Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 03/01/2023

Prix littéraire : retour sur les récompenses de 2022

Livres pour enfants, romans, essais, biographies, mangas... Découvrez tous les titres de nos éditeurs ayant obtenu une récompense au cours de l'année 2022.

 
Châteaux de sable, Louis-Henri de La Rochefoucauld :

Prix des Deux Magots, Prix Meurice et Prix de l'Académie Française Maurice Genevoix

Châteaux de sable - Prix des Deux Magots 2022

Jeune père un peu paumé, précaire dans la presse, le narrateur de ce roman mélancolique et drolatique vit dans un monde en voie d’extinction. Rien de grave : issu d’une famille décimée sous la Révolution, il a appris le détachement. Trop à l’ouest pour avoir des convictions politiques, il n’est pas royaliste, mais ne croit pas non plus au mythe d’une France nouvelle née en 1789… Jusqu’au jour où Louis XVI lui apparaît ! Et s’il s’amusait à réhabiliter ce grand dadais mal-aimé, émouvant malgré lui ?

Retrouvez toute la Rentrée Littéraire Robert Laffont ici : http://rentreelitteraire.robertlaffont.com/

 
Les Aquatiques, Oswalde Lewat :

Grand prix panafricains de la littérature, Prix du rayonnement de la langue et de la littératre française de l'Académie Française, Prix Kourouma

Les Aquatiques
La première fois que Katmé a enterré sa mère, c’était il y a vingt ans. Une inhumation bâclée, au milieu de nulle part… Depuis, la jeune femme a fait du chemin. Devenue l’épouse parfaite d’un ambitieux
politicien, elle se plie malgré elle aux injonctions de la bonne société du Zambuena. Et voilà qu’en pleine campagne électorale, son préfet de mari décide de déplacer en grande pompe la tombe de sa mère…
Farce ou tragédie ? Dans le même temps, son ami et frère de toujours, Samy, artiste homosexuel, est arrêté et emprisonné.
Pour Katmé, l’heure des choix a sonné.

Cet ouvrage a reçu le Grand Prix Panafricain de Littérature, le Prix du rayonnement de la langue et de la littérature française, le Prix Kourouma et a été finaliste du Prix Montluc
 
Réinventer l'amour, Mona Chollet :

Prix européen de l'essai

Réinventer l'amour
Nombre de femmes et d’hommes qui cherchent l’épanouissement amoureux ensemble se retrouvent très démunis face au troisième protagoniste qui s’invite dans leur salon ou dans leur lit : le patriarcat. Sur une question qui hante les féministes depuis des décennies et qui revient aujourd’hui au premier plan de leurs préoccupations, celle de l’amour hétérosexuel, ce livre propose une série d’éclairages.
Au coeur de nos comédies romantiques, de nos représentations du couple idéal, est souvent encodée une forme d’infériorité féminine, suggérant que les femmes devraient choisir entre la pleine expression d’elles-mêmes et le bonheur amoureux. Le conditionnement social subi par chacun, qui persuade les hommes que tout leur est dû, tout en valorisant chez les femmes l’abnégation et le dévouement, et en minant leur confiance en elles, produit des déséquilibres de pouvoir qui peuvent culminer en violences physiques et psychologiques. Même l’attitude que chacun est poussé à adopter à l’égard de l’amour, les femmes apprenant à le (sur ?) valoriser et les hommes à lui refuser une place centrale dans leur vie, prépare des relations qui ne peuvent qu’être malheureuses. Sur le plan sexuel, enfin, les fantasmes masculins continuent de saturer l’espace du désir : comment les femmes peuvent-elles retrouver un regard et une voix ?
 
Les reflets d'Hariett, Marion Kadi :

Prix Opera Prima, Bologna Raggazzi Awards - Prix Révélation Livre Jeunesse de l'ADAGP

Les reflets d'Hariett - Album - Confiance en soi - Dès 4 ans
Résumé : Dans la savane, un vieux lion meurt. Son reflet se retrouve seul, et comme il ne veut pas se résoudre à devenir le reflet d’une plante ou d’un canard, il part. Il arrive en ville où il rencontre Hariett, une petite fille un peu timide, et il se dit qu’il veut devenir son reflet. Et avec un lion pour reflet, Hariett se sent soudain pleine de forces. À l’école, elle n’a pas peur de parler en classe et s’amuse terriblement. Mais le lendemain, le reflet du lion est déchaîné, il met le bazar dans l’école et c’est Hariett qui se fait punir. À la maison, elle cherche son ancien reflet et le retrouve caché dans un petit miroir. Finalement, elle se dit que le mieux est de vivre avec ses deux reflets.
Un album à partir de 4 ans.
 
La Réfugiée, Rabih Alameddine :

Prix PEN/Faulkner de la Fiction

La Réfugiée
« C’est toi qui as suggéré que j’écrive ça. Toi, l’écrivain, tu n’as pas pu. Tu as essayé d’écrire l’histoire du réfugié. Plusieurs fois, à de nombreuses reprises. Tu as échoué. Et échoué encore. Peut-être échoué mieux. Il n’empêche, tu n’as pas pu. Plus de deux ans après que nous nous sommes rencontrés à Lesbos, tu essayais encore. Tu t’y es attaqué par un versant, puis par un autre, en vain. Tu étais trop impliqué, incapable de te dépêtrer toi-même de l’histoire. Tu as dit que tu n’arrivais pas à trouver la bonne distance. Tu n’étais pas capable de trouver les mots justes, même après nombre de séances sur le canapé de ton psychiatre.
« […] Et quoi que tu fasses, as-tu dit, ne l’intitule pas Lesbienne libanaise à Lesbos, je t’en supplie. »

Une plongée bouleversante au cœur d’un drame humanitaire où se croisent les destins singuliers d’esprits rebelles qui ont en commun l’exil, la perte et l’espoir.

Au centre vide de tout horizon figure dans la liste du Pen Faulkner Award, le plus prestigieux des prix littéraires américains 
 
Les Impatientes, Djaïli Amadou Amal :

Prix du livre audio France Culture, Lire dans le noir, catégorie fiction - Grand Prix du Livre Audio, catégorie prix des lycéens

Les Impatientes
Trois femmes, trois histoires, trois destins liés. Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin. Patience ! C'est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. » Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?

Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.
 
Léopold Sédar Senghor, Jean-Pierre Langellier :

Prix Goncourt de la biographie - Prix Guizot de l'Académie française

Léopold Sédar Senghor - Prix Goncourt de la biographie 2022 - Prix Guizot de l'Académie française 2022
Tout à la fois chef d’État emblématique et poète de génie, Senghor connut de nombreux bouleversements en près d’un siècle d’existence (1906-2001) : il grandit au Sénégal, alors colonie française, au début du XXe siècle ; il prend une part active à la Seconde Guerre mondiale en intégrant les tirailleurs sénégalais ; il oeuvre à l’indépendance du Sénégal dont il devient le premier Président en 1960 ; en 1983, il est le premier africain élu à l’Académie française, véritable consécration de son immense carrière littéraire.
Léopold Sédar Senghor eut donc, au cours de sa longue vie, deux carrières mais une seule volonté : valoriser les cultures et les peuples d’Afrique noire. Il y parvint d’abord à travers la littérature, notamment en créant le concept de « négritude » avec Aimé Césaire, son ami de toujours. Puis sa vie de chef d’Etat fit le reste : symbole de la coopération entre la France et ses anciennes colonies, Senghor permit au Sénégal de s’affirmer comme carrefour culturel – accueillant un carrousel de colloques, congrès et autres séminaires internationaux – et Dakar comme vitrine artistique. Lorsqu’il démissionna en 1980, il laissa à ses successeurs un héritage aussi rare que précieux sur le continent africain : la démocratie, le pluralisme, l’alternance du pouvoir, et la préservation de l’unité nationale.
De sa plume délicieuse qui rappelle parfois celle de Joseph Kessel, Jean-Pierre Langellier reconstitue avec finesse la vie d’un homme qui, toute sa vie, contribua à « réveiller l’Afrique de son sommeil millénaire ».
 
La ballade de l'impossible, Haruki Murakami :

Prix mondial Cino del Duca pour l'ensemble de l'oeuvre de l'auteur

La ballade de l'impossible
Œuvre d’une ampleur exceptionnelle, placée sous le parrainage de Salinger et Fitzgerald, La Ballade de l’impossible est le livre qui a révélé Haruki Murakami.   
 
Un superbe roman d’apprentissage aux résonances autobiographiques, dans lequel le maître Murakami fait preuve d’une tendresse, d’un charme poétique et d’une intensité érotique saisissants.
 
De notre monde emporté, Christian Astolfi :

Prix du Livres France Bleu - Page des Libraires

De notre monde emporté
Prix du livre France Bleu - Page des libraires 2022
Du début des années 1970 à la fin des années 1980, Narval travaille aux Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer. Ce temps restera celui de sa jeunesse et de la construction de son identité ouvrière. Quand se répand le bruit de la fermeture des Chantiers pour des raisons économiques, ses camarades et lui entrent en lutte, sans cesser de pratiquer leur métier avec la même application, tandis que l’amiante empoisonne lentement leur corps.
Dans un subtil mélange de lyrisme et de sobriété, Christian Astolfi compose la chronique d’une existence qui traverse l’évolution politique et sociale de la France de l’époque, tout en révélant les désirs et les peines d’un homme habité par les rêves d’un père qui aura voué sa vie à ce monde emporté.
 
Vous reprendrez bien un peu de magie pour Noël ?, Carène Ponte :

Prix Babelio, catégorie roman d'amour

Vous reprendrez bien un peu de magie pour Noël ?
Victoria Delmas, trente-cinq ans, dirige d’une main de fer son agence de publicité. Dans son quotidien réglé comme une horloge, aucune place n’est laissée à l’improvisation, et encore moins aux relations humaines, qu’elle considère comme une perte de temps pure et simple.
Jusqu’à un matin de décembre où sa vie bascule. Renversée par un bus, Victoria sombre dans le coma et atterrit dans un... centre de réhabilitation de Noël ! Cette mystérieuse organisation lui propose un marché : pour se voir accorder une seconde chance, elle devra se racheter auprès d’une personne qu’elle a fait souffrir par le passé, et ce avant le 26 décembre, minuit.
Une mission qui risque de lui donner du fil à retordre. Mais s’il y a bien un moment de l’année où l’on peut espérer un miracle, c’est à Noël !
 
L'Âge des amours égoïstes, Jérôme Attal :

Prix Amic de l'Académie Française

L'Âge des amours égoïstes
« Tu es amoureux en ce moment ?
- C'est quoi cette question ? 
- C'est une question qu'on se pose tous les jours. C'est la meilleure question. »


Nico chante dans un groupe et étudie l'histoire de l'art. Il a pour sujet une série de toiles que Francis Bacon a dédiées à la figure de Vincent Van Gogh. Dans une soirée, il rencontre la captivante Laura dont il tombe fou amoureux. Une passion qui va se révéler aussi insaissisable que les trajectoires qui s'offrent à lui en cette dernière année de fac. 
C'est le début d'un apprentissage, d'une traversée de Paris, aux confins de cet âge délicat où il faut s'engager sur une voie parmi d'autres sans jamais renoncer à qui l'on est.
 
Apeirogon, Colum McCann :

Grand Prix du Livre Audio, catégorie prix du roman contemporain

Apeirogon
Apeirogon, n.m. :
figure géométrique au nombre infini de côtés.
 
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille dans le conflit. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, ce conflit infini, et de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite.

« C'est si beau qu'on en sort transformé. » Elle
« Monumental. McCann réussit encore à nous éblouir. » Le Monde des Livres 
« Ce roman vous fait beaucoup de bien et vous ébranle complètement. Ce paradoxe est le signe des grands livres. » Le Soir
« Nous voici ébahis devant ce livre tourbillonnant, ce roman où la forme et la fonds s’unissent de manière exceptionnelle. »  Télérama


Traduit de l’anglais (Irlande) par Clément Baude
 
Le Bureau des affaires occultes, Eric Fouassier :

Grand Prix du Livre Audio, catégorie prix du polar

Le Bureau des affaires occultes
Automne 1830, dans un Paris fiévreux encore sous le choc des Journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.
Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Il doit élucider une série de morts étranges susceptible de déstabiliser le régime.
Car la science qui progresse, mêlée à l’ésotérisme alors en vogue, inspire un nouveau type de criminalité. Féru de chimie et de médecine, cultivant un goût pour le mystérieux et l’irrationnel, Valentin Verne sait en décrypter les codes. Nommé par le préfet à la tête du « bureau des affaires occultes », un service spécial chargé de traquer ces malfaiteurs modernes, il va donner la preuve de ses extraordinaires compétences.
Mais qui est vraiment ce policier solitaire, obsédé par la traque d’un criminel insaisissable connu sous le seul surnom du Vicaire ?
Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?
Qui est le chasseur, qui est le gibier ?

Dans la lignée des grands détectives de l’Histoire, de Vidocq à Lecoq en passant par Nicolas le Floch, un nouveau héros est né.
 
Fullmetal Alchemist Perfect T01, Hiromu Arakawa :

Daruma de la meilleure fabrication

Fullmetal Alchemist Perfect  T01
Découvrez ou redécouvrez cette série culte dans une nouvelle édition de luxe entièrement remasterisée avec une nouvelle couverture, des pages couleurs, des croquis des personnages, une traduction mise à jour et un nouveau lettrage. Une occasion unique de partir à l’aventure aux côtés des frères Elric pour ceux qui ne connaissent pas encore ce manga de légende !

En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric utilisent une technique alchimique interdite : la transmutation humaine. Seulement, l'expérience tourne mal : Edward perd un bras et une jambe et Alphonse, son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d'une armure. Devenu un alchimiste d'État, Edward, surnommé le Fullmetal Alchemist, se lance, avec l'aide de son frère, à la recherche de la pierre philosophale, seule chance de retrouver leurs corps. Les deux frères commencent à enquêter sur un homme étrange, « le fondateur », qui passe pour un faiseur de miracles...
 
A un cheveu, Maëlle Desard :

Prix Talents Cultura

A un cheveu - Humour - Apparences - Premières fois
À 17 ans, Emma aime la natation, son frère presque jumeau, le chocolat et dessiner dans les marges de ses cahiers. Elle serait à un cheveu de la belle vie si elle n’avait pas perdu les siens, de cheveux, deux ans plus tôt (tandis que le reste de ses poils a continué à pousser, merci bien !). Affublée d’une perruque avec laquelle elle entretient une relation d’amour-haine quasi mystique, Emma décide de profiter du déménagement de sa famille pour repartir de zéro. Nouvelle vie, nouveaux amis... et peut-être un premier amour !

Un roman lumineux sur l’acceptation de soi et de son corps, résolument féministe et universel !
 
Ceux qui restent, Jean Michelin :

Prix Talents Cultura, Prix Edmée de La Rochefoucauld et Prix du temps retrouvés

Ceux qui restent
Comme chaque matin, l’aube grise se lève sur l’immuable routine de la garnison. Mais cette fois, Lulu manque à l’appel. Lulu, le caporal-chef toujours fiable, toujours solide, Lulu et son sourire en coin que rien ne semblait jamais pouvoir effacer, a disparu. Aurélie, sa femme, a l’habitude des absences, du lit vide, du quotidien d’épouse de militaire. Elle fait face, mais sait que ce départ ne lui ressemble pas. Quatre hommes, quatre soldats, se lancent alors à sa recherche. Ils sont du même monde et trimballent les mêmes fantômes au bord des nuits sans sommeil. Si eux ne le retrouvent pas, personne ne le pourra.

D’une actualité brûlante, cette intrigue intensément déroulée par la plume de Jean Michelin suit l’enquête de ces frères d’armes. Histoire poignante de camaraderie, de celle qui lie les êtres sous les vestes de treillis, ce roman sans concession se penche sur ce que la guerre fait à ceux qui partent, à ceux qui reviennent. À ceux qui restent.
 
Déjeunons sur l'herbe, Guillaume Durand :

Prix Renaudot de l'essai

Déjeunons sur l'herbe - Prix Renaudot de l'essai 2022
S’il y a un peintre français qui, par son seul génie, a bouleversé le monde entier, c’est bien Édouard Manet.
Depuis l’enfance, j’aime ses œuvres, ses noirs, ses ivoires, ses énigmes, ses amoureuses. La violence extrême qu’il a suscitée est inimaginable aujourd’hui. Je vous propose une balade personnelle et intime dans sa vie.
Ado, j’avais trois idoles : lui, Jacques Monory, le peintre des meurtres bleus, et Led Zeppelin. Vous allez les retrouver ainsi que des conversations sur le bel Édouard avec Koons, Barceló, Longo, Condo, Tabouret, Lavier, Yan Pei-Ming, Traquandi, Mivekannin et ceux qui font l’art vivant.
Je ne suis pas historien, ce qui me permet de convoquer des surprises dans le secret des ateliers : Picasso, Warhol, De Niro père et fils, Hockney, Visconti, César, Niki de Saint Phalle, La Casa de Papel, Laurence des Cars, Bourdieu, la maladie brutale, le journalisme, mes parents, modestes marchands de tableaux et ceux du monde entier…
Notre Hitchcock de la peinture a inventé l’art moderne pour le reste de la planète. Il adorait la vie et il a fini, presque paralysé, par peindre des fleurs déchirantes. Étant passé tout proche du ravin rejoindre mon père, je me suis autorisé ce roman vrai avec des reproductions magnifiques.
Édouard Manet a vécu la mort aux trousses en revenant tout jeune du Brésil, à cause de la syphilis qui l’a tué à 51 ans. Comme Baudelaire à 46 ans. Il lui ferma les yeux.
Il repose au cimetière de Passy, à Paris. Il incarne la preuve que l’art contemporain n’existe pas car le Déjeuner sur l’herbe est vivant pour l’éternité.
Partout.
 
Grand-Passage, Stéphanie Leclerc :

Pépite, catégorie Fiction Ados

Grand-Passage
Lauris vit heureux à Grand-Passage, au bord de l'autoroute où sa mère travaille. Pourtant, depuis l’enfance, il perçoit des phénomènes étranges : autour de lui, des animaux morts s’animent. Un beau jour, c’est le fantôme de son grand-père qui vient lui parler. Peu après, son amie Lali disparaît subitement. L’effroi s’abat sur la vallée lorsque son corps est retrouvé près de l’autoroute. Tandis que la communauté de Grand-Passage se verrouille, Lauris multiplie les rêves inquiétants…
« Pépite 2022 Fiction ados », un prix Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis - France Télévisions
 
Pandémies, Stanis Perez et Patrick Berche :

Prix Hubert Grépinet

Pandémies
Comment comparer la peste de Justinien, qui se répandit comme une traînée de poudre dans tout le bassin méditerranéen dès le VIe siècle, et le sida, ce redoutable fléau que l’on ne découvrit que dans les années 1980 ? Aussi variées que soient leurs manifestations, les pathologies décrites dans cet ouvrage – choléra, syphilis, lèpre, variole… – ont un point commun : toutes sont des pandémies. Transmises par contagion, elles s'étendent en un temps record sur de vastes régions et touchent ainsi une part importante de la population mondiale. Dès lors, comment lutter contre ces ennemis invisibles qui semblent frapper au hasard ? Quelles stratégies adopter pour combattre ces maux, sans laisser la peur et la panique prendre le dessus ? Faut-il s'en remettre aux pouvoirs en place, ou bien chercher des réponses auprès des scientifiques ?
Dans cette enquête totalement inédite, Patrick Berche et Stanis Perez retracent l’histoire mondiale des grandes maladies en adoptant une démarche à la fois globale et critique. Depuis le Paléolithique, les humains font face à des menaces qui ne cessent de se métamorphoser. Et si la peste a laissé place à la tuberculose pendant l’ère industrielle, tandis que la révolution pastorienne au XIXe siècle a momentanément permis de mieux contenir ces maux, de nouvelles pandémies liées à notre mode de vie ont progressivement fait leur apparition. Ainsi, aujourd’hui, la mondialisation et la société de consommation nous obligent à nous réinventer pour protéger la santé publique, notamment à l’ère de la Covid-19. Cette incontournable synthèse, où se mêlent bonheur d’écriture et rigueur scientifique, nous donne enfin les clés pour comprendre les précédents d’un sujet plus que jamais d’actualité.
 
L'animal et la mort, Charles Stépanoff :

Prix François Sommer

L'animal et la mort
La modernité a divisé les animaux entre ceux qui sont dignes d’être protégés et aimés et ceux qui servent de matière première à l’industrie. Comment comprendre cette étrange partition entre amour protecteur et exploitation intensive ? Parce qu’elle précède cette alternative et continue de la troubler, la chasse offre un point d’observation exceptionnel pour interroger nos rapports contradictoires au vivant en pleine crise écologique.
À partir d’une enquête immersive menée deux années durant, non loin de Paris, aux confins du Perche, de la Beauce et des Yvelines, Charles Stépanoff documente l’érosion accélérée de la biodiversité rurale, l’éthique de ceux qui tuent pour se nourrir, les îlots de résistance aux politiques de modernisation, ainsi que les combats récents opposant militants animalistes et adeptes de la chasse à courre. Explorant les cosmologies populaires anciennes et les rituels néosauvages honorant le gibier, l’anthropologue fait apparaître la figure du « prédateur empathique » et les rapports paradoxaux entre chasse, protection et compassion. Dans une approche comparative de grande ampleur, il convoque préhistoire, histoire, philosophie et ethnologie des peuples chasseurs et dévoile les origines sauvages de la souveraineté politique.
Au fil d’une riche traversée, cet ouvrage éclaire d’un jour nouveau les fondements anthropologiques et écologiques de la violence exercée sur le vivant. Et, en questionnant la hiérarchie morale singulière qu’elle engendre aujourd’hui, il donne à notre regard sensible une autre profondeur de champ.

Lauréat du 1er Prix de l’essai France Culture-ARTE 2021
 
Nos ados : et si la méditation était la solution ?, Mathieu Bégégère :

Prix des libraires Vivez mieux avec Pocket

Nos ados : et si la méditation était la solution ?
Mathieu Brégégère, l’expert français de la méditation pour les adolescents, dévoile dans ce livre tous les secrets de son approche unique et efficace. Loin des idées reçues et des banalités que l’on rencontre trop souvent, vous découvrirez que des méditations peuvent vraiment aider les adolescents à surmonter leur peur, leur colère, le stress des examens, le sentiment d’être seul, le manque de confiance… De manière toute simple, il est possible de reprendre le pouvoir sur sa vie.
Son approche pleine d’empathie, d’humour et fondée sur une expérience de terrain, fait un bien fou !
Un livre indispensable pour tous les adolescents d’aujourd’hui.
 
Miettes, Stéphane Servant:

Prix des Ados par les élèves des collège et lycée de Saint Orens de Gameville dans le cadre du Festival du livre jeunesse d'Occitanie

Court toujours - Miettes (humour décalé) - Roman ado
Résumé : « Au milieu de la cour, dans les couloirs du lycée, à l’arrêt de bus, c’est à qui sera le plus viril. Moi évidemment, avec mes bras comme des bretzels et mes livres, je suis hors circuit. »
C’est la fête de fin d’année au lycée. Sur scène, seul face aux élèves, professeurs et parents, un adolescent prend la parole, comme un numéro de stand up. Avec beaucoup d’humour et d’intelligence, il raconte en une heure son histoire, celle d’un garçon rejeté, moqué, harcelé et agressé…

Quand on veut, où l'on veut ! 1 roman, 3 versions. Avec ce livre, vous pouvez écouter la version audio et lire la version numérique gratuitement via l’appli Nathan Live. Des récits initiatiques intenses et percutants, qui racontent un moment-charnière de la vie d’un ou d’une ado d’aujourd’hui.

Miettes (humour décalé) est lauréat du Prix des Ados 2022 du festival du livre de jeunesse en Occotanie. 
https://festival-livre-jeunesse.fr/2022/prix-des-ados-2022-2/
 
 
 
Un prénom en trop, Christopher Carlier :

Prix de la Gendarmerie nationale 

Un prénom en trop - Prix de la Gendarmerie nationale 2022
Il a suffi d’une soirée d’été pour que Rebecca, jeune femme sans histoires, soit prise au piège d’un jeu cruel, implacable. À présent, lorsqu’elle marche dans la rue, elle se retourne tous les trois pas. Rebecca pense que le danger est dans son dos. Pourquoi ne serait-il pas devant elle ou juste à ses côtés ?
Une descente aux enfers intrigante, ironique, corrosive, dans laquelle Christophe Carlier joue avec les codes du roman noir.

Ce roman est le lauréat de la deuxième édition du Prix du roman de la gendarmerie nationale, qui vient récompenser une oeuvre de fiction dans laquelle la gendarmerie et le rapport au métier de gendarme occupent une place cardinale.
Présidé par le général d'armée Christian Rodriguez, directeur général de la gendarmerie nationale, le jury réunit gendarmes, journalistes et écrivains, tels que Maxime Chattam, Françoise Bourdin, Cécile de Ménibus, Emmanuel Chaunu, Virginie Carton, Eric Delbecque ou Yves Thréard…
 
Tous ceux qui tombent, Jérémie Foa :

Prix de la Contre-Allée

Tous ceux qui tombent
Fin août 1572. À Paris, des notaires dressent des inventaires après décès, enregistrent des actes, règlent des héritages. Avec minutie, ils transcrivent l’ordinaire des vies au milieu d’une colossale hécatombe. Mais ils livrent aussi des noms, des adresses, des liens.
Puisant dans ces archives notariales, Jérémie Foa tisse une micro-histoire de la Saint-Barthélemy soucieuse de nommer les anonymes, les obscurs jetés au fleuve ou mêlés à la fosse, à jamais engloutis. Pour élucider des crimes dont on ignorait jusqu’à l’existence, il abandonne les palais pour les pavés, exhumant les indices d’un massacre de proximité, commis par des voisins sur leurs voisins. Car à descendre dans la rue, on croise ceux qui ont du sang sur les mains, on observe le savoir-faire de la poignée d’hommes responsables de la plupart des meurtres. Sans avoir été prémédité, le massacre était préparé de longue date – les assassins n’ont pas surgi tout armés dans la folie d’un soir d’été.
Au fil de vingt-cinq enquêtes haletantes, l’historien retrouve les victimes et les tueurs, simples passants ou ardents massacreurs, dans leur humaine trivialité : épingliers, menuisiers, rôtisseurs de la Vallée de Misère, tanneurs d’Aubusson et taverniers de Maubert, vies minuscules emportées par l’événement.
 
Spy x Family - T1, Tatsuya Endo :

Daruma d'or, Prix Mangawa (librairie L'Ange bleu), catégorie 15-18 ans

Spy x Family - T1
Twilight, le plus grand espion du monde, doit pour sa nouvelle mission créer une famille de toutes pièces afin de pouvoir s’introduire dans la plus prestigieuse école de l’aristocratie. Totalement dépourvu d’expérience familiale, il va adopter une petite fille en ignorant qu’elle est télépathe, et s’associer à une jeune femme timide, sans se douter qu’elle est une redoutable tueuse à gages. Ce trio atypique va devoir composer pour passer inaperçu, tout en découvrant les vraies valeurs d’une famille unie et aimante.
 
Spy x Family - T6, Tatsuya Endo -

Prix Babelio, catégorie manga

Spy x Family - T6
Twilight doit impérativement récupérer un document menaçant le fragile équilibre des forces entre l'Est et l'Ouest. Pour cette mission, il fait équipe avec Nocturna, une collaboratrice secrètement éprise de lui. Tout va se jouer lors d'un tournoi de tennis clandestin, dont l'issue pourrait bien remettre en cause la position de Yor au sein de la famille Forger. En effet, Noctuna s'est juré de prendre la place de fausse épouse de Twilight dans le cadre de l'opération « Strix ».
Consciente du danger qui la guette, Yor n'en éprouve pas moins des doutes sur son aptitude à jouer le rôle de Mme Forger. Dans le même temps, Twilight désespère de se rapprocher de sa cible, le dangereux et plus que jamais inatteignable Donovan Desmond...
 
 
Le Fracas et le silence, Cory Anderson :

Prix Libr'à nous, catégorie littérature jeunesse

Le Fracas et le silence
C’est l’hiver.
Le ciel est noir ; il fait un froid mortel.
Jack Dahl, 17 ans, n’a plus d’espoir, plus d’avenir, personne sur qui compter, hormis son petit frère Matty. Depuis la mort de leur mère, les ressources des deux garçons s’amenuisent inexorablement. Alors, pour éviter de devoir confier son frère à un orphelinat, Jack doit trouver le mystérieux sac rempli de billets qui a envoyé leur père en prison.

Ava Bardem a le même âge que Jack. Elle se cache, son existence n’est que solitude et silence. Cela fait dix-sept ans que son père, Victor, baron de la drogue, contrôle sa vie dans les moindres détails. Il lui a appris à n’aimer personne, à ne pas faire confiance aux autres.
Et il recherche le même sac d’argent que Jack. Quand les routes des deux familles se croisent, Ava doit faire un choix déchirant : se taire par loyauté envers son père ou aider les deux frères à survivre…Quand le chemin des deux familles se croise, Ava doit faire un choix déchirant : se taire par loyauté envers son père ou aider les deux frères à survivre…
 
La Seconde vie d'Eva Braun, Gregor Péan :

Prix Griffe noire du meilleur roman

La Seconde vie d'Eva Braun
19 avril 1945. L’Armée rouge marche sur Berlin. Adolf Hitler et Eva Braun sont réfugiés dans leur bunker. La fin de règne approche.
Hitler a déjà planifié son suicide, mais pourquoi Eva, sa douce ingénue, devrait-elle subir le même sort ? Le Führer orchestre alors la fuite de sa maîtresse. Et rien ne se passera comme prévu…
 
Même les araignées ont une maman, Alain Gagnol :

Prix RTS Littérature Ados

Même les araignées ont une maman
Depuis quelque temps, Thomas ne dort plus. Il a de quoi être inquiet : son chat a disparu  alors qu’un tueur d’animaux sévit en ville...  Une nuit, il distingue une silhouette dans  son jardin. Malgré le masque d’opéra chinois  qui cache son visage, Thomas reconnaît  Emma, sa voisine. Ce qu’il ne sait pas encore,  c’est qu’Emma est télépathe, et que ce don extraordinaire pourrait peut-être les mener  jusqu’au tueur. Ou mener le tueur à eux.

Prix RTS Littérature 2022 
 
Lou, après tout : Le Grand Effondrement, Jérôme Leroy :

Prix Pierre Bottero

Lou, après tout : Le Grand Effondrement
Lorsque la civilisation s’est effondrée, le monde allait mal depuis longtemps. Bouleversements climatiques, émeutes, épidémies inquiétantes et dictatures... c’était un monde en bout de course, où l’on faisait semblant de vivre normalement. Le Grand Effondrement était inévitable, mais nul n’aurait pu imaginer ce qui allait suivre.
Quinze ans plus tard, Lou et Guillaume font partie des survivants. Elle est adolescente, lui a une trentaine d’années. Il l’a recueillie quand elle était toute petite. Réfugiés dans une ancienne villa perchée sur un mont des Flandres, ils savent que le danger peut surgir à tout instant.

Prix Pierre Bottero 2022
 
Le Regard de Jeanne, Jean-Guy Soumy :

Prix Averne

Le Regard de Jeanne
Rien ne prédestinait Jeanne à cette vie-là.
Orpheline de seize ans, placée dans une ferme en Corrèze, elle a un jour le courage de fuir le destin tracé pour elle, entre servitude, ignorance et violence.
Le hasard lui fait croiser le chemin de Florimont, qui la prend sous son aile dans sa roulotte. Il lui enseigne son art, celui, magique et naissant, de la photographie en ces années 1860. De foires en villages, l’homme immortalise familles, demeures et paysages, et tient boutique l’hiver à Clermont-Ferrand. Jeanne tisse avec son mentor un lien quasi filial qui révélera leurs parts secrètes.
Et d’apprentissages en rencontres, Jeanne grandit, son regard s’affine…

Le Regard de Jeanne, traversée du monde disparu des foires et des artistes itinérants au xixe siècle, est aussi le beau roman d’une émancipation.
 
Les Papillons, Barcella :

Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires, catégorie Paris

Les Papillons
Rêveur déchu du XXIe siècle, Alexandrin a perdu ses papillons.
Vous savez, ceux qui virevoltent au creux de nos ventres endormis lorsqu’on tombe amoureux. Ceux dont le doux bruissement nous émerveille.
Au détour d’un hasard, la jeune Marie croisera sa route et l’aidera à renaître.
Mais Marie porte en elle un silencieux fardeau avec lequel il devra composer avant de réentendre ce doux murmure.
Contraints de se cacher, bravant les interdits, nos amoureux se dessineront un monde à part. Jusqu’à ce que…
 
Plein Gris, Marion Brunet :

Prix Real (librairie L'Ange Bleu), catégorie 15-18 ans

Plein Gris
Lorsque Élise et Victor découvrent le corps de Clarence, noyé près de la coque de leur voilier, Emma comprend que leur croisière a définitivement viré au cauchemar. Avec la disparition de son leader charismatique, ce sont tous les secrets de la bande qui remontent à la surface, les rancœurs et les lâchetés qui régissent toujours un groupe. Et quand une tempête terrifiante s’annonce, les émotions et les angoisses se cristallisent dans une atmosphère implacable...

Après le succès de Sans foi ni loi, acclamé par la critique et Pépite d’or du Salon du livre jeunesse à Montreuil, Marion Brunet revient avec un huis clos haletant où se mêlent l’intime et les peurs qui sommeillent en chacun de nous.
 
 
L'inquiétante histoire des vaccins, Marc Menant :

Prix Média

L'inquiétante histoire des vaccins
Quel bouleversement nous vivons ! Antivax ou pro Vax, ce livre nous concerne tous.
 
La médecine a profité de la crise du Covid-19 pour s’arroger le principe le plus noble, le plus fragile et le plus emblématique, celui de notre « liberté ». Au nom de la science, elle lui a substitué celui de la « santé publique.»
 
Tous se sont rendus coupables d’un délit d’illusion de bonne santé.
Délit évitable par la vaccination qui – garantissent certains infectiologues – force le système immunitaire à la production de l’indispensable, stock d’anticorps.
 
Vous allez découvrir pourquoi seule l’histoire des vaccins depuis Pasteur peut nous aider sur ce débat au cœur de nos vies.
 
Une éclairante et nécessaire histoire d’éminents chercheurs et de leurs impostures dûment établies, dont la première, celle du légendaire, du mythique Pasteur ! Car tout commence avec lui.
 
Histoire du repos, Alain Corbin :

Prix Etienne-de-la-Boétie

Histoire du repos
« Dire ou se dire : Il faut que je me repose, c’est formuler un désir, un sentiment que l’on considère, sans y réfléchir, comme l’expression d’un besoin élémentaire.
Or, rien n’est plus faux.
Le loisir a remplacé le repos.
Il en occupe le temps.
Il en envahit l’espace.
On ne parle plus guère de repos mais de moment de détente ;  ce qui revient à remplacer la fatigue par une tension, un malêtre, par exemple le “burn-out”. »

Alain Corbin tisse la trame d’une histoire oubliée. Chercher la solitude, pour les uns, prier ou non pour les autres, se recueillir, se poser ou marcher… tant de façons de restaurer son être ont été imaginées et testées. Cette histoire est une invitation à vivre différemment notre rapport au
travail, à la fatigue, au temps.

PRIX ETIENNE DE LA BOETIE 2022
 
Au titre des souffrances endurées, Thierry Vimal :

Prix Prix Nice Baie des Anges

Au titre des souffrances endurées
À 14 ans, Emilio a survécu à une attaque terroriste et vu son père mourir sous les balles. Déscolarisé, addict aux jeux vidéo, il grandit auprès de sa mère, Serena, embourbée dans les interminables parcours médicaux, juridiques et indemnitaires liés à leur statut de victimes. Malgré sa combativité, elle s’enfonce dans l’obsession, le désespoir et la bière. La rancœur et les loyers impayés s’accumulent.
Emilio devient un jeune homme désabusé : les prétendues aides aux victimes masquent un système qui les exclut de la société humaine. C’est inacceptable : à 19 ans, il veut agir.
Du fond de ses abîmes, Serena peut-elle voir celles qui menacent son fils – la haine, les théories du complot, la radicalisation… la violence ?
 
À travers le portrait sensible d’une mère et d’un fils qui ne partagent plus que la douleur, la colère et l’amour, ce roman interroge les failles de l’engagement de la société envers toutes les victimes et dessine les limites de sa compassion.
 
Les Héritiers de Brisaine - La malédiction du bois d'Ombres - Tome 1, David Bry :

Prix Imaginales des Ecoliers

Les Héritiers de Brisaine - La malédiction du bois d'Ombres - tome 1/5 - Roman Fantasy dès 9 ans
Village de Trois-Dragons, au cœur du royaume de Fabula : la magie, autrefois courante, a disparu suite à une grande guerre.
Enguerrand, avec l’aide de son ami Grégoire, part à la recherche d'Aliénor, sa petite sœur, dans le Bois d'Ombres, une forêt dangereuse et maudite. Mais en pénétrant dans ce bois interdit, il semble que les enfants aient réveillé la magie noire du lieu… Le village est en danger !
Soutenus par la guérisseuse Brisaine, les trois amis vont devoir faire la lumière sur cette mystérieuse malédiction. Pour affronter les terribles dangers qui les guettent, il leur faudra du courage et l’aide de surprenantes créatures alliées.

Une série de romans fantasy pour les enfants de 9 à 12 ans.
 
Le Duc du Maine, Pierre-Louis Lensel :

Prix de la Fondation Stéphane Bern pour l'Histoire et le Patrimoine

Le Duc du Maine - Prix de la Fondation Stéphane Bern pour l'Histoire et le Patrimoine 2022
Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine (1670-1736), fruit des amours de Louis XIV et de Mme de Montespan, porte dès la naissance la marque infamante de la bâtardise – une marque que rien ne peut effacer, pas même l'affection d'un père si puissant. Élevé avec soin par Mme de Maintenon, intelligent, cultivé, séduisant en dépit de sa claudication, le duc du Maine est aussi un homme peu sûr de lui et en quête de reconnaissance. Louis XIV, quitte à susciter murmures, indignations et jalousies, bouscule les règles pour l'établir : il lui fait épouser Louise-Bénédicte de Bourbon, une petite-fille pleine de caractère du Grand Condé et va jusqu'à le déclarer héritier potentiel de la Couronne. C'est à la fois lui offrir une position formidable et l'exposer dans les luttes pour le pouvoir.
En retraçant ce parcours mouvementé, marqué par des retournements spectaculaires, Pierre-Louis Lensel met en lumière un prince souvent réduit à une caricature, figure pourtant importante de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence.
La première biographie d'envergure de ce personnage romanesque, nourrie de nombreux inédits et servie par une plume rare qui évoque celle de Saint-Simon. Elle présente de nombreuses révélations et, par ricochet, une superbe histoire du couchant du règne de Louis XIV et de la Régence. 
 
Le mystère Mussolini, Maurizio Serra :

Prix du Nouveau Cercle de l'Union

Le mystère Mussolini
"Ce livre n'est ni une biographie au sens strict de Mussolini ni une histoire du fascisme italien mais la première tentative - et pas seulement en France - d'essayer de dévoiler le "mystère" d'un personnage qui ne ressemble véritablement à aucun des dictateurs, de droite ou de gauche, au XXe siècle mais qui, d'une certaine mesure, les résume tous, de Lénine à Castro." (M. Serra)
Homme et leader politique extrêmement complexe, pétri de contradictions, puisant ses modèles chez Napoléon puis César avant d'être fasciné par Hitler, le Duce peut donner l'image d'un comédien tragique  au sens nietzschéen du terme, et d'un révolutionnaire manqué. Il a pourtant modernisé son pays et fasciné l'Europe avant de sombrer dans la déchéance et les haines d'une guerre civile prenant la relève de la guerre mondiale.
Maurizio Serra raconte ce destin sinueux et passionnant  sur la base d'une documentation impeccable, dans un style fluide qui s'inscrit dans la filiation d'Italo Svevo et a fait la réputation de ses magistrales biographies de Malaparte ou d'Annunzio. Un très grand livre appelé à faire date. 
 
Les Bons mots de l'Histoire, Hubert Van Rie :

Prix de l'humour du salon de Cosne sur Loire

Les Bons mots de l'Histoire

Qui n'a jamais rêvé d'avoir une répartie cinglante ?
Pour vous familiariser avec l'exercice, inspirez-vous de 200 répliques de personnalités historiques rassemblées dans ce livre.
D'Aristote à Picasso en passant par Voltaire ou Marie de Médicis, chacun a droit à son mot décapant, drôle ou profond, sur des sujets aussi divers que l'amour, le pouvoir, la richesse ou la mort.

 
Dictionnaire amoureux du parfum, Elisabeth de Feydeau :

Prix de l'art de vivre parisien

Collector Dictionnaire amoureux du parfum
« Écrire un Dictionnaire amoureux du parfum a toujours été un rêve pour moi. Grande lectrice de cette collection, je suis ravie de pouvoir déclarer ma flamme au parfum, l’objet de tous mes agréables tourments. Enchanteur, conteur, séducteur, il m’attire depuis bien des années le nez et l’esprit. Il m’a prise un jour sans crier gare et, depuis, je ne me lasse pas d’essayer de comprendre et d’entrer dans “cette haute puanteur”, ainsi que le nommait Montaigne. Bien plus qu’une simple marchandise, il est, selon Giono, “l’odeur plus l’homme”, soulignant cette nécessaire rencontre entre la peau et l’effluve pour que s’exprime un parfum, s’animant sur l’être qui le porte.
Le parfum fait parler le silence. Il habite l’absence. C’est pour cela que j’ai eu à cœur de mettre en valeur tout le romanesque qu’il contient.
Un parfum raconte une histoire, celle des êtres et de leur époque. Il touche les sensibilités et il unit les cultures. »
 
La république des faibles, Gwenaël Bulteau :

Prix France Bleu - L'Histoire en Polar

La république des faibles
Le 1er janvier 1898, un chiffonnier découvre le corps d’un enfant sur les pentes de la Croix Rousse. Très vite, on identifie un gamin des quartiers populaires que ses parents recherchaient depuis plusieurs semaines en vain. Le commissaire Jules Soubielle est chargé de l’enquête dans ce Lyon soumis à de fortes tensions à la veille des élections. S’élèvent les voix d’un nationalisme déchainé, d’un antisémitisme exacerbé par l’affaire Dreyfus et d’un socialisme naissant. Dans le bruissement confus de cette fin de siècle, il faudra à la police pénétrer dans l’intimité de ces ouvriers et petits commerçants, entendre la voix de leurs femmes et de leurs enfants pour révéler les failles de cette république qui clame pourtant qu’elle est là pour défendre les faibles.

Avec ce premier polar historique, Gwenaël Bulteau, d’une plume aussi poétique que vibrante, nous fait entendre la clameur d’un monde où la justice peine à imposer ses règles, au détour d’une enquête qui fera tomber les masques un à un.
 
Abeilles, Martine Regert :

Prix Sciences pour tous, catégorie Lycée

Abeilles

L’abeille nous fascine. Et ce n’est pas sans raisons ! L’abeille, or vif bruissant de merveilles, « si fine et si mortelle », est le seul insecte à entretenir des liens si féconds et intimes avec l’humanité. Les hommes exploitent les produits de la ruche de façon récurrente dès le début du Néolithique. Produisant le nectar des dieux, l’abeille est dotée d’une énergie symbolique positive dans tout l’Occident. Et elle occupe une place essentielle dans les écosystèmes. Par son butinage irremplaçable, elle pollinise et permet la reproduction d’un grand nombre de plantes à fleurs, assurant l’essentiel de la production alimentaire de la planète.
Or, aujourd’hui, une énorme menace plane sur la ruche. Victimes de maladies, de parasites, de prédateurs, du changement global… les populations sont décimées. Les causes sont multiples, mais les bouleversements de l’environnement, avec le développement de l’agriculture intensive et l’utilisation massive de pesticides, sont les principaux responsables de ce désastre. Nous redoutons plus que jamais la possible disparition des abeilles.
Cet ouvrage collectif, rédigé par des chercheurs du CNRS, de l’Inra et des universitaires, nous dévoile le monde fascinant des abeilles – ce qu’elles ont, ce qu’elles sont et ce qu’elles font –, décrypte les liens qu’elles entretiennent avec la nature et l’humanité, et les dangers qui les guettent et qui nous menacent.

Un ouvrage collectif sous la direction de Martine Regert.
Avec David Biron, Jean-Marc Bonmatin, Dorothée Dussy, Lionel Garnery, Martin Giurfa, Delphine Jullien, Arnaud Zucker.
 

 
Hamnet, Maggie O'Farrel :

Prix Libraires en Seine

Hamnet
Un jour d'été 1596, dans la campagne anglaise, une petite fille tombe gravement malade. Son frère jumeau, Hamnet, part chercher de l'aide car aucun de leurs parents n'est à la maison...
Agnes, leur mère, n'est pourtant pas loin, en train de cueillir des herbes médicinales dans les champs alentour ; leur père est à Londres pour son travail. Tous deux sont inconscients de cette maladie, de cette ombre qui plane sur leur famille et menace de tout engloutir.

Porté par une écriture d'une beauté inouïe, ce nouveau roman de Maggie O'Farrell est la bouleversante histoire d'un frère et d'une soeur unis par un lien indéfectible, celle d'un couple atypique marqué par un deuil impossible. C'est aussi celle d'une maladie « pestilentielle » qui se diffuse sur tout le continent. Mais c'est avant tout une magnifique histoire d'amour et le tendre portrait d'un petit garçon oublié par l'Histoire, qui inspira pourtant à son père, William Shakespeare, sa pièce la plus célèbre.

PRESSE :

« [Maggie O’Farrell] écrit en palpant la douleur, en l’agrippant des deux mains. Son livre sent fort la puanteur et les larmes des endeuillés pour offrir une lecture d’une puissante densité. » Télérama
« Maggie O’Farrell excelle dans cette veine romanesque terriblement incarnée. » Le Figaro
« L’art subtil de Maggie O’Farrell consiste à recréer la vie ordinaire tout en y infusant le poids du temps, la pesée du destin. Elle ne cherche pas à mimer la langue ou à reproduire l’atmosphère du XVIe siècle, elle les incarne pour toujours » Le Monde des livres.
 
Ce lien entre nous, David Joy :

Prix Saint-Maur en Poche, catégorie littérature étrangère

Ce lien entre nous
Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne sur des terres voisines, il tue accidentellement un homme. Lorsqu’il réalise qu’il s’agit d’un membre du clan Brewer, connu dans cette région désolée des Appalaches pour sa violence et sa cruauté, il craint pour sa vie et celle de ses proches. Une seule personne peut l’aider : son meilleur ami, Calvin Hooper. Mais Dwayne Brewer, à la recherche de son frère disparu, a vite fait de remonter la piste jusqu’à Darl et Calvin. Pour eux, le cauchemar ne fait que commencer.
Avec ce roman poignant comme une chanson de Springsteen, David Joy nous livre un nouveau portrait noir et sans concession des Appalaches. Quelle rédemption pour ces régions violentes et magnifiques, bénies par la nature, mais réduites au désespoir ? Seul un grand écrivain est capable de nous donner une réponse.

PRESSE : 
« L'un des jeunes romanciers les plus doués de sa génération. »
« L'un des meilleurs romans américains de la rentrée. »
« Jeune prodige et futur classique. »
François Busnel, La Grande Librairie

« De Ron Rash à David Joy, les récits ont beau se multiplier, [les Appalaches] demeurent tapissées de secrets. Elles peuvent être un refuge ou un exil, mais souvent, elles se muent en un lieu de tragédie. En témoigne Ce lien entre nous, par l'un des jeunes maitres du genre. »
Le Monde

« Un chef-d'œuvre, sinon rien ! »
Télérama
 
Les Femmes de sciences vues par une ado, Natacha Quentin et Julie Staboszevski :

Prix Le Goût des Sciences, catégorie jeunesse

100 % Bio - Les Femmes de sciences vues par une ado - Biographie romancée jeunesse - Dès 9 ans
Depuis que son frère a déclaré que les femmes étaient nulles en sciences, Louise est prête à tout pour lui prouver qu’il a tort. Et pour ça, quoi de mieux qu’une émission sur Internet qui mette en lumière le parcours et les travaux des grandes femmes scientifiques ? De la chimie à l’astronautique, c’est parti pour un tour d’horizon drôle et documenté de ces grandes figures, sans prise de tête !

Entre anecdotes, explications scientifiques et interview d’une vraie chercheuse, Louise te présente avec humour 25 femmes qui ont marqué l’histoire des sciences. Le bonus ? Grâce aux illustrations BD, les personnages prennent vie pour tout te raconter !
 
#ilnyapasquemariecurie #féminisme #endirectdulabo

Dans la même collection, retrouve aussi d’autres personnalités vues par des ados : Léonard de Vinci, Molière, Einstein, Mozart, les figures de la mythologie grecque et Cléopâtre !
 
Dictionnaire amoureux du Ciel et des Etoiles, Trinh Xuan Thuan :

Grand Prix de la Francophonie

Dictionnaire amoureux du Ciel et des Etoiles

Depuis la nuit des temps, les hommes scrutent le ciel, l’interrogent, le poétisent et le dramatisent.
Tout dans l’univers change, bouge, et a une histoire.
L’univers a un début, il a un présent et il aura un futur.
Les étoiles sont impermanentes, elles naissent, vivent leur vie et meurent. Pas à l’échelle du temps d’une vie humaine de cent mais sur des millions, voire des milliards d’années.
Comment l’infiniment petit a-t-il accouché de l’infiniment grand ?
Comment l’univers tout entier avec ses centaines de milliards de galaxies a-t-il jailli d’un vide microscopique ? Comment le soleil et la lune sont apparus ?
Nous sommes tous des poussières d’étoiles, nous sommes donc les enfants du temps.

 
Berlin Requiem, Xavier-Marie Bonnot :

Prix du Club de Lecture

Berlin Requiem

Juin 1954, l’opéra royal du Danemark cherche un nouveau chef d’orchestre pour remplacer le grand Wilhelm Furtwängler, parvenu au terme de sa vie. Un jeune musicien est choisi : Rodolphe Meister, le fils d’une célèbre cantatrice. Tous trois sont nés à Berlin, se sont connus et fréquentés. Mais, en 1933, tandis que les nazis font de Furtwängler un trésor national, le destin de Rodolphe et de sa mère va basculer. L’enfant n’a que huit ans, et comme beaucoup le nazisme le fascine... Jusqu’au jour où la Gestapo découvre à sa mère une ascendance juive.

En 1954, lorsque Rodolphe retrouve Furtwängler, mourant, leurs histoires s’entrechoquent. Des questions surgissent entre un exilé, fils d’une mère déportée à Birkenau, et le chef qui a eu les honneurs de Hitler en personne... Comment Furtwängler a-t-il pu accepter la reconnaissance d’un régime barbare ? Dans un tel contexte, est-il encore possible de placer l’art au-dessus de la morale ?

À travers ce passé douloureux, les deux hommes vont découvrir que la musique n’est peut-être pas la seule chose qui les unit..
 
L'Armée d'Edward, Christophe Agnus :

Prix du Premier roman de la Journée du livre de Sablet,Prix du roman cyber/Agora 41

L'Armée d'Edward
0 h 30 (heure de New York), localisation non renseignée
Au coeur d’une « war room », des jeunes gens, les yeux rivés sur leurs écrans, organisent une opération inimaginable.
8 h 04, Ubatuba, Brésil
Carlos Pereira de Almeida, sénateur et businessman, disparaît mystérieusement alors qu’il prend son bain de mer matinal.
11 heures, Jupiter International Golf Course, Floride
Le président des États-Unis se volatilise sous les yeux de ses gardes du corps et d’une foule ébahie au départ du trou n°1, comme si le sol s’était ouvert sous ses pieds…

Le même jour, vingt personnalités de premier plan – politiciens, hommes et femmes d’affaires, stars du rap ou de la télé – disparaissent subitement et de manière inexpliquée.
Qui se cache derrière ces enlèvements ? Quelles sont les revendications de cette secrète « armée d’Edward » ? Et que va-t-il advenir des disparus ?
 
Saint Pierre, Christophe Dickès :

Prix François Millepierres de l'Académie Française 2022

Saint Pierre (Prix François Millepierres de l'Académie Française 2022)
Dans l’histoire de l’Eglise, Pierre est considéré comme le premier pape. Pourtant, rien ne le disposait à prendre la place du premier apôtre. Originaire d’une petite bourgade sans prétention située au nord de la terre d’Israël, il exerce humblement une activité de pêcheur avec son frère et quelques amis qui lui sont associés. Alors que la région est dominée par l’Empire romain et que le judaïsme est en crise, le discours messianique de Jésus le séduit si bien qu’il décide de le suivre. D’après les évangiles, c’est Jésus qui donne à Simon le nom de Pierre. Il reçoit aussi la charge du « troupeau », c’est-à-dire de l’Eglise : « Tu es Pierre, dit le Christ, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ».
L’historien Christophe Dickès offre un regard inédit et complet sur le personnage. Après avoir présenté l’homme dans son milieu politique, religieux et économique, il suit les traces de celui qui, après Jésus, est l’homme le plus cité du Nouveau Testament. Le lecteur part ainsi à la découverte d’un personnage complexe, tiraillé entre son engagement et ses doutes. La résurrection du Christ achève pourtant sa conversion : il devient alors le chef de l’Eglise, ouvre le christianisme au monde païen et évangélise une partie de l’Orient. Pierre achève son parcours à Rome où, selon la tradition, il est crucifié la tête en bas au moment des persécutions de Néron, après l’incendie de 64.
L'auteur présente aussi comment et pourquoi le pouvoir des papes va s’élaborer autour de ce personnage et étudie les lieux archéologiques qui sont liés à sa vie : de sa maison à Capharnaüm retrouvée en 1866 jusqu’à sa fameuse tombe découverte en 1950, au centre même de la basilique Saint-Pierre de Rome. Il achève enfin sa réflexion en abordant la place de Pierre dans l’art chrétien des premiers siècles.
Cet ouvrage, absolument inédit dans son approche globale, se situe donc au carrefour des sciences: entre histoire, art, archéologie et théologie.
 
La croissance verte contre la nature, Hélène Tordjman :

Prix Jacques-Ellul

La croissance verte contre la nature
Fabriquer de toutes pièces des micro-organismes n’ayant jamais existé pour leur faire produire de l’essence, du plastique, ou absorber des marées noires ; donner un prix à la pollinisation, à la beauté d’un paysage ou à la séquestration du carbone par les forêts en espérant que les mécanismes de marché permettront de les protéger ; transformer l’information génétique de tous les êtres vivants en ressources productives et marchandes… Telles sont quelques-unes des « solutions » envisagées aujourd’hui sous la bannière de la transition écologique, du Pacte vert européen ou du Green New Deal pour répondre tout à la fois à la crise climatique, au déclin de la biodiversité et à la dégradation de la biosphère. Sont-elles vraiment en mesure de préserver la planète ?
En disséquant les ressorts idéologiques, techniques et économiques de ce nouveau régime de « croissance verte », Hélène Tordjman montre que ses promoteurs s’attachent plutôt à sauvegarder le modèle industriel qui est la cause de la catastrophe en cours. Alors que de nouvelles générations de carburants « biosourcés » intensifient une logique extractiviste et contreproductive et que l’élargissement du droit de la propriété intellectuelle à toutes les sphères du vivant permet à quelques firmes de s’approprier l’ensemble de la chaîne alimentaire, l’attribution de prix aux « services écosystémiques », le développement de dispositifs de compensation écologique ou les illusions d’une finance prétendument verte stimulent un processus aveugle de marchandisation de la nature.
Loin d’opérer la rupture nécessaire avec le système économique qui nous conduit à la ruine, ce mouvement témoigne en réalité d’une volonté de maîtrise et d’instrumentalisation de toutes les formes de vie sur Terre et d’une foi inébranlable dans les mécanismes de marché. Refuser cette fuite en avant est le premier pas à engager pour tracer enfin une autre voie.
 
La Part du démon, Mathieu Lecerf :

Prix nouvelles voix du polar

La Part du démon
Une religieuse sauvagement assassinée et mutilée, à Paris, ça n’arrive jamais. Pourtant, c’est la première affaire du lieutenant Esperanza Doloria à son arrivée au 36, rue du Bastion. Au couvent où enquêtent Esperanza et le capitaine Manuel de Almeida, la religieuse est décrite comme un ange.
Qui voudrait tuer un ange ?
Mais un mystère plane autour d’elle. À l’orphelinat où elle enseignait, les enfants semblent terrorisés... Certains prétendent même subir d'horrifiantes expériences. Disent-ils la vérité ou sont-ils manipulés ?
Bientôt, Esperanza sse retrouve seule face à un complot démoniaque que le diable lui-même renierait...
 
Algérie 1962, Malika Rahal :

Grand Prix des rendez-vous de l'histoire

Algérie 1962
En Algérie, l’année 1962 est à la fois la fin d’une guerre et la difficile transition vers la paix. Mettant fin à une longue colonisation française marquée par une combinaison rare de violence et d’acculturation, elle voit l’émergence d’un État algérien d’abord soucieux d’assurer sa propre stabilité et la survie de sa population. Si, dans les pays du Sud, cette date est devenue le symbole de l’ensemble des indépendances des peuples colonisés, en France, 1962 est connue surtout par les expériences des pieds-noirs et des harkis. En Algérie, l’historiographie de l’année 1962 se réduit pour l’essentiel à la crise politique du FLN et aux luttes fratricides qui l’ont accompagnée. Mais on connaît encore très mal l’expérience des habitants du pays qui y restent alors.
D’où l’importance de ce livre, qui entend restituer la façon dont la période a été vécue par cette majorité. L’année 1962 est scandée par trois moments : cessez-le-feu d’Évian du 19 mars, Indépendance de juillet, proclamation de la République algérienne le 25 septembre. L’histoire politique qu’ils dessinent cache des expériences vécues, que restitue finement Malika Rahal au fil d’une enquête mobilisant témoignages, autobiographies, photographies et films, chansons et poèmes. Émerge ainsi une histoire populaire largement absente des approches classiques : en faisant place au désespoir des Français d’Algérie dont le monde s’effondre – désarroi qui nourrit la violence de l’OAS –, elle relate le retour de 300 000 réfugiés algériens de Tunisie et du Maroc, la libération des camps de concentration où était détenu un quart de la population colonisée, ou la libération des prisons, ainsi que les spectaculaires festivités populaires. L’ouvrage décrit des expériences collectives fondatrices pour le pays qui naît à l’Indépendance : la démobilisation et la reconversion de l’Armée de libération nationale, la recherche des morts et disparus par leurs proches, l’occupation des logements et terres laissés par ceux qui ont fui le pays. Une fresque sans équivalent, de bout en bout passionnante.
 
D'audace et de liberté, Akli Tadjer :

Prix "Villeneuve se livre"

D'audace et de liberté
Paris, 1947. Pour Adam, Bousoulem, sa ville natale, est bien loin à présent. Ce jeune Kabyle vit en France depuis trois ans ; dans « son » pays, celui qui l’a enrôlé de force pour faire la guerre contre les Allemands.
Adam a survécu à la guerre, aux camps de prisonniers, à l’Occupation, et pense maintenant à demain. Demain, pour Adam, c’est être libre comme un Français et être maître de son destin. Avec ses compatriotes, ils discutent, dans des cafés arabes de la rue Mouffetard, de l’indépendance de l’Algérie qu’ils auront à bâtir. Adam, idéaliste et fougueux, est leur chef de file. Demain, c’est aussi Elvire. Ils se connaissaient « avant » et se retrouvent. Deux solitudes qui s’accordent, et un amour fort enraciné à la fois dans un passé commun et une volonté de remplir leurs vies des souvenirs à venir.
 
Appelez-moi César, Boris Marme :

Prix Honoré de Balzac

Appelez-moi César
Vingt-cinq ans après les faits, Étienne, le narrateur, exprime le besoin absolu de dire la vérité, au-delà de la version officielle, sur ce qu’il s’est passé durant cette nuit terrible au cours de laquelle l’un des gars a disparu dans un ravin. Écrire devient alors pour lui un moyen d’exister à nouveau en dehors du mensonge et du secret. Il entend ainsi redonner à chacun la place qui lui revient, pour mieux reprendre la sienne. Il lui faut pour cela reconstituer chacune des journées qui ont précédé l’accident, car la vérité n’est pas si évidente, elle a plusieurs visages. Pour comprendre, il faut plonger dans le groupe, sentir son souffle de liberté, partager sa bêtise joyeuse, se laisser happer par sa mécanique cruelle.
Étienne raconte son histoire, celle de ce gamin de quinze ans, venu de sa banlieue aisée, et qui, jeté dans l’arène de l’adolescence débridée, fasciné par la figure insaisissable et dangereusement solaire du leader Jessy, a brisé les carcans de son éducation pour devenir un autre, et tenté, au gré des épreuves et des expériences émancipatrices de rivaliser avec les autres pour s’emparer du titre de César.
 
Le Feu du Milieu, Touhfat Mouhtare :

Prix Alain Spiess du deuxième roman

Le Feu du Milieu
Prix Alain Spiess du deuxième roman 2022

Jeune servante dans la ville d’Itsandra, aux Comores, Gaillard grandit sous la protection de deux figures parentales : son maître, qui lui enseigne le Coran, et sa mère adoptive, qui lui conte les légendes héritées de ses ancêtres esclaves venus de l’autre côté de la mer. Un jour, dans le bois d’Ahmad, Gaillard rencontre Halima, jeune fille bien née qui tente d’échapper à un mariage forcé. Elles deviennent amies, au point qu’avant de rentrer se soumettre à la volonté paternelle, Halima confi e à Gaillard un petit objet qu’elle devra conserver sans jamais le montrer.
Dix ans plus tard, alors que Gaillard a subi une terrible mutilation, les destins des jeunes femmes se croisent à nouveau. Halima révèle les secrets du précieux objet : il renferme un savoir enfoui dans la mémoire du monde et détient le pouvoir de les faire voyager à travers l’espace et le temps, en quête de ce qu’elles sont vraiment.
 
Reine Rouge, Juan Gomez-Jurado :

Polar, festival de Cognac

Reine Rouge: Thriller, Roman policier nouveauté 2022 au plus de 2 millions d'exemplaires vendus et récompensé du prix du meilleur roman International au festival de Cognac
Antonia Scott est spéciale. Très spéciale.

Elle n'est ni flic ni criminologue. Elle n'a jamais porté d'arme ni d'insigne, et pourtant, elle a résolu des dizaines d'affaires criminelles. Avant de tout arrêter. Depuis un tragique accident, Antonia se terre dans un appartement vide et n'aspire qu'à une chose : qu'on lui fiche la paix.

C'était sans compter l'inspecteur Jon Gutiérrez. Missionné pour lui faire reprendre du service, il parvient à la convaincre d'étudier un dernier dossier, celui d'un assassin sans scrupules qui s'en prend aux héritiers des plus grandes fortunes d'Espagne. Sa particularité ? L'homme ne semble motivé ni par l'appât du gain, ni par le plaisir de tuer.

Un cas complexe auquel la police madrilène n'entend rien.
En un mot, le terrain de jeu favori d'Antonia Scott.

Une enquête sous haute tension à découvrir dans ce roman policier unique en son genre.

ILS EN PARLENT :

"Juan Gomez Jurado, le nouveau maître de nos nuits blanches." Jérôme Toledano, Librairie Les Cyclades
"Week-end de plaisir assuré !" Lydie Zannini, Librairie du Théâtre Zannini
"Attention, ce polar est absolument génial, vertigineux." Sandrine Dantard, Fnac Grenoble
"Un roman qui nous tient en haleine." AuFeminin
"Le meilleur auteur de thrillers en Europe.", magazine littéraire Zenda

UN INCONTOURNABLE :

Roman policier nouveauté 2022 ; Reine Rouge de Juan Gomez Jurado et ses 2 millions d'exemplaires vendus est le thriller phénomène de cette année. A lire pour frissonner où à offrir, ce thriller a été récompensé par le prix du meilleur roman International au festival de Cognac, c'est un indispensable dans la bibliothèque de tous les lecteurs passionnés d'enquêtes policières : suspens garanti. Antonia Scott, protagoniste principale de Reine Rouge est aussi à retrouver dans le nouveau roman policier de Juan Gomez Jurado, Louve Noire.

Roman policier traduit de l'espagnol par Judith Vernant.

 
 
La petite ritournelle de l'horreur, Cécile Cabanac :

Polar, festival de Cognac

La petite ritournelle de l'horreur: Un Polar glaçant - Nouveauté 2022
Un appel au cœur de la nuit. Des gyrophares qui tournoient dans l’obscurité. Une vieille bâtisse à l’abandon. Quand la commandant Virginie Sevran arrive sur les lieux, les techniciens de l’identité judiciaire sont déjà à l’œuvre à l’intérieur. Ils font face à l’insoutenable. À la noirceur de l’âme humaine. Au cadavre d’une gamine dissimulé derrière une cloison que le nouveau propriétaire tentait d’abattre.
Là, au milieu de la campagne francilienne, le silence est oppressant. L’angoisse monte. Et, bientôt, les murs confient deux autres corps aux policiers. Deux autres enfants… Rapidement, la sidération laisse place à une enquête éprouvante. Certainement la plus sordide de toutes celles auxquelles Virginie Sevran et son binôme, Pierre Biolet, ont été confrontés durant leurs carrières.
Que s'est-il réellement passé dans la maison des Mesnuls, aussitôt rebaptisée « la maison de l'horreur » par les médias ? La question est sur toutes les lèvres. Une seule certitude, personne ne ressortira indemne de cette affaire…

« Un roman qui laissera dans votre tête comme une macabre ritournelle... » Anne-Laure Bilon, Librairie de Paris (Saint-Étienne)
 
Nos âmes au diable, Nathalie Hug et Jérôme Camut :

Grand Prix du festival sans nom

Nos âmes au diable : Le Thriller psychologique - Nouveauté 2022
Mi-juillet, Sixtine, dix ans, disparaît sur une plage de l’île d’Oléron. Pour Jeanne, sa mère, c’est tout son monde qui s’écroule. Elle s’en veut d’avoir été trop accaparée par son métier. Elle en veut à son mari, qui aurait dû surveiller leur petite brune aux yeux bleus, mais qui a failli, trop occupé à donner un énième coup de canif dans leur contrat de mariage.
Lorsque les recherches conduisent finalement à un multirécidiviste connu par la justice pour le viol de quatre fillettes, Jeanne comprend que rien ne sera jamais plus comme avant. Et son travail de résilience s’annonce d’autant plus long que le corps de Sixtine n’a jamais été retrouvé.
Une absence qui laisse planer comme une incertitude… Et si la vérité s’avérait plus sordide et glaciale encore que la mort d’un enfant ?
 
L'oeil du sport, L'équipe :

Prix du livre Renaud de Laborderie

L'Équipe, l'oeil du sport
Pour rendre compte de l’actualité, il y a les textes évidemment, les dessins aussi… et puis les photos !
Depuis sa création, le journal L’Équipe s’appuie sur des reporters-photographes pour couvrir l’actualité en images, complément essentiel, indispensable des articles. C’est ainsi qu’aujourd’hui, le quotidien sportif dispose d’une banque de plus 12 millions d’images !
Plus de trente photographes, qui font partie intégrante de la rédaction, ont parcouru, quotidiennement, tous les terrains de la planète, les stades du monde entier. Ils ont couvert les plus grands événements sportifs, sans exception, et réalisé une multitude de reportages sur les cinq continents. Ils nous racontent, dans cet ouvrage, les clichés mythiques que L’Équipe a publiés, au cours de son histoire, sur ses différents supports. C’est un véritable diaporama de l’histoire du sport, de nos souvenirs et de nos émotions.
À travers plus de 200 photos, ils racontent les coulisses de quelques clic-clac mythiques, les anecdotes qui ont donné naissance à ces images inoubliables, ils témoignent de leur passion pour le sport et de la façon dont ils ont magnifié les exploits et les champions. Ils parlent de leur métier, qui offre un regard différent du nôtre, toujours à travers un objectif.
 
Love Suprême, Fred Dupouy :

Prix Garin

Love Suprême - À quelques jours du bac de français, il ne parle plus que… anglais ! Roman dès 13 ans
Un matin, sous la douche, Éric s’aperçoit qu’il parle couramment anglais avec un accent impeccable. Le rêve absolu ! Toutes les chansons qu’il aime lui tombent directement dans l’oreille. Contrepartie problématique : il ne sait plus un mot  de sa langue maternelle. L’oral du bac de français a lieu dans 4 jours, Éric en a des sueurs froides. Son seul horizon : le séjour en Angleterre qu’il a prévu cet été. Il ne sait pas qu’un secret l’attend là-bas. Et peut-être bien plus que ça.
 
Ma mère, Dieu et Sylvie Vartan, Roland Perez :

Prix du Cheval Blanc

Ma mère, Dieu et Sylvie Vartan
Roland, dernier enfant d’une famille juive séfarade, n’est pas un petit garçon comme les autres. Les médecins sont formels : il ne marchera jamais. Mais Esther, sa mère, refuse de le croire. Elle parcourt Paris, de spécialiste en spécialiste, son fils dans les bras, à la recherche du médecin qui fera un miracle.
 
Niché dans un HLM du XIIIe arrondissement, l’appartement familial est devenu le territoire de Roland. Un terrain de jeu qu’il explore à quatre pattes, prêtant oreille aux discussions de sa mère et de ses voisines, à leurs prières et chuchotements bienveillants, tout en attendant avec impatience le retour de ses frères et sœurs de l’école. Le monde extérieur, c’est à travers la télévision qu’il le découvre. Il y rencontre Sylvie Vartan, une fée bienveillante à la carrière naissante, dont la voix l’accompagnera sur le chemin de la guérison.
 
Et quand le miracle auquel sa mère n’a jamais cessé de croire se produit enfin, que Roland, qui a alors sept ans, parvient à faire ses premiers pas, c’est un monde nouveau et infini qui s’offre à lui : les trottoirs de Paris, le métro, et surtout l’École des enfants du spectacle…
 
Ma mère, Dieu et Sylvie Vartan est un roman tendre et loufoque, aux personnages drôles et attachants. Une histoire vraie, lumineuse et pleine d’espoir.
Lauréat du Prix Littéraire du Cheval Blanc 2022
 
Benjamin Constant, Léonard Burnand :

Grand Prix de la Fondation Napoléon

Benjamin Constant (Grand Prix de la Fondation Napoléon 2022)
A la fin de sa vie, Benjamin Constant déclarait : « Je veux qu’on dise après moi que j’ai contribué à fonder la liberté en France. » La postérité ne lui a pourtant pas rendu suffisamment justice, célébrant plutôt le romancier d’Adolphe, chef d’œuvre pionnier de l’autofiction, que le combattant inlassable de « la liberté en tout », selon son expression. Né en 1767 à Lausanne dans une famille protestante d’origine française, orphelin de mère dès sa naissance, il mena une existence vagabonde à travers l’Europe, où il se fit remarquer aussitôt par la puissance de son esprit et son extraordinaire facilité d’expression, ainsi que par ses amours erratiques et ses dettes de jeu. En 1795, formant avec Germaine de Staël un couple exceptionnel et orageux, il s’engage en politique. Par la plume et par l’action, sa ligne ne variera jamais : conjurer la tentation totalitaire par un gouvernement représentatif équilibré et garantissant toutes les libertés, celle de la presse comme celle des Noirs. C’est pourquoi il s’opposa vivement à l’Empire autoritaire puis à la Restauration réactionnaire. Parmi ses innombrables écrits et discours, les Principes de politique furent le bréviaire de la jeunesse libérale, et ses obsèques, en décembre 1830, donnèrent lieu à Paris à une énorme manifestation de foule, qui saluait la liberté faite homme. Dans une démocratie en crise, Benjamin Constant est plus actuel  que jamais.
 
Mon combat contre le crime, David Galtier et jean-Michel Verne :

Prix de l'oeuvre engagée Edgar Faure 

Mon combat contre le crime - Prix de l'oeuvre engagée Edgar Faure 2022

Au moment de quitter ses fonctions en 2019, le général d’armée David Galtier était l’un des deux plus haut gradés de la gendarmerie française : figure de la Sécurité intérieure, il a gravi les échelons des ministères de l’Intérieur et de la Défense. Fort de ses quarante années de carrière, il nous entraîne au sein d’une institution qui a su, après le traumatisme des affaires Grégory et Omar Raddad, mobiliser toutes ses capacités en police judiciaire.
Des meurtres sanglants d’Élodie Kulik et Marie-Christine Hodeau à l’incarcération d’Émile Louis, en passant par les infanticides de Valentin et Jonathan, la traque de Paul Touvier, l’arrestation des pirates du Ponant, le dossier Kouri ou le scandale des prothèses PIP, le général d’armée David Galtier nous fait découvrir une gendarmerie moderne, dotée de moyens scientifiques de pointe, de forces d’intervention très entraînées et d’offices centraux dédiés à la protection de la santé publique et à la lutte contre la délinquance, les mafias et les crimes contre l’humanité. Tour à tour épiques et émouvantes, ces enquêtes témoignent de la vitalité de cette force armée vieille de neuf siècles qui place l’humain au coeur de son action.

 
Histoire de la dissuasion nucléaire, Dominique Mongin :

Prix Edmond Fréville - Pierre Messmer

Histoire de la dissuasion nucléaire - Prix Edmond Fréville-Pierre Messmer 2022
Comment les découvertes initiales dans le domaine de l’énergie atomique se sont-elles concrétisées des décennies plus tard par des armements d’une puissance inconnue ? Comment est-on passé d’une arme « super-conventionnelle » à une arme « politique », visant à empêcher un agresseur potentiel de passer à l’acte ? Parler d’arme de « non-emploi » est-il un contresens ?
La dissuasion nucléaire a-t-elle été opérante pendant la Guerre froide et quelle est son utilité depuis ? Son objectif aurait-il pu être atteint si n’avaient été démontrés les dégâts inacceptables que ces armements « prêts à l’emploi » sont à même de provoquer, en dernier recours et en riposte ?
Que recouvrent les notions d’« autonomie stratégique » et de puissances nucléaires « secondaires » ? Quels défis posent la dissémination de telles armes et le régime de nonprolifération ? Où en est le désarmement nucléaire ? Peut-on dresser une typologie des « crises nucléaires » ?
Autant de questions traitées par Dominique Mongin, auteur en 1991 de la première thèse universitaire soutenue en France sur l’histoire de l’armement nucléaire français.
 
Gérard Depardieu à nu, Pascal louvrier :

Prix Alain Terzian

Gérard Depardieu à nu - Prix Alain Terzian 2022
« Au commencement était un homme assis sur une chaise trop petite pour sa démesure. Il dit : “Je suis triste, ce soir.” Peut-être ne l’a-t-il jamais été. Peut-être n’a-t-il été que son personnage. Pourtant, Sylvie Pialat, à son propos, a évoqué sa “ tristesse douce, fréquente ”.
Il y a chez lui un désir de voyage, d’ailleurs, comme lorsqu’ il était avec sa grand-mère, à Orly, et qu’il voyait les avions décoller. De vivre débarrassé de tous ces biens qui alourdissent, dans un thonier construit sur mesure pour lui, quelque part dans un port turc. D’être seul, avec quelques élus formant ronde autour de lui.
Quand on lui adresse la parole, il sourit. Parfois il raconte une blague, dit un gros mot, bougonne. Son visage est recouvert d’un masque lunaire qui tombe la nuit venue. »
Pascal Louvrier trace ici le portrait puissant et charpenté d’un homme qui a toujours dépassé les normes. De ses trafics d’adolescent à son génie de comédien, de sa passion pour la viticulture à sa rencontre éblouie avec Saint-Augustin, Gérard Depardieu y apparaît dans toutes ses lumières et toutes ses ombres.
 
Mon combat contre la junte birmane, Thinzar Shunley Yi :

Prix Sergei Magnitsky, catégorie Human Rights 

Mon combat contre la junte birmane - Prix Magnitsky Human Rights

« Même si je me fais tabasser, enfermer ou tuer, la révolte continuera car notre colère n’a pas de fin. Autant essayer d’éteindre un volcan. »

Le 1er février 2021, un coup d’État militaire plonge la Birmanie dans les ténèbres alors que le pays sortait lentement de cinq décennies de dictature. La jeunesse se soulève, galvanisée par Thinzar Shunlei Yi, une activiste d’à peine trente ans. Cette fille de soldat organise la résistance et prend la tête de cortèges réclamant la démocratie, mais la « révolution de printemps » est brutalement réprimée. L’armée tente de noyer l’opposition dans le sang.
Menacée, Thinzar Shunlei Yi doit fuir Rangoun. Une odyssée dans une Birmanie en ébullition, des barricades aux camps rebelles de la jungle karen, vers une destination lointaine : la liberté. Ce livre raconte une lutte acharnée, celle d’une femme et d’un peuple prêts à donner leur vie pour faire échouer la dictature.
 

 
Paris se lève, Armand Delpierre :

Grand Prix de Noir sur Ormesson

Paris se lève
Janvier 2015. Pierre-Louis Madec, alias PLM, débarque au commissariat de la Défense après avoir quitté sa Bretagne natale. Il y découvre une équipe surmenée, proche de l’implosion.

À peine arrivé, on lui confie l’affaire Françoise Laborde : une femme âgée retrouvée morte dans son salon, le corps en lambeaux, signe d’un acharnement viscéral, presque animal. S’ajoute à cette enquête le mystérieux viol d’une jeune fille, trouvée inconsciente devant un bloc d’immeubles…

La menace est partout et le SRPJ 92 n’a pas fini d’être ébranlé. Tapis dans l’ombre, des hommes se préparent à frapper fort, à commettre une atrocité au nom de leur Dieu. De quoi bouleverser le monde et mettre à mal les forces de police. Mais il faut rester vigilant, car le chaos ambiant pourrait bien être le décor parfait d’un nouveau drame…
 
Napoléon à Sainte-Hélène, Pierre Branda :

Grand Prix du livre d'histoire

Napoléon à Sainte-Hélène (Grand Prix du livre d'histoire 2022)
L’épopée napoléonienne ne s’est pas terminée à Paris avec l’abdication du 22 juin 1815. Dans un tout autre cadre, un rocher au milieu de l’Atlantique-Sud, et dans un registre intime, celui du confinement de quelques Français dans une demeure humide, elle s’est poursuivie pendant six années, dont Las Cases, dans le Mémorial de Sainte-Hélène, n’a donné qu’un aperçu biaisé sur les premiers mois. Ce ne fut pas une extinction lente et passive. Jusqu’à sa mort le 5 mai 1821, Napoléon mena un combat rude et solitaire contre la fatalité. Jamais, placé dans des circonstances exceptionnelles, il ne renonça à l’espérance et à la gloire, qui l’avaient animé toute sa vie. En dépit de la paranoia de ses geôliers et des petitesses de son entourage, il ne renonça à rien, et suscita aussi des complicités inattendues, au point que sa captivité aurait pu tourner autrement. L’empereur n’aimait pas les histoires écrites d’avance. Sans doute est-ce pour cela aussi qu’il continue de fasciner.
A partir de sources ignorées ou inédites, Pierre Branda traite des différents aspects matériels, politiques et moraux, de l’existence de l’illustre exilé et de ce qui s’y rattache. Tous les acteurs du drame, des compagnons les plus proches aux témoins les plus humbles, des gouvernants aux anonymes, prennent consistance et mouvement, à Sainte-Hélène mais aussi à Londres, à Paris, et partout où le sort de Napoléon obsède, inquiète ou apitoie. Toutes les situations, tous les incidents, sont passés au peigne fin et rendus à leur signification véritable. Il en ressort des éclairages insolites, des portraits toujours justes et parfois sévères, des remises en perspective et, au fil de jours parfois interminables, un récit saisissant, comme si le lecteur n’en connaissait pas la fin.

 
 
La peur du peuple, Marie-Hélène Bavlac :

Prix Guerres et Paix 

La peur du peuple (Prix Guerres et Paix 2022)
De février 1848 au coup d’Etat du 2 décembre 1851, la France semble rejouer l’histoire de la Grande Révolution en accéléré : la chute de la monarchie (de juillet) laisse place à une république dont les divisions et l’instabilité favorisent une restauration de l’ordre ponctuée par un coup d’Etat et la Restauration de l’Empire au profit de Louis-Napoléon Bonaparte, devenu Napoléon III.
Pourtant, l’histoire ne se répète jamais et la IIe République présente des caractères propres et d’une étonnante modernité. C’est avec elle que se découvre la fracture moderne entre la droite (ou plutôt les droites : légitimiste, orléaniste et bonapartiste) et la gauche autour de la question sociale, fracture qui apparaît lors des terribles journées de juin 48 qui préfigurent la Commune.  C’est elle qui sacralise le drapeau tricolore, le suffrage universel et l’abolition de l’esclavage qui ne seront plus jamais remis en cause. Encore elle qui instaure l’élection du président de la République (Louis-Napoléon Bonaparte demeure le président le mieux élu de notre histoire) et découvre un paysage politique dont le spectre est toujours globalement d’actualité.
La richesse des acteurs épouse celle, presque incroyable, des événements. Dans l’ordre chronologique : Lamartine, Louis Blanc, Ledru-Rollin, Cavaignac, Thiers, Louis-Napoléon Bonaparte mais aussi tous les grands écrivains du temps (Hugo, Flaubert, George Sand, Tocqueville…) qui furent non seulement des grands témoins mais souvent des acteurs de premier ordre.
Un grand récit, presque une fresque, porté par la plume, enlevée et experte, de l’auteure.
 
Nouvelle histoire de l'Indochine française, François Joyaux :

Prix du Fond de Dotation de Brousse dell'Aquilla

Nouvelle histoire de l'Indochine française
​L’histoire de l’Indochine française est bien connue : elle commence avec la conquête, dès 1858, de la Cochinchine, puis du Cambodge, du Tonkin, de l’Annam et enfin du Laos ; voit apparaître des mouvements indépendantistes et se dessiner des figures emblématiques, tel Ho Chi Minh au Vietnam ; et se termine par les accords de Genève qui mettent un terme à la guerre en 1954.
Mais le présent ouvrage aborde ce pan de notre passé sous un angle résolument novateur. Adoptant une démarche géopolitique, il révèle que cette partie de l’Extrême-Orient a avant tout été la scène d’un conflit permanent pendant près d’un siècle entre la France colonisatrice et la Chine suzeraine – que cette dernière ait été impériale, républicaine ou communiste. En outre, progressivement, d’autres grandes puissances ont elles aussi développé leurs ambitions politiques et économiques dans cette zone du continent asiatique : l’Angleterre, l’URSS, puis le Japon et les États-Unis. Cette analyse des relations internationales n’exclut cependant en rien l’étude des facteurs internes du conflit, et l’auteur revient notamment sur l’influence prépondérante des Missions catholiques, de la Marine, des Républicains et, surtout, des francs-maçons dans le processus expansionniste.
D’une plume maîtrisée et efficace, François Joyaux nous propose donc une synthèse globale et totalement neuve sur près de cent ans d’histoire coloniale, des premières implantations en Asie jusqu’à la disparition définitive de l’Indochine française après la défaite de Dien Bien Phu. Un livre indispensable.
 
Mystère Monk :

Prix André Manoukian 

Mystère Monk (Prix André Manoukian 2022)
Il y a quarante ans, le 17 février 1982, disparaissait l’une des figures essentielles du jazz : Thelonious Sphere Monk. Poète de l’essentiel, il a écrit quelques unes de plus belles pages du jazz moderne avec Charlie Parker, Miles Davis, Sonny Rollins et John Coltrane. Le pianiste est singulier, le compositeur, auteur du célèbre standard « Around Midnight », est l’un des plus prolifiques de l’histoire du jazz. L’homme est fantasque, mutique, mystérieux.
Dans Mystère Monk, Franck Médioni a rassemblé plus de cent-vingt contributions de par le monde. Ils sont musiciens (Sonny Rollins, Herbie Hancock, Chick Corea, Martial Solal, Archie Shepp, Bill Frisell, Joe Lovano, John McLaughlin, Laurent de Wilde, Yaron Herman, Henri Texier, Bernard Lubat, Jean-Claude Vannier, Alain Planès, Pascal Dusapin…), journalistes (Michel Contat, François-René Simon, Guy Darol, Edouard Launet…), musicologues (Leïla Olivesi, Lewis Porter), écrivains (Jacques Réda, Yannick Haenel, Philippe Sollers, Jean Echenoz, Yves Buin, Zéno Bianu, Allen Ginsberg, Christian Bobin, Sylvie Kandé, Jack Kerouac, Esther Tellermann, John Edgar Wideman, Julio Cortázar, Roberto Bolaño, Nimrod, Éric Sarner, Marcus Malte, Pacôme Thiellement…), photographes (Jean-Pierre Leloir, Guy Le Querrec, Bob Parent, Roberto Polillo, Marcel Fleiss, Christian Rose…), dessinateurs (José Muñoz, Cabu, Serguei, Willem, Blutch, Youssef Daoudi, Edmond Baudoin, Louis Joos, Jacques Loustal, Serge Bloch, Jochen Gerner, Christophe Chabouté…), peintres (Miguel Barceló, Ben, CharlÉlie Couture…) ou réalisateurs (Bertrand Tavernier, Clint Eastwood).
Cet ouvrage collectif est kaléidoscopique. Il multiplie les angles (témoignages, analyses, récits, fictions, poésies, photographies, dessins, peintures). Un livre polyphonique qui est à la fois chronologique et thématique. Écritures variées, rythmes éclatés, images et couleurs démultipliées, un portrait saisissant de Monk s’esquisse.
 
 
Le Nageur d'Auschwitz, Renaud Leblond :

Prix Sport Scriptum

Le Nageur d'Auschwitz (l'incroyable histoire d'Alfred Nakache) - Prix Sport Scriptum 2022
Jamais Alfred Nakache, enfant juif de Constantine, n'aurait imaginé défendre un jour les couleurs de la France aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Ni décrocher le record du monde du 200 mètres brasse papillon en 1941, sous le régime du Marécahl Pétain. À force de volonté, armé d'un invincible sourire, il s'est hissé au sommet des podiums. Mais, lors des championnats de 1943, le voilà interdit de bassin. En décembre de la même année, "le poisson", comme on le surnomme, est arrêté puis déporté à Auschwitz. Il y bravera ses gardiens en allant nager, au péril de sa vie, dans des réserves d'eau à l'autre bout du camp. Sans savoir s'il reverra un jour sa femme et sa fille, dont il a été séparé, sur le quai, à l'arrivée du convoi 66.
Ce héros oublié revit dans ce roman vrai mettant en scène un gamin qui avait peur de l'eau et aura pratiqué son sport jusqu'en enfer.
 
L'Air était tout en feu, Camille Pascal :

Prix du Guesclin

L'Air était tout en feu - Rentrée littéraire 2022
27 avril 1718. Un incendie ravage le Petit-Pont, menaçant Notre-Dame. Alors qu’à Paris l’air est tout en feu, au château de Sceaux, la duchesse du Maine souffle sur un autre brasier bien plus dangereux pour le Régent, celui du complot.
Mariée à l’aîné des bâtards de Louis XIV, haute comme trois pommes mais animée de l’orgueil d’une princesse du sang, cette précieuse règne sur sa petite cour de beaux esprits comme sur son mari. Soutenue en secret par le prince de Cellamare, ambassadeur du roi d’Espagne, et encouragée par les survivants de la vieille cour du Roi-Soleil, elle va intriguer avec passion.
Ainsi, en ce printemps 1718, un vent de fronde se lève sur la France et une véritable course-poursuite pour le pouvoir s’engage entre la duchesse d’un côté et le Régent de l’autre.
À travers les méandres des conspirations politiques, les haines familiales et une galerie de portraits tous plus extravagants les uns que les autres, Camille Pascal fait renaître avec virtuosité le temps enflammé et haletant de la Régence.
 
La Forêt des disparus, Olivier Bal :

Prix des lecteurs Gouttes de sang

La Forêt des disparus
Des murs d’arbres géants, séquoias millénaires qui se referment comme un piège. Des randonneurs qui disparaissent sans laisser de traces… Il ne fait pas bon traîner dans les bois de Redwoods. Au cœur de cette forêt maudite, un homme vit isolé de tous. Ici, on l’appelle l’Étranger. De son vrai nom Paul Green, cet ancien journaliste a connu son heure de gloire avec l’affaire Clara Miller. Un soir, Charlie, une jeune adolescente, vient frapper à sa porte. Elle est blessée, paniquée. Car, là-bas, au milieu des arbres, Charlie a connu l’horreur…
 
Les Dissidents, d'Anthony Mansuy :

Prix Influencia

Les Dissidents - Une année dans la bulle conspirationniste
« Avec la pandémie, les fausses informations et les fantasmes conspirationnistes sont descendus crescendo dans la vraie vie. Rapidement, mon quotidien est devenu un fil Facebook grandeur nature. En un peu plus d’un an, j’ai assisté à la naissance d’une quasi-religion à la Concorde et démasqué le désinformateur le plus influent de France tandis qu’un groupuscule anti-Macron tentait de me recruter. J’ai aussi appris qu’un ancien journaliste du service public pensait avoir été choisi par une intelligence artificielle pour mener la fronde anti-passe sanitaire et je me suis retrouvé à trinquer dans des soirées QAnon ou à méditer dans un stage de “citoyens souverains” dans le Lubéron. »

Fruit d’une longue immersion au sein des communautés les plus visibles comme les plus sombres du conspirationnisme moderne, Les Dissidents raconte, exemples et témoignages à l’appui, l’évolution d’une société secouée par une pandémie, un conflit meurtrier aux portes de l’Europe et des théories du complot de plus en plus extrêmes et farfelues - anti-vaccins, QAnon, spiritualités alternatives… - qui déchirent bien des familles et amitiés.
Étayée sur des reportages de terrain, des analyses historiques et une centaine d’interviews avec des chercheurs, des activistes, mais surtout avec ceux qui créent, diffusent ou consomment ces flux de fake news, cette enquête répond à une question fondamentale : comment en sommes nous arrivés à un tel divorce social ?
Sans donner de crédit aux thèses conspirationnistes, Anthony Mansuy livre un récit humain et nous donne des clés pour comprendre la ténacité de celles et ceux qui n’en démordent pas.
 
Femmes combattantes, Marie-Laure Buisson :

Prix littéraire de l'armée de terre

Femmes combattantes
Pourquoi Noor, princesse indienne, s’est-elle enga­gée en 1942 dans les services secrets britanniques plutôt que d’attendre que la guerre se termine ? Quel appel Susan Travers a-t-elle entendu pour quitter sa vie d’aristocrate et suivre les hommes de De Gaulle à Bir Hakeim ? Comment l’infirmière Geneviève de Galard a-t-elle choisi de partager les souffrances des blessés dans l’enfer de Diên Biên Phu ? Et Lily ? Quelle pas­sion a animé cette Soviétique de moins de vingt ans, pour aller défier les aviateurs d’Hitler au-dessus de Stalingrad, tout comme la poète Hannah qui a fui la Hongrie antisémite pour y revenir en agent secret britannique au moment où les nazis l’envahissent ? Plus près de nous, pourquoi Jihane la Kurde a-t-elle renoncé à sa vie de femme pour combattre Daesh, sachant sa tête mise à prix ? Quel déclic a poussé l’étudiante Cassiopée à rejoindre l’armée française et devenir espionne dans le cadre de l’opération Barkhane au Mali, sillonnant les terres djihadistes au mépris de tous les dangers ?

À travers ces sept portraits de femmes engagées, héroïnes exemplaires, c’est toute la force du courage au féminin qui s’impose dans ce formidable hommage.
 
 
Puissions-nous vivre longtemps, Imbolo Mbue :

Prix Les Afriques

Puissions-nous vivre longtemps
« Nous aurions dû savoir que la fin était proche. Lorsqu’il s’est mis à pleuvoir de l’acide et que l’eau des rivières est devenue verte, nous aurions dû savoir que, bientôt, notre terre serait mort. »
Quand ils sont arrivés à Kosawa, petit village d’Afrique de l’Ouest, les occidentaux n’avaient que le progrès, la prospérité à la bouche… Prospérité par le pétrole. Progrès par la pollution. Aujourd’hui, la jeunesse se révolte. A la suite de Thula, jeune femme libre et puissante, le village empoisonné se jette à l’assaut du capitalisme omnipotent.
Et si le combat paraît perdu d’avance, puissions-nous, au moins, vivre longtemps.
Pour ne pas l’oublier.
 
 
 
Lisez
Lisez