Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 31/07/2020

Rentrée littéraire 2020 : les romans étrangers se dévoilent

Elle arrive, elle est là, la rentrée littéraire 2020. Cette année, elle est marquée par un nombre important de romans qui interrogent le monde et notre société. Des histoires intenses, fascinantes, qui osent dévier et surprendre. Découvrez les romans qui composent la rentrée littéraire de nos éditeurs, côté domaine étranger.

Bonne lecture !


Les Graciées, Kirian Millwood Hargrave (Robert Laffont)

Les Graciées

1617, Vardø, au nord du cercle polaire, en Norvège. Maren Magnus-datter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s’abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardø qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie.
Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d’Écosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorcières. Il est accompagné de sa jeune épouse norvégienne, Ursa. Enivrée et terrifiée par l’autorité de son mari, elle se lie d’amitié avec Maren et découvre que les femmes peuvent être indépendantes. Absalom, lui, ne voit en Vardø qu’un endroit où Dieu n’a pas sa place, un endroit hanté par un puissant démon.
Inspiré de faits réels, Les Graciées captive par sa prose, viscérale et immersive. Sous la plume de Kiran Millwood Hargrave, ce village de pêcheurs froid et boueux prend vie.

« Les Graciées m’a coupé le souffle. Lorsque je l’ai terminé, j’ai pressé le livre contre moi, en espérant absorber un peu du talent de Kiran. » Tracy Chevalier, auteure de La Jeune Fille à la perle.

 

Le Bowling du Point du Jour, Elizabeth McCracken (NiL)

Le Bowling du Point du Jour

1900, Massachusetts. Le gardien du cimetière de la petite ville de Salford découvre une femme inconsciente près d’une tombe. Elle n’a dans son sac qu’une boule de bowling, une quille et sept kilos d’or. Très vite secourue par le gardien et un médecin de passage, la mystérieuse Bertha Truitt décide de rester à Salford. À la surprise de tous, elle ouvre un bowling qui devient rapidement le principal point de rencontre de Salford, y compris pour les femmes. Mais quand Bertha meurt dans un terrible accident, son passé refait soudain surface. Un jeune inconnu affirme en effet être son fils et revendique l’héritage du bowling…
Avec Le Bowling du Point du Jour, Elizabeth McCracken nous offre un grand roman américain, porté par une écriture malicieuse et peuplé d’excentriques aux destinées surprenantes.

 

Des baisers parfum tabac, Tayari Jones (Presses de la Cité)

Des baisers parfum tabac
« Mon père, James Witherspoon, est bigame. » C’est par cette confession percutante que Dana Lynn Yarboro débute le récit d’une enfance pas comme les autres au sein de la communauté afro-américaine d’Atlanta, dans les années 1980. Bien que née quatre mois avant sa demi-sœur, Chaurisse, Dana est pourtant l’enfant illégitime, fruit d’une union illicite.
L’une est un secret à qui James rend visite une fois par semaine tandis que l’autre mène une vie stable auprès de ses deux parents, inconsciente de son privilège. L’une sait, l’autre pas. Et lorsque leurs chemins respectifs finissent par se croiser, Dana laisse faire et assiste, impuissante, à la naissance d’une amitié pourtant vouée à exploser.
Dans Des baisers parfum tabac, Tayari Jones nous livre la stupéfiante histoire de la mystification d’un homme, de la complicité d’une famille et de deux sœurs perdues au milieu, chacune tentant de trouver sa voie dans un château de cartes bâti sur le mensonge. Mais si la colère, la jalousie et l’amertume hantent ces pages, elles débordent surtout d’amour. Dans ce texte, pas de gagnants, juste des survivants, et un inoubliable et bouleversant portrait de famille se déployant sur trois générations, avec pour toile de fond la lutte pour les droits civiques et l’émancipation des femmes noires dans les États sudistes.

 

Faiseurs d’histoires, Dina Nayeri (Presses de la Cité)

Faiseurs d'histoires
Née en 1979 à Ispahan, Dina Nayeri a vécu une enfance heureuse malgré la rigueur de la société iranienne. Jusqu’au jour où sa mère, convertie au christianisme, est menacée de mort par le régime islamique et fuit le pays avec ses enfants. Pendant deux années difficiles, la famille vit dans la clandestinité à Dubaï puis dans un centre d’accueil pour réfugiés en Italie, avant d’obtenir l’asile aux États-Unis. Dina a 10 ans lorsqu’elle commence une nouvelle vie en Oklahoma. Décidée dès la première heure à gommer son identité iranienne pour s’intégrer, elle entreprend alors une métamorphose douloureuse. Ses efforts acharnés la mènent à Princeton, puis à une brillante carrière et un beau mariage. Mais cette existence finit par lui sembler vide de sens : elle décide alors de tout quitter pour entamer une carrière d’écrivain, refait sa vie à Londres et donne naissance à une petite fille. En 2016, pour mieux comprendre son passé et la crise humanitaire qui se joue aux portes de l’Europe, elle part à la rencontre des réfugiés d’hier et d’aujourd’hui, de la Grèce à l’Angleterre en passant par les Pays-Bas.
Ainsi, au fil des pages, sa voix se mêle à celle des réfugiés dont elle a croisé la route. Il y a Valid et Taraa, partis d’Afghanistan avec leurs enfants pour échapper aux Talibans, Kaweh, un jeune militant kurde devenu avocat en droit d’asile à Londres ou encore Kambiz, désespéré par des années d’errance et de rejet, qui s’immolera par le feu à Amsterdam. Tous ont quitté un pays qu’ils aimaient et affronté de terribles dangers pour rejoindre l’Europe, où ils peinent à survivre dans des camps surpeuplés. Et s’ils parviennent à obtenir l’asile, une autre épreuve commence : il leur faudra apprendre à réconcilier leur ancienne vie et la nouvelle, à s’intégrer sans se perdre tout en faisant face à une société qui ne leur pardonne rien mais attend d’eux une gratitude infinie…
 

 

Apeirogon, Colum McCann (Belfond)

Apeirogon
Rami Elhanan est israélien, fils d’un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n’a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l’envie de sauver des vies.
Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.

Afin de restituer cette tragédie immense, de rendre hommage à l’histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une œuvre totale à la forme inédite ; une exploration tout à la fois historique, politique, philosophique, religieuse, musicale, cinématographique et géographique d’un conflit infini. Porté par la grâce d’une écriture, flirtant avec la poésie et la non-fiction, un roman protéiforme qui nous engage à comprendre, à échanger et, peut-être, à entrevoir un nouvel avenir.
 

 

L’heure des spécialistes, Barbara Zoeke (Belfond)

L'Heure des spécialistes
Voilà longtemps que les meurtriers de masse ne se reconnaissent plus à l’œil nu. Ils n’ont plus besoin de vigueur physique, ils ont maintenant des armes qui passent inaperçues : gaz toxiques, injections, comprimés. […] Tuer est devenu le métier d’experts bien formés. Des spécialistes de la maladie, de la mise à mort.

  Allemagne, 1940.

Au sanatorium de Wittenau, Max Koenig, éminent professeur d’université, se voit décliner mais refuse de perdre espoir. Porté par l’amour de sa femme et de sa fille, il croit encore que les médecins sauront soigner ce Mal noir qui le ronge et reste sourd aux avertissements de ses amis qui le supplient de quitter le pays.
Car ce que Max Koenig ne veut pas voir, c’est que, pour lui comme pour tous les autres malades, handicapés, inadaptés, incurables, fous, les spécialistes du Reich ont un projet…
 

 

Poison Florilegium, Annalena McAfee (Belfond)

Poison Florilegium
À la fin des années 1970, Eve Laing, jeune peintre talentueuse, débarque à New York avec la ferme intention de devenir la prochaine Andy Warhol. Débordante d’énergie, elle fréquente les soirées enfiévrées du Lower East Side et les concerts punk, découvre les drogues, les amitiés intenses et l’amour libre.
Des décennies plus tard, il ne reste plus grand-chose de cette folle liberté et de ce chaos créatif. À presque soixante ans, Eve s’ennuie dans sa belle maison londonienne auprès de son mari Kristof et de son petit-fils. Bien décidée à prouver au monde qu’elle est toujours une grande artiste, elle se lance dans son ultime chef-d’œuvre, une peinture monumentale intitulée Poison Florilegium.
 Aidée par son nouvel assistant Luka, un jeune homme à la beauté troublante et au comportement presque trop parfait, Eve retrouve enfin l’exaltation du processus créatif et se sent revivre. Mais, de plus en plus obsédée par son travail, elle ne va pas tarder à perdre pied…

 

Tout ira bien, Damian Barr (cherche midi)

Tout ira bien
1901. Afrique du Sud. Une guerre sans merci oppose l’armée britannique et les premiers colons. Sarah van der Watt et son fils sont emmenés de force dans un camp de détention. La dernière chose que voit Sarah, tandis que les soldats anglais mettent le feu à leur ferme, est sa précieuse bibliothèque réduite en cendres. À leur arrivée au camp, le commandant se veut rassurant. C’est pour leur sécurité que les habitants ont été regroupés, on leur assure que « tout ira bien ». Dans les faits, c’est la naissance du premier camp de concentration de l’histoire…

2010. Willem, 16 ans, ne veut qu’une chose dans la vie, rester seul avec ses livres et son chien, et demande qu’on lui fiche la paix. Inquiets pour lui, sa mère et son beau-père l’envoient au camp « Aube Nouvelle », où on accueille des garçons pour en faire des hommes. Virils. Ici, lui assure-t-on, « tout ira bien ».

Ce qui lie ces deux drames ? Il faudra se plonger dans ces pages bouleversantes, vibrantes de colère et d’espoir, pour le découvrir.

Tout ira bien, dont le Guardian a loué « la sagesse et l’infinie poésie », célèbre les forces de ténacité et de résilience de l’esprit humain, dans un monde où l’histoire se répète, le plus souvent pour le pire.

« Un premier roman plein de sagesse et de compassion… Poignant ! »
The Guardian

« On tremble pour chacun des protagonistes. Aussi haletant que déchirant ! »
Maggie O’Farrell

Rentrée littéraire 2020 

 

La Femme intérieure, Helen Phillips (cherche midi)

La Femme intérieure
Molly participe à des fouilles dans une ancienne station-service. Elle déterre un jour des objets dont la nature perturbe sa conception d’un univers logique, comme cette Bible où Dieu est au féminin. Chez elle, Molly doit affronter une situation tout aussi perturbante : son mari a dû se rendre à l’étranger pour donner un concert, la laissant seule avec leurs deux enfants en bas âge. Mais voilà qu’un soir elle entend des bruits de pas dans le salon…
 
Un intrus surgit alors dans sa vie, un intrus très particulier, puisqu’il s’agit… d’elle-même ! Une Molly identique, à une différence près : cette Molly-là a perdu ses deux enfants dans un attentat sur son lieu de travail. Débordée par son rôle de mère, Molly se retrouve confrontée à une femme qui veut récupérer ses enfants à tout prix. Les deux Molly sont-elles les deux facettes d’une même femme au bord de l’effondrement, ou la trame de l’Univers s’est-elle vraiment déchirée ? Deux mères presque semblables peuvent-elles cohabiter…

Avec ce roman palpitant, Helen Phillips réussit un tour de force : traiter le lien maternel dans ce qu’il a de plus concret tout en créant un climat haletant, ponctué de rebondissements aussi ingénieux que troublants.

« La Femme intérieure est un des romans les plus nécessaires de l’année : dérangeant, effroyablement lucide sur la maternité et l’amour, débordant d’inventivité. »
The Guardian
 
« La Femme intérieure est une profonde méditation sur la nature de la réalité, un examen intrépide du statut de parent, et avant tout un thriller, d’une incroyable originalité, par une de nos écrivaines les plus douées. »
Emily St. John Mandel

Rentrée littéraire 2020 

 

Glory, Elizabeth Wetmore (Les Escales)

Glory
14 février 1976, jour de la Saint-Valentin. Dans la ville pétrolière d’Odessa, à l’ouest du Texas, Gloria Ramirez, quatorze ans, apparaît sur le pas de la porte de Mary Rose Whitehead.
L’adolescente vient d’échapper de justesse à un crime brutal. Dans la petite ville, c’est dans les bars et dans les églises que l’on juge d’un crime avant qu’il ne soit porté devant un tribunal. Et quand la justice se dérobe, une des habitantes va prendre les choses en main, peu importe les conséquences.
Elizabeth Wetmore n’hésite pas à sonder les tréfonds de l’âme humaine et livre un roman dur et âpre à la beauté mordante.

 

Balèze, Kiese Laymon (Les Escales)

Balèze
Partant de son enfance dans le Mississippi, passée aux côtés d’une mère brillante mais compliquée, Kiese Laymon retrace les événements et les relations qui l’ont façonné. De ses premières expériences de violence et de racisme jusqu’à son arrivée à New York en tant que jeune universitaire, il évoque avec une sincérité poignante et désarmante son rapport au poids, au sexe et au jeu, mais aussi à l’écriture. En explorant son histoire personnelle, Kiese Laymon questionne en écho la société américaine ; les conséquences d’une enfance passée dans un pays obsédé par le progrès mais incapable de se remettre en question.
Récit intime qui met en lumière les échecs d’un pays, Balèze est un formidable acte de défi et de courage.

 

Marilou est partout, Sarah Elaine Smith (Sonatine)

Marilou est partout
Élevée au cœur de la Pennsylvanie rurale, Cindy, une  gamine livrée à elle-même, ne sait rien du rêve américain. Lorsqu’une belle adolescente surnommée Marilou disparaît près de chez elle, Cindy se rapproche de la mère de celle-ci, Bernadette. Jusqu'à ce que l’impensable se produise : Bernadette, folle de douleur, la prend peu à peu pour sa fille. À quel prix cette illusion fragile peut-elle tenir?
------
Fascinant, dérangeant, Marilou est partout est le roman d’une adolescence réinventée, d'une revanche impossible sur le réel, qui rappelle Virgin Suicides et les romans de Laura Kasischke.

 

Ce lien entre nous, David Joy (Sonatine)

Ce lien entre nous
Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident. Le frère du défunt, connu pour sa violence et sa cruauté, a vite fait de remonter la piste jusqu’à lui. Un face à face impitoyable s'engage alors.
 
Avec Ce lien entre nous, David Joy esquisse un nouveau portrait noir des Appalaches. Quelle rédemption pour ces régions violentes et magnifiques, réduites au désespoir ? Seul un grand écrivain est capable de nous donner une réponse.
 

 

L’Accident de chasse, David Carlson et Landis Blair (Sonatine)

L'Accident de chasse
Chicago, 1959. Charlie Rizzo, qui vient de perdre sa mère, doit emménager avec son père aveugle. Pour le jeune garçon, l’histoire est limpide : Matt Rizzo a perdu la vue à la suite d’un accident de chasse, comme il le lui a toujours raconté. Mais le jour où un policier sonne à leur porte, Matt choisit de révéler à son fils la partie immergée de son passé, et la véritable raison de sa cécité : un vol à main armé qu’il a commis des années plus tôt, alors qu’il fréquentait la mafia de Chicago…
 
Roman graphique en noir et blanc à la puissance expressive sans pareille, tiré de faits réels, L’Accident de chasse est une ode bouleversante à la rédemption et aux pouvoirs sans limites de la littérature.
 
 

 

Le Fil rompu, Celine Spierer (Héloïse d’Ormesson)

Le Fil rompu
Le 12 avril 1978, une série de tableaux enflamme les enchères chez Sotheby’s. Pourquoi son acheteur choisit-il de rester anonyme ? Qu’a-t-il à cacher ? Quarante ans plus tard, à New York, madame Janik conserve précieusement les toiles dans son modeste appartement. Sur chacune d’elles, une adolescente blonde, à la beauté froide et envoûtante, dont le mystère lui résiste encore. Mais lorsque la vieille dame solitaire se prend d’affection pour Ethan, son jeune voisin, elle accepte pour la première fois de partager les terribles secrets de son passé.

De Kalisz à New York, de Łódz´ à Dresde, Le Fil rompu épouse les séismes de l’histoire et embrasse le destin contrarié de trois générations de femmes à travers une fresque éblouissante qui délivre du silence les âmes emmurées par les tragédies du XXe siècle.

 

Taches de naissance, Arnon Grunberg (Héloïse d’Ormesson)

Taches de naissance
Otto Kadoke est un homme contrarié. Divorcé et sans enfant, sa vie est une variation sur la mort. Tandis qu’il travaille comme psychiatre dans un centre de prévention du suicide à Amsterdam, le soir, il doit s’occuper de sa mère grabataire. Mais quand Kadoke couche avec l’une de ses aides à domicile népalaise – ce qui lui vaut des représailles fâcheuses de la part de son petit-ami –, il faut rapidement qu’il trouve un remplaçant au chevet de sa mère. Et s’il employait une de ses patientes borderlinedans une optique de thérapie alternative, au risque de transformer la maison familiale en véritable centre de jour pour patients au bord de la crise ?
 
Avec ce ton corrosif et ces ressorts dramatiques loufoques dont il a le secret, Arnon Grunberg signe un roman éclairant sur la psychiatrie et soulève avec un humour ravageur des questions essentielles : peut-on aimer sans asservir ? Dans quelle mesure est-on responsable de son destin ? 
Plus mélancolique et personnel, Taches de naissance est aussi un cri du cœur à la mère perdue, ressuscitée à travers ses lignes.

 

Avoue que t’en meurs d’envie, Kristen Roupenian (10/18)

Avoue que t'en meurs d'envie
Un couple bien sous tous rapports héberge un ami qui tente d'échapper à une relation toxique, pour mieux sombrer dans une autre que personne n'avait vue venir et qui le détruira. Une célibataire sceptique qui suit la recette d'un vieux grimoire pour trouver l'amour est dépassée par l'apparition d'un homme parfait, et nu, dans sa cave. L'anniversaire d'une petite fille inquiétante prend une tournure dramatique après qu'elle a « souhaité » le mal. Une jeune femme se retrouve au lit avec un homme et se demande s'il ne s'agit pas d'un psychopathe déguisé en « mec à chats »...
À travers douze histoires savoureuses, Kristen Roupenian explore avec une écriture très réaliste et un humour impitoyable et souvent sombre les nouvelles relations humaines.

« Un phénomène littéraire. » L’Express
« Un mec à chats est un récit complexe et captivant, entre la naissance d’une romance, rapport au consentement et prolongement de la campagne #MeToo » Huffington Post
« Un mec à chats explore avec réalisme la notion de sexualité non désirée mais consentie. Le texte est le plus lu de l’année sur le site du New Yorker. » Madame Figaro

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marguerite Capelle
 

 

La Fabrique des Salauds, Chris Kraus (10/18)

La fabrique des salauds
Dans un hôpital bavarois, Koja Solm, vieil homme avec une balle nichée dans la tête, décide de raconter sa vie à son voisin de chambre, un jeune hippie pacifiste. Son enfance à Riga, dans les années 1920, sa carrière dans l'Allemagne nazie, puis comme espion dans la jeune République fédérale. Sa relation destructrice avec son frère aîné, Hubert. Leur amour commun, dévastateur, pour leur sœur adoptive, Ev, d’origine juive. Un ménage à trois électrique nourri de sang, de passion et de larmes, une histoire qui va épouser tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris.

« Un roman-fleuve qui charrie les ombres de l’histoire. » L’Express
 « Fresque historique, roman d’espionnage, fable politique, on se perd avec délectation dans ce labyrinthe littéraire. » Lire
« La Fabrique des salauds est le roman, mené avec un rare brio, d’une métamorphose monstrueuse, celle qui transforme un homme en nazi. » Transfuge
Traduit de l’allemand par Rose Labourie
 

 

Les frères Lehman, Stefano Massini (10/18)

Les frères Lehman
11 septembre 1844, apparition. Heyum Lehmann arrive de Rimpar, Bavière, à New York. Il a perdu 8 kilos en 45 jours de traversée. Il fait venir ses deux frères pour travailler avec lui.
15 septembre 2008, disparition. La banque Lehman Brothers fait faillite. Elle a vendu au monde coton, charbon, café, acier, pétrole, armes, tabac, télévisions, ordinateurs et illusions, pendant plus de 150 ans. Comment passe-t-on du sens du commerce à l’insensé de la finance ? Comment des pères inventent-ils un métier qu’aucun enfant ne peut comprendre ni rêver d’exercer ?
Cette épopée familiale, économique et biblique, qui a reçu le prix Médicis – essai et le prix du Meilleur livre étranger – fiction, nous entraîne au cœur de l’histoire du capitalisme en nous contant une certaine histoire de l’Amérique.

« Foisonnant, haletant et drolatique. » Télérama
« Éblouissant d'intelligence et d'humour. » Le Figaro littéraire
 « La narration donne une cadence jouissive au récit. » Les Inrockuptibles
Traduit de l’italien par Natalie Bauer.

 

Les Réfugiés, Viet Thanh Nguyen (10/18)

Les réfugiés
Dans un pays où tout était affaire de possessions, nous ne possédions rien d'autre que nos histoires.
Vietnamiens, ils ont fui le communisme à la fin des années 1970 pour s'exiler de l'autre côté du Pacifique, en Californie. Ils vivent entre deux rives, entre pays d'adoption et pays de naissance, pas encore Américains, plus tout à fait Vietnamiens. Certains sont figés dans le passé, hantés par les fantômes, effarés par l'hédonisme occidental ; d'autres veulent aller de l'avant, pour eux, pour les enfants, pour la possibilité d'une autre vie. Pour n'être plus simplement des réfugiés. Auteur du retentissant Sympathisant, Viet Thanh Nguyen livre un recueil de nouvelles d’une justesse, d’une acuité et d’une élégance peu communes, et offre sa voix à tous les déracinés.

 « Un concentré d’émotion et d’humanité. » Philippe Chevilley, Les Échos
« Des tranches de vies hantées, racontées avec élégance. » Marguerite Baux, Grazia
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude
 

 

Un autre tambour, William Melvin Kelley (10/18)

Un autre tambour
Juin 1957. Un après-midi, dans une petite ville du Sud profond des États-Unis, Tucker Caliban, un jeune fermier noir, recouvre de sel son champ, abat sa vache et son cheval, met le feu à sa maison, puis quitte la ville. Le jour suivant, toute la population noire déserte la ville à son tour.
Quel sens donner à cet exode spontané ? Quelles conséquences pour la ville, soudain vidée d'un tiers de ses habitants ? L'histoire est racontée par ceux qui restent : les Blancs. Des enfants, hommes et femmes, libéraux ou conservateurs. Une histoire alternative et audacieuse, publiée en 1962, un roman choc, tant par sa qualité littéraire que sa vision politique.

  « Un livre exceptionnel dont l’auteur mérite sa place au panthéon des grands écrivains américains du XXe siècle. » Clémentine Goldszal, Elle

 « Le chef-d'œuvre oublié de la littérature afro-américaine. Aussi viscéral qu’intelligent. » Damien Aubel, Transfuge

« Le don de William Kelley pour la satire, son acuité psychologique, sa lucidité sur les conflits raciaux, hissent la fable jusqu’à l’excellence. » Macha Séry, lemonde.fr

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lisa Rosenbaum

 

Marx dans le jardin de Darwin, Ilona Jerger (Pocket)

Marx dans le jardin de Darwin
Londres, 1881. Chacun dans leur domaine, ils ont révolutionné le monde. Marx, du haut de sa mansarde de Maitland Park Road, repousse chaque jour l’écriture de la suite du Capital. Quant à Darwin, reclus dans sa belle demeure du Kent, il consacre ses vieux jours à l’étude du ver de terre. S’ils admirent mutuellement leurs travaux, l’Allemand colérique et le doux vieillard bourgeois n’ont rien en commun, sinon le même médecin et les tourments du grand âge. Qu’auraient-ils à se dire, ces deux géants ?
Seules les étoiles le savent, dans le silence nocturne d’un jardin anglais…
 
 

 

Mangoustan, Rocco Giudice (Pocket)

Mangoustan
Avis de gros temps sur Hong Kong. Alors que Mangoustan, le super-typhon le plus puissant jamais observé depuis 1946, s’apprête à balayer la colonie, trois femmes affrontent leur tempête intérieure.
Planquée derrière ses lunettes de soleil, Melania dissimule de plus en plus mal le mépris qu’elle ressent pour son butor de mari. Fût-il orange et président des États-Unis.
Plaquée sans cérémonie après trente-cinq ans de mariage, Laure traîne son spleen entre Genève et Bali.
Femme-trophée pétrie d’ambition, Irina l’Ukrainienne peine à percer le plafond de verre.
Trois femmes au bord de la crise conjugale.
Trois femmes dans l’œil du cyclone.

« Un roman réjouissant ! Baigné par un humour cocasse et une tendresse émouvante. Quand trois femmes font un délicieux et exquis pied de nez à des hommes égoïstes et égocentriques. Un régal ! » Librairie La Griffe Noire, Saint-Maur des Fossés

 

Un mariage américain, Tayari Jones (Pocket)

Un mariage américain
Un an et demi de bonheur… Roy et Celestial sont ce couple typique de la bourgeoisie afro-américaine d’Atlanta : un mari ambitieux, vissé à son ordinateur portable, et une épouse artiste, à l’aube d’une belle carrière.
Il a suffi d’une méprise, d’une tragique méprise, pour que le rêve se brise en morceaux. Du mauvais endroit au mauvais moment. De la mauvaise couleur de peau.
Injustement accusé de viol, Roy se voit condamné à douze ans de prison. Comment survivre à une vie volée ? Comment nourrir un amour que les murs, l’amertume et le temps corrompent à petit feu ? Et comment croire encore – pour le meilleur ou pour le pire – au rêve américain ?
 
 
 

Lisez
Lisez