Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 15/03/2022

15 livres à découvrir à l'occasion du Printemps des poètes

En cette période de printemps des poètes, laissez-vous séduire par quelques vers. Des auteurs classiques aux contemporains en passant par les nouveaux poètes venus des réseaux sociaux, découvrez notre sélection et mettez un peu de poésie dans votre vie.  

 

 

Chair vive, Grisèlidis Réal

Chair vive
Réunies pour la première fois en un seul volume, les poésies écrites par Grisélidis Real tout au long de sa vie (de l'âge de treize ans à sa mort) forment une œuvre d’une cohérence et d’une force rares. A la mesure d’une vie hors du commun.
Née dans une famille de bourgeois intellectuels de Genève, vite orpheline de père, révoltée contre sa mère et l’éducation rigide qu’elle lui fait subir, artiste peintre, mère très jeune de quatre enfants de quatre pères différents, elle emmènera deux d’entre eux en Allemagne, illégalement, pour suivre un amant qui la mettra sur le trottoir quand ils seront tombés dans la misère…
Elle vivra encore de grandes amours, passionnelles, parfois violentes, sortira de la prostitution pour y retourner finalement de façon définitive et par conviction jusqu’à devenir dans les années 70 une porte-parole très remarquée des prostituées (dont elle défend le rôle social).
Sa vie est aussi ponctuée de séjours au sanatorium (tuberculose dans sa jeunesse), en prison (un deal de shit qui tourne mal lors des années en Allemagne), et à l’hôpital (le cancer qui l’emportera).
Ces expériences extrêmes seront le terreau de sa création poétique.

Et pourtant je m'élève, Maya Angelou

Et pourtant je m'élève
Longtemps, Maya Angelou a été méconnue du public français, avant d’être célébrée à sa juste mesure depuis 2008 pour ses romans autobiographiques, dont le célèbre Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage. Activiste et écrivaine, Angelou l’était bien sûr, mais elle se considérait aussi comme une poète. Au début de sa carrière, elle alternait la publication de chaque texte autobiographique avec un recueil.

Je dis,
C’est le feu dans mes yeux,
Et l’éclat de mes dents,
Le swing de mes hanches,
Et la gaieté dans mes pieds.
Je suis une femme
Phénoménalement
Femme phénoménale
C’est ce que je suis.

Homebody, Rupi Kaur

Homebody
après s’être sentis déconnectés
pendant si longtemps
mon esprit et mon corps finissent
par se retrouver

– home body 

Poèmes tardifs, Margaret Atwood

Poèmes tardifs
« Ces poèmes ont été écrits entre 2008 et 2019. Durant ces onze années, les choses se sont assombries dans le monde. J’ai également vieilli. Des personnes très proches de moi sont mortes.
La poésie prend pour thèmes tout ce qui se situe au coeur de l’existence humaine : la vie, la mort, le renouveau ; ainsi que l’équité et l’iniquité, l’injustice et parfois la justice. Le monde dans toute sa diversité. Le temps qu’il fait. Le temps qui passe.
Et les oiseaux. Il y a davantage d’oiseaux dans ces poèmes qu’il n’y en avait auparavant. Je souhaite qu’il y ait encore plus d’oiseaux dans le prochain recueil de poèmes, s’il en est un ; et je souhaite aussi qu’il y ait plus d’oiseaux dans le monde.
Nous l’espérons tous. »
Margaret Atwood

Beaucoup connaissent les romans de Margaret Atwood, parmi lesquels les best-sellers La Servante écarlate et Les Testaments, mais peu savent qu’elle est aussi l’une des plus brillantes poétesses contemporaines.

« Le nouveau recueil de poésie d’Atwood – son premier depuis plus de dix ans – rappelle combien elle maîtrise le genre. Atwood y met en doute nos savoirs et nous demande à la place d’accorder du crédit à nos sentiments. »
Time

Dentelle d'éternité, Jean Cocteau

Dentelle d'éternité
« Qui ne voudrait posséder chez soi, mieux que l’anthologie qu’on doit ouvrir en tout trois ou quatre fois dans toute sa vie, ou qu’on ignore, qui ne voudrait vivre dans la compagnie de ce poème et de ce tableau, unis à jamais pour le plaisir des yeux et de la poésie ? »
C’est dans ces termes que Pierre Seghers présentait en 1953 le concept du poème-objet dans Les Lettres françaises. Conjointement à la parution de Liberté j’écris ton nom (Eluard-Léger) Dentelle d’éternité (Cocteau) était alors tiré à cent dix exemplaires seulement, dont cent sur velin d’Arches.
Ce poème-objet se compose de deux feuillets superposés de 63 par 41 cm : sur le premier feuillet est inscrit le poème en vers libres et un découpage formant deux colonnes ajourées, laissant apparaître le fond bleu du second feuillet. Chaque exemplaire a été découpé à la main par Albert Jon, d’après le modèle réalisé par Jean Cocteau.
Œuvre d’un artiste en tout point visionnaire, d’un esthète rétif à tout effet de mode, ce poème-objet offre, près de soixante-dix ans après sa parution, un design particulièrement graphique, incroyablement moderne.
 

Derniers poèmes d'amour, Paul Eluard

Derniers poèmes d'amour
Ce volume, devenu un classique incontournable de la poésie sentimentale et érotique, rassemble les poèmes de Paul Eluard dédiés à l’amour, écrits durant les dix dernières années de sa vie : Une longue réflexion amoureuse (1945), Le Dur Désir de durer (1946), Le temps déborde (1947), Corps mémorable (1948) et Le Phénix (1951). Moderne et lyrique, Eluard choisi le vers libre, exempt de toute ponctuation, pour chanter la femme divinisée et déclarer sa flamme à ses muses et compagnes, de Nusch à Dominique, en passant par Jacqueline. Comme le note Jean-Pierre Siméon dans la préface, Derniers poème d’amour est l’« un des opus sacrés de l’adolescence, un bréviaire insolent où puiser, à chaque instant d’ombre et d’abandon, telle ou telle de ces formules dont la jeunesse a besoin pour oser le pas... »

« Même quand nous dormons nous veillons l’un sur l’autre
Et cet amour plus lourd que le fruit mûr d’un lac
Sans rire et sans pleurer dure depuis toujours
Un jour après un jour une nuit après nous »

Circé et autres poèmes de jeunesse, Margaret Atwood

Circé et autres poèmes de jeunesse - Édition bilingue
« Margaret Atwood, poète ? L'idée pourrait presque faire sourire, tant l'image de l'écrivaine s'est construite autour du roman et de ses prolongements au succès planétaire que sont les adaptations télévisées de Captive et de La Servante écarlate
Mais les faits sont là : c'est par la poésie que Margaret Atwood est entrée en littérature au début des années 1960. Et elle n'a jamais cessé d'écrire de la poésie. De se référer à la poésie. D'habiter le monde en poète. 
Circé et autres poèmes de jeunesse rassemble dix années de création poétique. Dix années d'éclosion, qui précèdent et accompagnent l'émergence de l'oeuvre romanesque. Dans le cycle de Circé sur lequel s'achèvent ces poèmes de jeunesse, Margaret Atwwod s'attache à la magicienne qu'Ulysse rencontre lors de son Odyssée, s'intéresse à la manière dont les femmes survivent dans les structures qui les déshumanisent. Et rêve pour elles d'un avenir meilleur. »
Bruno Doucey

« Voici un recueil de la poétesse canadienne Margaret Atwood qui saute au visage de celui qui le lit. Par ses mots, elle se saisit du parcours de Circé. Mais à sa manière : la Circé qui se dévoile ici nous semble inconnue. »
Loup Besmond de Senneville, La Croix

Poèmes dispersés, Jack Kerouac

Poèmes dispersés
« Cette jolie ville blanche
De l’autre côté du pays
Ne me sera plus
Disponible
J’ai vu le firmament bouger
Ai dit « C’est la fin »
Parce que j’étais fatigué
De tous ces présages
Et dès que vous aurez besoin
   de moi
Appelez
   Je serai à l’autre
         bout
Attendant
    contre le mur final »
Extrait de « San Francisco Blues »
 
Même si l’auteur de Sur la route n’est pas toujours célébré pour sa poésie, à l’inverse de son complice Allen Ginsberg, celle-ci représente une part essentielle de son œuvre.
Pendant de son écriture romanesque, la poésie de Kerouac met en avant les aspects les plus caractéristiques de son écriture : là, plus encore peut-être que partout ailleurs, il cherche à se libérer de tous les carcans, faisant confiance à la spontanéité de sa plume, multipliant les libres associations, les mots-valise, les onomatopées, la recherche du rythme et de la sonorité pure… tout en créant de superbes métaphores.

Il ne m'est Paris que d'Elsa, Louis Aragon

Il ne m'est Paris que d'Elsa
Des proses éblouissantes du Paysan de Paris à La Semaine sainte, des Beaux Quartiers à En étrange pays dans mon pays lui-même, Louis Aragon n’a cessé de célébrer une cité que ses amis surréalistes prenaient pour le décor de leurs rêves, un « Paris qui n’est Paris qu’arrachant ses pavés ». Il intègre ainsi la famille de tous ceux qui ont chanté la ville lumière et décide de sa filiation en donnant à relire, comme en surimpression, les tableaux parisiens de Baudelaire, les poèmes d’Apollinaire, le Paris de Francis Carco et de Robert Desnos. Mais Paris est également le théâtre où se joue l’histoire d’un amour écrit aux portes de la légende : celui que Louis voue à Elsa, rencontrée en 1928. Le poète ne se contente pas de célébrer les endroits que le couple fréquentait – à travers Elsa, il retrouve l’empreinte affective que le temps a laissée sur les murs de la capitale. Et lorsqu’Aragon écrit : « Arrachez-moi le cœur vous y verrez Paris », nous comprenons, bien sûr : « Il ne m’est Paris que d’Elsa ».
« Qui n’a pas vu le jour se lever sur la Seine
Ignore ce que c’est que ce déchirement
Quand prise sur le fait la nuit qui se dément
Se défend se défait les yeux rouges obscène
Et Notre-Dame sort des eaux comme un aimant »
(« Le paysan de Paris chante »)

Tu as oublié mon coeur en partant, Léa Jeunesse

Tu as oublié mon coeur en partant
Le livre pour tous les coeurs qui ont aimé une première fois. 
La rupture amoureuse en cent textes poétiques illustrés avec délicatesse par Maxime Lombard. 

« Je pense à toi lorsque la nuit tombe doucement,
quand je regarde les centaines d’étoiles scintiller
dans l’obscurité en me demandant si tu m’as oubliée.

Je pense toujours à toi en marchant dans certaines rues,
comme si tu ne les avais jamais vraiment quittées,
comme tu n’as pas quitté mon coeur. »

L'immaculée conception, André Breton & Paul Eluard

L'immaculée conception
La légende raconte que c’est afin de « tuer le temps » que Breton et Éluard se lancèrent, en août 1930, dans l’écriture de ce recueil intitulé, avec un sens aigu de la provocation, L’Immaculée Conception. « La connaissance parfaite que nous avions l’un de l’autre nous a facilité le travail, diront-ils plus tard. Mais elle nous incita surtout à l’organiser de telle façon qu’il s’en dégageât une philosophie poétique. » Dans ce recueil en prose, se trouve ainsi réunies les deux tendances qu’incarnent Breton et Eluard au sein même du mouvement surréaliste – le premier, ardent défenseur de l’écriture automatique la plus baroque, le second, plus incliné à une certaine transparence poétique, une évidence qui désarme le lecteur. Ici, leur volonté commune est affichée : à travers une parole radicalement nouvelle, ils entendent partir en quête de la Vérité même, le désir mystérieux qui sous-tend toute existence humaine. À noter trois pages mémorables en guise de Kama-Sutra littéraire et « Le Jugement originel », renouant avec la forme proverbiale chère aux deux auteurs, qui incite à bannir toute tiédeur dans la vie comme dans l’art.

La Diane française, Louis Aragon

La Diane française
« La rose et le réséda », « Il n’y a pas d’amour heureux », « Ballade de celui qui chanta dans les supplices », les poèmes ici rassemblés ne sont pas seulement devenus des classiques incontournables de la poésie française du XXe siècle, ils sont aussi le chant des années les plus sombres de notre histoire. C’est d’un pays prisonnier que la voix d’Aragon sonne la diane, roulement de tambour destiné à réveiller la patrie endormie. Le poète parle comme Charles d’Orléans, comme Hugo, comme Péguy. Son chant est celui d’une France éternelle, blessée. Plein de colère et d’amour, de tendresse et de révolte, il s’élève au cœur de Brocéliande et par-delà les quais de la Seine pour apporter aux hommes l’espérance de la victoire. Cette édition rassemble deux recueils, La Diane française et En étrange pays dans mon pays lui-même, qui furent d’abord publiés séparément par Pierre Seghers.
« Trouver des mots à l’échelle du vent
Trouver des mots qui pratiquent des brèches
Dans le sommeil comme au soleil levant
Des mots qui soient à nos soifs une eau fraîche »
(« Je ne connais pas cet homme »)

Erotiques, E.E. Cummings

Erotiques
Tout au long de sa vie, Edward Estlin Cummings a composé des poèmes et des dessins érotiques avec une liberté de ton remarquable pour son temps. Pour lui, la crudité des corps et de la jouissance se présente au cœur même de l’aventure poétique.

« si je frôle dit-il
(ça m’affole dit-elle
juste une fois dit-il)
ma foi dit-elle

(si je touche dit-il
c’est louche dit-elle
pas qu’un peu dit-il)
donc on peut dit-elle

(allons viens dit-il
pas trop loin dit-elle
loin c’est où dit-il
là-dessous dit-elle) »

No Thanks, 16

Dans la tête des poètes, Jean-Joseph Julaud

Dans la tête des poètes. Découvrez les histoires cachées derrières les plus beaux poèmes.
« Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ? »

Ces vers vous rappellent probablement de doux souvenirs d’adolescence. Mais connaissez-vous leur histoire, les raisons mystérieuses qui ont conduit Lamartine à les composer un jour d’août 1817, alors qu’il attend Julie au bord du lac du Bourget ?
Suivez Jean-Joseph Julaud dans la tête des plus grands poètes, à la découverte d’histoires insensées, empreintes de bonheurs, de drames, de déceptions, et qui donneront un goût tout nouveau à ces vers familiers.

Lisez
Lisez