photographie, l'homosexualité, l'émancipation de la femme... Un très bon moment de lecture. Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/ Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.